Le silence dans la parole, la part re/tranchée du sexe

Pour Sika

William Souny analyse la production de la poétesse Warsan Shire, que j’ai découvert par un très beau petit livre traduit par Sika Fakambi, Où j’apprends à ma mère à donner naissance, lapathie-et-la-guerre-cest-pareil-tout-ca-te-tue/.

L’auteur nous propose une étude érudite et des « traductions approchées ». Je n’ai pas les compétences pour le suivre dans les chemins explorés.

Je choisis donc subjectivement d’en indiquer quelques éléments.

« Les conditions d’émergence et d’expression de sa parole poétique composent une cartographie polymorphe et transnationale – en rupture, de fait, avec le monopole axiologique que la littérature somalienne accorde depuis plus d’un siècle au territoire national de sa reproduction »

Enonciations plurielles, traversée des mondes, intersectionnalité, « entre horreur des choses et la normalité de leur élocution en somali », rencontre littéraire entre deux structures rythmo-syntaxiques, visibilité littéraire de « la situation plurielle d’une jeune/femme/somalie/de sa génération », individuation affective, « T’aimer a été comme partir en guerre ; je n’en suis jamais / revenue la même », recherche obsessionnelle d’un présence perdue, « double invisible de la mère, de la femme », poésie et visages, narration fragmentaire de la vie quotidienne, « Je souhaite que mon écriture les aide à grandir, un peu comme un manuel », variations sonores de la voix, vers slamés, « Elle décortique la chair du monde et « son émeute de détails », à coups de bec », présence et posture, images itinérantes et chimères réifiées, « la mémoire inter-dite et refoulée du viol », je inclusif, ironie douce, identités multiplicatives, Audre Lorde et « transformer le silence en paroles », voie d’exigence et de tendresse, « du  silence dominé à la parole émancipée »…

L’auteur cite Christine Delphy « l’articulation, l’imbrication ou l’intrication des différentes oppressions, la combinatoire qui résulte de leurs croisements ». Il souligne l’aménagement de la poésie « comme espace polyphonique de visages, de corps, d’identités, qui rendent aux sujets minoritaires une visibilité de premier plan », l’hypothèse tendancielle « d’une œuvre suffisamment polyphonique pour éviter le double piège de l’assignation identitaire et de la dissolution désincarnée dans un universel abstrait », l’articulation de « fait amoureux au contexte déterminé de guerre », le constat empathique « des douleurs partagées que l’infibulation inflige aux corps et aux affects », les expériences de l’exil : « Dans ce cadre, l’exil invente sa propre cartographie, faite de surfaces striées de corps, d’itinéraires et de limites ».

Effets de polarisation, subjectivités « traversées par un rayonnement », survie féministe en milieu sexiste, violences conjugales, « la scène hétéronormée de la nuit de noces » et le sang du pigeon, viols « Quelqu’un qu’on n’a pas réussi à contraindre debout / on peut l’allonger », corps érotique et architecture sacrée, polyphonie des récits, figures de la mère et du père, « termes blessés du débat », outrance et outrage, patriarcat prédateur, clandestinité, mythologies sociales et imaginaires plastiques, mémoire traumatique des exilé·es, cartographie du corps, humanisme amoureux, « crudité frontale des scènes violentes », survie et plaisir, incarnations polémiques du mâle, solitude « inexorable, lucide et tendre », bris du silence, blessure et délivrance, « sexe : coupé, cousu, crevé »…

En espérant que d’autres œuvres de la poétesse soient traduites.

.

William Souny : Warsan Shire

Une voix poétique féminine de la diaspora somalienne

Editions L’Harmattan – Approches littéraires, Paris 2017, 228 pages, 22,50 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s