Les défis du féminisme en Angola

Comment les femmes féministes s’organisent dans la lutte pour leurs droits et contre la violence politique

« Dans l’histoire postcoloniale contemporaine de l’Afrique, l’Angola est connu comme le site de l’un des conflits les plus perfides qui sévissent sur le continent. », dit Sizaltina Cutaia. Le pays qui a obtenu son indépendance du Portugal en 1975 a connu 27 ans de guerre civile entre le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) et le Front national pour la libération de l’Angola (FNLA). La victoire du MPLA en 1991 a mis fin à la guerre dans le pays et, depuis lors, ce même parti est resté au pouvoir.

Nous avons parlé à Sizaltina Cutaia et Maria Luiza, également connue sous le nom de Tchengita, militantes d’Ondjango Feminista. Ondjango Feminista est une organisation créée en 2016, guidée par la Charte des principes féministes pour les féministes africaines. Un féminisme situé dans les enjeux particuliers du contexte africain. Dans l’interview, elles nous ont parlé de la façon dont les femmes s’organisent dans la lutte pour leurs droits dans le contexte politique de l’Angola, des défis auxquels les femmes sont confrontées pour s’organiser sur un agenda féministe, et ont partagé leurs impressions et perspectives sur les prochaines élections qui auront lieu le 24 août.

Depuis l’indépendance de l’Angola en 1975, le pays est gouverné par le même parti et il a longtemps été gouverné par la même personne, l’ancien président José Eduardo dos Santos, au pouvoir de 1979 à 2017. Comment cette absence d’alternance et comment l’articulation de ce parti pour rester au pouvoir affecte-t-elle la vie pratique des Angolais, en particulier des femmes ?
Siza : Nous aurons des élections le 24 août de cette année, et la semaine dernière, le président de la République s’est rendu en tant que candidat à la présidence pour visiter la province de Bengo. Les enseignants des écoles publiques ont reçu pour instruction de ne pas manquer la visite. Ceux qui étaient absents pouvaient subir des rabais et d’autres conséquences. Nous sommes en 2022, 22 ans après la fin de la guerre et 30 ans après notre première élection multipartite. Malgré cela, le MPLA continue avec un pouvoir hégémonique, structurant presque toutes les relations dans la société. Les gens ont encore peur de dire qu’ils ont de la sympathie pour un autre parti politique, parce que l’actuel est un parti qui a obtenu son pouvoir au prix de la violence. La violence était trop forte pour empêcher les gens de vraiment pouvoir s’organiser et se mobiliser. Même avec des services de surveillance secrets disséminés dans les structures, limitant le plein exercice de la citoyenneté angolaise.

Si vous avez des élections et que les gens peuvent décider, comment le même parti reste-t-il au pouvoir ? Comment se déroule le processus électoral ?
Tchenguita : Les gens craignent les représailles. Nous venons de 27 ans de guerre civile ajoutés aux autres violences de 75 à ce jour, comme les cas du 27 Mai [1] et le Vendredi Sanglant [2]. Tous ces événements violents ont provoqué une peur collective. Nous avons une phrase qui dit « Xé, mon garçon ! Ne parle pas de politique » et nous avons tous grandi autour de cette idée. Cette peur pousse souvent les gens à voter pour ce parti. Mais il a aussi un autre aspect : le parti utilise toutes sortes de moyens arbitraires et illégaux pour se maintenir. La fraude électorale est courante dans ce pays.

Je fais une corrélation entre le parti en situation et le colonialisme lui-même. Ils ont adapté certains outils colonialistes pour nous. Par exemple, le fait que les gens ne peuvent pas occuper de fonctions publiques s’ils ne sont pas du MPLA me rappelle les citoyens de seconde et de première classe de l’époque coloniale. Si vous n’abandonnez pas vos habitudes culturelles africaines et ne vous assimilez pas, vous n’excellerez pas dans la vie. Les colonisateurs ont imposé des impôts que les gens ne pouvaient pas payer parce qu’ils n’avaient pas accès à des emplois. Cela les a forcés à s’assimiler à la culture imposée. C’est quelque chose qu’ils ont transposé dans leur politique.

Même dans ce contexte politique troublé et de nombreuses oppressions, les femmes s’articulent dans des organisations féministes et se battent pour leurs revendications. Nous aimerions comprendre un peu l’histoire et le contexte actuel de la lutte des femmes. Y a-t-il eu des progrès ces dernières années ?
Siza : Il y a eu quelques avancées, notamment dans le domaine réglementaire. Un régime totalitaire doit faire des concessions pour rester au pouvoir, faire des réformes de fond. Nous avons pu adopter certaines lois conformément aux normes internationales. Par exemple, nous avons une loi sur la violence familiale, mais elle comporte de nombreuses limites pour s’attaquer activement au problème de la violence à l’égard des femmes. Nous avons une politique nationale pour l’égalité des sexes avec la représentation des femmes au Parlement. Lors des élections de cette année, le MPLA est accompagné d’une liste qui présente 51% de femmes comme candidates. C’est un gouvernement composé de plusieurs femmes et occupant des postes très importants, mais d’un point de vue pratique, de l’amélioration des conditions sociales des femmes, nous avons encore beaucoup de travail à faire.

Il y a un manque d’investissements adéquats dans le secteur de la santé. Presque tous les mois, nous avons l’inauguration d’une structure de santé publique avec des investissements millionnaires, mais cela ne fonctionne pas. L’hôpital ouvert il y a six mois à Luanda a dû être évacué car il présente un risque d’incendie. Ces investissements ne sont pas de qualité et ne sont pas faits pour vraiment améliorer la qualité de vie des gens. Les femmes continuent d’être lésées par le manque d’eau potable. S’il n’y a pas d’eau potable, qui cessera de travailler pour transporter l’eau pour la famille ? Les femmes. Entre autres questions, nous avons de très graves problèmes en Angola en matière de violence obstétricale, de manque de médicaments et de violence sexuelle contre les filles et les femmes.

Les avancées qui existent sont peu nombreuses, mais la lutte continue. Je suis un peu plus âgée, mais ces filles, ces jeunes femmes avec cette énergie nous donnent l’espoir qu’à un moment donné peut-être les choses changeront. De nombreuses jeunes femmes ouvertement féministes se lancent en politique avec une position beaucoup plus critique sur la situation. Le fait qu’elles entrent dans cet espace encore très dominé par les agendas des partis, qui sont dirigés par des hommes, sont des brèches qui s’ouvrent. Nous espérons qu’elles pourront servir d’espace pour produire des transformations

Dans ce cas, comment Ondjango et les organisations féministes se battent-elles pour ces droits non garantis par le gouvernement actuel ? Quels sont les défis rencontrés ?
Tchenguita : Les organisations de femmes ici sont essentiellement des organisations de la société civile qui soulignent des aspects nécessaires, tels que la santé sexuelle et reproductive des femmes, la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles comme le VIH et le SIDA et la violence domestique. Mais ils ne soulignent pas les aspects clés et ne saisissent pas les motivations de ces mêmes problèmes. Ondjango est né à une époque où le féminisme était discuté numériquement, entre les années 2015 et 2016. Alors que dans d’autres pays cette discussion avançait, nous commencions à peine la discussion féministe. À ce jour, le terme « féministe » est un terme diabolisé et mal vu.

Le féminisme n’est pas accepté aussi parce qu’ils disent qu’il est importé. « C’est un concept occidentalisé, cela n’a rien à voir avec la culture africaine. » C’est un argument auquel toutes les féministes africaines doivent faire face. Ondjango a dû conquérir son espace au milieu de la dépréciation de l’image des femmes qui faisaient partie de l’organisation. Mais nous avons réussi à montrer qu’il s’agit d’un espace de militantisme politique et nous avons également réussi à convaincre les femmes, ce qui était notre objectif.

Siza : Nous proposons de toujours apporter et discuter des problèmes à partir de certaines preuves. Nous produisons nos rapports avec des informations provenant d’un ensemble de réalités pour les femmes. Lorsque nous avons commencé à discuter, par exemple, de la question de l’avortement, nous avons recherché des informations. Nous avons fait des sondages sur Internet pour que les gens disent des choses et nous sommes allées parler aux responsables de maternités publiques pour nous donner des statistiques. L’un des arguments pour défendre la criminalisation de l’avortement était que s’il était décriminalisé, les filles l’utiliseraient comme méthode de contraception. Nous avions des données qui nous indiquaient que la majorité des femmes qui se présentaient dans les hôpitaux publics pour se faire soigner en réponse à un avortement raté étaient des femmes âgées de 26 à 38 ans qui étaient mariées et avaient déjà des enfants. Nous avons favorisé des débats, produit des articles d’opinion et des informations et nous avons rédigé une lettre documentée à l’Assemblée nationale. Dans cette lettre, nous expliquons pourquoi l’avortement est un problème de santé publique, qu’il devait être considéré comme un problème de justice sociale. Nous sommes arrivées à la réunion de l’Assemblée à laquelle nous n’avons même pas invitées, et nous étions les seules à avoir un document écrit et nous avons été les premières à prendre la parole, alors nous avons dicté le ton de la conversation.

En 2017, un nouveau président est arrivé au pouvoir, mais toujours du même parti, ce qui ne signifie pas beaucoup de changements. Cependant, depuis 2017, le monde a subi plusieurs changements importants, notamment une pandémie mondiale et une exploitation accrue du Sud par le Nord. Quelle est la situation des femmes angolaises maintenant et quelle est la participation du mouvement féministe dans le pays en ce moment ?
Siza : Nous sommes un pays dont l’économie est très marquée par l’informalité qui repose sur les femmes. Ce sont les femmes qui sont sur les places et qui font le ménage. La pandémie a touché les femmes de manière très directe. Il y a eu des discussions sur la façon dont la violence à l’égard des femmes a augmenté en raison de la pandémie. Les très rares centres d’accueil pour des femmes victimes de violences ont été fermés pendant les périodes d’isolement. Pendant cette période, nous avons encore eu une sécheresse en Angola qui a gravement affecté les populations du sud-est et du sud du pays. Compte tenu de cela, nous comprenons que notre ministère de l’Aide sociale doit être renforcé par des personnes ayant une compréhension des inégalités structurelles afin qu’elles puissent penser à des politiques qui répondent aux besoins spécifiques des femmes.

Il y a actuellement un projet préparé par l’Association des travailleurs sociaux d’Angola pour évaluer les politiques sociales qui existent dans le pays et nous avons un partenaire d’Ondjango avec ce groupe. Nous essayons de mettre une perspective de genre dans cette évaluation afin que nous puissions faire des suggestions et des recommandations pour des améliorations dans les politiques publiques.

Et avec ces élections d’août, quelles sont les perspectives d’avenir ?
Tchenguita   Notre tension est dans la violence et les fraudes que nous connaissons parce qu’elles ont été utilisées dans le passé et peuvent l’être à nouveau. Mais si nous passons par la voie légale, par la transparence, l’espoir d’avoir un changement est très grand. Cette fois, il y a eu un énorme changement, en particulier dans le fait que tout le monde était ensemble pour prendre un seul pouvoir. Le problème est que ce pouvoir n’est pas passif, et nous avons peur.

Siza : Je pense qu’il y a de l’espoir. Ce sera l’élection la plus disputée de l’histoire de ce pays. Car aujourd’hui, en 2022, pour la première fois, la possibilité que le MPLA perde les élections est réelle. Les promesses de l’actuel président n’ont pas été tenues, l’opposition a un candidat fort et charismatique et il y a saturation du système. L’opposition a fait quelque chose que la société civile lui a demandé de faire pendant des années, former des alliances. Les partis politiques ont réussi à se rassembler et à faire un front uni, le Front Patriotique Uni [Frente Patriótica Unida]. Nous avons la présence de jeunes sur cette liste, la présence de personnes qui ne sont pas des militantes de partis politiques, des personnes qui ne suivent pas la logique conçue en Angola comme un parti. Une logique selon laquelle on ne peut pas critiquer le leader ou diverger du système. C’est quelque chose à célébrer. Je refuse de désespérer, car ce serait abandonner ce pays qui nous appartient aussi. Et je crois fermement que ce sont les femmes qui vont changer ce pays. Les femmes qui s’articulent au niveau communautaire, les femmes d’Ondjango, les femmes des Églises, elles s’articulent et changeront le pays.

Interview réalisée par Bianca Pessoa
Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

[1] Le 27 mai 1977, un désaccord entre les partisans de deux candidats différents du MPLA a donné lieu à une persécution interne qui a entraîné la torture de dizaines de milliers d’Angolais, leur envoi dans des camps de concentration et leur fusillade sans procès.
[2] Le Vendredi sanglant, en Angola, symbolise les massacres perpétrés contre les Angolais du groupe ethnolinguistique Kikongo le 23 janvier 1993.

https://capiremov.org/fr/entrevue/les-defis-du-feminisme-en-angola/

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :