La résistance à l’égalité et à la liberté

Ayant participé à l’écriture de ce livre, je ne fais que souligner certains points, laissant à d’autres le soin de faire une note critique.

Outre les trois extraits de l’introduction Une toponymie qui tue, une-toponymie-qui-tue/, publiés avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, je propose quelques paragraphes :

  • « Le Paris colonial est de ce point de vue un excellent indicateur de la prégnance de cette obsession partagée de la « mission civilisatrice » derrière laquelle se dissimule la soif de conquête et de pillage, laquelle est, comme l’écrit Gilles Manceron (2006), « totalement contradictoire avec l’idée, affirmée par la 1re République ». »

  • « C’est le récit de son objet – dans le cas de la statue de Lee à Charlottesville, la guerre de Sécession –, mais c’est également le récit du moment pendant lequel la statue a été érigée – dans ce cas, la période que l’on appelle le « nadir des relations raciales américaines », qui va de 1890 à 1940. Ça a été une période terriblement raciste, un âge d’or de la suprématie blanche, de la ségrégation, et du Ku Klux Klan (James W. Loewen, Libération, 16 août 2017) »

  • « Il est temps de « renoncer à la légende » (Manceron, 2006) et de mettre fin à la glorification du brigandage colonial et aux hommages à des personnages qui seraient, en vertu du droit international d’aujourd’hui, considérés comme des criminels de guerre ou des criminels contre l’humanité. »

De cette « croisière parisienne », je nomme certains, glorifiés « par la patrie reconnaissante » pour ce que nous appelons aujourd’hui – mais d’autres les ont nommés en leur temps – des crimes. Maurice Barrès (colonialiste, antidreyfusard et antisémite) ; Colbert (lire le texte de Louis Sala-Molins et Louis-Georges Tin proposé plus bas) ; Bonaparte (pour ses exploits contre les habitant·es d’Egypte ou de Saint-Domingue, par exemple) ; différents galonnés – il faut bien remercier les « gardiens de l’ordre social » ici et ailleurs : Général-Gouraud, Maréchal Gallieni, Bertrand Clauzel (l’un de ceux qui rétablirent l’esclavage, lui à Saint-Domingue), Faiderbe (pour ses multiples destructions), Général Dodds (pour ses repressions en divers lieux), Bugeaud (Lire le texte d’Olivier Lecour Grandmaison proposé plus bas), Maréchal Lyautey (pour ses « pacfications civilisatrices »), Maréchal Juin (pour ses « pacifications » et oppositions aux indépendances nationales), Villaret de Joyeuse (pour le rétablissement de l’esclavage à Saint Domingue) ; Napoléon III (pour sa conquète du Mexique, l’annexion de la Nouvelle-Calédonie et autres invasions coloniales) ; Jules Ferry (pour ces développements sur les « races inférieures » et le « devoir supérieur de la civilisation » ; Paul Bert (pour sa défense de la supériorité de la « race blanche » et ses classifications de l’intelligence en fonction de la couleur de la peau) ; Pierre de Coubertin (pour son racisme et son colonialisme) ; Léopold II (pour ne pas oublier le propriétaire au Congo) ; Alexis de Tocqueville (pour sa défense de l’utilisation de la « grande violence » dans la conquète territoriale)…

Il y en a pour tous les gouts de sang, de meurtre, de masculinisme, de racisme et autres saloperies au nom de la grandeur de la civilisation occidentale ou de la défense de l’exceptionnalité française…

.

Guide du paris colonial et des banlieues

Editions Syllepse, Paris 2018, 144 pages, 8 euros

https://www.syllepse.net/lng_FR_srub_25_iprod_719-guide-du-paris-colonial-et-des-banlieues.html

Didier Epsztajn

 

En complément possible :

La guerre des statues n’aura pas lieula-guerre-des-statues-naura-pas-lieu/

Olivier Le Cour Grandmaison : Bugeaud : bourreau des « indigènes » algériens et ennemi de la Républiquebugeaud-bourreau-des-indigenes-algeriens-et-ennemi-de-la-republique/

Louis Sala-Molins et Louis-Georges Tin : Il faut débaptiser les collèges et les lycées Colbert !il-faut-debaptiser-les-colleges-et-les-lycees-colbert/

Louis Sala-Molins : Colbert, l’esclavage et l’Histoirecolbert-lesclavage-et-lhistoire/

Are these the ten ‘most shameful’ street names in Paris?are-these-the-ten-most-shameful-street-names-in-paris/

Should Paris get rid of its colonial names?should-paris-get-rid-of-its-colonial-names/

200 rues parisiennes rendent hommage à la colonisation et c’est inadmissible200-rues-parisiennes-rendent-hommage-a-la-colonisation-et-cest-inadmissible/

French authors of « colonial Paris » guide hope to spark Rhodes Must Fall-style movement (suivi de la traduction en français)french-authors-of-colonial-paris-guide-hope-to-spark-rhodes-must-fall-style-movement-suivi-de-la-traduction-en-francais/

Publicités

2 réponses à “La résistance à l’égalité et à la liberté

  1. Le premier lien ne fonctionne pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s