A propos des J.O. De 2024. Contre la censure olympique

Le discours olympique et sportif est le prototype du « discours anonyme » c’est-à-dire du langage venu de partout et de nulle part qui nous traverse et que nous répercutons avec le sentiment de transmettre des évidences incontestables. C’est une sorte de goutte-à-goutte permanent, administré par les institutions et par les relais médiatiques, qui produit des effets sociaux très profonds. Le sport et l’olympisme font l’objet de croyances, de préjugés, d’adoration ou de rejet, mais nullement de connaissance.

L’Olympisme c’est avant tout l’exposition d’une doctrine. Ce n’est pas un jeu mais une vision du monde destinée à conquérir la planète entière : « Nous dicterons au monde ce en quoi il doit avoir foi » (Pierre de Coubertin). Cette « philosophie pratique de la vie » doit servir de modèle social et de règle de vie. Avec sa morale et ses sermons sur les idéaux, elle cache des discours idéologiques..

Il faut arrêter de le nier : la doctrine olympique n’est pas neutre et innocente. Elle est un ensemble de valeurs et d’opinions. L’imaginaire olympique et sportif est aussi un imaginaire politique.

Or, que voyons-nous face au sport en général et à l’Olympisme en particulier ?

– D’un côté, des amoureux (mouvement sportif, élus de tous bords, militants divers, etc.) qui nous décrivent un sport désincarné, une essence romantique de sportif tourné vers la perfection morale et physique, et nous vantent le culte des émotions et le dépassement de soi.

– D’un autre côté, les  observateurs de l’institution sportive qui décortiquent ses dogmes, illusions, arguments d’autorité, et soumettent l’Idée olympique à l’analyse en essayant de comprendre les mécanismes selon lesquels elle est produite et imposée.

En France, à quelques semaines du choix de la ville organisatrice des Jeux de 2024, la propagande bat son plein dans les rues, dans les écoles et dans la presse.

Nous travaillons sur le sujet depuis de longues années. On peut être en désaccord avec nos thèses mais encore faut-il les connaître, les étudier et ne pas les rejeter avec mépris ou désinvolture.

Nous voulons débattre et nous nous heurtons à des murs. La censure olympique empêche d’avoir un échange libre et argumenté sur la religion olympique.

Les Jeux Olympiques c’est la mobilisation de foules immenses, ce sont des milliards en jeu, ce sont des heures d’antennes, c’est la saturation de notre temps et de notre espace.

Oui, les Jeux olympiques de Paris en 2024 posent des questions sur les plans politique, idéologique, économique et culturel. Les taire c’est censurer tout discours critique sur un phénomène social majeur. Toute censure nous semble inacceptable, Y compris la censure olympique et sportive.

Pour le CACS – Michel Caillat

Auteur de « Sport : l’imposture absolue », Editions Le Cavalier Bleu, 2014, et de divers ouvrages de sociologie du sport parmi lesquels « Les Dessous de l’Olympisme » (Ed. La Découverte)

Pour tout renseignement s’adresser à : 

Centre d’Analyse Critique du Sport (siège à Orléans)

Mail : lecacs@live.fr

tél : 06 82 57 55 73

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s