Journal des Éditions Syllepse N°55 – Juin 2018

VIENT DE PARAÎTRE

A BEAUTIFUL GHETTO

Le soulèvement de Baltimore

Devin Allen

BALTIMORE, USA, le 18  avril 2015, Freddie Gray meurt une semaine après sa violente interpellation par la police. Le feu et la révolte se propagent dans la ville, un soulèvement que Devin Allen va immortaliser.

« Ce soulèvement a été déclenché et nourri par la jeunesse. Ces jeunes ont fait en sorte que le monde entende leur voix et sente leur douleur. Certains les ont qualifiés de racailles. Moi je n’ai vu que mes frères et mes sœurs qui ont pris les armes et sont devenus des soldats. Ce livre est une histoire visuelle du soulèvement. Il est également l’histoire de Baltimore, de Freddie Gray, et de tant d’autres qui ont grandi, ont travaillé et élevé leurs enfants dans des endroits comme Baltimore. Ce livre veut renverser le stigmate et montrer la part de beauté du ghetto. »

Sa photographie accompagne le mouvement Black Lives Matter et la nouvelle page qui s’est ouverte dans l’histoire des luttes de libération noires.

https://www.syllepse.net/a-beautiful-ghetto-_r_21_i_736.html

*****

LE NOUVEAU POPULISME AMÉRICAIN

Résistances et alternatives à Trump

Dan La Botz

L’élection de Donald Trump en 2017, qui a effrayé le monde, n’est pas un accident. Elle est le symptôme des profondes crises économique et idéologique qui travaillent la société américaine.

Depuis le milieu des années 1960, les États-Unis ont connu plusieurs bouleversements majeurs. D’abord le massif mouvement des droits civiques contre le racisme structurel qui gangrène la société américaine. Ensuite, le vaste mouvement contre la guerre du Vietnam où la puissance impérialiste a connu une défaite cuisante. Et enfin, le profond mouvement de libération des femmes qui contesté les bases patriarcales de la société américaine. Ces secousses sismiques successives conjuguées aux crises économiques à répétition, dont la dernière en date est celle de 2008, ont profondément affecté le tissu social et les représentations idéologiques qui pouvaient unir les Américain·es. Face à ce désordre croissant et aux angoisses ou paniques collectives, les deux partis dominants, républicain et démocrate, ont été bien en peine d’offrir de nouveaux horizons, une explication du monde cohérente.

Pour Daniel La Botz, l’histoire de son pays est jalonnée de ce type de situation d’instabilité profonde du système où de nouvelles forces populistes émergent pour offrir une nouvelle cohésion sociale régressive. Le nouveau populisme américain n’est donc pas une surprise nous explique Daniel La Botz qui revient sur cette longue et puissante tradition américaine qui a accédé au pouvoir par deux fois, avec Andrew Jackson au 19e siècle et avec Trump au 21e.

Pour comprendre la situation politique américaine actuelle, l’auteur nous propose de reprendre le temps long du fil de l’histoire des États-Unis. Il analyse également les mutations du Parti démocrate et la faillite de ses deux figures emblématiques : Barack Obama et Hilary Clinton en revenant en détail sur leur itinéraire et leur politique en actes.

Le parcours de Donald Trump et son exercice de pouvoir, analysés ici en détail, illustrent parfaitement ce rôle de chef de cordée du nouveau populisme américain qu’il s’est attribué. Enfin, les mouvements de contestation d’hier et d’aujourd’hui occupent également une grande place dans ce livre ainsi que le sens de l’irruption de la candidature de Bernie Sanders auquel Daniel La Botz consacre un chapitre entier.

Enfin, l’auteur dessine les perspectives possibles d’une gauche d’émancipation.

https://www.syllepse.net/le-nouveau-populisme-americain-_r_21_i_741.html

*****

DE L’USAGE DU GENRE

Alternatives Sud

Coordinatrice : Aurélie Leroy

Affirmons-le d’emblée, le genre n’est pas un concept éthéré, délié des contextes de son émergence ou de son importation.

Conçu comme un outil d’analyse critique, il a dénaturalisé et révélé le caractère socialement construit de l’ordre traditionnel des sexes, ouvrant de nouvelles voies aux luttes des femmes.

Le succès de la notion a néanmoins un prix, celui de sa reprise par des acteurs dominants, dont beaucoup l’ont réduite à un outil technocratique de gestion et plus encore, de contrôle social et de pouvoir.

Le recours aux droits des femmes, devenu emblème de la modernité démocratique, a ainsi servi de caution morale à l’entreprise coloniale, aux guerres « humanitaires » et au racisme institutionnel.

Il est un des discours légitimateurs de la mondialisation néolibérale. Les usages « impérialistes » du genre, tout comme son instrumentalisation pour masquer d’autres enjeux, ou encore sa politisation réactionnaire témoignent de l’ambiguïté de l’expression.

Tantôt au service d’un « communautarisme majoritaire », tantôt d’une élite soucieuse de ses intérêts et privilèges.

Pour inverser la tendance et rendre au genre sa force politique originale, des espaces de mobilisation se réinventent.

L’« intersectionnalité»  des luttes, en cherchant à aborder de manière égalitaire et imbriquée, critique et dynamique, les rapports sociaux de classe, de race et de sexe, offre de nouvelles perspectives et rend possible de nouvelles alliances.

https://www.syllepse.net/de-l-usage-du-genre-_r_21_i_742.html

*****

Bonne lecture après un détour chez votre libraire habituel

Editions Syllepse

69, rue des Rigoles – 75020 Paris


O1 44 62 08 89


Diffusion : Sofédis / Distribution : Sodis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.