Attaquer le sexisme à la racine, avant qu’il ne recouvre nos droits de ses tentacules collants

Dans son édito, Sabine Panet revient sur les « clichés navrants sur les féministes », diffusés aussi par la presse dite féminine. Elle interroge : « Pourquoi se désolidariser des plus radicales d’entre nous ? ». Débattre, critiquer, prendre en compte le politique, le multiple, le complexe… « les solidarités et les alliances entre les femmes sont au cœur du féminisme »

Dossier : Les trois ans de la loi contre le sexisme. Tout ça pour ça ?

Les auteures souligne la réalité quotidienne, banale et dramatique du sexisme dans l’espace public, il ne se réduit pas au harcèlement sexuel.

Sexisme ordinaire, agressions verbales, agressions non verbales dont ces regards masculins sur les corps, agressions du type gestes obscènes ou exhibitionnistes, sentiment de solitude accentué par le peu de soutien des témoins, honte et culpabilisation, faiblesse du nombre des plaintes déposées, méfiance envers la police, infectivité de la loi, « D’où l’urgence de valoriser le travail des associations féministes qui combattent chaque jour le sexisme sur son terrain, en travaillant avec les femmes pour renforcer les résistances collectives et individuelles ».

Une loi « unique en son genre », les personnes transsexuelles, les liens avec la loi contre le racisme et la xénophobie, les messages sexistes diffusés à très large échelle, notamment par la publicité, l’usage bien particulier de la « liberté d’expression »…

Parmi les autres textes publiés, je signale notamment :

  • Dans l’oeil d’Axelle : les images du 8 mars affluant du monde entier, dont celle de la manifestation à Istanbul.

  • Allocation de Garantie de Revenus (AGR), « Donc, d’un coté, le gouvernement renforce la dimension contrainte du temps partiel et, de l’autre, sabre dans les droits des personnes qui s’y trouvent piégées, tout en leur faisant porter la responsabilité ».

  • Le long combat des coiffeuses sans papiers (Paris Xème arrondissement). En complément possible, Laurent Hazgui : Les 18 du 57 boulevard de Strasbourg. Récit photo de la grève des travailleurs sans papiers d’un salon de coiffure de Château d’eau à Paris, on-bosse-ici-on-vit-ici-on-reste-ici/ et Beauté parade, alors-ce-jour-la-on-peut-le-dire-oui-la-beaute-est-dans-la-rue/

  • La vie des japonaises entre inégalités et résistances, le Japon classé 111e pays sur 144 dans le dernier rapport mondial (2016) sur la parité entre hommes et femmes, la « disparition » des femmes au travail, en particulier après le mariage et encore plus après la première maternité, l’art contre le sexisme.

  • A l’assaut du ventre des femmes, l’exposition aux injonctions, les souffrances liées aux règles ou à l’endométriose (sur ce sujet, en complément possible, Camille Emmanuelle : Sang tabou. Essai intime, social et culturel sur les règles, imaginez-si-les-hommes-etaient-aussi-degoutes-par-le-viol-que-par-les-regles/ ou Elise Thiébaut : Ceci est mon sang. Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font, artemis-ourses-extraordinaire-capacite-a-inventer-des-histoires-regles-et-souffrances/), l’intime et le public, le contrôle des corps, la contraception et l’avortement (interdiction, limitation ou avortement contraint et stérilisation forcée), la gestion politique du ventre des femmes (sur ce sujet voir le récent livre, cité par les auteures, de Françoise Vergès : Le ventre des femmes. Capitalisme, racialisation, féminismefaire-resurgir-lhistoire-des-domine-e-s-des-oublie-es-des-marginalise-e-s/), les politiques natalistes « Travail, famille, patrie » ou anti-natalistes (politique de l’enfant unique en Chine, stérilisations forcées des Amérindiennes au Pérou, avortements forcés dans l’ile de la Réunion (voir le livre de Françoise Vergès)… « Nous ne sommes pas à l’abri »

  • C’est un tout petit monde, les violences, la neutralisation des acteurs, « les hommes, dans les statistiques concernant les violences, ce sont les hommes invisibles »

  • L’histoire avec un grand Elles : Alice Guy.

  • et toujours de riches rubriques : culture et informations internationales, dont un bel article sur le projet transdisciplinaire La Montagne.

Un journal de nos amies belges à faire connaître.

Axelle 198, avril 2017, http://www.axellemag.be

Didier Epsztajn

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s