Le sillage brille dans la nuit

« Je n’ai jamais eu envie de faire de la musique à poser sur une cheminée pour faire joli, mais plutôt de comprendre profondément de quoi le jazz était constitué.

Au terme de toutes mes recherches, j’y vois un indéfectible sens du dialogue, de la fraternité, de la danse, de la conscience du monde. »

Composition musicale : Emmanuel Bex

Texte et mise en scène : David Lescot

Collaboration artistique : Linda Blanchet

Scénographie : François Gautier Lafaye

Création lumière : Paul Beaureilles

Création son : Alexandre Borgia

Costumes : Sylvette Dequest

Conseiller historique : Quentin Dulermoz

Emmanuel Bex (orgue)

Elise Caron (chant, flute)

Simon Goubert (batterie)

Mike Ladd (spoken words)

Géraldine Laurent (saxophone)

David Lescot (voix, trompette)

La commune en 13 parties :

  • Le 18 mars

  • Together we are strong

  • Elisabeth Dmitrieff

  • La canaille

  • Le temps des cerises

  • Les œuvres

  • Versailles assault

  • Ballade en l’honneur de Louise Michel

  • Duo des femmes

  • Manifeste de l’Union des femmes

  • L’hymne

  • La semaine sanglante

  • Le sillage

« Je rêve souvent d’une forme actuelle, active pour écrire, pour exprimer, pour raviver l’Histoire. Et je me dis que la Commune c’est une affaire de Résistance et de Révolution, comme le Jazz. Une Révolution éteinte, nous dira-t-on ? Oui, mais furieuse si on la réveille, je parie. » David Lescot

La puissance des mots, des voix humaines et instrumentales pour la république universelle et sociale, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’école obligatoire pour toutes et tous, l’« affranchissement du travailleur par lui-même », les fils et les filles du peuple, l’annulation des trois derniers loyers, le service militaire et la conscription abolis, la fin des privilèges, les tricoteuses, le travail et l’association, « régénérer l’avenir »…

Il ne faudrait pas oublier ce saxophone, son lyrisme ou ses cris, cette batterie qui parfois claque comme les balles des versaillais, les envolées de la flute ou de la trompette, l’orgue comme barricade, drapeau, liberté… et les voix qui vont au-delà des mots, « le luxe communal »

« C’est la canaille

Eh bien, j’en suis ! »

Histoire et musique, subvertir la réalité, rouge comme le sang et un drapeau levé, renouer avec la liberté et la chose commune.

Cd La chose commune, Le triton 2017

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s