Pour que le Metoo syndical s’amplifie !

Une militante syndicale vient de déposer plainte contre un syndicaliste de la CGT pour « viol, agression sexuelle, torture et actes de barbarie ». Nous sommes bouleversées. Nous pensons à elle, sa force, son courage et à ses soutiens. Nous lui adressons notre solidarité sans faille face à ces faits gravissimes et aux pressions exercées contre celles qui voudraient s’exprimer. Nous sommes disponibles pour toutes actions en soutien de la camarade victime, à partir de son rythme et de sa volonté.

Les mandats confédéraux de cet homme ont été suspendus par la commission exécutive confédérale (CEC) de la CGT le 22 février 2022. Nous saluons la réactivité de cette mesure mais cela ne suffit pas. La suspension de ses mandats confédéraux n’a pas fait l’unanimité avec 1 vote contre et 3 abstentions. Les syndicalistes qui ne votent pas de mesures conservatoires pour protéger de toute forme de représailles, la victime, et les syndiqué.es qui vont devoir continuer de les côtoyer, sont les complices des agresseurs et de l’impunité dont ils bénéficient.

Nous espérons qu’une enquête interne menée par la cellule de veille de la CGT permette d’avancer dans la connaissance des faits, du passif de ce « militant » pour prendre les décisions définitives qui s’imposent. Dans le communiqué du 28 février 2022, l’Union départementale 94 ose le maintenir dans ses mandats locaux. Pour nous, il n’est pas possible de s’en rendre à la justice de Dupond-Moretti et la police de Darmanin, membres d’un gouvernement dont nous combattons les politiques libérales et liberticides et représentants d’une justice patriarcale qui tranche rarement en faveur des victimes de violences sexuelles. Cette décision est une nouvelle agression pour la victime et toutes celles et ceux qui se battent dans la CGT et dans les autres syndicats pour stopper ces violences où qu’elles soient commises (travail, syndicat, vie conjugale…).

Brandir le non-respect de la présomption d’innocence est un classique contre-sens. La présomption d’innocence ne s’applique que dans le cadre de la procédure pénale. Prendre des mesures conservatoires en interne des organisations ou des lieux de travail est une revendication que nous portons face aux employeurs en matière de violences sexuelles, elle doit s’appliquer dans nos syndicats.

Ce que notre camarade a subi n’est pas un cas isolé, car dans les syndicats comme partout, les agressions sont nombreuses et les réponses rarement à la hauteur. Souvenons-nous par exemple :

A la Mairie de Paris, des militantes syndicalistes ont lutté trois ans pour la reconnaissance de violences physiques et sexuelles commises par un secrétaire général sur deux camarades. Elles ont été victimes d’une répression syndicale qui les a conduites à quitter la CGT en 2020).  

Le seul membre de la CEC qui vient de voter contre la suspension des mandats s’était déjà distingué pour avoir soutenu ce secrétaire général à la CGT Ville de Paris. Et puisque la honte ne tue pas, il a signé le communiqué intersyndical appelant à la grève CGT Solidaires FSU pour le 8 mars ! C’est insupportable.

En 2018, c’est à la CFTC, qu’une crise éclate suite à du harcèlement sexuel. 

l’Union départementale de FO Brest, plusieurs militantes et salariées du syndicat ont révélé être victimes depuis des années de violences sexuelles commises par le secrétaire général. Elles ont été victimes de représailles en interne puis licenciées, en 2021.

Au sein de l’union syndicale Solidaires, des militantes ont pu aussi révéler être victimes de violences sexuelles de la part d’adhérents. À notre connaissance, un syndicaliste violeur a fini par être exclu au bout de plusieurs années de lutte de camarades en interne.

Ces situations ne s’arrêtent évidemment pas à ces syndicats, tout ne sort pas dans la presse.

A chaque fois il est reproché aux victimes de ne pas être suffisamment « lutte de classe », de fomenter un complot politique et d’affaiblir leurs syndicats. C’est tout le contraire qu’elles font : s’exprimer contre les agresseurs et leur soutien n’est pas salir les organisations syndicales, c’est le fait de les couvrir qui les mine et contribue à exclure les femmes du syndicalisme.

Malgré les alertes et la récente tribune qui affirme se soucier de la protection des femmes et lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans les syndicats et certains partis politiques, les femmes victimes doivent souvent quitter leur syndicat alors que les agresseurs continuent à militer tranquillement.

Dans tous les syndicats, nous faisons face à du sexisme systémique.

Les combats que nous portons en matière d’égalité professionnelle, de revendications féministes, sont encore trop régulièrement disqualifiés, jugés non-prioritaires. Les instances mises en place pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles ont beaucoup de mal à se faire entendre et à rendre opérationnels les outils pour lutter en interne contre les agresseurs et transformer nos organisations collectives, afin qu’elles ne soient plus un des terreaux du patriarcat. Les formations nécessaires à la connaissance des mécanismes des violences pour pouvoir les repérer, les dénoncer, les sanctionner sont rares et reposent sur l’énergie et les épaules de quelques militantes.

Il faut que cela change ! 

Un vaste plan de formation devrait se déployer à tous les niveaux et en urgence à l’adresse de tous les dirigeants. Cela devrait s’accompagner d’une profonde réflexion féministe sur l’évolution du fonctionnement et des statuts de nos organisations syndicales.

Sans attendre les actions des syndicats et en plus de ces dernières, nous pensons que nous, militantes syndicales, syndiqué.e.s, devons nous auto-organiser à la base pour créer des liens de sororitéféministe face à ces violences.

Nous sommes en colère, prêtes à poursuivre le Metoo syndical !

Nous sommes convaincues de l’absolue nécessité des luttes syndicales contre le capitalisme, le patriarcat, le racisme. Les syndicats restent un outil central d’émancipation et de lutte contre les précarités et les bas salaires, les violences dans le monde du travail,

Nous voulons nous réunir pour créer des solidarités entre syndiquées de tous syndicats, éviter l’isolement et les départs, continuer à nous exprimer sans crainte,

Nous voulons nous réunir largement pour créer un réseau de soutien féministe, être encore plus fortes ensemble, transformer et faire avancer nos organisations syndicales.

Au 8 mars dans la grève et dans la rue pour l’égalité entre les femmes et les hommes – la Honte doit changer de camp !

Et que les agresseurs et complices ne s’y pointent pas !

Rejoignez-nous pour construire ce Me too Syndical !

Contact : resyfem@riseup.net

Des syndicalistes de la CGT, Fsu, Solidaires, Fo…. – 3 mars 2022

https://blogs.mediapart.fr/resyfem/blog/030322/pour-que-le-metoo-syndical-s-amplifie

 

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

4 réflexions sur « Pour que le Metoo syndical s’amplifie ! »

  1. Les syndicalistes ne sont pas des violeurs en puissance, j’en ai connu plusieurs qui ont défendu des cas de harcèlement de salariées par leur patron, c’est difficile mais parfois ils ont gagné. Cibler en particulier les syndicalistes en tant que tels sur un seul cas me paraît abusif

    1. des syndicalistes femmes lancent un #metoo syndical car les violences sexuelles et le sexisme existent dans les organisations syndicales comme ailleurs. De nombreuses affaires de violences sexuelles et de viols ont été couvertes par les directions des organismes syndicaux, les cellules de veille sont souvent décriées par les hommes syndicalistes.
      une manière comme une autre de dire que les femmes mentent et que le problème n’existe pas dans les syndicats
      il n’est donc pas abusif que les syndicalistes femmes se défendent contre des syndicalistes hommes, leur sexisme, leurs violences sexuelles….

      au lieu de dénoncer, il conviendrait plutôt de favoriser l’auto-organisation intersyndicale des femmes syndiquées et de soutenir leurs paroles

      1. Heureusement, dans le monde patronal il n’y a pas de problème, les patrons sont vertueux et toujours très raffinés dans leurs rapports avec les femmes alors que les syndicalistes sont des mecs un peu frustes à surveiller,

      2. parce que les violences sexuelles et les viols ont lieu dans tous les milieux sociaux,
        parce que les salarié·es sont exploitées par les patrons
        il faudrait se taire sur les violences sexuelles et les viols subies par des syndicalistes femmes de la part d’hommes syndicalistes ?
        pour que vive un syndicalisme puissant, il ne peut y avoir silence sur la situations des femmes dans la société, dans les entreprises et dans les organisations syndicales

        le refus de soutien aux mobilisations des femmes syndicalistes pour changer le fonctionnement des organisations syndicales et dénoncer le sexisme et les violences sexuelles à l’intérieur des syndicats, me fait penser au « il ne faut désespérer Billancourt » des anciens stalinien·nes !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :