Origines dérisoires

Entretien avec Déborah Danowski, professeure de philosophie à l’Université de Rio de Janeiro, et co-autrice avec Eduardo Viveiros de Castro d’un texte majeur sur l’Anthropocène : l’Arrêt de monderéalisé par Camila Caux et Eric Macedo pour perfect storm le 10 octobre 2021.

Le négationnisme professionnel est largement responsable de cette situation. Dans chaque cas, il existe une industrie qui travaille activement au déni. L’industrie des combustibles fossiles agit pour nier le réchauffement climatique de la même manière que les grandes compagnies de tabac ont longtemps nié la relation bien établie entre le tabac et le cancer. Ces entreprises ont beaucoup appris du négationnisme de l’Holocauste.

Nous avons parlé à Déborah Danowski des nouvelles formes du phénomène de négationnisme, du néonazisme au Brésil et de la confluence de petits facteurs apparemment sans importance dans l’origine des événements historiques.

a perfect storm : Votre texte « Negacionismos » a été écrit au moment de l’élection de Bolsonaro. Depuis, un autre négationnisme important est apparu concernant la pandémie de COVID-19. Quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle version du phénomène ?
Déborah Danowski
 : Le sens du terme négationnisme qui a initié mon texte a été popularisé par l’historien français Henry Rousso en 1987, pour désigner les historiens qui se disaient révisionnistes de la Holocaust. Le négationnisme était lui-même une caractéristique du régime nazi, une partie du mode de fonctionnement de la machine, et il s’est manifesté de diverses manières, comme par le contrôle du langage dans les camps et dans les documents officiels, les moyens de cacher ce qui se passait, et la hâte de consommer les meurtres et de cacher les corps. Le négationnisme est entièrement lié à cet immense crime de génocide qu’est l’Holocauste. Mais il existait avant, et à la fin de la guerre, la révélation de ce qui s’était passé en a précipité un nouveau, le négationnisme des historiens qui ont commencé à dire que cela n’avait pas eu lieu, ou que cela ne s’était pas passé exactement comme ça, ou que les Juifs alimentaient une théorie du complot pour servir leurs intérêts, etc. Le négationnisme a toujours été une opération politique – nous parlons de négationnisme, pas de négation ; la négation en soi implique une toute autre question philosophique. Mais précisément parce que le négationnisme est une négation de la réalité, il s’agit bien sûr d’un problème très complexe. Qui a différentes manières d’apparaître ou de ne pas apparaître, selon les différents points de vue et personnages en présence. Et, de là, naît toute une histoire du négationnisme, née de l’établissement du terme négationnisme en français.

Depuis quelques années, j’essaie de comprendre le négationnisme du réchauffement climatique, ce qui m’a fait revenir à l’Holocauste. Mais j’ai été soudainement frappé par Bolsonaro. Ou plutôt, par l’administration Trump, puis par celle de Bolsonaro, et par la propagation de tous ces autres négationnismes. La première caractéristique du négationnisme est sa multiplicité. Une deuxième, particulièrement remarquable dans le négationnisme de la pandémie actuelle, est l’ampleur et la rapidité de sa diffusion. Tout à coup, tout le monde s’est mis à parler de négationnisme : à la Commission d’enquête parlementaire du COVID-19, ou sur la chaîne de télévision brésilienne la plus regardée, Globo. Les négationnistes eux-mêmes disent : « Je suis effectivement un négationniste » ou « Je ne suis pas un négationniste ». Ainsi, aujourd’hui, le négationnisme est à la portée de tous : il se propage à travers les réseaux sociaux – qui, au Brésil, ont une importance phénoménale. Tout le monde est désormais un agent potentiel de diffusion du négationnisme et des fake news. Outre ce phénomène de diffusion, on assiste à une multiplication des types de négationnisme. L’ère Bolsonaro fournit un cas exemplaire pour réfléchir à ce qu’est ce phénomène et comment il permet d’éclairer le monde d’aujourd’hui.

Comme je l’ai déjà dit, le terme a été inventé pour désigner la tentative de falsification de l’histoire de l’Holocauste. Il est clair que ce négationnisme est né déjà lié à l’extrême droite, comme une pratique des groupes nazis, post-nazis et néo-nazis. Nous soupçonnions déjà que Bolsonaro regardait dans cette direction, et soudain nous voyons qu’il rassemble tout cela : les négationnismes du climat, de la dictature civilo-militaire au Brésil, du génocide des peuples indigènes ; la défense des « théories » selon lesquelles la terre est plate, les vaccins inefficaces ou même dangereux. Et puis, avec la Commission d’enquête parlementaire, on découvre qu’il y a eu une volonté délibérée du gouvernement, agissant par exemple en association avec des entreprises de santé privées, de mener des expériences sur des traitements connus pour être inefficaces, et causant la mort de nombreuses personnes – comme ce fut le cas de Prevent Senior et d’autres prestataires de soins de santé. La relation avec le nazisme devient ainsi de plus en plus claire.

Par conséquent, à la base de ce négationnisme, il y a une part d’intérêts banals et mesquins – tirer profit des vaccins, vendre de la chloroquine – combinés à l’idée que le segment le plus pauvre de la population est tuable, d’où toute la propagande selon laquelle il est possible d’obtenir une immunité de groupe. C’est-à-dire un intérêt très concret, l’intention d’obtenir certains avantages financiers et de ne pas engager de ressources financières pour protéger la population. Et puis on a découvert une idéologie vraiment nazie derrière les actions de Bolsonaro. Lors d’une audition à la Commission d’enquête parlementaire du COVID-19, nous avons appris que les médecins de Prevent Senior étaient encouragés, ou forcés, à chanter quotidiennement l’hymne de l’entreprise. Les paroles sont incroyables : l’entreprise est bel et bien nazie, ou néo-nazie – en tout cas, ce sont d’ardents admirateurs de ce régime.

Lorsque l’on prend du recul, on se rend compte que cela ne peut être le fruit du hasard. La première question est de savoir si Jair Bolsonaro a la capacité de réfléchir par lui-même. Et effectivement, il ne peut pas produire une grande réflexion sur le Brésil, ni créer une grande idéologie. Il n’a pas de plan. Ce qu’il a, c’est une intention de détruire les institutions, de répandre la haine – et tout cela est mélangé à des intérêts privés impliquant ses fils et d’autres personnages qui opèrent au niveau de la petite corruption. Cela est apparu clairement dans le cas de son ex-femme, qui a mené un projet de corruption alors qu’elle travaillait comme son assistante, ou dans celui des entreprises privées de santé et de leurs propres intérêts financiers. Au milieu de tout cela, il semble difficile de comprendre ce qui se passe ; mais quand on prend du recul, il est possible de voir un lien fort, un fil conducteur qui relie tous ces négationnismes. Et il s’agit d’une idéologie et d’une pratique nazie ou néo-nazie, comme nous le soupçonnions au départ sans pouvoir l’affirmer avec certitude.

aps : D’une certaine manière, le refus de se faire vacciner reflète ou résonne déjà avec d’autres formes de déni. Mais la prescription généralisée du « kit COVID » renvoie à un autre aspect du déni. Que penser de ces deux aspects, l’un qui nie le vaccin et l’autre qui affirme la mort elle-même par la mise en place de traitements illusoires et nocifs ?
DD : Pour nier, il faut remplacer. Lorsqu’on soustrait une partie de la réalité, il faut mettre quelque chose d’autre à sa place. C’est le jeu parfait : il n’y a jamais de négation pure car une négation pure ne tient pas. Dans les camps d’extermination nazis, il y avait des affiches signalant « bain ici » ou « eau ici » : les gens suivaient les panneaux et trouvaient de l’eau sale. Lorsque les gens arrivaient dans les camps, les officiers demandaient « qui sait faire cela ? », et les gens levaient la main en pensant que cela pourrait les sauver. Mais ce n’étaient que des actions malveillantes, qui ne menaient à rien. Il s’agissait également de tentatives pour garder les tempéraments sous contrôle, avec de fausses pistes. Dans la Commission d’enquête parlementaire sur le COVID-19, quelqu’un a dit que, outre l’intérêt économique, l’une des raisons de prescrire la chloroquine était de donner aux gens quelque chose en quoi croire, un faux espoir. Quelque chose qui leur ferait croire qu’ils étaient en sécurité et qu’ils pouvaient aller travailler, continuer leur vie, ouvrir leurs magasins. Mais ce n’est pas vraiment un plan, il n’y avait pas de plan élaboré.

Il y a un niveau auquel cette logique mesquine des petits gains est à l’œuvre. C’est pourquoi toute cette scène est si difficile à saisir. Bolsonaro n’aurait pas la capacité de concevoir un tel plan, pas plus que Paulo Guedes, le ministre de l’Économie. Il s’avère que les petites actions et les avantages distribués créent lentement un cadre. La chloroquine émerge un peu par hasard : elle apparaît pour la première fois dans l’article du médecin français Didier Raoult recommandant l’utilisation du médicament pour combattre le Covid-19. Si cet article n’avait pas été accepté par la revue, qu’est-ce qui aurait changé ?

On ne sait jamais quel élément va se joindre aux autres pour devenir un phénomène majeur. Un exemple intéressant est celui des recherches d’Adriana Dias, qui se consacre depuis des décennies à l’étude des groupes néo-nazis au Brésil. Elle s’est replongée dans ses documents et a réalisé que Bolsonaro avait eu des contacts avec ces groupes dès 2004, mais elle n’y avait pas attaché d’importance à l’époque. Bien sûr, à cette époque, Bolsonaro n’était personne. Elle ne s’est pas trompée en n’accordant pas d’importance à ce fait, car il n’avait tout simplement aucune importance particulière à l’époque. Mais nous voyons maintenant que le lien était déjà là.

Il est très difficile de suivre la formation d’un événement, et la même chose se produit avec le négationnisme. Cela me rappelle ce que Nietzsche disait à propos de l’invention des grandes valeurs et du début des grands événements, qu’ils peuvent être insignifiants, dérisoires, innommables. Quelque chose d’énorme, de solennel, de sublime (mais aussi, pourrait-on penser, de terrible) peut naître de choses qui, au moment où elles se produisent, sont soit à l’opposé de l’idéal professé, soit inavouables, soit semblent n’avoir aucune importance particulière : et, comme dirait Foucault, c’est au généalogiste, ou au philosophe nietzschéen, de trouver ces petits rapports de forces, de pouvoir, les dénis, les mensonges qui se cachent dans leur origine.

aps : Il y a quelque chose de mystérieux dans le néonazisme, dans la façon dont certaines décantations et affleurements se produisent. Le cas de Prevent Senior peut être emblématique de la façon dont l’idéologie fasciste persiste comme quelque chose de diffus, et pas nécessairement comme un mouvement politique cohérent.
DD : Oui, cela semble venir par vagues. Adriana Dias a parlé de la façon dont ces groupes néo-nazis sont restés actifs au Brésil ; plus récemment, ils ont gagné en force, et encore plus après l’élection de Bolsonaro. Le phénomène est resté à moitié endormi, mais il n’a jamais cessé d’exister. Il a toujours existé comme un potentiel, une virtualité, partout. Quelque chose de curieux, à cet égard, est que l’on croyait qu’il n’existait pas au Brésil. Le Brésil a été présenté dans la propagande comme un endroit où il n’y a pas d’ouragans, pas de tremblements de terre, pas de guerres (la guerre du Paraguay ne compte pas), et où le nazisme et le fascisme avaient disparu, tout comme le racisme et le génocide indigène qui ont toujours imprégné notre histoire.

Il est difficile de savoir quand et à quoi il faut prêter attention. Il y a quelques années, Olavo de Carvalho n’était qu’un idiot qui se disait philosophe. Il a obtenu une colonne dans le journal O Globo : faut-il y prêter attention ou non ? Et les partisans de la Terre plate ? Ils ne font que proposer une théorie du complot absurde et apparemment inoffensive. Mais cette théorie finit par être liée d’une manière ou d’une autre à d’autres éléments. Les théories du complot, surtout aux États-Unis, sont un phénomène aux aspects aussi intéressants que terrifiants : on a l’impression que le pays pourrait à tout moment devenir celui de The Handmaid’s Tale. Il suffit d’une petite chose, et avant même de s’en rendre compte, on vit dans un autre monde.

Un article récent de Rodrigo Nunes aborde un point important et ajoute une autre petite pièce à ce tableau. Les théories du complot semblent procéder en reconnaissant un problème, puis en le déformant. Par exemple, un problème dans le capitalisme est reconnu, mais il est formulé comme suit : « Le problème de la démocratie n’est pas la collusion de l’État avec les grandes entreprises et le grand capital, mais les communistes… » Un problème est reconnu et légèrement déplacé. Le problème est réécrit comme concernant quelque chose d’autre, quelque chose qui ne pourra jamais être atteint.

Pourquoi nier que la terre est sphérique, nier l’évolution des espèces, nier l’Holocauste, nier le réchauffement climatique ? Il existe une masse monstrueuse de preuves et d’explications du réchauffement climatique, allant des mesures de température, au niveau le plus empirique, aux modèles qui se confirment – modèles du passé, comme ceux du paléoclimat, et modèles du futur. Il n’y aurait pas de place pour le déni, et pourtant la méfiance persiste.

Le négationnisme professionnel est largement responsable de cette situation. Dans chaque cas, il existe une industrie qui travaille activement au déni. L’industrie des combustibles fossiles agit pour nier le réchauffement climatique de la même manière que les grandes compagnies de tabac ont longtemps nié la relation bien établie entre le tabac et le cancer. Ces entreprises ont beaucoup appris du négationnisme de l’Holocauste. En soulevant une certaine incertitude dans le processus même de la connaissance scientifique, ou en disant qu’il y avait un doute parmi les scientifiques, l’industrie du tabac a pu retarder de 50 ans l’action contre le tabagisme. Il y a eu ensuite l’industrie de l’amiante, mais on pourrait continuer et mentionner le sucre, les pesticides ou les retardateurs de flamme. Le livre Les Marchands de Doute de Naomi Orestes et Erik M. Conway retrace tout ce cheminement, trouvant la véritable conspiration derrière la théorie du complot.

Le film éponyme de Robert Kenner établit une analogie entre ces techniques et la façon dont les tours de magie sont réalisés par les illusionnistes professionnels pour distraire le public. Chaque secteur, chaque entreprise, qu’il s’agisse du tabac ou des combustibles fossiles, trouve des occasions de retarder les mesures et de donner l’impression qu’il n’y a pas d’urgence. La population a alors l’idée que quelque chose sera fait pour résoudre le problème. Dans une large mesure, ce n’est pas que les gens ne font pas face à la situation ; il y a aussi un lourd investissement commercial derrière le négationnisme.

aps : Vous avez affirmé que notre mode de vie va changer, devra changer, soit à cause d’un effet catastrophique du changement climatique, soit parce que nous devrons nous y adapter et l’anticiper. Dans quelle mesure la réception de cet argument implique-t-elle un certain degré de négationnisme ?
DD : Le terme « dissonance cognitive » a été inventé par Leon Festinger après une étude sur les membres d’une secte aux États-Unis qui pensaient que la fin du monde était imminente et qu’eux seuls seraient sauvés. La fin du monde n’a pas eu lieu à la date prévue. Les membres de la secte, au lieu de reconnaître que le reste du monde avait raison, ont affirmé que la fin du monde n’avait pas eu lieu grâce à leurs propres actions. La réalité est transformée, et cela peut se faire à rebours dans le temps (« le monde n’a pas pris fin parce que…. »), ou il peut s’agir d’un déplacement d’idées dans le présent même.

Une autre idée intéressante à laquelle il faut réfléchir est celle des « cinq étapes du deuil » : déni, colère, marchandage, dépression et acceptation. Les solutions individuelles au problème du réchauffement climatique entrent dans la phase de marchandage. Il s’agit d’une pensée du type « si j’arrête de fumer, mon cancer va-t-il disparaître ? ». Les gens essaient de négocier, de trouver une issue. Dans mes conversations avec mes élèves sur le réchauffement climatique, je remarque ces différentes étapes. Parfois, ils réagissent avec colère, parfois ils semblent déprimés. Bien sûr, cela ne rendrait pas compte de l’ensemble du phénomène du négationnisme, aucune tentative d’explication ne semble en être capable. Mais il y a quelque chose que ces étapes semblent capables de décrire. Je ne pense simplement pas que tout se déroule nécessairement dans l’ordre, comme si à la fin tout se stabilisait dans l’acceptation.

Si nous considérons la réaction au changement climatique comme un processus de deuil, il ne serait pas nécessairement lié à la mort, ou du moins pas à la mort individuelle. Il s’agit peut-être d’un deuil de la mort de notre mode de vie actuel, d’une reconnaissance qu’il n’y a pas de négociation possible. Isabelle Stengers a écrit qu’il n’y a aucun sens à composer avec le capitalisme ; il est seulement possible de négocier avec le capitalisme. Et inversement, négocier avec Gaia n’a aucun sens ; il n’est possible que de composer avec Gaia. Peut-être que notre deuil est celui de la modernité, ou du progrès, en plus du deuil des animaux, des plantes et des hommes morts. Peut-être que tout cela va de pair.

Il est possible de trouver des caractéristiques différentes de ce processus de deuil, et des formes de négation qu’il englobe, dans différents groupes. Il existe plusieurs moyens de négation décrits par la psychanalyse : Verneinung, Verdrängung, Verleugnen. Derrière chacun d’eux se cache un mécanisme psychique, et des perturbations psychiques associées. Ces mécanismes psychiques peuvent nous aider à comprendre les mécanismes de déni, non seulement individuels et subjectifs, mais aussi sociaux.

aps : Au début de Ends of the World, vous et Eduardo Viveiros de Castro faites référence au fameux « no future » du mouvement punk. L’idée même du futur tel que nous le concevons (ligne du temps et progrès, croissance économique, évolution, etc.) contribue-t-elle à l’effondrement du climat ? Paradoxalement, c’est peut-être maintenant que nous pouvons le moins y renoncer…
DD : Il est possible de penser la temporalité différemment, d’une manière qui n’implique pas une flèche du temps. Si nous partons de la notion d’événement de Deleuze, nous pouvons penser le présent lui-même comme quelque chose qui est continuellement en devenir. Le présent est conjugué au devenir. Il est un événement qui se renouvelle tout le temps.

Arun Saldanha dit ce qui suit : « […] le peuple est une potentialité de la population elle-même, dans la mesure où cette dernière est une multiplicité hétérogène qui donne lieu à des devenirs-minoritaires tels qu’ils s’expriment dans l’art et la philosophie. L’à-venir est déjà en-venue, et non pas éternellement différé comme dans le messianisme. » Je crois que nous pouvons penser au présent lui-même comme un temps qui ne cesse de venir. Je vois un problème dans le fait d’essayer d’écarter l’idée de l’avenir. Sans le futur, il ne nous reste que les faits, et la destruction. Mais s’il existe quelque chose comme une virtualité permanente, qui se produit constamment, cela empêche de paralyser la pensée et l’action. Sinon, il n’y a pas d’issue, ni en pensant à un futur lointain, au Royaume, ni à l’absence totale de futur, qui serait la mort, la fin du monde elle-même. Alors peut-être qu’au lieu de changer la notion d’avenir, il faut changer la notion de présent.

Si nous gardons l’idée moderne du futur, nous resterons avec la conception de la temporalité comme une flèche du temps. Je n’ai pas l’habitude de croire aux propositions qui écartent les idées ; il ne s’agit pas d’écarter le futur, mais peut-être de ne pas insister sur l’idée. On évite alors l’impasse qui consiste à trouver une notion de futur différente de la notion moderne, une notion qui permettrait une autre façon de vivre. Il suffirait peut-être de penser le présent d’une manière différente. Le temps présent, et l’espace présent. Il n’y aurait pas d’opposition entre l’espace comme quelque chose de déjà donné et le temps comme ce qui promet ce qui n’est pas donné – une opposition qui définit aussi la Modernité. Par exemple, la découverte du Nouveau Monde est traitée comme l’ouverture d’un nouvel espace d’action possible, et le futur apparaît simultanément comme une autre sorte de promesse. Ce sont les deux promesses de la modernité. L’une d’elles est certainement terminée, puisqu’il n’y a pas d’autre nouveau monde à découvrir, d’un point de vue spatial. D’autre part, l’avenir nous apparaît soudain comme pouvant se terminer, puisque nous arrivons au bout du monde. L’avenir peut ne pas se réaliser. Cela crée une impossibilité de penser et de vivre.

On peut penser par ailleurs à une autre conception de l’espace, pris comme inséparable du temps. Je pense ici aux images deleuziennes de l’espace nomade et de l’espace lisse, qui a ses propres temporalités, et ses propres vitesses, des vitesses infinies, comme il dit. Avec la flèche du temps, la Modernité a créé les notions de progrès, d’ascendance, d’Histoire humaine, qui dépendent aussi d’une notion d’espace (un espace strié) et, en même temps, de la promesse qu’il y aura toujours de l’espace pour continuer à produire, de l’espace sur lequel la modernité pourra jeter ses déchets. Sera-t-il possible aujourd’hui de jeter nos ordures sur la lune ? Des milliardaires comme Elon Musk tombent dans ce piège conceptuel consistant à chercher d’autres espaces puisqu’il n’y a plus d’espace ici sur terre. Il n’est peut-être pas possible de sortir de ce piège tout en conservant les concepts modernes de temps et d’espace. Dans le cas de milliardaires planifiant la conquête de l’espace, il y a une négation de notre finitude spatiale et de notre finitude temporelle. Le fait que nous sommes également soumis à la mort, que l’espèce humaine peut prendre fin – une prise de conscience à la fois spatiale et temporelle – semble complètement absent.

Publication originale : a perfect storm
https://cabrioles.substack.com/p/origines-derisoires?s=w

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :