Etendard d’une lutte politique, signe extérieur de résistance, geste fier

Dans son édito, Sabine Panet parle de victimes coupables, d’agresseurs protecteurs, d’attaques aux biens publics, de complicité… Mais les femmes ne sont pas complices, elles réclament l’égalité et manifestent partout dans le monde, « elles veulent remettre le monde à l’endroit »

Sur le 8 mars :

#Ni Una Menos #Vivas Nos Queremos : Comment s’est tissé l’appel à la Grève Internationale de Femmes ? : ni-una-menos-vivas-nos-queremos-comment-sest-tisse-lappel-a-la-greve-internationale-de-femmes/ 

Appel à la Grève Internationale des femmes le 8 mars 2017 : appel-a-la-greve-internationale-des-femmes-le-8-mars-2017/ 

Annamaria Rivera : 8 mars : de la grève mondiale à la coalition entre natives et migrantes : 8-mars-de-la-greve-mondiale-a-la-coalition-entre-natives-et-migrantes/ 

8 mars – Communique MMF Internationale : 8-mars-communique-mmf-internationale/

Nous appelons à l’action et à la grève pour les droits des femmes le 8 mars : nous-appelons-a-laction-et-a-la-greve-pour-les-droits-des-femmes-le-8-mars/ 

8 mars : journée internationale de luttes pour les droits des femmes : 8-mars-journee-internationale-de-luttes-pour-les-droits-des-femmes/ 

Femmes, partout dans le monde, mobilisez-vous : femmes-partout-dans-le-monde-mobilisez-vous/ 

8 mars 2017 : des affiches : 8-mars-2017-des-affiches/  

« Non Una di Meno » : les féministes italiennes vers la grève transnationale du 8 mars : non-una-di-meno-les-feministes-italiennes-vers-la-greve-transnationale-du-8-mars/ 

Mercredi 8 mars 2017 – Lausanne : mercredi-8-mars-2017-lausanne/  

#8mars15h40 : 8mars15h40/

Dossier : A la mode féministe – Femmes en habit de lutte.

L’appropriation des tenues vestimentaires comme « support d’expression de leur identité » ou « étendard de luttes politiques ». Mini-jupe des SlutWalks contre « l’argumentaire machiste typique qui culpabilise les femmes victimes d’agression sexuelle, sur le mode « elles l’ont bien cherché… » » ; Chemise d’homme de Patti Smith ; Boubou des militantes africaines et afro-féministes, envoyant « valser les diktats et normes de beauté de nos sociétés qui s’obstinent à ne considérer que les femmes à la peau blanche » ; Couronnes de fleurs des Femen « se réappropriant ce symbole de virginité, les Femen entendent donc elles aussi s’affranchir de ces codes sexistes » ; Sari rose des gangsters indiennes ; Turban de Simone de Beauvoir ; Jupes bouffantes des Cholitas ; Robes du soir de Lena Dunham ; T-shirt à slogan des Riot Grrrl… « Jupes, costards, boubous, foulards… Tous ces habits de lutte reflètent aussi bien la diversité culturelle de celles qui les arborent qu’une infinie palette d’expressions individuelles : à chacune sa tenue, à chacune son message ».

La reconquête vestimentaire des Amérindiennes. La culture amérindienne (comme la celle des Africaines-Américaines) ne fait pas partie des programmes d’histoire aux Etats-Unis. Créations et inspirations, « Chacune de mes créations raconte une histoire. Comme la rivière qui est traversée par la branche de l’arbre, le temps est momentanément figé avec un vêtement. » (Patricia Michaels)

Parmi les autres textes publiés, je signale notamment :

  • Dans l’œil d’axelle : L’obscurité sur Gaza, les palestiniennes et les coupures d’électricité, la dépendance aux importations depuis Israël et l’Egypte, l’exacerbation des tensions dans les ménages et le risque accru de violence domestique envers les femmes.

  • Menaces sur le SECAL, Service des Créances Alimentaires qui recouvre les pensions alimentaires non ou mal payées par les conjoints voleurs.

  • Rencontre avec des habitantes de la communauté arménienne de Saryguyk, autonomie des femmes et migration des hommes, les conjoints comme « invités », ceux qui reviennent avec le VIH.

  • Végétarisme, antispécisme, violence et domination, des débats.

  • Le vagin sort de l’ombre, les sobriquets affublant l’appareil génital féminin, calicots et dessins, Leave My Pussy Alone, Pussy hat, art et contestation du patriarcat, apprendre à se regarder.

  • BruZelle, femmes sans-abri, deux tabous : précarité et règles, exigence de la gratuité complète des protections hygiéniques pour toutes les femmes.

  • et toujours de riches rubriques : culture et informations internationales

Un journal de nos amies belges à faire connaître.

Axelle 197, mars 2016, http://www.axellemag.be

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s