La révolution française au prisme du polar

009724475

Anne Villemin-Sicherman continue la saga des enquêtes du vétérinaire Duroch sis dans l’Est de la France, du côté de Metz. « 1792, la femme rouge » nous projette dans la ville de Metz assiégée par les armées austro-prussiennes. Plus importantes en nombre que les armées de la révolution, mieux entraînées, mieux armées la victoire semble de leur côté. Par un coup de génie militaire, Kellerman à Valmy inversera la donne bien aidé par une dysenterie qui ravage les troupes ennemies.

Duroch, dans ce contexte, rechercher les assassins d’un prêtre défroqué dont les biens sont convoités par des « révolutionnaires » inattaquables dans cette période qui commence, la « Terreur » – le sous titre le dit clairement « Face à la Terreur, la justice est en danger » – est moins intéressante que la description de la bataille ou du portrait de femme qui donne son titre au roman, féministe avant l’heure et citant Olympe de Gouges et sa « déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », une femme libre capable de vengeance qui devrait se retrouver dans les aventures suivantes du vétérinaire désormais aidé par son fils Julien.

Une manière de raconter la révolution à hauteur d’hommes et de femmes. Le plaisir est au rendez-vous.

Anne Villermin-Sicherman : 1792, la femme rouge, 10/18

Nicolas Béniès

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :