Remise en liberté d’Alexandra Richard : Quel est ce « trouble à l’ordre public » que craint la justice ?

OLF-LOGO-HD2

Cagnotte pour nous aider à soutenir Alexandra Richard

4b94afd4-8471-26f5-6e4e-0131949a5c3c

Au lendemain du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, la cour d’appel de Rouen a examiné la demande de remise en liberté d’Alexandra Richard, condamnée à 10 ans de prison pour homicide volontaire sur son conjoint violent.

Pendant 3 ans, Sébastien Gest l’a violée, frappée et menacée de mort à de multiples reprises. Le jour du drame, il lui a demandé de choisir l’arme avec laquelle il allait la tuer et l’a ainsi menacée : « j’vais t’buter, tu partiras les pieds devant ». Tous les éléments de l’enquête indiquent une scène de légitime défense, dans laquelle Alexandra Richard s’est emparée d’une arme pour se protéger. De surcroît, l’expertise balistique valide la plausibilité d’un coup de fusil déclenché de manière accidentelle.

Ce contexte de violences conjugales n’ayant pas été reconnu et pris en compte dans les jugements qui ont été rendus en première instance et en appel, les avocat.e.s d’Alexandra Richard, Maître Questiaux et Maître Dekimpe, ont saisi la Cour de cassation. Dans l’attente d’une décision de justice, iels ont également demandé, pour la sixième fois consécutive, sa remise en liberté sous contrôle judiciaire.

Alexandra Richard est en détention depuis plus de deux ans maintenant, privée de ses trois enfants. Le plus jeune, Jessy, âgé seulement de 6 ans, demande à ses grands-parents maternels qui s’occupent de lui s’il peut aller passer ses vacances en prison « avec maman ». Abigaëlle et Enola, âgées de 17 et 19 ans, ont elles aussi besoin de leur mère pour se reconstruire après les violences conjugales et le drame dont elles ont été témoins.

Les précédentes demandes de remise en liberté ont été refusées au motif qu’elles pourraient entraîner « un trouble exceptionnel à l’ordre public ». Cette fois encore, lors de l’audience, une des avocates des parties civiles a mis en avant ce motif. Dans un discours décousu, qui avait peut-être pour but de créer une certaine confusion dans l’esprit des juges, Maître Amisse-Duval a accusé pêle-mêle :

1/ les associations féministes d’avoir fait pression sur les enfants de Sébastien Gest, qui auraient vu des collages à l’extérieur du tribunal (que les enfants soient perturbés par des collages qui dénoncent les violences de leur père, on le comprend bien, mais en quoi ces collages constituent-ils une forme de « pression sur des témoins » ?) ;

2/ les associations féministes d’avoir directement fait pression sur sa personne, en l’abordant à la sortie des réquisitoires (ce qu’aucun témoignage ou dépôt de plainte ne vient attester) ;

3/ Alexandra Richard d’être « le fer de lance du féminisme ou d’autre chose » (comme si, depuis sa prison, avec toutes les conséquences psycho-traumatiques auxquelles elle doit faire face, elle pouvait être à la tête d’un mouvement politique dont elle n’a jamais fait partie).

L’avocate a aussi vaguement évoqué la couverture médiatique de l’affaire et son écho dans l’opinion publique en déclarant : « ce qui se passe sur les réseaux sociaux, je n’en veux plus ».

De son côté, le procureur général Patrice Lemonnier, qui s’est toujours montré extrêmement virulent à l’égard d’Alexandra Richard (voir notre chronique judiciaire du procès en appel), n’a pas jugé opportun de présenter son argumentaire, renvoyant les magistrats à ses réquisitions écrites.

Chronique judiciaire du procès en appel d’Alexandra Richard

À aucun moment, les éléments présentés à l’audience ne viennent réellement étayer l’argument du « trouble exceptionnel à l’ordre public ». Ils n’ont aucun rapport concret avec Alexandra Richard et avec les conséquences réelles de sa remise en liberté sous contrôle judiciaire.

On est en droit, au vu d’une telle plaidoirie, de se demander ce que craint réellement cette avocate, et avec elles les magistrats qui ont invoqué ce motif pour refuser (cinq fois !) sa remise en liberté. De quel « trouble à l’ordre public » parle-t-on, D’un procès avec une couverture médiatique nationale ? Les médias, qui font leur travail d’information auprès du grand public lorsqu’ils relaient cette affaire, peuvent-ils être accusés de créer un trouble à l’ordre public ? Les associations féministes reconnues d’utilité publique par l’État, qui partagent leurs analyses en s’appuyant sur leur expertise dans le domaine des violences masculines, et qui rappellent les obligations légales de la France en matière de protection des victimes, entraînent-elles un trouble à l’ordre public ?

En réalité, si cette affaire suscite un certain émoi dans l’opinion publique, si elle mobilise les associations féministes, c’est parce qu’elle n’est pas traitée comme elle le devrait. Ce qui indigne c’est d’abord l’échec de la police et de la justice, qui n’ont pas protégé Alexandra Richard suite à son dépôt de plainte contre Sébastien Gest. Les armes présentes au domicile n’ont pas été saisies conformément à l’obligation légale et une médiation a été mise en place, mesure interdite dans les situations de violences conjugales. C’est ensuite une enquête qui n’a, à aucun moment, reconnu le contexte de violences conjugales comme pertinent, et des gendarmes qui ont systématiquement interrompu Alexandra Richard lors de ses dépositions, quand elle essayait de parler des violences. Ce sont enfin des décisions de justice d’une incroyable sévérité – 2 condamnations à 10 ans de prison pour homicide volontaire avec une peine plancher de 5 ans, 5 refus de remise en liberté conditionnelle, des centaines de milliers d’euros de dommages et intérêts – qui témoignent de l’acharnement de l’institution judiciaire contre une femme qu’elle aurait dû protéger. 

Les réactions négatives envers une victime de la part des personnes ou des institutions à qui elle parle des violences ou demande de l’aide ont des effets traumatiques sur celle-ci, ce qui constitue une victimisation secondaire. La directive 2012/29/UE du Parlement européen « établissant des normes minimales concernant les droits, le soutien et la protection des victimes » indique que :

« Les victimes de la traite des êtres humains, du terrorisme, de la criminalité organisée, de violences domestiques, de violences ou d’exploitation sexuelles, de violences fondées sur le genre, d’infractions inspirées par la haine, les victimes handicapées et les enfants victimes ont souvent tendance à subir un taux élevé de victimisation secondaire et répétée, d’intimidations et de représailles. Il convient de faire particulièrement attention lorsqu’on évalue si ces victimes risquent de subir de telles victimisations, intimidations et représailles, et il devrait y avoir une forte présomption qu’elles auront besoin de mesures de protection spécifiques ».

L’introduction dans le Code pénal d’une présomption de légitime défense pour les femmes qui tuent leur conjoint violent constituerait une mesure de protection spécifique face au risque de re-victimisation de ces femmes par les tribunaux en charge de ces affaires (lire à ce sujet la tribune « Pour Alexandra Richard et pour toutes les autres : clarifions la loi sur la légitime défense ! »).

Tribune pour clarifier la loi sur la légitime défense

L’institution judiciaire a elle-même engendré la mobilisation citoyenne qu’elle a voulu à tout prix éviter, en traitant Alexandra Richard comme une criminelle – la condamnation pour homicide volontaire implique qu’on lui prête une intention de tuer – et en la maintenant en prison. Et on voudrait nous faire croire, dans une magistrale inversion de la culpabilité, que ce sont les associations féministes, avec Alexandra Richard en porte-étendard, qui viendraient créer une agitation dangereuse pour l’ordre social ! Quand des droits essentiels sont bafoués, le problème vient-il de celles et ceux qui s’indignent et dénoncent cette atteinte ?

En réponse au rappel par Maître Questiaux des enjeux de l’affaire Richard (la question du traitement juridique des violences sexistes, le caractère structurel de ces violences et le message envoyé à toutes les femmes par des jugements qui n’en ont pas tenu compte), Maître Amisse-Duval s’est exclamée : « on demande la remise en liberté d’Alexandra Richard sous couvert de principes qui nous dépassent ! ». Quel aveu !

Premièrement, la remise en liberté d’Alexandra Richard n’est pas demandée au nom de « principes », mais simplement parce que les conditions nécessaires sont réunies : les expertises psychologiques ont confirmé qu’elle ne présente pas un profil criminogène, elle a répondu à toutes les obligations de son contrôle judiciaire avant son procès en première instance, elle s’est présentée à ce procès de son plein gré, et enfin elle a un employeur qui la soutient et un emploi qui l’attend à sa sortie. La remise en liberté sous contrôle judiciaire n’est pas une mesure exceptionnelle : en 2019, elle a été accordée à un père incestueur condamné à deux reprises et, en 2021, à des trafiquants de cocaïne. Par ailleurs, cette demande s’inscrit dans le cadre d’une procédure judiciaire avec un pourvoi en cassation. La remise en liberté sous contrôle judiciaire d’Alexandre Richard n’est pas une remise en cause du jugement émis par la Cour d’appel et ne représenterait en aucun cas une « victoire symbolique ».

Deuxièmement, faut-il craindre que les professionnels du droit les avocats, les magistrats inclus dans ce « nous » – soient effectivement « dépassés » par des principes tels que la protection d’une femme victime de violences conjugales ? Ne sont-ils pas formés pour faire appliquer le droit conformément à ces principes ?

Est-il vraiment difficile de comprendre qu’une femme puisse avoir peur pour sa vie au point de saisir un fusil lorsqu’elle est quotidiennement rabaissée, humiliée, violée, frappée, menacée de mort avec des armes chargées, qu’elle vit avec un homme déjà condamné pour avoir tiré sur quelqu’un, dans une maison remplie d’armes à feu, de couteaux de chasse et de munitions ? Les maltraitances qu’elle a subies, les privations de sommeil et de nourriture dans la semaine qui a précédé le drame, l’absence d’intimité jusque sous la douche où il la suivait pour prendre des photos, seraient considérées, dans tout autre contexte que celui d’une relation conjugale, comme des actes de torture. Elle avait affaire à un bourreau qui l’a mise en danger à de multiples reprises, qui n’a eu de cesse de lui répéter qu’il allait la tuer, et pourtant… par un tour de passe-passe qu’on a du mal à comprendre, ces circonstances disparaissent, la plausibilité d’un tir accidentel tel que le relate Alexandra Richard est écartée et elle est condamnée comme si elle avait tué de sang-froid.

Le fait qu’une femme commette un homicide involontaire parce que, précisément, elle est victime de violences et tente de sauver sa vie ne devrait pas être une réalité insaisissable pour la justice. Il faut que ces circonstances soient reconnues pour qu’un jugement juste soit rendu. Ces circonstances doivent entraîner des conséquences juridiques, sans quoi les féministes continueront de coller, d’écrire, d’interpeller l’opinion et les pouvoirs publics.

La décision de la cour d’appel sera rendue le 24 mars.

Pour soutenir les associations qui apportent un appui financier à Alexandra dans son pourvoi en Cassation, partagez cette cagnotte solidaire. Aidez Alexandra Richard à obtenir justice !

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Une réflexion sur « Remise en liberté d’Alexandra Richard : Quel est ce « trouble à l’ordre public » que craint la justice ? »

  1. LIBÉREZ ALEXANDRA RICHARD ! SON MAINTIEN EN DÉTENTION N’A AUCUN SENS !

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE DES EFFRONTÉ-ES
    25 MARS 2022

    Alexandra Richard reste en prison après un nouveau refus de remise en liberté sous contrôle judiciaire. Le délibéré de l’audience du 9 mars est tombé hier, jeudi 24 mars.
    Et pour quel motif ? Toujours ce pseudo « trouble à l’ordre public » qui échappe à tout bon sens, à toute argumentation sérieuse, à toute logique, voir le communiqué d’Osez le féminisme!, qui a assisté à l’audience du 9 mars, et en a fait une analyse : Remise en liberté d’Alexandra Richard : Quel est ce « trouble à l’ordre public » que craint la justice ?
    Voir aussi notre communiqué du 14 octobre 2021, HISTOIRE D’UNE MISE SOUS SILENCE. Car ce même argument est depuis longtemps présenté à l’appui du maintien d’Alexandra en détention : c’est en effet la 6ème demande de remise en liberté qui lui est refusée, alors qu’elle ne présente aucun profil criminogène ni récidiviste, de l’aveu de tou-tes les expert-es.
    Pourquoi un « trouble à l’ordre public » ? Parce que des journalistes ont osé s’intéresser à l’affaire. Parce que des associations féministes ont eu l’audace d’apporter leur analyse et leur éclairage sur l’histoire de cette femme victime de violences conjugales !
    Quelle est cette institution qui n’est plus dans la recherche de la Justice, mais de la vengeance ? Qui ne tolère pas qu’un regard critique soit posé sur ses décisions, alors que si les cours d’assises sont composées de jurés populaires, c’est bien parce que l’exercice de la Justice concerne le peuple, la société tout entière !
    Quel est cet acharnement forcené et inhumain contre une femme qui a commis un acte de légitime défense devant la menace de mort qu’elle a reçue de son compagnon ? Ce droit à se défendre lui a déjà été dénié, comme aux 10 femmes qui se trouvent chaque année dans le même cas, et à qui la légitime défense est systématiquement refusée. C’est ainsi qu’Alexandra a écopé de 10 ans de prison ferme, en appel comme en première instance, pour homicide volontaire.
    On lui refuse également, encore et toujours, la possibilité de rentrer chez elle et de retrouver ses enfants dans l’attente d’une décision de la Cour de Cassation auprès de laquelle elle a formé un pourvoi.
    On revictimise, une fois de plus, une femme victime de violence conjugale, à rebours de la politique pénale prioritaire française qui consiste à protéger les femmes victimes de violences, à reconnaître la valeur de leur parole et à ne pas les revictimiser, en rupture également avec les obligations découlant de la Convention Européenne des Droits Humains, à savoir mettre un terme à l’impunité des agresseurs et aux violences faites aux femmes.
    Nous voulons une vraie Justice pour Alexandra Richard, comme celle qui a rendu la liberté à Adriana Sampaïo, l’acquittant en appel du chef de violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner : Adriana Sampaïo est ainsi devenue la 3ème femme en France à qui la légitime défense a été reconnue dans un contexte de violences conjugales. Adriana Sampaïo a été défendue par les mêmes avocat-es qu’Alexandra. Mais selon la Cour qui les rend, les jugements diffèrent de façon affolante.
    C’est un jugement guidé par une idéologie patriarcale qui a scellé le sort d’Alexandra, d’une part en lui infligeant une peine d’une incompréhensible sévérité (10 ans de prison entraînent une peine de sureté de 5 ans et interdisent tout aménagement de peine, excepté lorsqu’une nouvelle action en justice est en cours et peut remettre en question le précédent jugement – c’est le sens des demandes de remises en liberté sous contrôle judiciaire qui se sont succédé depuis plus d’un an), d’autre part en lui refusant par 6 fois de la libérer sous contrôle dans l’attente du prochain jugement, alors qu’elle ne représente aucun danger pour la société et alors que ses enfants ont besoin d’elle, et particulièrement le petit dernier qui est aussi le fils du défunt. Quel est le sens de leur faire payer le prix fort, à eux aussi ?
    Cet acharnement est inadmissible. Notre récente tribune dans le journal Mediapart en donne précisément les raisons, raisons qu’un enfant comprendrait. Mais pas un enfant-roi comme s’en approche malheureusement la justice lorsqu’elle montre un tel visage de toute-puissance et d’absence totale de remise en question.

    Contact presse :
    Claire Charlès : 07 60 36 38 29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :