Menaces, viols et exécutions : la vie des femmes dans la communication

Les dénonciations des violences qui entourent les femmes journalistes dans l’exercice de leur profession et les cas récents de persécution politique

Il est impossible de parler de journalisme, de misogynie et de violence sans citer le cas récent de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, tuée par l’armée israélienne alors qu’elle couvrait une action armée dans un camp de réfugiés palestiniens en Cisjordanie. La correspondante d’Al Jazeera portait un gilet et un casque d’identification lorsqu’elle a reçu une balle au visage alors qu’elle couvrait l’attaque contre le camp de Jénine.

Pour Juliana Medeiros, journaliste qui a été correspondante pendant les conflits du « Printemps arabe », il n’y a ni coïncidence ni ironie du sort dans le fait que Shireen ait été la cible du tireur d’élite. « Ils ont tué Shireen parce qu’elle était une voix, une femme palestinienne qui couvrait les atrocités commises par Israël dans la région, une femme qui fait cela a beaucoup de force, même en raison du risque accru dans les zones de conflit. Ce tir était pour faire taire cette voix. Ils auraient pu tirer sur n’importe quel autre journaliste là-bas. Aucun n’enverrait un message aussi précis aux journalistes, en particulier aux femmes palestiniennes qui sont très courageuses et font du journalisme de guérilla comme peu au monde », a-t-elle déclaré.

Un autre cas qui illustre bien la situation de danger que vivent les communicatrices est celui de Daphne Caruana Galizia, reporter qui a dirigé l’enquête des Panama Papers sur la corruption à Malte, un pays de l’Union européenne. Daphné, connue sous le nom de « femme WikiLeaks », est décédée en 2017 après qu’une bombe a été posée dans sa voiture. La journaliste, assassinée à l’âge de 53 ans, s’est consacrée au journalisme d’investigation dans son pays. L’une de ses dernières révélations a été la connexion du Premier ministre maltais Joseph Muscat et de deux de ses conseillers avec des entreprises offshore et la vente de passeports. La journaliste avait reçu des menaces de mort si elle ne modifiait pas ses reportages ou ne cessait pas de couvrir certains sujets.

Le cas de Serena Shim est également emblématique. La journaliste états-unienne qui travaillait pour la chaîne iranienne Press TV a produit des reportages sur la frontière turco-syrienne. Serena a été menacée par les services de renseignement turcs, a continué à faire son reportage et a payé le prix de son intégrité intransigeante en matière de journalisme. Elle est décédée subitement dans un accident de voiture présumé en octobre 2014, dans des circonstances qui sont restées floues depuis. Deux jours avant « l’accident », Serena avait prévenu ses employeurs qu’elle était menacée et accusée d’espionnage. La journaliste écrivait sur les terroristes d’ISIS/DAESH traversant de la Turquie vers la Syrie, déguisés dans des camions portant les symboles d’ONGs et du Programme alimentaire mondial.

Selon une enquête des Reporters sans frontières (RSF), entre 2021 et 2022, 124 femmes journalistes ont été tuées, arrêtées, prises en otage ou sont disparues dans le monde. La liste ne comprend que les cas survenus en raison de ses activités journalistiques. Il n’inclut pas les personnes tuées ou arrêtées pour des raisons sans rapport avec leur profession ou pour lesquelles le lien avec leur travail n’a pas encore été confirmé.

Le monde souterrain d’Internet avec l’approbation de l’anonymat
Outre les menaces et les représailles proférées en personne ou dirigées vers l’environnement de travail, l’Internet est devenu un lieu inhospitalier et un champ d’attaque contre les journalistes et les communicatrices. Les réseaux sociaux ont fourni un contact direct et parfois anonyme qui a rendu les menaces de mort courantes, ainsi que la diffusion de photos de famille et de données personnelles des professionnelles. Le rapport « Attaques contre le journalisme », produit en 2021 par une autre enquête de Reporters sans frontières (RSF) et de l’Institut de Technologie et de Société de Rio (ITS Rio), a enregistré un demi-million de tweets avec des hashtags offensifs dirigés contre des journalistes et des communicateurs dans tout le Brésil.

Lorsqu’il a été détaillé, ce matériel a révélé que les messages mentionnant et offensant les femmes professionnelles étaient 13 fois plus élevés que ceux offensants des hommes. Les messages attaquaient non seulement la production journalistique, mais aussi la vie personnelle de ces communicatrices.

La misogynie et le meurtre de réputation permanente
La misogynie est structurante de ces relations. Les femmes qui sont disposées à faire du journalisme critique et qui ne se plient pas aux impositions de ceux qui contrôlent – principalement des hommes – subissent les conséquences du machisme et voient leur réputation détruite en tant que professionnel et dans la vie personnelle, afin d’être retirées de ce champ d’action. Pour Juliana Medeiros, les récits de guerre sont toujours hégémoniques et si vous vous mettez dans la position opposée, vous devenez immédiatement une cible. Et si vous êtes une femme, vous êtes une double cible.

Elle se souvient du cas de Lizzie Phelan, une journaliste britannique qui a couvert la situation en Libye pendant des mois avant les bombardements de l’OTAN. Lizzie a été abandonnée dans l’hôtel qui abritait les correspondants internationaux lors de l’entrée des terroristes. Elle était la seule femme journaliste et a été laissée pour compte par d’autres collègues de profession (correspondants d’autres agences) lorsqu’un sauvetage humanitaire pour le retrait des communicatrices et des communicateurs a émergé à Tripoli, la capitale du pays. La journaliste n’a été secourue qu’après s’être réfugiée dans le sous-sol de l’hôtel et avoir enregistré des vidéos sur les réseaux sociaux rapportant des coups de feu et des bombes dans les environs.

Après l’épisode, Lizzie a continué à être la cible d’attaques, maintenant contre sa réputation. Les mèmes qui disqualifiaient la journaliste de manière personnelle sur les forums de journalistes, les accusations d’implication avec des personnalités majeures en échange de faveurs sont devenus courants dans sa vie. L’événement a eu un impact sur sa vie personnelle et professionnelle. La journaliste, qui chaque jour agissait dans le contre-récit des faits dans les territoires de conflit, a passé des mois à l’isolement après les attaques qui provenaient du propre camp, c’est-à-dire, de collègues journalistes.

Quelque temps après, elle a repris le reportage dans les zones de conflit, devenant la première journaliste occidentale à accéder au front du conflit armé en Syrie, lorsque les terroristes du DAESH ont envahi et détruit les ruines millénaires de Palmyre. Lizzie était également présente lors des bombardements de Gaza, en Palestine, montrant que les femmes journalistes – bénéficiant du même type de couverture et de protection que les hommes – peuvent opérer sur le terrain avec la même efficacité et la même compétence. Les cas de machisme comme celui de Lizzie ne sont pas rares. « Les femmes sont traitées comme des folles, des dingues, qui ne savent pas ce qu’elles disent. Ou on crée des histoires selon lesquelles elles ont couché avec l’un ou l’autre. Ce genre de chose n’arrive jamais aux hommes et nous savons pourquoi », souligne Juliana Medeiros.

Le viol comme arme de guerre
Lorsque des conflits surgissent entre des groupes ou des pays, le corps de la femme est considéré comme un territoire à occuper, un objet de conquête.

« La violence physique contre les femmes est une arme qui se présente par l’humiliation et la démonstration de la force masculine et machiste. »

« Le risque serait le même pour tout le monde dans une couverture d’un pays en situation de conflit, mais au final les femmes sont toujours plus exposées. Dans les guerres surtout, parce que, malheureusement, le viol est une arme de guerre depuis des temps immémoriaux », explique Juliana.

Lara Logan, journaliste et correspondante états-unienne de l’émission 60 Minutes, chez CBS, a été violée au Caire après la chute du régime de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak. « Dans la foule, elle a été séparée de son équipe. Elle a été encerclée et a subi une agression sexuelle brutale et des coups avant d’être sauvée par un groupe de femmes et environ 20 soldats égyptiens », a déclaré la chaîne de télévision dans un communiqué.

Invisibilité et manque de dignité
« Il y a aussi une invisibilité dans l’au-delà pour les femmes. Les grands journalistes honorés et dont on se souvient comme des références sont toujours des hommes », rappelle Juliana.

Le cas récent de Shireen n’est pas différent. La journaliste exécutée n’a même pas eu droit à une célébration digne après sa mort. Ses funérailles ont été attaquées par la police israélienne et son cercueil est tombé au sol. La même chose s’est produite dans le cas de Serena Shim, mentionnée auparavant. Ses reportages ont été retirés de YouTube après sa mort et les détails de l’accident qui l’a tuée sont difficiles à trouver.

Contre les efforts visant à effacer son existence, un groupe de parents, de collègues et d’amis a créé en l’honneur de Serena un prix international qui a déjà honoré des personnalités telles que Julian Assange. « Il est important pour le monde de savoir qu’une femme a eu ce courage, de s’opposer au récit hégémonique et de montrer – malgré les risques évidents pour son intégrité – que d’autres problèmes se posaient dans cette zone de conflit et que les pouvoirs (et les médias) ont toujours intérêt à ce que ces histoires ne soient pas révélées », déclare Juliana.

La réalité au Brésil
Et au Brésil, ce n’est pas différent. Depuis l’élection de Jair Bolsonaro en 2018, la presse est attaquée et discréditée par le président. Rien qu’en 2020, Bolsonaro était l’auteur de 40,89% des agressions enregistrées par la Fédération nationale des journalistes (Fenaj). La Fenaj a identifié des agressions verbales, des menaces directes contre les journalistes, des attaques contre la Fédération elle-même et plus de 150 actions visant à discréditer la presse.

Selon le rapport « l’impact de la désinformation et de la violence politique sur Internet contre les journalistes et les communicatrices », réalisé par Gênero e Número (Genre et nombre), l’un des groupes de viols les plus fréquents sont les attaques misogynes ou à connotation sexuelle (19,4%), dans lesquels l’agression est dirigée directement contre la journaliste, dans le but d’intimider, de disqualifier et de nuire à sa réputation. Les menaces à la réputation professionnelle et personnelle, à l’intégrité physique et à l’utilisation abusive d’images ou de photos apparaissent également comme des crimes récurrents contre les femmes journalistes, mais en plus petit nombre.

Le rôle de la communication dans les régimes autoritaires
Il existe deux mécanismes utilisés pour restreindre la communication dans les régimes autoritaires. Le premier, la censure, concerne les ordres explicites qui déterminent ce qui peut être transmis ou non. Et le deuxième, l’autocensure, découle du climat de persécution que ces régimes imposent. Pour Laura Capriglione, journaliste pour le Réseau des journalistes libres (Jornalistas Livres), la communication est fondamentale pour les régimes autoritaires. « Ce n’est pas une communication dialogique, ce n’est pas une communication qui dialogue avec les malheurs, avec les souffrances, avec les douleurs et les espoirs des gens. Mais c’est une communication imposante, autoritaire et unilatérale ».

La journaliste souligne la tentative de renversement de responsabilité dans le récent meurtre de Shireen. « C’est ce que nous voyons dans divers conflits qui impliquent des forces énormes contre des populations vulnérables. Par exemple, récemment, la journaliste palestinienne qui a été assassinée par des soldats israéliens. Le gouvernement israélien a tenté d’attribuer la responsabilité de ce crime absurde aux Palestiniens qui ne faisaient que renflouer la journaliste. C’est-à-dire qu’il y a un renversement complet des responsabilités et du récit même dans le sens de faire raconter le mot et cette histoire par l’oppresseur ».

Martha Raquel Rodrigues
Martha Raquel Rodrigues vit au Brésil, est journaliste et titulaire d’une maîtrise du Programme d’intégration latino-américaine de l’Université de São Paulo (USP). Elle fait partie du Réseau des journalistes libres et travaille dans la communication du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra – MST).
Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

https://capiremov.org/fr/analyse/menaces-violations-et-executions-la-vie-des-femmes-dans-la-communication/

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Une réflexion sur « Menaces, viols et exécutions : la vie des femmes dans la communication »

  1. Dommage d’oublier Anna Stepanovna Politkovskaïa ,journaliste russe assassinée par les sbires de V. Poutine pour avoir dénoncer les massacres et les horreur perpétrées par l’armée russe en Tchétchénie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :