Injonction à la jouissance et violences de la sexualité dans les rapports de domination

Dans son édito, « Une victoire à l’ombre ou au soleil », Sabine Panet aborde la lecture de ce numéro hors-série comme une petite victoire, « Parce que ce sujet si personnel est aussi très politique », la « libération sexuelle » – « au fait, qui a libéré qui, et pourquoi faire ? », ces choses que l’on entend dire « bien éloignées de la sexualité des femmes, de leurs sexualités, avec ce que le pluriel contient de diversité, de fluidité, de transitions, d’hésitations, d’entraves, de désirs », ce territoire   « Une sexualité à soi » à contempler, défricher…

La revue présente une petite topographie de la sexualité, une mise en mot pour comprendre.

Quelques éléments choisis subjectivement dans les articles.

Sylvie Chaperon, Vanessa d’Hoogle et Rosine Horincq Detournay discutent des « péripéties de la sexualité féminine ». Elles analysent, entre autres, ce que les femmes auraient retiré de la « libération sexuelle », l’éducation sexuelle à l’école et le silence sur le plaisir, les désirs ou les envies, la libération de « la parole radicale, féministe et homosexuelle », l’androcentrisme des discours sur la sexualité, « la sexualité est pensée pour faire plaisir aux hommes et dans laquelle les femmes sont transformées en objets de plaisir », les nouvelles injonctions de jouir couplées à la performance et à la culpabilisation, les pratiques sexuelles et le plaisir comme constructions sociales, les contraintes à l’hétérosexualité, la notion de consentement, la difficulté d’une sexualité égalitaire, l’apprentissage de la masturbation pour les petites filles, la domination et la violence inséparables de la sexualité dans les rapports sociaux actuels, l’invisibilité des violences faites aux femmes, le parler de « sexualité positivement »…

En complément possible sur le « consentement », Nicole-Claude Mathieu : L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, la-definition-du-sexe-comporte-toujours-un-aspect-strategique-cest-a-dire-politique-dans-la-gestion-des-relations-entre-les-sexes/ dont « Quand céder n’est pas consentir » et Geneviève Fraisse : Du consentement, car-dire-oui-cest-aussi-pouvoir-dire-non/ dont « l’argument du consentement des dominés est un énoncé qui ne saurait faire preuve ».

Clitoris, ce qu’il est et ce qu’il semble être, son histoire, l’« économie du savoir phallique dans laquelle l’homme devient le sujet universel », les mutilations génitales ;

La construction de l’hystérie puis de la frigidité, « une épidémie pour une maladie non contagieuse », la peur des femmes comme sujets agissants, une intuition… « avoir perçu, derrières les hystériques et les frigides, un certain ras-le-bol qui déborde des cases » ;

Erotisation et animalisation des femmes, hyper-sexualisation, contrôle « communautaire » ou « traditionaliste » ;

Les règles et pourquoi tant de honte, ne pas être réduite à une « barrière biologique », l’interprétation patriarcale des règles comme faiblesse (En complément possible deux livres, aussi présentés dans la revue, Camille Emmanuelle : Sang tabou.Essai intime, social et culturel sur les règles, imaginez-si-les-hommes-etaient-aussi-degoutes-par-le-viol-que-par-les-regles/ et Elise Thiébaut : Ceci est mon sang. Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les fontartemis-ourses-extraordinaire-capacite-a-inventer-des-histoires-regles-et-souffrances/) ;

Avortement et sexualité, les irlandaises défient l’emprise religieuse, le collectif « Résistance contre l’Oppression, le Sexisme et l’Austérité » (ROSA), la demande de séparation de l’Eglise et de l’Etat…

Je souligne l’article « Quand dire NON devient « délicat » », le « consentement » sans désir, l’idée du « droit » du conjoint, « Le modèle du consentement ne prend pas en compte les relations de pouvoir et d’oppression dans lesquelles se produit le viol et propose à la place une définition de la sexualité comme échange entre partenaires égaux », le rappel qu’un « oui » à un moment donné ne veut pas dire « oui » tout le temps, (Sur ce sujet voir les deux ouvrages déjà cités).

A l’école de la sexualité et l’Evras (éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle) ;

Les violences gynécologiques, les pratiques de self-help, les patient-e-s comme « des personnes dotées de réflexion, de sensibilité et capables de poser des chois éclairés » ;

Un lit à soi, une chambre à soi, (en complément possible, Virginia Woolf : Une chambre à soi, on-ne-peut-persister-a-dire-mais/ et Michelle Perrot : Histoire de chambres, la-chambre-est-une-boite-reelle-et-imaginaire/)

La masturbation, « jouir avec soi-même », les sex-toys, le contexte politique et social d’une hyper-compétitivité y compris dans le champ de la « vie privée », entre les injonctions à jouir et les culpabilisations, « le désir féminin ne peut toujours pas s’exprimer librement » ; la possibilité ou non d’un porno féministe, les regards, les actrices « je sais qu’elles vont en sortir complètement détruites… »

Des livres au sujet de l’amour entre femmes et une nouvelle « Quatre murs et un toit ».

.

Sommaire :

Petite topographie de la sexualité

Les péripéties de la sexualité féminine

Clitoris, le nec plus ultra

Frigide ou pas ?

« Nous sommes érotisées et animalisées »

« Juste un peu de sang »

Avortement, sexualité : des Irlandaises défient l’emprise religieuse

Quand dire non devient « délicat »

Petite histoire partielle du self-help féministe !

À l’école de la sexualité : un bulletin moyen pour l’ÉVRAS

La gynécologie, au service des femmes ?

Un lit à soi

Jouir avec soi-même

Sextoys : amis ou ennemis des femmes ?

Un porno féministe, est-ce possible ?

L’amour entre femmes : livres choisis

Bonus web

Quatre murs et un toit

Pour aller plus loin…

.

Un journal de nos amies belges à faire connaître.

Axelle Hors-Série : Une sexualité à soi, Juillet-Août 2017, http://www.axellemag.be

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s