Oui, vous aussi. Qu’en est-il des hommes ?

Le déluge de #MoiAussi inondant mon écran en provenance de femmes que je connais, de femmes que je ne connais pas, et de femmes que je connaissais autrefois, tout cela m’a mis dans la gorge une boule qui n’est pas encore dissipée depuis 24 heures. Certaines ont partagé une histoire ou deux ou cinq, d’autres ont simplement posté les mots « Moi aussi », ce qui était plus que suffisant pour me mettre les larmes aux yeux. Je n’ai pas besoin de connaître les détails – nous savons toutes, en tant que femmes, ce que cela signifie.

Cela pourrait sembler le pire moment où poser la question qui est devenue une farce en soi, « Qu’en est-il des hommes ? » Mais j’ai cette question en tête. Qui sont les personnes qui ont amené des légions de #MoiAussi à prendre d’assaut mon mur Facebook ? Et qu’attendons-nous d’eux ? Attendons-nous quoi que ce soit ?

Pour être clair, le hashtag #MoiAussi parle des femmes. Je ne veux pas entendre un seul homme s’immiscer dans cette conversation pour rappeler aux femmes : « Cela arrive aux gens des deux sexes » ou pour dire : « C’est un problème humain, pas un problème de femmes ». Pas maintenant. Nous savons que des hommes sont victimes d’agressions et de viols commis par d’autres hommes. Et c’est affreux. Mais en ce moment nous parlons des femmes, et de ce que les hommes leur font vivre, en régime patriarcal. Voilà sur quoi porte la discussion.

Alors, maintenant que ceci est clair entre nous, qu’en est-il des hommes ? Je suis sérieuse. Qu’attendons-nous de la part des hommes dans cette discussion ? N’importe quoi ? Rien du tout ? Le silence ? Qu’ils s’expriment ? Qu’ils se castrent ?

Je vois des femmes avec qui je suis allée au lycée afficher #MoiAussi, en sachant que leur #MoiAussi est sans doute venu d’hommes que nous connaissions toutes. Des hommes qui sont probablement encore dans les parages, des amis de connaissances proches. Je vois des femmes afficher #MoiAussi, sachant que l’homme qui les a agressées ou harcelées est toujours dans leur cercle d’ami-e-s, et que les hommes qui les entourent sont restés silencieux, la laissant seule à parler. Je sais que certaines femmes envoient un signal à des hommes autour d’elles : oui, je parle de TOI. Je sais que beaucoup de femmes se rendent compte que la chose qu’elles ont traversée, qu’elles avaient acceptée comme normale ou sans gravité, ne l’était pas en fait. Elles se rendent compte que les incidents quotidiens de dépassement des limites par les hommes ont lieu sur un continuum – qu’il y a parfois des viols très violents qui laissent des ecchymoses, mais parfois aussi des incidents de masturbation publique et parfois il y a un ami qui vous fait céder à un rapport sexuel que vous ne voulez pas avoir.

J’ai posté mon propre #MoiAussi, en sachant que certains de mes proches reconnaîtraient les hommes et les incidents dont je parlais, mais qu’ils continueraient à ne rien dire à ces hommes. Pour la plupart d’entre nous, #MoiAussi fait référence à des dizaines – peut-être même des centaines – d’expériences. La fois où nous avons cédé à une relation sexuelle avec quelqu’un dont nous ne voulions pas parce qu’il s’obstinait et que nous, nous souhaitions simplement dormir. La fois où un homme nous a dévisagées durant tout notre trajet au travail, ce qui nous a mises en panique complète, et où n’avons pas pu expliquer à ceux qui nous entouraient que nous avions besoin d’aide parce que le mec ne fait rien, il ne fait que vous regarder. Nous arrivons au travail, ébranlées, incapables d’expliquer que nous devons aller nous asseoir un quart d’heure dans la salle de bain en respirant profondément parce qu’« un homme m’a dévisagée pendant une demi-heure dans l’autobus ». La fois où un homme avec qui nous dansions lors d’une fête universitaire en 1998 nous a traînées sur le côté de la pièce, a entr’ouvert nos jambes de force et nous a enfoncé sa langue dans la gorge et nous a mis sa main entre les jambes, et où nous avons dû utiliser toutes nos forces pour le repousser, parce qu’il était beaucoup plus grand et plus fort qu’une fille de 18 ans, imbibée de vodka et de Gatorade, et qu’heureusement il a fini par abandonner, probablement parce qu’il y avait tellement de gens autour. Nous captons des bouffées de son eau de Cologne de temps en temps dans le monde, et nous nous sentons malades. Incapables d’expliquer à nos compagnons comment une odeur liée à « un homme qui a tenté de me violer quand j’avais 19 ans » nous donne la nausée. Il y a la fois où un homme a « baisé avec moi » après que j’aie vomi partout à l’entrée de chez lui et me sois évanouie dans son lit en banlieue parce que je n’avais pas de quoi prendre un taxi.  Et l’amie qui m’a téléphoné le lundi alors que j’étais au travail pour me hurler à la figure « putain » et « prostituée », parce qu’elle était intéressée par ce type de merde. Il y a l’homme qui m’a suivie jusque chez moi, en criant qu’il allait me violer et me tuer, et que tout le monde autour de moi faisait semblant de ne rien entendre, et quand j’ai téléphoné à mon petit ami pour qu’il m’aide, il a eu l’air indifférent et a commencé à discuter avec moi de la situation, me faisant paniquer encore plus, et puis il a raccroché. Il y a l’homme qui m’a demandé si j’avais un petit ami pendant que j’attendais le bus, et qui, quand je lui ai demandé de me laisser tranquille, m’a craché dessus et a crié qu’il allait m’« arracher les tétons », tandis que tout le monde à l’arrêt de bus faisait semblant de ne rien remarquer. Il y a l’homme avec qui j’ai échangé quelques baisers, mais à qui j’ai dit explicitement qu’il ne pouvait pas me raccompagner à la maison, mais qui m’a tout de même suivie jusqu’à ma porte et a pénétré chez moi de force malgré mon refus répété, puis à qui j’ai finalement « cédé », pour me réveiller avec l’envie de vomir. Il y a les nombreux hommes se masturbant en public que vous pouvez parfois éviter en traversant la rue, mais pas toujours. Il y a les hommes qui ont violé mes amies et qui ont continué à être cool et populaires, alors que mes amies étaient stigmatisées comme « salopes » ou tout simplement pas crues parce que « vous savez comment est ____ ». Il y a l’homme qui travaillait dans le bureau où j’étais réceptionniste, qui venait traîner autour de mon bureau tous les jours et posait ses mains sur mes épaules, se tenant si près que son corps touchait le mien, qui se rapprochait chaque fois que j’essayais de me dégager, toujours en présence de clients, de sorte que je me sentais trop gênée pour faire un esclandre. Il y a les légions d’hommes dans les bars qui se tiennent à côté de mon tabouret, se positionnent de sorte que leur bite touche ma jambe, en me testant pour voir si je vais m’éloigner. Il y a les histoires pires que j’ai trop honte de raconter, les histoires dont je ne me souviens pas parce que je les ai bloquées depuis des années pour éviter de revivre ces souvenirs, les nombreuses autres histoires que je ressens être « de ma faute » parce que j’étais dans son lit, parce que nous nous étions caressés, parce que j’avais quitté un endroit avec lui, parce que je suis montée dans la limousine d’un étranger bon dieu !, parce que je suis allée prendre un verre avec mon ex-partenaire violent et qu’il m’a baisée puis n’a cessé de répéter : « Je ne t’ai pas frappée, hein ? Je ne t’ai pas frappée. Je ne t’ai jamais frappée. Dis-le que je ne t’ai jamais frappée. » Je ne veux plus raconter aucune de mes histoires. Je me sens coupable de raconter mes histoires, sachant qu’elles sont mièvres en regard de celles de tant de femmes que je connais, molestées par des oncles, prostituées dès leur enfance, violées collectivement lors de fêtes. Ce que j’ai vécu est normal. Rien de particulièrement impressionnant.

Je sais qu’il y a des hommes qui lisent ceci et qui se sentent mal. Qui savent qu’ils sont complices de tout ce que j’ai décrit ici et peut-être plus. Qui sont probablement eux-mêmes coupables d’avoir outrepassé mes limites ou d’avoir ignoré les femmes autour d’eux qui disaient qu’un de leurs amis était un violeur ou un saligaud. Je sais qu’ils se demandent ce qu’ils pourraient faire de significatif, qui ne se résumerait pas à simplement faire étalage de leur vertu, montrer à quel point ils sont des « hommes corrects » et dire « Je te crois ».

J’ai essayé de trouver une réponse, parce que je veux réellement que vous fassiez quelque chose. Je ne suis même pas certaine de savoir ce que c’est, parce que vraiment, je ne suis pas sûr qu’il y ait quelque chose que l’on puisse faire pour résoudre ma colère et la colère des femmes autour de moi, qui sont forcées de vivre avec la honte et la peur de l’agression et du harcèlement sexuels, pendant que vous cherchez des façons de vous absoudre de la culpabilité.

Pour commencer, je ne veux pas lire vos « Je vous crois ». Je me fous de savoir si vous me croyez. Je sais ce qui s’est passé et les femmes savent ce que cela signifie pour elles quand ces choses arrivent. Ce n’est pas à vous de croire ou de ne pas croire et de toute façon, cela arrive tout le temps, tout autour de vous, et nous continuons à vous répéter encore et encore que ça se passe jusqu’à ce que nous abandonnions simplement d’essayer d’expliquer parce que soit vous vous en foutez, soit quand nous le disons, vous nous punissez en nous traitant comme si nous étions « endommagées » et donc « folles », et pas en mesure de « discuter rationnellement » ou de « voir les choses clairement », et qu’il vous faut nous éviter en marchant sur la pointe des pieds comme si nous étions la seule monstre de l’univers qui a été traumatisée par un homme et beurk, peut-être que tu devrais juste en parler à ton thérapeute.

Ne me dites pas ce que vous croyez ou ne croyez pas, comme si cela avait la moindre incidence sur ce qui est arrivé à moi et à toutes les autres femmes au monde, tout au long de notre vie. Ce que je veux, c’est de l’action.

Je veux entendre une prise de responsabilité pour votre comportement, pour votre complicité, pour votre refus d’affronter vos camarades masculins, pour votre refus de tenir tête aux hommes violents, pour avoir fait pression sur des femmes afin de leur imposer des relations sexuelles qu’elles vous avaient dit ne pas vouloir, pour avoir suivi mon amie jusque chez elle et l’avoir baisée même si vous saviez qu’elle avait trop bu et ne voulait rien savoir de vous, mais elle en a eu marre d’essayer de vous repousser et s’est dit qu’en vous laissant entrer, vous repartiriez plus vite.

Même si certaines femmes n’en veulent pas (c’est bien leur droit), je veux bel et bien de vos excuses. Je veux que vous disiez quelque chose maintenant, parce que c’est mieux que jamais. Je veux que vous disiez à votre frère que ce qu’il a fait est inacceptable. Je veux que vous critiquiez votre ami de 40 ans qui piège des filles ivres de 20 ans. Je veux que vous admettiez, au risque de votre réputation, que vous avez participé à tout cela. Je veux que vous compreniez que votre comportement (ou votre apathie) a blessé des femmes. Je veux que vous aussi vous excusiez d’avoir payé pour du sexe en 1999, parce que c’était votre anniversaire et que tous vos amis le faisaient. Je veux que vous vous excusiez de n’avoir rien dit quand votre pote a violé mon amie. Je veux que vous interveniez et que vous disiez : « Non, monsieur l’internaute hystérique, il ne s’agit pas de « tous les genres », mais bien de la misogynie – c’est ce dont nous parlons maintenant et vous pouvez cesser de vous plaindre à ce sujet. » Et je ne veux pas que vous fassiez tout cela publiquement, sur Facebook, pour que vous puissiez être félicité d’être un homme incroyable et courageux. Je veux aussi que vous appuyiez tout le travail que font les femmes pour se défendre. Je veux aussi que vous souteniez financièrement le travail de votre refuge local pour femmes, que vous veniez à nos rassemblements anti-prostitution, que vous fassiez des collectes de fonds, que vous cuisiniez et fassiez la vaisselle lors d’événements féministes, que vous souteniez les médias féministes, que vous cessiez de consommer de la pornographie et que vous interveniez lorsque vous voyez une femme être harcelée ou intimidée. Je veux que vous traitiez les femmes comme si elles étaient des êtres humains – et pas uniquement des sources éventuelles d’orgasmes. Je veux que vous preniez nos récits au sérieux, et que vous compreniez que nous sommes fortes, résilientes, et que nous pouvons résister, nous remettre et avancer, sans nous laisser écraser ou détruire par toute cette merde. Mais aussi que cette résistance nous coûte un prix que vous ne pourrez sans doute jamais comprendre.

Oui, #MoiAussi est pour les femmes. Mais je veux bel et bien quelque chose de la part des hommes : tenez-vous responsable et tenez les autres hommes responsables, parce que, oui, c’est aussi à propos de vous.

Meghan Murphy

Version originale : http://www.feministcurrent.com/2017/10/16/yes-you-too/

Traduction : TRADFEM

https://tradfem.wordpress.com/2017/10/25/oui-vous-aussi-quen-est-il-des-hommes%E2%80%89/

De l’autrice :

Nous ne devons pas rejeter les préoccupations des femmes ayant été traumatisées par de la violence masculine, nous-ne-devons-pas-rejeter-les-preoccupations-des-femmes-ayant-ete-traumatisees-par-de-la-violence-masculine/

La revue de philosophie féministe HYPATIA évacue la réflexion critique… au nom de la philosophie féministela-revue-de-philosophie-feministe-hypatia-evacue-la-reflexion-critique-au-nom-de-la-philosophie-feministe/

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, rappelons-nous du véritable sujet du féminisme : les femmesa-loccasion-de-la-journee-internationale-des-droits-des-femmes-rappelons-nous-du-veritable-sujet-du-feminisme-les-femmes/

Le projet de loi C-16 présente de graves problèmes auxquels n’ont pas encore réfléchi la plupart des Canadiennes et des Canadiensle-projet-de-loi-c-16-presente-de-graves-problemes-auxquels-nont-pas-encore-reflechi-la-plupart-des-canadiennes-et-des-canadiens/

27 ans après le massacre de Montréal, la violence misogyne demeure une norme27-ans-apres-le-massacre-de-montreal-la-violence-misogyne-demeure-une-norme/

David Hamilton et la réalité de la pornographiedavid-hamilton-et-la-realite-de-la-pornographie/

Pornographie : La réponse lamentable des « progressistes » à Pamela Andersonpornographie-la-reponse-lamentable-des-progressistes-a-pamela-anderson/

« Que vous le vouliez ou non, le pole dancing perpétue le sexisme »que-vous-le-vouliez-ou-non-le-pole-dancing-perpetue-le-sexisme-et-lettre-de-solidarite-avec-les-femmes-du-london-abused-womens-centre/

Un reportage du NYTimes sur la prostitution déroge à l’éthique la plus élémentaireun-reportage-du-nytimes-sur-la-prostitution-deroge-a-lethique-la-plus-elementaire/

La culture du viol, c’est le père de Brock Turner décrivant l’agression sexuelle commise par son fils comme « 20 minutes d’action »meghan-murphy-la-culture-du-viol-cest-le-pere-de-brock-turner-decrivant-lagression-sexuelle-commise-par-son-fils-comme-%E2%80%8920-minutes-daction%E2%80%89/

9 choses qui font de vous une meilleure féministemeghan-murphy-9-choses-qui-font-de-vous-une-meilleure-feministe/

L’égalité des sexes appelle une lutte contre la prostitutionlegalite-des-sexes-appelle-une-lutte-contre-la-prostitution/

Montréal : Las Vegas au Canada…montreal-las-vegas-au-canada/

Définir le féminisme. Voici pourquoi il nous faut être radicales dans notre mouvement, definir-le-feminisme-voici-pourquoi-il-nous-faut-etre-radicales-dans-notre-mouvement/

Des survivantes de la prostitution affirment que le modèle nordique est notre seul espoirdes-survivantes-de-la-prostitution-affirment-que-le-modele-nordique-est-notre-seul-espoir/

Vous avez un avis en tant que femme ? Préparez-vous à vous battremeghan-murphy-vous-avez-un-avis-en-tant-que-femme-preparez-vous-a-vous-battre/

Sur la non-pertinence à savoir si une femme peut être à la fois « politique, féministe et un sex-symbol », meghan-murphy-sur-la-non-pertinence-a-savoir-si-une-femme-peut-etre-a-la-fois-politique-feministe-et-un-sex-symbol/

Toute femme qui a été violentée ou agressée sait combien facilement on retourne auprès d’un agresseurmeghan-murphy-toute-femme-qui-a-ete-violentee-ou-agressee-sait-combien-facilement-on-retourne-aupres-dun-agresseur/

Les hommes ne tuent pas les femmes par « amour », meghan-murphy-les-hommes-ne-tuent-pas-les-femmes-par-amour/

Une longue liste de musiciens masculins super qui n’étaient pas des gens supermeghan-murphy-une-longue-liste-de-musiciens-masculins-super-qui-netaient-pas-des-gens-super/

Notre effacementmeghan-murphy-notre-effacement/

La guerre de l’industrie du sexe contre les féministesla-guerre-de-lindustrie-du-sexe-contre-les-feministes/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s