L’UPJB dénonce vigoureusement les propos antisémites et révisionnistes de Mahmoud Abbas

Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité Palestinienne, vient de réussir l’exploit de se mettre à dos non seulement Israël et les États-Unis, ce qui n’est pas surprenant, mais aussi l’Union européenne et les Nations unies qui ne sont pourtant pas les plus hostiles à la cause palestinienne.

Cette levée de boucliers est due à la récente déclaration du président palestinien devant le Conseil national palestinien, réuni pour la première fois depuis vingt ans : « Du XIe siècle jusqu’à l’Holocauste qui s’est produit en Allemagne, les Juifs vivant en Europe de l’ouest et de l’est ont été la cible de massacres tous les 10 ou 15 ans. Mais pourquoi est-ce arrivé ? Ils disent : « parce que nous sommes juifs »… L’hostilité contre les juifs n’est pas due à leur religion, mais plutôt à leur fonction sociale », visant ainsi nommément l’usure et la banque !

Le peuple palestinien, qui mène depuis si longtemps le combat pour le rétablissement de ses droits, mérite mieux qu’un président de cet acabit qui vient de lui porter un bien mauvais coup, et ravira ceux qui considèrent que les défenseurs de la cause palestinienne sont tous des antisémites.

L’UPJB, engagée depuis des décennies dans le soutien à cette cause et dont la plupart des membres ont perdu des parents, des grands-parents ou des arrières grands-parents dans les camps d’extermination nazis – pas des banquiers ou des usuriers, mais des petits artisans et des ouvriers – pour la simple raison qu’ils étaient juifs, se sent profondément insultée par les propos antisémites et révisionnistes de Mahmoud Abbas.

Et le fait que, face au tollé général qu’ils ont provoqué, il ait présenté des excuses, ne nous convaincra pas qu’ils n’exprimaient pas réellement le fond de sa pensée.

Nous appelons dès lors le mouvement de solidarité avec la cause palestinienne à se désolidariser explicitement de ces propos consternants : on ne combat pas pour la justice et le droit avec des stéréotypes antisémites.

https://upjb.be/communique-de-presse-lupjb-denonce-vigoureusement-les-propos-antisemites-et-revisionnistes-de-mahmoud-abbas/

**********

L’antisémitisme nuit gravement à la cause palestinienne

Lors d’une réunion du Parlement de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), le président de l’État de Palestine, Mahmoud Abbas, a cru bon de livrer son interprétation de la persécution endurée par les Juifs en Europe au fil des siècles : « La haine des Juifs n’est pas due à leur religion, mais à leur fonction dans la société […] : l’usure, la banque, etc. »

Les excuses bienvenues exprimées depuis lors par Mahmoud Abbas et sa condamnation répétée du négationnisme n’enlèvent rien à la gravité de ces propos. Ceux-ci recyclent en effet les clichés les plus abjects de l’extrême droite antisémite et reviennent à faire reposer ces persécutions non pas sur l’intolérance religieuse et le racisme, mais sur le comportement supposé des Juifs eux-mêmes. Le fait que des hauts dignitaires israéliens expriment eux-mêmes des propos ouvertement racistes, anti-arabes et islamophobes sans susciter la moindre indignation au niveau international ne doivent pas nous empêcher de condamner ce dérapage de la manière la plus ferme.

Le mouvement de défense de la cause palestinienne dans lequel s’inscrit l’Association belgo-palestinienne (ABP) a toujours exprimé sa plus claire condamnation de toute forme d’antisémitisme, de négationnisme et notamment de toute tentative de relativiser les souffrances injustement endurées par les Juifs au fil des siècles. Rappelons ici les propos exprimés en 1998 par le grand philosophe du postcolonialisme, le Palestinien Édouard Said :

« La thèse selon laquelle l’Holocauste ne serait qu’une fabrication des sionistes circule ici et là de manière inacceptable. Pourquoi attendons-nous du monde entier qu’il prenne conscience de nos souffrances si nous ne sommes pas en mesure de prendre conscience de celles des autres, quand bien même il s’agit de nos oppresseurs ? »

Au-delà de ces questions de principe, ces déclarations affaiblissent le mouvement de solidarité avec la Palestine en donnant du grain à moudre aux tenants de l’insupportable amalgame entre antisémitisme et antisionisme. De fait, elles représentent du pain bénit pour l’extrême droite au pouvoir en Israël, qui a beau jeu de poursuivre la « chasse aux sorcières » à l’encontre des voix juives en faveur d’une solution juste et durable au Proche-Orient, et y voit la validation de leur mensonge selon lequel il n’y aurait pas d’interlocuteur pour la paix.

Face à ces propos inacceptables, l’ABP :

– insiste sur le fait que la lutte pour les droits des Palestiniens est une cause universelle, aux antipodes de la concurrence victimaire avec les souffrances endurées par d’autres peuples.

– renouvelle son engagement dans la lutte contre toute forme de racisme, lequel est totalement incompatible avec la lutte pour les droits des Palestiniens.

– rappelle, enfin, que sa solidarité va avant tout au peuple palestinien, et non pas à ses représentants officiels, d’autant moins lorsque ceux-ci infligent pareil coup de poignard dans le dos de ceux qu’ils sont supposés défendre.

Communiqué de l’Association belgo-palestinienne suite aux propos de Mahmoud Abbas sur la persécution des Juifs

http://www.association-belgo-palestinienne.be/lantisemitisme-nuit-gravement-a-la-cause-palestinienne/

Publicités

4 réponses à “L’UPJB dénonce vigoureusement les propos antisémites et révisionnistes de Mahmoud Abbas

  1. un peu de décence devant les civils palestiniens assassinés par l’armée israélienne

    • en quoi la dénonciation des crimes de guerre commis par l’armée israélienne devrait-elle justifier de ne rien dire sur les propos antisémites et révisionnistes de Mahmoud Abbas ?
      encore une fois le campisme et la politique réduite à l’ennemi principal…
      cordialement

  2. Je m’interroge sur ces deux textes. En général, j’accepte mal de voir des européens /occidentaux / « blancs » fixer répressivement ce qui peut être dit dans l’absolu. « Des propos inacceptables » font toujours référence à une culture, une éthique. Est-elle universelle ? Est-elle audible par les populations dominées auxquelles on s’adresse — ou plutôt qu’on condamne sans les avoir entendues auparavant (principe judiciaire) ? Le caractère de protestation publique me dérange, car il apparait comme un étendard qui valorise son auteur à peu de frais. Et dans le contexte que vivent les populations palestiniennes, une telle sanction est-elle prioritaire ?
    Bien sur j’entérine l’analyse qui pointe un antisémitisme flagrant.
    Mais dire que « Les excuses bienvenues exprimées depuis lors par Mahmoud Abbas et sa condamnation répétée du négationnisme n’enlèvent rien à la gravité de ces propos », c’est exiger quelque chose par surcroit, et solennellement, qui est excessif à mon avis.
    L’excellent article sur les tueurs à gages israéliens en Malaisie souligne la pratique du deux poids deux mesures. La prudence a manqué dans les démarches ci-dessus, selon moi.

    • Oui, des propos inacceptables
      Les droits des êtres humains ne sauraient être relativisés au nom d’une « culture », d’une « histoire »

      (Voir deux textes à paraitre, une note de lecture à propos de Gardanne et de Rroms ; l’autre de Saïd Bouamama sur Les « racismes intercommunautaires ». Origines, instrumentalisations et repères pour les combattre)

      Le combat des palestinien·nes ne justifie ni l’antisémitisme ni le négationnisme
      Des organisations soutiennent la lutte du peuple palestinien pour ses droits contre l’Etat d’Israël et s’expriment. Dans l’une, militent par ailleurs des palestinien·nes vivant en Belgique.
      Iels devraient ne rien dire par qu’iels vivent en Europe, par ce qu’iels seraient « occidentaux » ou « blancs » ?

      « Des propos inacceptables » font toujours référence à une culture, une éthique. Est-elle universelle ?
      Je crains que cette phrase soit politiquement ruineuse et permette de couvrir toutes les saloperies.

      Est-elle audible par les populations dominées auxquelles on s’adresse — ou plutôt qu’on condamne sans les avoir entendues auparavant (principe judiciaire) ?
      Ce sont les propos d’un homme (qui ne saurait être réduit à un « dominé ») coutumier de propos négationnistes qui sont condamnés et non ceux d’une population…
      Et les condamnations doivent être publiques car elles sont des expressions politiques (Voir ce qu’à écrit Edward Saïd sur les attentats visant des populations civiles)

      Un juste combat ne peut être mené avec des actes et propos inadéquats
      Au nom de la condamnation d’une politique (celle de l’Etat d’Israël) violant ouvertement les résolutions de l’ONU et relevant pour partie de crimes de guerre, il faudrait se taire sur des propos attentatoires à la dignité de personnes ?
      Un combat prioritaire et le silence sur les autres combats ?

      Il ne saurait y avoir deux poids deux mesures pour celles et ceux qui combattent pour l’émancipation
      bien cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s