L’accommodement aux normes englue la transformation dans l’ordre existant

Comme pour les précédents numéros, je n’aborde, choix très subjectif, que certains articles et certains points traités.

Geneviève Fraisse parle d’un événement, d’une révolte historique et politique, du corps qui se rebelle, de la démocratie, « Toute démocratie pose la question de l’égalité des sexes, tout en cherchant à freiner l’émancipation des femmes », du contrat sexuel (voir sa belle introduction « À rebours » à l’indispensable ouvrage de Carole Pateman : Le Contrat sexuel (1988), a-rebours-preface-de-genevieve-fraisse-a-louvrage-de-carole-pateman-le-contrat-sexuel-1988/), du corps des femmes à la disposition des hommes, des corps invisibilisés, de l’impensé et de sa centralité, du formel ne faisant pas le réel, « le droit ne change pas automatiquement le réel et la hiérarchie des sexes », de l’autonomie économique condition décisive de la lutte, du refus de consentir (lire en particulier Du consentement : Car dire « oui », c’est aussi pouvoir dire « non », Et le refus de consentir ? » : etre-exclue-du-pouvoir-ne-premunit-pas-necessairement-contre-ses-sortileges/), « on ne doit pas discuter de la validité d’un consentement individuel mais se demander si c’est un argument politique, un argument pour le monde de demain », de déqualification, d’histoire et de politique.

En complément possible :

Sur l’incompatibilité supposée entre l’amour et le féminisme, sur-lincompatibilite-supposee-entre-lamour-et-le-feminisme/

« De l’éducation des femmes » : la réponse de Laclos au « droit d’importuner »de-leducation-des-femmes-la-reponse-de-laclos-au-droit-dimportuner/

Automne 2017 : fin de la disqualification ?automne-2017-fin-de-la-disqualification/

Tribune pour une « liberté d’importuner » : « A chaque fois qu’il y a une révolution féministe, on crie « danger » »tribune-pour-une-liberte-dimportuner-a-chaque-fois-quil-y-a-une-revolution-feministe-on-crie-danger/

Violences sexuelles : « Le fait divers est devenu politique »violences-sexuelles-le-fait-divers-est-devenu-politique/

Suzy Rojtman revient sur l’histoire de la caractérisation des violences faites aux femmes, la définition du viol selon la Loi du 23 décembre 1980, le viol comme crime mais souvent en justice déqualifié en délit et considéré comme une simple agression sexuelle. Elle rappelle la Convention d’Istanbul et la non traduction dans le droit français de certains articles, la difficulté à prendre en compte la parole des femmes. Elle insiste à juste titre sur la non-volonté politique de légiférer en profondeur contrairement à ce qui s’est fait en Espagne avec la « Loi organique contre la violence de genre ». Il ne peut y avoir de compréhension des actes de violences sexuelles envers les femmes si on oublie la domination masculine.

Sophie Binet souligne que l’Etat français refuse « toute approche spécifique des violences fondées sur le genre », les combats syndicaux sur l’égalité Femmes/Hommes, la parole libérée par #MeToo et la rupture de l’isolement de chaque victime, les discours réactionnaires « pour mesurer à quel point la parole des femmes est subversive et qu’elle remet en cause l’ordre établi ». La France devrait adopter une « norme OIT contraignante protégeant l’ensemble des femmes du monde des violences sexistes et sexuelle ». Il ne peut y avoir d’impasse sur les violences au travail. Cinq mesures principales sont énoncées : la sanction des employeurs qui ne respectent pas leurs obligations ; un plan d’urgence pour la formation et la protection des victimes. La mise en place d’une heure de sensibilisation obligatoire de tou·te·s les salarié·es ; la protection des victimes, l’extension des prérogatives et moyens des inspecteurs/trices et des médecins du travail, qui doivent être formé·es, mais aussi pouvoir sanctionner

Michèle Riot-Sarcey indique que « La dénégation et l’effacement de l’intolérance, au cours du temps, rendent désormais possible la résurgence répétée, sous des formes actualisées, du racisme, de l’antisémitisme et de la misogynie ». Paroles libérées et paroles rendues silencieuses, complexité des antagonisme sociaux, certaine idée de l’émancipation des hommes « en excluant une fraction de l’humanité », égalité et liberté, impasses du mouvement ouvrier au détriment de l’autre « l’étranger, le colonisé, et leur femme », héritage des crimes du passé, fantasme de la culture pour évacuer les questions du pouvoir, « la prise de conscience collective des femmes anticipe sur le devenir d’une émancipation encore plus large ».

En complément possible : Violences faites aux femmes : La liberté d’importuner ? – « Mesdames, ne confondez pas les jeux de rôle de salon avec la vie réelle », violences-faites-aux-femmes-la-liberte-dimportuner-mesdames-ne-confondez-pas-les-jeux-de-role-de-salon-avec-la-vie-reelle/

Michel Husson revient sur les discours sur la flexibilité. Il souligne que les luttes – le progrès social – ont contraint « le patron à payer ses salariés, même quand ils ne travaillent pas pour lui » (chômage, congés payés, arrêts maladie, accidents du travail, retraire, etc.). Ces discours opposent la « dénonciation des rigidités » (mais pas celles des actionnaires) aux nécessaires réformes pour assurer plus de « flexibilité » aux entreprises (dans l’invisibilisation de ces mêmes actionnaires). Il ne faut pas s’y tromper, la flexibilité exigée ne concerne pas que le temps de travail mais bien « toutes les dimensions du rapport salarial ». L’auteur analyse « la volonté d’adaptation » prônée par l’OCDE et Emmanuel Macron, devant être « « insufflée » à la société d’un point de vue surplombant ». Nul débat démocratique, nul choix possible, « Si le peuple est appelé à « se transformer en profondeur », c’est bien qu’il est le principal obstacle au changement ».

Je souligne l’extravagante idée qu’un frein à l’embauche serait lié à la difficulté de licencier ! « Comment un tel sophisme peut-il être sérieusement avancé, cela reste un mystère ». Comme le montre l’auteur les embauches sont générées par l’activité et la croissance, « la courbe de l’emploi s’obstine à s’enrouler autour de celle du PIB » et contrairement aux idéologies libérales (néo ou non) « une plus grande flexibilité ne conduit pas à des créations nettes d’emploi mais à une extension de la précarité ».

Michel Husson discute aussi des études « bidon(nées) » (Emmanuel Dockès cité : « on est en train de faire des mesures qui ne servent finalement qu’à des voyous »), du marché du travail, de taux de chômage, de retraits des marchés du travail, d’extension des emplois précaires, de durée de temps de travail, de travail à temps partiel, de dévalorisation de la force de travail. « La flexibilité est donc bien le nom de code d’une offensive totale contre le salariat »

Je souligne deux éléments développés par Karel Yon. Le premier sur les formes politiques et deux niveaux de la lutte des classes « Le plus évident est celui du conflit distributif, pour la répartition de la survaleur entre travail et capital. Mais ce conflit est lui-même conditionné par l’état de la lutte à un deuxième niveau, celui qui détermine les formes politiques dans le cadre desquels s’opère la lutte des classe ». La seconde sur la place reformulée du statut : « A l’affirmation d’une autonomie politique du travail se substitue une citoyenneté subalterne conditionnée par le statut d’emploi ».

Les développements de l’auteur sur la nouvelle architecture des relations sociales dessinée par deux décennies de réformes néolibérales me semblent particulièrement utiles. Il en est de même du rappel du pouvoir disciplinaire exorbitant (juge et partie) des employeurs ou « sur les frontières légitimes » de l’action syndicale…

Chacun·e pourra trouver de multiples pistes de réflexion dans le dossier sur l’Europe ou les 68 thèses pour l’autogestion et l’émancipation. Je partage l’idée d’une nécessaire « radicalisation du droit du sol » avancée par Etienne Balibar et la considération que « les communs sont des relations sociales, et non des choses » de Bruno Della Sudda, Patrick Silberstein et Romain Testoris. Le titre de cette note est inspiré par une phrase de leur 68 thèses.

.

Sommaire

Edito : Francis Sitel Adieu 2017, Vive 2018 !

Dossier :

Antoine Artous, Francis Sitel : L’Europe, défi pour les Gauches radicales

Étienne Balibar : Pour l’Europe, il faut une haute ambition…

Jaime Pastor : Les gauches espagnoles et la question catalane

Alda Sousa et Adriano Campos : Portugal, la démarche politique du Bloco

Thierry Labica : Grande-Bretagne, le moment Corbyn. Parti travailliste, mouvement social, gauche radicale

Société :

Michel Husson : Offensive contre le salariat, « Nom de code : flexibilité »

Karel Yon : Refondation des institutions du travail et transformations du paysage syndical, http://www.contretemps.eu/institutions-travail-syndicats-france/

Féminisme : Violences faites aux femmes

Geneviève Fraisse : Avec l’événement actuel, c’est le corps qui se rebelle ! (entretien)

Suzy Rojtman : Au coeur de la question des violences faites aux femmes : la domination masculine (entretien)

Sophie Binet : « Le continuum des violences avec les stéréotypes est en train de se briser »

Michèle Riot-Sarcey : Pour que la voix des femmes, une nouvelle fois, ne soit pas rendue silencieuse !

Josette Trat Françoise Vergès : pensée postcoloniale ou réécriture calomnieuse de l’histoire des féministes en France (Je rappelle ma propre lecture : faire-resurgir-lhistoire-des-domine-e-s-des-oublie-es-des-marginalise-e-s/)

Idées :

B. Della Sudda, P. Silberstein, R. Testoris : 68 thèses pour l’autogestion et l’émancipation

Livres :

Stéphanie Treillet : L’extrême gauche et l’antisémitisme. Sur le livre de Robert Hirsch Sont-ils toujours des Juifs allemands ? La gauche radicale et les Juifs depuis 1968

Michel Lequenne : Zysman Wenig qui revint d’Auschwitz (documents et témoignages bouleversants)

Francis Site :l Pour que ne se brise la voix de Razan… Sur un livre de Justine Augier

Culture

Gilles Bounoure :  « Art et folie » : deux expositions parisiennes

Gilles Bounoure : André Derain (1880-1954) « chercheur de secrets »

.

Contre Temps N°36 : Dossier :Au défi de l’Europe

Janvier 2018, Editions Syllepse,

https://www.syllepse.net/lng_FR_srub_22_iprod_727-au-defi-de-l-europe.html

Paris 2018, 192 pages, 13 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s