Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 9)

Brigades éditoriales de solidarité 9

L’abstraction contre le droit des peuples

À force d’abstraction, certain·es inventent une géopolitique dénuée d’êtres humains, et semblent, en particulier, oublier les Ukrainien·nes bombardé·es, massacré·es, déporté·es, réfugié·es et aussi résistant·es… C’est pourtant le présent et l’avenir des populations ukrainiennes qui devraient être au centre des politiques posées par le crime d’agression.

Comme hier les populations vietnamiennes, irakiennes ou libyennes assaillies et meurtries par les armées étasuniennes, les populations afghanes par les armées «soviétiques» puis américaines avant celles des talibans, comme les populations birmanes ou syriennes détruites par leurs propres dictateurs (avec, ne l’oublions pas, l’appui du gouvernement russe), les populations ukrainiennes agressées font face aux armées de l’État russe réellement envahissantes et criminelles.

Le refus russe de dire la guerre devrait nous rappeler celui de l’État français contre les populations algériennes luttant pour leur autodétermination. Les gouvernements impérialistes contestent toujours, y compris par les armes, le droit à la décolonisation. Les populations ainsi agressées ont le droit de se défendre par tous les moyens efficaces et nous devons, ici et ailleurs, nous positionner clairement pour rendre concret ce droit et effectifs les moyens de ces résistances.

Nous savons que la militarisation des sociétés est un frein aux processus d’émancipation. Nous connaissons la place du complexe militaro-policier dans le fonctionnement du capitalisme, la concurrence exacerbée entre impérialismes dans le cadre d’une mondialisation sur le dos des peuples. La guerre de Poutine a de dramatiques conséquences sur l’alimentation mondiale, sans oublier l’amplification de la dégradation climatique. Est-ce une raison pour perdre le fil d’un raisonnement politique et adopter une position de type munichoise (les concessions territoriales à Hitler – l’abandon de la Tchécoslovaquie – n’ont pas permis d’éviter la Seconde Guerre mondiale). Comment ne pas conseiller la relecture du texte d’Étienne Balibar, « Le pacifisme n’est pas une option » [1].

Les rouges-bruns, les néocampistes et leur anti-impérialisme des imbéciles [2] soutiennent ou justifient les actions de Vladimir Poutine au nom de la critique de l’impérialisme américain ou de l’OTAN. De leur point de vue, les populations ukrainiennes ne sont jamais des sujets de droit, des sujets autonomes, de libres citoyen·nes. Cette négation des Ukrainien·nes se double de la négation même des réalités impérialistes et colonisatrices de l’État russe, en droite ligne de leur soutien apporté aux dictateurs et leurs politiques criminelles – que cela soit Staline, les Khmers rouges, Bachar el-Assad, pour ne citer qu’eux.

S’ajoute aujourd’hui aux fracas mensongers une musique qui n’est pas sans évoquer celle d’un certain esprit munichois. Notre ami Yorgos Mitralias [3] aborde avec humour l’étrangeté des raisonnements de certain·es. Reprenons l’exemple de la guerre du Vietnam ou de la guerre d’Algérie. Si certain·es avaient déjà prôné la paix et non la victoire des peuples d’Indochine ou d’Algérie, c’est bien la combinaison des résistances armées et des campagnes de soutien internationales qui a permis les défaites des impérialismes étasuniens et français. Et hier comme aujourd’hui, notre appui aux populations résistantes aux agressions peut s’exprimer simplement : retrait immédiat et sans condition des troupes d’occupations de l’ensemble du territoire et exigences de réparations.

Nous partons des résistances et des mobilisations pour un autre avenir que celui dressé par le fracas des armes, sans rien céder sur le droit des populations ukrainiennes, ni de celles et ceux bélarusses ou russes qui s’opposent aux pouvoirs militarisés. Il ne s’agit donc ni de raisonner Vladimir Poutine ou d’autres, ni de discours sur la rationalité de la paix, ni de négociations sous le feu des armes de l’armée russe.

Réconcilier la morale et la politique ne peut se faire sur les cadavres ukrainiens !

Didier Epsztajn [4]

[1] www.syllepse.net/syllepse_images/articles/liberte-et-de–mocratie-pour-les-peuples-dukraine-2.pdf
[2] Leila Al-Shami, « L’anti-impérialisme des imbéciles », https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/03/20/lanti-imperialisme-des-imbeciles/
[3] Voir Yorgos Mitralias, « Une guerre étrange où on interdit à l’Ukraine que Poutine “soit humilié” », p. 63.
[4] Didier Epsztajn est membre des Brigades éditoriales de solidarité et animateur du blog https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com

Télécharger gratuitement le livre de 132 pages : Brigades éditoriales de solidarité 9
https://www.syllepse.net/syllepse_images/articles/brigades-e–ditoriales-de-solidarite—9.pdf

Après les Gilets jaunes, la pandémie du Covid, la Colombie et la Birmanie, les éditions Syllepse poursuivent la publication d’ouvrages accessibles à tous et toutes qui éclairent sur les enjeux des convulsions d’un monde qui n’en finit pas de semer la misère, la souffrance et la guerre. Les éditions Syllepse se sont associées pour cette série sur l’agression de la Russie poutinienne contre l’Ukraine aux éditions Page 2 (Lausanne) et M. Éditeur (Montréal), aux revues New Politics (New York), Les Utopiques (Paris) et ContreTemps (Paris), aux sites À l’encontre (Lausanne) et Europe solidaire sans frontières, ainsi qu’au blog Entre les lignes entre les mots (Paris), au Centre Tricontinental (Louvain-la-Neuve) et au Réseau syndical international de solidarité et de luttes.

À l’encontre : https://alencontre.org/
Centre Tricontinental : www.cetri.be/
ContreTemps : http://lesdossiers-contretemps.org
Éditions Page 2 : https://alencontre.org/
Éditions Spartacus : www.editions-spartacus.fr
Éditions Syllepse : www.syllepse.net
Entre les lignes, entre les mots : https://entreleslignesentrelesmots.blog/
Europe solidaire sans frontières : www.europe-solidaire.org
Les Utopiques : https://www.lesutopiques.org
M Éditeur : https://m-editeur.info/
New Politics : https://newpol.org
Réseau syndical international de solidarité et de luttes : http://laboursolidarity.org

En complément possible :
Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 8)
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/06/08/les-cahiers-de-lantidote-soutien-a-lukraine-resistante-volume-8/
Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 7)
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/05/24/les-cahiers-de-lantidote-soutien-a-lukraine-resistante-volume-7/
Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 6)
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/05/09/les-cahiers-de-lantidote-soutien-a-lukraine-resistante-volume-6/
Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 5)
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/04/23/32-solidarite-avec-la-resistance-des-ukrainien·nes-retrait-immediat-et-sans-condition-des-troupes-russes-32/
Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 4)
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/04/09/27-solidarite-avec-la-resistance-des-ukrainien·nes-retrait-immediat-et-sans-condition-des-troupes-russes-27/
Les Cahiers de l’antidote : Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine (Volume 3)
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/03/25/liberte-et-democratie-pour-les-peuples-dukraine-3-soutien-a-lukraine-resistante/
Les Cahiers de l’antidote : Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine (Volume 2)
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/03/11/pour-le-droit-a-lautodefense-par-tous-les-moyens-necessaires/
Les Cahiers de l’antidote n°1 « Spécial Ukraine » : Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine !
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/03/03/ukraine-russie-7/

*****

L’UKRAINE INSURGÉE

une-ukraine-insurgee

La parole aux Ukrainien·nes : syndicalistes, féministes, acteur·trices de la société civile, universitaires, qui parlent de leur résistance à l’agression impérialiste russe. Mais aussi des voix venues de Russie et du Bélarus. Analyses et contributions diverses éclairent les enjeux du conflit.
Depuis le 24 février, date de l’entrée des chars russes en Ukraine et du début du martyre du peuple ukrainien, les éditions Syllepse ont entrepris de traduire de nombreux témoignages et analyses d’Ukrainien·nes afin d’éclairer l’opinion publique avec le point de vue des premier·es concerné·es, et la réalité de la guerre. C’est l’essentiel de ce travail qui est publié dans cet ouvrage, dont le principal objectif est de donner la parole à celles et à ceux qui résistent à l’agression impérialiste russe.
Ils et elles nous racontent leurs combats et nous disent leurs espoirs où se dessine un horizon d’émancipation sociale et politique. Plus largement, 
L’Ukraine insurgée revient sur l’histoire du pays et de ses douloureuses relations avec la Russie. Enfin, la nature du régime autoritaire grand-russe et ses ambitions sont également analysées, sans oublier les voix de son opposition démocratique qui subit une sévère répression.

Livre à multiples voix, L’Ukraine insurgée nous raconte les espoirs d’un peuple qui refuse de se soumettre. De sa victoire dépend l’avenir du continent européen.
340 pages, 20 euros, sortie en octobre 2022

Les bénéfices issus de la vente de cet ouvrage seront reversés à l’organisation ukrainienne Mouvement social (Sotsialnyi Rukh).
https://www.syllepse.net/l-ukraine-insurgee-_r_21_i_936.html

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :