Colonialisme, dévalorisation des cultures et des pratiques, construction des inégalités

« La réalité des Autochtones au Canada est marquée par des problèmes sociaux de taille. Parmi les enjeux les plus souvent cités, on compte l’accès déficient à l’eau potable, le délabrement et le surpeuplement des logements, les disparitions et assassinats de femmes et de filles ainsi que les vagues de suicides qu’ont connues plusieurs communautés. De plus, les Autochtones subissent encore plusieurs préjugés, alimentés par la méconnaissance de leur réalité quotidienne. Les gouvernements, de leur côté, tardent à apporter des solutions aux injustices vécues par ces communautés, qui se mobilisent quant à elles pour faire valoir leurs droits. Afin d’y voir plus clair, nous dressons dans cette note un portrait de la condition socioéconomique des Autochtones au Québec en mettant l’accent sur les inégalités vécues par rapport aux non-Autochtones. Dans un premier temps, il sera brièvement question de la situation des Autochtones au Canada. Dans un deuxième temps, nous ferons le portrait de la situation des Autochtones au Québec, en nous intéressant d’abord aux données démographiques et géographiques. Ensuite, nous nous pencherons sur les inégalités à caractère économique, telles que l’emploi et le revenu. Enfin, il sera question des inégalités sociales se rapportant notamment à la santé et à la justice »

Julia Posca revient sur la situation des autochtones au Canada et rappelle entre autres, l’arrachement de près de 150 000 enfants métis, inuit et des Premières Nations à leurs familles. Une « intégration » et une acculturation par la violence.  « La Commission de vérité et réconciliation du Canada a conclu en 2015 que ces pensionnats étaient un élément central d’une politique de génocide culturel ».

Le caractère autochtone désigne « désigne les personnes s’identifiant aux peuples autochtones du Canada. Il s’agit des personnes qui sont Premières Nations (Indiens de l’Amérique du Nord), Métis ou Inuk (Inuit) et/ou les personnes qui sont des Indiens inscrits ou des traités (aux termes de la Loi sur les Indiens du Canada) et/ou les personnes membres d’une Première Nation ou d’une bande indienne ». Au Québec, des Premières Nations (Abénakis, les Algonquins, les Attikameks, les Cris, les Hurons-Wendats, les Innus, les Malécites, les Micmacs, les Mohawks et les Naskapis), les Inuits formant la 11e nation autochtone de la province, des Métis non reconnus comme nation par le gouvernement québécois.

L’autrice fournit des données démographiques dont les taux de fécondité, sur la scolarité et l’emploi, les revenus, la pauvreté dont celle touchant les enfants, le logement (dont la vétusté des logements et la promiscuité vécue), la santé (dont « l’ampleur considérable du suicide chez les communautés autochtones »). Dans un rapport publié en 1995, la Commission royale sur les peuples autochtones indiquait « Le fait que les Autochtones aient été dépossédés de leurs terres, aient perdu le contrôle sur leurs conditions de vie, aient vu leurs croyances et leur vie spirituelle anéanties et leurs institutions sociales et politiques affaiblies, ainsi que la discrimination raciale dont ils sont victimes, ont gravement entamé leur confiance et contribuent à les prédisposer au suicide, à l’automutilation et à d’autres formes d’autodestruction ».

Je souligne le chapitre « Victimisation et justice », le lien entre pauvreté et manque d’accès aux services et soins de santé et criminalité, l’identité autochtone comme risque supplémentaire pour les femmes, les discriminations des corps policiers et des services correctionnels…

Des inégalités, des traumatismes liés au colonialisme, la stigmatisation et le racisme, la dévalorisation des cultures… « Combinés, ces facteurs minent leur capacité à réaliser leur plein potentiel et à assurer en toute autonomie leur subsistance ».

Pour le dire autrement : « Le portrait des inégalités dressé ici nous rappelle que les rapports coloniaux imposés par les non-Autochtones ont eu des conséquences qui font figure de triste héritage pour les communautés autochtones, qui sont plus que jamais en quête de dignité et de bien-être ».

Julia Posca : Portrait des inégalités socioéconomiques touchant les Autochtones au Québec

https://iris-recherche.qc.ca/publications/inegalites-autochtones

Iris, Montreal 2018, 14 pages

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.