Argentine : Manifestation de Ni Una Menos 

ni-una-menos-marcha-1024x576-1

Vivas nos queremos, le cri de milliers de voix.
Après deux ans de pause due à la pandémie et sept ans après le début du mouvement, une foule immense exige des actions concrètes pour mettre fin aux féminicides et aux violences sexistes. Le 3 juin 2022, des manifestations se sont organisées dans toute l’Argentine.

Il est difficile de ne pas les admirer un moment. Sur l’Avenida de Mayo et Bernardo de Irigoyen, un grand groupe d’adolescentes danse, chante, saute, crie. Sans s’arrêter. Très organisées, à l’unisson. Ce sont toutes des élèves des écoles publiques de Buenos Aires. Elles chantent, par exemple : « Avec le blé on fait du pain / avec le raisin on fait du vin / demandez au patriarcat / comment faire un assassin ». « C’est vraiment bien. Après la pandémie, cela vous remplit le corps. Nous venons ici parce que des choses se passent tous les jours. Parce que des filles meurent tous les jours », déclare Ana, 17 ans. Lola Chomnalez, qui a été assassinée en 2014 sur les plages uruguayennes de Valizas, a fréquenté le Liceo 9, où elle étudie. La scène dans laquelle Ana et d’autres filles de son âge jouent un rôle de premier plan est l’une des nombreuses qui émeuvent lors de ce 3 juin, sept ans après le premier Ni una menos (Pas une de moins).

Quelques mètres devant elles, Nina Brugo, avocate, militante féministe historique, l’une des rédactrices du projet de la Campagne nationale pour le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit. Nina est l’une des personnes qui tiendront la banderole du collectif Ni Una Menos en direction du Congrès, où sera lu plus tard le document contenant les revendications de cette marche. Le soleil est sur le point de se coucher derrière les bâtiments, une énorme colonne du Movimiento Evita occupe la rue Lima et Nina – qui, cette fois, ne porte pas sa canne – regarde elle aussi avec ravissement les filles. Elle trouve la mobilisation « magnifique ».« J’ai commencé ma lutte il y a trente ans dans les groupes territoriaux, j’ai été cofondatrice du mouvement Evita dans les années 1970. J’ai été persécuté politiquement, cela m’a coûté la vie d’une fille et d’un frère. Cependant, je ne vois pas la différence d’âge. Dans la lutte, avec mes camarades, qu’elles aient 14 ou 90 ans, je me sens comme une parmi d’autres. Ensemble, nous allons faire avancer cette société », dit-elle. Nina estime que l’une des grandes dettes de l’État est l’application de la loi sur l’éducation sexuelle globale.« Et nous ne voyons toujours pas de baisse significative des féminicides. Ils ne tiennent pas compte de ce qui arrive aux enfants qui restent orphelins de mère ou à ceux tués en représailles contre leur mère ; les conséquences de toute cette violence. Ils pensent qu’ils peuvent dissimuler la réalité avec un doigt. Mais elle n’est pas dissimulée. On la cache en pensant qu’on n’a plus besoin de sortir dans la rue », dit la militante, résumant ainsi l’humeur collective palpable dans les rues ce vendredi.

La pertinence de Ni Una Menos
Selon les données du registre national des féminicides réalisé par la Cour suprême, il y a eu moins de crimes en 2021 qu’en 2020 (de 287 à 251). Il s’agit de la première baisse depuis 2015. Ces données ont été mises en évidence par le gouvernement. Pour les manifestantes, il n’y a pas de bonnes nouvelles tant que des femmes et la diversité continuent d’être tuées. C’est pourquoi le slogan Ni una menos (Pas une de moins) reste pertinent, au-delà des exigences particulières du moment, liées aux urgences économiques.

La phrase C’est déjà la loi est écrite sur l’écharpe verte offerte par une vendeuse. L’image procure de la joie. Une revendication transformée en réussite. Un symbole renforcé par la victoire. Daiana (27 ans) vend également des écharpes violettes sur lesquelles on peut lire Ni una menos et d’autres aux couleurs du drapeau LGTBI. Elle porte elle-même un foulard violet autour du cou. « J’ai le sentiment de représenter beaucoup de femmes. Je pense que toutes les femmes représentent celles qui ne sont pas là », dit-elle.

Celles qui ne sont pas là sont dans les photos sur les affiches qui se brandissent ou dans les légendes écrites sur le sol ou sur les lampadaires, mais elles sont surtout dans la mémoire, comme le souligne Daiana. Elles sont dans les milliers de corps qui sont maintenant ici. Elle est également résumée par cette phrase déjà vue dans ces marches : Nous sommes le cri de celles qui n’ont pas de voix.

La foule violette
Étudiantes. Militantes historiques. Travailleuses regroupées dans leurs syndicats. Des membres des mouvements sociaux des quartiers de l’agglomération arrivées en train avec un billet gratuit pour l’occasion. Des mères portant leurs bébés dans leurs bras ou dans des poussettes. Chômeur. Trans. Filles tenant des cartons faits à la main. Adolescentes défilant pour la première fois. La ligne des corps s’étend de l’Avenida de Mayo et Irigoyen à la Plaza de Mayo. Tout le tronçon est fermé à la circulation.

Comme on peut s’y attendre, la foule est très diverse en termes de profession, de couches sociales, d’âge, de lieu d’origine ; mais le sentiment est commun. Un autre élément unificateur est la couleur violette, qui domine la scène. Elle est présente dans les bandeaux, les foulards, les paillettes et même dans certains cheveux.

« Cette manifestation est importante, chaque année, parce que les personnes transgenres montrent à l’État et à la société que nous ne pouvons pas toujours être un objet ou une moquerie, afin qu’ils nous considèrent sur un pied d’égalité et nous donnent accès aux quotas de travail, qu’ils nous respectent et cessent de nous persécuter », déclare Adri (32 ans), de Monte Grande (Esteban Echeverría), du groupe Lealtad. « Je viens parce que j’ai des enfants, mais surtout parce que rien n’avance », dit Ramona, du même groupe et de la même ville, femme au foyer, 23 ans.

Après 17 heures, la colonne principale a commencé à se déplacer vers le Congrès. Il y a une présence policière dans la zone. Marta Dillon, journaliste et l’une des fondatrices du collectif Ni Una Menos, harangue, mégaphone en main : « Du deuil nous faisons une fête ! Nous avons appris des travas ». Cette phrase décrit bien l’atmosphère de cet après-midi glacial. Une fusée est allumée. Puis les Tamboras, un ensemble de musique de différents groupes, font grimper l’énergie et demandent à tout le monde de filmer des vidéos. La bannière Ni Una Menos est tenue par Nina Brugo ; Moira Millán, membre du Mouvement des femmes indigènes pour une vie bonne ; la militante et penseuse Marlene Wayar et des mères de victimes de féminicides, comme Luna Ortiz. Sur la côté, il y a Mamá Cultiva (qui milite pour la dépénalisation de la culture du cannabis médicinal).

Organisations sociales et groupes politiques
Derrière la colonne principale, flotte par vagues une mer de drapeaux où se succèdent étudiantes, syndicats, mouvements sociaux, groupes politiques. En voici quelques-unes : ATE, CTA, CTERA, UTE, APUBA, UTEP, SUTEBA, La Dignidad, MTA, MTE, Barrios de Pie, La Cámpora, Unidos y Organizados, Peronismo Militante, Nuevo Encuentro, Frente Popular Darío Santillán, Frente Patria Grande. Il y a aussi la musique incessante des tambours et percussions, et des voix qui scandent des slogans comme : « Señor, señora, no sea indiferente, nos matan a las pibas en la cara de la gente » (Monsieur, Madame, ne restez pas indifférents, ils sont en train de nous tuer, nous les filles, sous vos yeux) ou « Abajo el patriarcado que va a caer, arriba el feminismo que va a vencer » (À bas le patriarcat qui va tomber, en avant le féminisme qui va gagner). 

Carlos, vendeur de bonbons au caramel, a plus de chance que la vendeuse de pañuelos [1]. « On vend toujours beaucoup lors des marches des femmes. C’est en hiver et on peut sentir la vanille ». Cette odeur alléchante se combine dans l’air avec celle qui flotte au-dessus des grils proposant choripán, hamburgers, bondiola. La queue pour aller aux toilettes dans un fast-food est interminable. L’espace public est fortement marqué par la date. Les allées piétonnes, les murs, les conteneurs contiennent toutes sortes de graffitis. D’énormes lettres vertes sur le trottoir demandent « Où est Tehuel ? ».

Devant le groupe d’étudiantes, des membres de Mariposas brandissent des affiches avec des photos de filles victimes de réseaux de traite. « Mes filles ne voulaient pas être des putes, ce sont eux qui en ont fait des putes. Et maintenant, ce sont deux victimes enfermées par l’État dans une institution neuropsychiatrique », crie une femme tenant une photo d’Otoño Uriarte [2]. « Elles ne sont pas perdues, elles disparaissent pour être prostituées », précise le groupe. Nicole (16 ans), porte-parole de l’école Falcone, observe l’intervention et déclare : « C’est très fort. Un jour dans l’année n’est pas suffisant pour dire ‘Ni una menos’ ».

Deux appels
Lorsque la colonne Ni Una Menos entre sur la Plaza Congreso, la fin de la manifestation est encore présente sur la place. Pour la première fois dans l’histoire de ces mobilisations, l’appel a été scindé en deux. À partir de 16h30, Las Rojas-Nuevo MAS, le Polo Obrero, le MST, le FOL et Mumalá, regroupés dans l’Assemblée indépendante des femmes et des dissidents, se sont mobilisés sur la place, avec le slogan que l’État et les gouvernements sont responsables des 140 victimes de fémicides et de crimes haineux cette année, et avec une forte critique du rôle du ministère de la Femme, du Genre et de la Diversité et de l’accord du gouvernement avec le FMI.

Le document Ni Una Menos
« Sept ans après notre première mobilisation, nous nous retrouvons en ce jour de lutte contre les fondamentalismes réactionnaires, misogynes et racistes pour dire Ni Una Menos », lancent les intervenantes du collectif sur la scène située devant un Congrès illuminé en violet. « Nous voulons être vivantes, libres et indépendant.e.s. L’État est responsable » est le principal slogan de la journée. « Nous réaffirmons le caractère internationaliste, plurinational, antiraciste, anti-impérialiste, anti-préjugés, transféministe, antispéciste, anticapitaliste, anti-gordophobe, anti-prison, anti-capacité, migrant, transfrontalier, anti-fasciste, anti-âge et transgénérationnel du mouvement », définissent-elles. Ils appartiennent aux différents secteurs présents dans la mobilisation.

« Nous prenons l’engagement de continuer à créer des consensus féministes pour arrêter l’avancée de la droite, du pouvoir réactionnaire et patriarcal sur les acquis que nous avons obtenus ensemble dans les rues et dans la lutte », postulent-elles.

La liste des demandes et des revendications comprend plus de 40 points, parmi lesquels : la demande d’une réforme judiciaire féministe qui garantisse l’accès au système pour les femmes, les lesbiennes, les bisexuels, les travestis, les trans et les non-binaires et le respect de la loi de représentation juridique gratuite ; la fin de la persécution des professionnels qui aident les victimes et les familles en cas de violence ; qui garantisse l’application de l’avortement dans tout le pays et la mise en œuvre du ESI (Programme National d’Éducation Sexuelle Intégrale). De même, la reconnaissance économique des défenseuses et défenseurs territoriaux du genre et de la diversité, l’autonomie économique des femmes et des diversités, la promulgation de la loi sur les soins, l’urgence nationale en matière de violence sexiste, l’augmentation du budget du ministère de la Femme, du Genre et de la Diversité, l’extension du programme Acompañar (dont l’objectif principal est de renforcer l’indépendance économique des femmes et LGBTI+ en situation de violence de genre), la continuité du moratoire sur les pensions et l’augmentation d’urgence des pensions. Application de la loi sur les quotas de main-d’œuvre transgenre et travestie. Abolition du chineo, viol systématique des enfants des communautés indigènes. 

« À Larreta (Chef du gouvernement de la ville de Buenos Aires) et à la droite, nous disons ‘assez’, vous ne passerez pas sur nos conquêtes ni notre avenir. Dans la ville la plus riche du pays et laboratoire d’expressions politiques misogynes, transphobes et racistes, à partir du féminisme populaire nous nous organisons pour arrêter la réorganisation de la droite locale, fédérale et continentale ».

[1] Le lange de bébé dont se couvrent la tête les Mères de la Place de Mai
[2] Disparue le 23 octobre 2006, probablement victime de traite, retrouvée assassinée 6 mois plus tard

María Daniela Yaccar
Source : Pagina|12 Traduction : Venesol
https://venesol.org/2022/06/04/manifestation-de-ni-una-menos/
https://www.franceameriquelatine.org/argentine-manifestation-ni-una-menos-maria-daniela-yaccar-pagina-12-traduction-venesol/

Leer en español : Marcha de Ni Una Menos: quiénes fueron, qué cantaron, las edades, los colores, la fiesta y las lágrimas

 

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :