Ciel, enfin…

Pour Christine et Sara

Un roman du temps, d’un temps plus complet et plus éclaté que celui des contes médiatiques. Mais peut-il en être autrement dans une belle réussite littéraire ? Ifemelu, une femme, noire, nigérienne. Le temps d’un récit, d’un amour et les mille facettes d’une vie…

Lagos et le Nigeria, Ifemelu et les USA, Obinze et la Grande-Bretagne.

Devenir noire, la race aux états-unis, « A mes camarades noirs non-américains : En Amérique, tu es noir, chéri », les titres et les textes décapants d’une bloggeuse, le regard des autres, les cheveux, « Ifemelu avait grandi dans l’ombre des cheveux de sa mère »…

Une femme, « un être humain à part entière », l’estime de soi, les relations de cœur et de sexe, la périphérie de sa vie, des livres (comment ne pas souligner La prochaine fois, le feu de James Baldwin, nous-ne-serons-libres-que-le-jour-ou-les-autres-le-seront/), les langues dont l’anglais et l’académien, l’igbo, un acte et une rupture…

Pouvoir travailler et être autonome, les relations avec des hommes, se réinventer et être celle qu’elle désirait être, noir-e et blanc, les rapports entre l’amour et les cases d’auto-définition, ceux et celles qui ont la bouche cousue, écrire à l’autre et s’écrire…

Retour ? Le temps nécessaire, le temps passé et celui qui ne passe pas, l’intérieur du silence. Enfin…

Presque, j’allais écrire seulement, 700 pages, à peine le temps et cependant toutes les épaisseurs…

En introduction de leur ouvrage, Le sacré fictif. Sociologies et religion : approches littéraires (il-ne-sagit-pas-dattendre-mais-par-laction-rebelle-de-hater-le-millenium/), Erwan Dianteill & Michael Löwy interrogeaient : « LA LITTERATURE PEUT-ELLE CONTRIBUER de façon significative à la connaissance de la réalité sociale ? Peut-elle même apporter des éclairages qui vont au-delà des acquis des sciences sociales ? ». J’avais répondu : « Ma réponse est indéniablement oui. Si je pense, en premier lieu, aux littératures sur les camps de concentration et les génocides, je pourrais aussi parler de Marcel Proust cité par les auteurs, ou de ce roman de Marguerite Duras, relu récemment, « Le square », vous-ne-pouvez-pas-savoir-ce-que-cest-que-de-netre-rien/« Le texte littéraire nous fait connaître le réel autrement que les documents et les analyses historiques et sociologiques » ». J’ajoute aujourd’hui ce formidable livre de Chimamanda Ngozi Adichie. L’auteure nous fait palper le sens de la couleur de peau, l’assignation des corps et des cheveux des femmes, l’être noire, les situations de femme immigrée et sans-papier de travail, l’imbrication des rapports sociaux (intersectionnalité – classe, sexe et race)…

Oui, certaines fictions, grâce à la puissance inventive des mots, à l’ordonnancement des phrases, à la force d’exposition de l’auteure, en disent très long sur les réalités sociales.

Un livre intense, décapant, difficile à lâcher, pour nous faire rêver et penser/agir aux rythmes propres de l’irrévérence et de la fantaisie d’une auteure féministe. Une écrivaine dans son temps.

.

De l’auteure :

Chère Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe, avec-un-esprit-eclaire-humain-et-ouvert/

Nous sommes tous des féministes suivi de Les marieuses, je-suis-en-colere-nous-devrions-toustes-etre-en-colere/

Sur l’auteure :

Raquel Rosario Sanchez : L’essai de récupération de Chimamanda Ngozi Adichie par la Troisième vague est tout sauf intersectionnel, lessai-de-recuperation-de-chimamanda-ngozi-adichie-par-la-troisieme-vague-est-tout-sauf-intersectionnel/

.

Chimamanda Ngozi Adichie : Americanah

Traduit de l’anglais (Nigeria) par Anne Damour

Editions Gallimard, Paris 2014, réédition en Folio, 690 pages

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s