Les violences sexuelles et sexistes ne sont pas anodines ou inévitables 

Présentation générale et sommaire : vade-mecum-sur-le-harcelement-sexuel-dans-lenseignement-superieur-et-la-recherche-edition-2017/

Une brochure nécessaire pour comprendre et agir, ici dans l’enseignement supérieur.

« Selon une enquête IFOP-Défenseur des Droits réalisée en 2014, une femme active sur 5 entre 18 et 64 ans a été personnellement confrontée au harcèlement sexuel dans sa vie professionnelle. Concernant les établissements d’enseigne- ment supérieur et de recherche, les témoignages recueillis par les associations (AVFT, CLASCHES ou associations de lutte contre le bizutage) démontrent depuis plusieurs années qu’il y existe, comme ailleurs, des comportements déplacés, discriminatoires, voire violents, qui nuisent à l’intégrité des personnes et au déroulement de leurs études ou de leur carrière. Nous disposons également depuis novembre 2016 des premiers résultats de l’enquête VIRAGE concernant les violences sexuelles (voir chapitre 2).

Ce vade-mecum s’intéresse spécifiquement au harcèlement sexuel. Cependant, dans ce premier chapitre, il nous apparaît nécessaire de le replacer dans un cadre plus large pour mettre en évidence le continuum des violences sexistes et sexuelles et les discriminations qui peuvent en découler. La plupart de ces violences ont été longtemps invisibles car considérées comme anodines ou inévitables; cependant, les cadres réglementaire et législatif ont récemment évolué, contribuant à leur donner une visibilité nouvelle et à les rendre intolérables. »

Les auteures proposent d’identifier le harcèlement sexuel et les autres violences sexistes ou sexuelles. Elles soulignent entre autres, le continuum des violences sexuelles et sexistes, l’invisibilité construite de ces violences, « La plupart de ces violences ont été longtemps invisibles car considérées comme anodines ou inévitables ».

Sexisme au travail, sexisme « ordinaire », harcèlement sexuel et agissements sexistes, victimes suspectées (« Elle n’a qu’à s’habiller autrement »), abus de pouvoir manifeste (« Le harcèlement sexuel ne se traduit pas nécessairement par du chantage explicite. Mais le professeur profite de sa position dominante pour faire des propositions sexuelles, outrepassant ses fonctions. Cette attitude est déstabilisante, humiliante et rabaisse l’étudiante au statut d’objet sexuel. Ce faisant, le harceleur porte atteinte à l’intégrité psychologique des victimes »), l’acceptable et l’inacceptable, « Il faut rappeler qu’il n’y a qu’un seul coupable : l’individu qui agresse, qui est responsable de ses actes et souvent en position de supériorité hiérarchique ou symbolique, a tout à fait conscience de ce qu’il fait », actes masculins « dans une écrasante majorité commis par des hommes », les conséquences pour les victimes, la Loi et ce qui est encouru par les agresseurs et les établissements…

Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche se doivent donc « faire respecter les droits de leurs personnels et de leurs usager·e·s » assurer la prévention, mener une politique de « réduction des risques psycho-sociaux ». Il convient de combattre les idées reçues et les préjugés qui banalisent et minimisent la violence, qui dénient la souffrance des victimes. Il faut qualifier les faits pour ce qu’ils sont, informer pour prévenir, rompre la loi du silence, mettre en place des dispositif pour prendre en compte le harcèlement sexuel et le prévenir, connaître et faire connaître les recours…

Le choix des vêtements portés ne l’est jamais pour se faire harceler, ce n’est pas juste « un séducteur », harceler n’est pas un jeu mais un délit, ce n’est pas juste une blague, NON ce n’est pas OUI.

Une brochure richement illustrée et très documentée. A faire connaître largement. A quand l’équivalent dans les autres secteurs professionnels ?

Et ne pas oublier que le premier lieu d’exercice de violences sexuelles et sexistes reste la famille…

A télécharger : vademecum

.

En complément possible :

Clasches : Le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche. Guide pour s’informer et se défendre, pas-des-blagues-ni-de-lhumour-potache/

Le Sexisme dans L’Enseignement Supérieur : on en parle ?le-sexisme-dans-lenseignement-superieur-on-en-parle/

Sexisme dans l’enseignement supérieur : la fin d’un tabou qui n’en finit pas…sexisme-dans-lenseignement-superieur-la-fin-dun-tabou-qui-nen-finit-pas/

Association nationale des études féministes : Le genre dans l’enseignement supérieur et la recherche. Livre Blanc, legalite-entre-les-femmes-et-les-hommes-nest-ni-optionnelle-ni-conditionnelle/

.

Anef – Clasches – Cped : Le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur

Vade-mecum à l’usage des établissements. Edition 2017

Mars 2017, 128 pages

Didier Epsztajn

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s