Une fausse-vraie autobiographie

product_9782072953767_195x320

Tonino Benacquista a voulu – en guise de thérapie ? – se replonger dans son environnement pour comprendre le mouvement qui l’a porté vers l’écriture, vers la fiction pour raconter des vies, des rencontres, des revanches, des utopies en même temps que les réalités lesquelles ne s’échappent pas facilement. Comment faire ? Comment s’écrit une autobiographie ? Question redoutable. Qu’il contourne par un procédé qui ne manque ni de panache ni de duplicité. Il fait surgir, son père, sa mère, son frère, ses sœurs dans des saynètes qui pourraient servir de base à des sketchs pour faire rire, sourire tout en suscitant l’empathie et l’émotion. Pourtant il ne semble rien cacher, se paye même le luxe de montrer, à la fin, les « réalités alternatives », les uchronies à partir des éléments de base fournis dans la première partie. Comme un léger déplacement possible qui change tout. Un bel exercice pour montrer le pouvoir de la littérature, de l’imagination.

« Porca Miseria » est le titre qu’il a choisi, lui qui est habitué au jeu sur les mots, pour aborder sa famille italienne lui qui est né en France, de culture française en conservant la mémoire d’une Italie quasi mythique liée à la découverte des « westerns spaghettis », partie prenante du patrimoine de toute une génération. Se dessine, au-delà des souvenirs, le parcours d’un jeune garçon en décalage continuel avec la réalité qui ne veut ni lire ni apprendre mais écrire. Sa chance : l’école de l’après 68 qui fait la part belle à la créativité personnelle de l’élève. Il n’est pas rejeté mais accompagné. De ce fait, il s’approprie les codes, les références collectives de sa génération sans même s’en apercevoir. Le « rital » – Cavanna dixit – est bien français même s’il cherche toujours un endroit pour se reposer. L’utopie, comme refuge, n’est pas suffisante.

Il sera écrivain. Reconnu. Il aura même un César – le prénom de son père – pour un scénario. Mais l’angoisse tient à l’âme au-delà de la réussite matérielle. Il connaîtra l’agoraphobie comme sa mère et l’alcoolisme comme « solution » comme son père. Les titres de ces scènes pourraient constituer un poème qui reste à écrire.

Beau parcours, non ?

Tonino Benacquista : Porca Miseria, Gallimard, 196 pages, Paris 2022

Nicolas Béniès

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :