Des enregistrements en 2015 (5)

Des disques et des musiques récentes. Prendre le temps de s’arrêter, d’écouter des albums. S’éloigner des critères privilégiés par des commerçants, rarement disquaires, ou des productions des majors…

De multiples éditeurs nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ». Quelques disques enregistrés, ici en 2015, au hasard des écoutes.

Voir aussi : des-enregistrements-en-2015/, des-enregistrements-en-2015-2/, des-enregistrements-en-2015-3/, des-enregistrements-en-2015-4/

Un quartet plus sur quelques plages un ou des musiciens invités.

Adrien Sanchez (saxophone ténor), Maxime Sanchez (piano), Florent Nisse (contrebasse), Gautier Garrigue (batterie)

Plus : Emile Parisien (saxophone soprano), Manu Codjia (guitare), Pierre de Bethmann (wurlitzer).

Le charme des sonorités et des petites touches colorées.

Cd Flash Pig, enregistré en décembre 2015, Nome 2016

« Circles est une succession de tableaux, allant du clair à l’obscur, du dénuement total au bouillonnement, des tempêtes intérieures aux moments de calme et de plénitude ». Anne Paceo n’est pas une musicienne enfermée dans un style ou une catégorie, il faut l’écouter en accompagnement de Jeanne Added. Son usage de la batterie parle rock, jazz, electro…

Anne Paceo (batterie, voix, percussions), Emile Parisien (saxophone soprano), Leila Martial (voix), Tony Paeleman (fender Rhodes, clavier) et sur quelques plages Adrien Daoud (saxophone ténor, claviers additionnels).

Une musique tout terrain mais non éparpillée, une musique chantée, aux rythmes et aux textures très travaillées. Je souligne le saxophone d’Emile Parisien et la prestation de Leila Martial. Laissez vous entrainer…

Cd Anne Paceo : Circles, enregistré en 2015, Laborie Jazz 2016

Anne Paceo Circles / Toundra / 2015 / Live at Festival des 5 continents / Marseille

« L’idée de « Moments of Fatherhood » m’a été inspirée par des photographies exposées en 1900 par l’universitaire et défenseur des droits sociaux, W.E.B. Dubois. À l’aube de l’ère de la reconstruction américaine, Dubois est venu à l’Exposition Universelle de Paris de 1900, où il a exposé d’impressionnantes et percutantes photographies qui mettaient en évidence la prospérité et la capacité des afro-américains quelque décennies seulement après la guerre civile. En donnant à voir leur ténacité et leur résilience, les photographies de Dubois ont redonnées une image positive des Afro-Américains, et vont à l’encontre des de la vision négative véhiculée par les médias américains depuis des siècles.

« Moments of Fatherhood », échange interculturel et célébration musicale de la paternité, fait se confronter musique improvisée et musique écrite. » – Nicole Mitchell, extrait des notes de la pochette

Entre flute et compositions, Nicole Mitchell développe un art de la musique incomparable. Des colorations discrètes qui jaillissent différemment à chaque écoute, des combinaisons riches de possible, des variations irisées incomparables…

Nicole Mitchell (flutes), Renée Baker (violon), David Boykin (saxophone ténor, clarinette), Aruán Ortiz (piano), Hélène Breschand (harpe), Cèsar Carcopino (batterie, vibraphone, Benjamin Duboc (contrebasse), Sylvain Kassap (clarinettes), Anaïs Moreau (violoncelle)

Un bien beau disque.

Cd Nicole Mitchell Black Earth Ensemble & Ensemble Laborintus : Moments of Fatherhood, enregistré en janvier et février 2015, RogueArt 2016

Après un disque enregistré en 2012 (des-enregistrements-en-2012-4/), c’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé John Hollenbeck à la batterie et aux percussions, Alban Darche au saxophone ténor, Samuel Blaser au trombone et Sébastien Boisseau à la contrebasse. Une imbrication des qualités individuelles, du spécifique instrumental, pour une expression collective à la fois très vivante et très colorée. Et lorsque le trombone et le saxophone discutent…

Lire la note plus détaillée de Nicolas Béniès : nouveautes-jazz-decembre-2016-2/

Cd Jass : Mix of Sun and Clouds, enregistré en juin 2015, Yolk Music 2016

Dès les premières notes, l’oreille est accrochée. Sentiments de proximité et d’étrangeté mêlés, sonorités de la trompette (Ralph Alessi) et du piano (Marc Copland). Puis les lignes et structures sont développées par ce quartet à la rythmique indispensable : Drew Gress (contrebasse) et Joey Baron (batterie). Je souligne le rare The Mystery Song de Duke Ellington, l’intrigant Hurricane et surtout cette pièce en trois parties Air we’ve never Breathed, construction par touches successives de sonorités jusqu’à l’envol de la trompette.

Cd Marc Copland : Zenith, enregistré en juin 2015, InnerVoiceJazz

Une ombre plane sur cet album, celle de Steve Lacy (sans oublier celle de Mal Waldron) et pas seulement parce que Steve Potts (saxophones) et John Betsch (batterie) ont été ses partenaires (de même que Mal Waldron).

C’est aussi un plaisir de retrouver le trop rare Jobic Le Masson (piano). Le quatrième musicien est Peter Giron (contrebasse).

Je souligne la très grande cohésion du groupe et mon petit faible pour « Round table for four »

Lire la note plus détaillée de Nicolas Béniès : nouveautes-jazz-decembre-2016-2/

Cd Jobic Le Masson trio + Steve Potts : Song, enregistré en septembre 2015, Enja 2016

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s