Remarques lors d’un rassemblement d’urgence sur les droits reproductifs

Le projet de décision de la Cour suprême des États-Unis dans l’affaire Dobbs contre Jackson Women’s Health Organization a été rédigé par Samuel Alito Jr. Il affirme qu’il n’existe pas de droit à l’avortement en vertu du 14e amendement et que, par conséquent, Roe v. Wade est inconstitutionnel. Bien sûr, ni l’avortement ni les femmes ne sont mentionnés dans la Constitution des États-Unis !

Mais depuis les années 1960, la Cour a statué que les États n’ont pas le droit de légiférer sur les décisions intimes que prennent les gens, notamment :
Le mariage interracial (Loving v. Virginia)
Le contrôle des naissances (Griswold v. CT)
L’avortement (Roe v. Wade)
Les relations sexuelles homosexuelles/les types de relations sexuelles autorisées (Lawrence v. TX)
Le mariage homosexuel (Obergefell v. Hodges)
Le 14e amendement, qui trouve son origine dans la fin de l’esclavage et la Reconstruction, interdit aux États de priver « toute personne de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans procédure légale régulière ».

Ainsi, alors que la droite cherche à donner au fœtus le statut de personne dès la conception, elle exige que les personnes n’aient aucun droit de prendre des décisions sur nos corps, nos vies.
Pourquoi cherchent-ils à nous refuser des droits ? Ne sommes-nous pas des personnes ? Avoir le contrôle de son corps est une condition préalable pour être pleinement humain.
Les législateurs de droite sont dans une frénésie d’adoption de lois – l’Arizona, la Floride et le Kentucky adoptent des interdictions à 15 semaines, copiant la loi du Mississippi ; le Texas, l’Oklahoma et l’Idaho interdisent les avortements à 6 semaines. Les législatures des États ont été occupées au cours de l’année dernière à adopter ces lois, ainsi que 100 autres lois remettant en cause Roe v. Wade.
Sans Roe v. Wade, le Michigan est l’un des neuf États dont les lois archaïques entreraient immédiatement en vigueur. Notre loi de 1931 criminalise ceux qui pratiquent des avortements.

Avant 1973, le mouvement des femmes réclamait l’avortement gratuit sur demande, des services de garde d’enfants accessibles à tous 24 heures sur 24, l’opposition aux abus de la stérilisation et un salaire égal pour un travail égal. Nous avons témoigné lors d’audiences législatives, intenté des procès en action collective, organisé des débats et des tribunaux, organisé des piquets de grève et des marches, construit des réseaux de soutien pour celles qui avaient besoin d’avortements clandestins, raconté nos histoires et tendu la main aux femmes du monde entier.
Nous n’accepterons pas une Cour suprême ou ses décisions qui violent nos droits humains. Nous ne permettrons pas que l’on nous retire nos droits au Michigan, des droits que possèdent ceux qui vivent en Californie.
Ici, au Michigan, nous travaillerons pour mettre une pétition sur le bulletin de vote de novembre qui ajoute l’éventail des droits reproductifs à la constitution de notre État, étendant le contrôle de nos vies sans le contracter.
Nous ne serons pas repoussées. Nous continuerons à nous battre pour une société qui nous soutiendra et nous aidera dans nos décisions, et qui ne nous traitera pas comme des sous-hommes.
Nous continuerons à considérer notre combat comme international et à nous tenir aux côtés de ceux qui, en Pologne et au Salvador, interdisent l’avortement, et à nous solidariser avec ceux qui, en Argentine, au Chili et en Irlande, ont obtenu leurs droits. Nous nous engagerons dans la désobéissance civile pour que les pilules du Plan B et les autres méthodes d’avortement parviennent aux mains de celles qui en ont besoin. Nous garantirons la liberté de procréation dans la Constitution du Michigan et soutiendrons toutes les femmes enceintes dans leur droit à prendre des décisions morales concernant leur vie. Nous allons marcher et parler. Rejoignez-nous !

Dianne Feeley

Dianne Feeley a tenu ces propos lors du rassemblement d’urgence au palais de justice fédéral dans le centre de Détroit, le 3 mai 2022. Le rassemblement était parrainé par le Reproductive Rights Group of Michigan.

https://solidarity-us.org/remarks-at-an-emergency-reproductive-rights-rally/

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :