Apprendre à voir et à écouter

Bourguignon_couv_Nom

« Vous avez décidé à soixante-dix-sept ans d’écrire votre vie, et vous dites que ce projet aura habité votre esprit comme une chauve-souris s’agrippe aux combles d’une vieille maison. Écrire comme elle vole, à l’aveugle, à l’estime et guidée par son propre cri ». Dans une adresse à Fernand Deligny, Sandrine Bourguignon donne corps à une biographie pleine de mots et d’images, d’enfants et d’adolescents, de miettes et d’un fil rouge.

Je souligne le rythme propre de l’autrice, la scansion des phrases, le choix des mots. Elle suit le fil d’une vie, fait sienne l’autre langue. Elle donne à lire la longue attente de l’enfance, l’écriture à l’intérieur « du trou du langage », le silence et les mots, les odeurs transformées en phrases, « Je ne fais pas une enquête sur votre vie, vous n’êtes ni coupable ni suspect et vous avez droit à vos jardins. Secrets »…

L’exil d’un enfant, la citadelle d’une enfance, la vie en contrebande, les traces qui persistent en nous, le monde construit contre l’égarement dans le monde, la découverte de l’asile, « Le nom d’un fou s’écrit partout », l’écriture comme une baleine blanche, la désertion, « Vous prenez la tangente et vous déviez. Dévissez », la brèche aux loups, l’ouverture d’une porte, la réparation de quelque chose, l’autre cours de la vie.

« Il faudrait pouvoir faire tourner la terre dans l’autre sens mais pour le moment, il y a cet oiseau, mauvais augure, qui insiste et revient taper à la fenêtre de votre existence ».

La vie continue, le cri retenu, le souffle au cœur du langage, les fantômes marchand vers la mer, l’écriture, le temps de l’Occupation, la vie à contresens, l’extermination douce des fous, (lire les chroniques d’Armand Ajzenberg : Autour de « l’abandon à la mort… de 76 000 fous par le régime de Vichy ». Par exemple : chroniques-politiquement-incorrectes-1-autour-de-labandon-a-la-mort-de-76-000-fous-par-le-regime-de-vichy/ et chroniques-politiquement-incorrectes-2-autour-de-labandon-a-la-mort-de-76-000-fous-par-le-regime-de-vichy/ ou Armand Ajzenberg : L’abandon à la mort… de 76000 fous par le régime de Vichy, abandon-a-la-mort-non-assistance-a-personne-en-danger-et-genocide-doux/), l’écriture comme unique recours, « légitime défense », le ravissement du mot échappement, le bâti du monde et le béton des hommes.

Sandrine Bourguignon suit le parcours, « par un long détour, peut-être », le sens de l’humain, l’éradication des parasites de l’enfance, les conditions sociales des enfants, les tris et les vomissements, « Vous dites que c’est à vomir et vous vomissez », le je et le « nous anonyme », la force de l’imagination, l’être au monde comme poète, les acrobaties adaptatives et ceux qui ne les réussissent pas, l’écriture et Les Vagabonds Efficaces, les interstices dans le rétrécissement général des vies, la langue creusée, les ricochets, le changement de la lumière du monde, l’enfant autiste, les béances, l’usage de la camera et du film, les rencontres, les mots cailloux, le fil de l’existence perdue, l’enfant déserté, les autres boussoles pour d’autres points cardinaux, les rescapés… « Il est quatre trente du matin et c’est l’heure où vous mourrez ».

Un portrait au sens plein d’une représentation qui n’en reste pas à la surface.

L’imagination sans la violence de ceux qui forcent les portes.

Sandrine Bourguignon : Le nom d’un fou s’écrit partout

Editions Isabelle Sauvage, Plounéour-Ménez 2021, 136 pages, 17 euros

https://editionsisabellesauvage.fr/catalogue/le-nom-dun-fou-secrit-partout/

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Une réflexion sur « Apprendre à voir et à écouter »

  1. Je m’adresse ici à la dernière génération du feu, à cette génération qui a eu parfois son enfance volée ou fracassée par les cinq ans de guerre et qui, à vingt ans, a été envoyée en Algérie. Les archives sur la guerre coloniale qui, aujourd’hui, commencent à s’entr’ouvrir, permettront aux historiens de commencer à écrire l’histoire, celle des crimes d’Etat, celle des politiciens, une guerre presque propre avec de grosses erreurs et d’énormes crimes. Mais la véritable guerre, c’est vous qui l’avez faite, autant la mondiale que la coloniale.
    Ecrivez votre autobiographie, racontez vos blessures d’enfants, la grisaille des jours sans feu et parfois sans nourriture, votre mère qui fait la queue à la soupe populaire, votre père qui fait des dizaines de kilomètres à vélo, non pas pour sauver la planète mais pour trouver peut-être un poulet ou quelques oeufs. Racontez de belles histoires et de moins belles.
    Vous les appelés d’une guerre coloniale, criminelle et inutile, racontez avec vos mots, les mots du peuple de France, ce que vous n’avez pas souvent osé raconter à vos compagnes et à vos enfants:la chaleur, la boue, la peur, vos doutes, le copain qui tombe, la bêtise de la guerre, la torture, les exécutions d’innocents, toutes les saloperies que l’on vous a fait faire mais aussi la bravoure, ces petits gestes d’empathies qui ont sauvé des vies. Vous êtes les derniers à pouvoir raconter toute cette grandeur et toutes ces petitesses, ces ordres imbéciles ou criminels, C’est vous qui avez fait l’histoire, écrivez-la.
    Il existe plusieurs institutions qui pourront archiver vos témoignages grâce auxquels s’écrira l’histoire. Vous trouverez facilement sur internet leurs coordonnées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :