Le renforcement volontariste et structurel de l’engagement féministe du CADTM

Pour le CADTM, la lutte contre la dette est un moyen de parvenir à la libération des êtres humains des différentes formes d’oppression. Dans notre charte politique, nous indiquons parmi nos objectifs celui de « garantir l’égalité entre les femmes et les hommes dans toutes les sphères de la vie ». En effet, la défense des droits humains fondamentaux implique nécessairement la lutte pour les droits des femmes et la défense de ceux-ci. Le CADTM défend cette égalité au sein même de l’organisation du réseau afin d’atténuer et, à terme, de faire disparaître de ses pratiques toute reproduction du modèle patriarcal (telle que la division sexuelle du travail). Le CADTM garantit dans sa charte de fonctionnement la parité entre les femmes et les hommes au sein de ses instances, et cherche à favoriser l’implication des femmes membres du réseau dans l’écriture d’articles et d’analyses, dans les interventions lors de formations et de conférences, ou encore dans la représentation du réseau auprès du public. De plus, toute organisation membre peut se voir exclue du réseau à travers un processus démocratique en cas de comportement sexiste.

Le système capitaliste a intégré le patriarcat à son fonctionnement, soumettant ainsi plus de la moitié de la population mondiale à une oppression de genre. Les femmes continuent à prendre en charge l’écrasante majorité du travail domestique (qui est dévalorisé, invisible et gratuit), elles constituent la majorité de la force de travail précaire et sont utilisées par les capitalistes comme une variable d’ajustement sur le marché du travail. Elles sont les premières victimes de l’austérité.

En effet, la destruction de l’État social, cible privilégiée de l’austérité, touche prioritairement les femmes. Désormais, c’est sur leurs épaules que reposent – via une augmentation de leur travail gratuit et invisible – les tâches de soins et de protection sociale délaissées par la fonction publique. On assiste à une véritable substitution des obligations sociales fondamentales de l’État vers le privé et donc vers les femmes : soins aux enfants, aux malades, aux personnes âgées et handicapées, ou encore aux jeunes en détresse et au chômage. Ces tâches sont assurées par les femmes au détriment de leurs temps de repos, de loisirs, de travail salarié, et de leur participation aux affaires publiques. Cette situation conduit à une dégradation de la santé physique et psychique des femmes.

De plus, ce retour en arrière est accompagné de mesures qui mettent en danger les droits les plus fondamentaux des femmes, conquis dans leurs luttes. Les coupes budgétaires imposées par les mesures d’austérité entravent les droits à la santé sexuelle et reproductive, fondamentaux pour la promotion effective de l’égalité des sexes. En effet, moins de ressources financières sont attribuées à la prévention du VIH, aux centres d’IVG, aux plannings familiaux, aux maternités et aux soins de santé préventive des femmes.

Au vu des innombrables reculs qu’imposent la dette et l’austérité aux droits et à l’émancipation des femmes, notre lutte est nécessairement une lutte féministe.

Depuis sa création, le CADTM renforce constamment son engagement dans les combats féministes. Pour nous, la libération des femmes passe par les femmes elles-mêmes : nous nous inscrivons ainsi pleinement dans le mouvement autonome des femmes auquel il nous semble indispensable de contribuer non seulement à l’échelle nationale, mais aussi aux échelles régionale et internationale. C’est pourquoi le CADTM travaille avec des réseaux féministes partageant cette vision, tel que la Marche mondiale des femmes (MMF) qui agit au niveau mondial et aux niveaux nationaux.

http://www.cadtm.org/Genealogie-du-CADTM-et-des-luttes

Publicités

Une réponse à “Le renforcement volontariste et structurel de l’engagement féministe du CADTM

  1. Il est dit dans cet article : »Le système capitaliste a intégré le patriarcat à son fonctionnement, soumettant ainsi plus de la moitié de la population mondiale à une oppression de genre. » OK, je propose néanmoins d’approfondir cette articulation entre l’hégémonie des mâles et l’accapparement capitaliste, comme je l’ai fait dans le tome 4 du Manifeste pour la décolonisation de l’humanité femelle, intitulé : Poussées d’émancipation et violences colonisatrices paru chez l’harmattan en 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s