Violence structurelle du travail et violence contre l’auto-organisation des salarié-e-s

Je n’aborde que certains articles et certaines analyses. Je laisse de coté les orientations syndicales spécifiques, les choix d’intervention concrète ou de structuration particulière.

Le premier article éclaire la politique anti-sociale du Front National. L’auteur souligne, entre autres, le « réarmement idéologique réactionnaire et xénophobe », la construction du « problème » de l’immigration, le concept de « préférence nationale » et ses antécédents dans la gauche, la « captation symbolique » du 1er mai, l’histoire des offensives du FN, la défense d’un capitalisme national. Il aborde les gestions des villes, le chantage aux subventions, l’autoritarisme des élu-e-s, les politiques anti-syndicales, la gestion clientéliste des contrats, les mesures d’exclusion et le racisme, les investissements en matière de « sécurité » et la baisse des budgets sociaux, « Aucune remise en cause des intérêts patronaux, des rapports de domination et d’exploitation ; rien sur les causes réelles des inégalités sociales, sur les logiques patronales, sur les conditions de travail, sur la répartition des richesse, bref sur les solidarités de classe défendues par le syndicalisme de lutte ». Le syndicalisme comme défense de l’ensemble des salarié-e-s est incompatible avec la « préférence nationale », l’alliance avec le patronat pour « produire français »…

En complément possible, Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes (VISA) : Lumière sur mairies brunes, discours-haineux-mesures-antisociales-autoritarisme-et-racisme/

Le dossier est consacré à l’unité syndicale.

Unité et pratique syndicale, « double exigence unitaire et démocratique », collectifs de travail et démocratie, « Nous parlons de démocratie ouvrière et syndicale lorsque les travailleurs et les travailleuses choisissent, selon des modalités qu’ils et elles décident, leur délégué-e-s », fonctionnement des instances, refus du « patriotisme d’organisation », confrontation syndicale sans volonté de nuire, plateforme commune adoptée, assemblées générales, tournées communes, proposition d’initiatives unitaires engageant des convergences, engagement internationaliste réel, pacte-front entre organisations, etc.

Le second article traite des « heurs et malheurs » de l’unité des années 68, les accords CGT-CFDT, les divergences sur l’auto-organisation, le socialisme…

Je souligne l’intérêt de (re)lire les extraits proposés d’entretiens avec Frédo Krumnow (Secrétaire de la fédération Hacuitex dans les années 60), « le problème est d’arriver à une solidarité active d’une majorité de travailleurs »…

J’ai particulièrement été intéressé par l’article sur les revues intersyndicales, Michel Desmars : Quand la gauche syndicale se dotait d’outils pour avancer… ( quand-la-gauche-syndicale-se-dotait-doutils-pour-avancer/). Ces revues étaient à la fois des lieux de débats et des outils pour toutes et tous les syndicalistes. L’absence d’une telle revue aujourd’hui se fait cruellement sentir, renvoyant les un-e-s et les autres uniquement à leurs organisations et aux prismes particuliers qui les animent…

Sans m’y attarder, je signale l’article sur les Vingt ans d’intersyndicales femmes qui vient de donner lieu à un livre : La CGT, F.S.U, Union syndicale Solidaires, Coordination : Évelyne Bechtold-Rognon, Nina Charlier, Annick Coupé, Élodie De Coster, Sigrid Gérardin, Cécile Gondard-Lalanne, Clémence Helfer : Toutes à y gagner. Vingt ans de féminisme intersyndical, dans-le-monde-du-travail-les-femmes-sont-tout-sauf-une-minorite/. Par la diversité et la qualité des textes, un ouvrage de référence.

Catherine Vidal, dans un bel article, présente les connaissances actuelles sur le fonctionnement du cerveau. Contre les préjugés persistants, elle souligne, entre autres, le rôle des apprentissages et des expériences dans la création de nouveaux circuits de neurones, « Rien n’est à jamais figé ni programmé dans nos neurones », la plasticité cérébrale, le cerveau inachevé des nouvelles et nouveaux né-e-s, l’unicité de chaque cerveau, « les mêmes capacités de raisonnement, de mémoire, d’attention » pour les filles et les garçons, notre simultanément être biologique et être social, les processus d’incorporation, le poids des comportements parentaux dans l’apprentissage et l’auto-construction des enfants, les fantasmes sur le rôle des hormones, le cerveau comme organe sexuel le plus important, le rôle du cortex cérébral, les normes de culture et les normes sociales, « Dans le contexte actuel où les thèses essentialistes ressurgissent pour attaquer les études de genre, il est crucial que les biologistes s’engagent aux côtés des sciences humaines et sociales pour remettre en cause les fausses évidences qui voudraient que l’ordre social soit le reflet d’un ordre biologique ».

En complément possible, des livres de l’auteure et d’autres :

Catherine Vidal : Nos cerveaux, tous pareils tous différents !, histoire-evolutive-specifique-des-etres-humains/ et Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys : Cerveau Sexe & Pouvoirgenetiquement-programme-e-pour-apprendre/

Rebecca M. Jordan-Young : Hormones, sexe et cerveau, ne-plus-forcer-au-chausse-pied-des-donnees-pour-restreindre-la-complexite-et-les-potentiels/

Anne Fausto-Sterling : Corps en tous genres. La dualité des sexes à l’épreuve de la science apposer-sur-quelquun-e-letiquette-homme-ou-femme-est-une-decision-sociale/

Priscille Touraille : hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse – les régimes de genre comme force sélective de l’adaptation biologique les-inegalites-de-genre-pourraient-etre-enregistrees-au-niveau-du-genome-jusqua-devenir-ce-que-nous-identifions-ensuite-comme-des-caracteres-sexues/

Nicole Mosconi : De la croyance à la différence des sexes, demander-toujours-des-preuves-la-preuve-est-la-politesses-elementaire-quon-se-doit/

J’ai choisis, Violence structurelle du travail et violence contre l’auto-organisation des salarié-e-s, comme titre de cette note, pour marquer l’intérêt de l’article consacré à ce sujet. Les quelques 500 mort-e-s au travail par an relèvent non de faits divers mais bien d’un système de violences. Violences presque légales et rarement poursuivies – A quand la responsabilité pleine et entière des dirigeants, des donneurs d’ordre ou des actionnaires ?

L’article aborde aussi la violence de la Loi Travail et du 49-3, les violences policières dans les manifestations, la judiciarisation des combats de salarié-e-s et l’individualisation de la répression. Je souligne la revendication de « désarmement de la police ».

.

Le dernier article concerne l’armée française en Afrique, la préservation des intérêts de l’ancienne (et toujours actuelle) métropole coloniale, les bases et les accords de coopération militaires, les interventions officielles et officieuses, les réseaux mafieux, les ventes d’armes – dans le silence le plus souvent, et quelque fois avec l’approbation des organisations syndicales, au nom de la préservation de l’emploi ! -, les crimes néocoloniaux de l’armée – dont les viols et la complicité dans le génocide des Tutsi au Rwanda, la sanctuarisation du budget des armées, etc.

En complément possible, le livre de l’association Survie : Françafrique. La famille recomposée, la-francafrique-existe-toujours-et-se-porte-bien/

Je termine par l’article « Recourir aux tribunaux pour s’attaquer aux syndicats c’est critiquable. Utiliser n’importe quel argument, c’est dangereux ».

La saisie de la justice au nom, entre autres, des valeurs républicaines, contre le Sindicatu di i Travagliadori Corsi (Syndicat des travailleurs corses – STC) et l’Union syndicale basque Langile Abertzaleen Batzordeak (Commissions ouvrières abertzales – LAB) est une négation du droit d’auto-organisation des salarié-e-s, une négation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, un renforcement de l’arsenal juridique antisyndical.

.

Sommaire

Édito

Eclairer la politique antisociale du FN, pour mieux combattre l’extrême-droite

Dossier « unité syndicale »

Le sexe du cerveau : au-delà des préjugés

La violence structurelle du travail et la violence contre l’autogestion des travailleurs

Uber pour les enfants de prolos, les grandes écoles pour les mômes de la bourgeoisie

L’interprofessionnelle à proximité : de l’histoire de la construction des unions interprofessionnelles locales (UIL) dans le Pas-de-Calais

L’interprofessionnelle à proximité : développement et place des unions locales dans solidaires à partir de l’exemple de Saint-Denis

Recourir aux tribunaux pour s’attaquer aux syndicats, c’est critiquable. Utiliser n’importe quel argument, c’est dangereux !

L’armée française en Afrique

Sommaires des numéros 1, 2, 3 des cahiers les utopiques et abonnement

.

Les Utopiques : Cahier de réflexions

N° 4  – Février 2017

Union syndicales Solidaires, 152 pages, 5 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s