Brésil : Les femmes de La Via Campesina mettent en place une école nationale de formation

Du 4 au 8 juillet 2022, la 2ème école nationale des femmes de La Via Campesina au Brésil s’est déroulée dans la ville de Salvador – BA. La formation a été suivie par environ 60 femmes de près de 20 états, de toutes les régions du pays.

Concevant la formation comme un vaste processus, l’école a connu un moment d’études théoriques sur les concepts de base du matérialisme historique et dialectique, avec un débat sur le capital et le travail et l’appropriation de la plus-value, basé sur le contexte historique brésilien. Il y a également eu des échanges d’expériences de praxis féministe, comme celle vécue sur le carrusel et lors des tables rondes sur les questions raciales-ethniques, et l’avancée du capital dans les biomes brésiliens. Tous les moments ont été imprégnés de musique, de poésie, de soins et de bien-être. Pendant ce temps, il a été possible de réaliser une visite de la partie historique de la ville, en passant par le marché le Pelourinho, une activité qui nous a permis de découvrir la culture de Salvador, la ville qui a accueilli cette importante école.

La journée s’est terminée par une représentation de l’orchestre symphonique de Bahia au théâtre Castro Alves, sous la direction de Carlos Prazeres.

La construction de l’espace du Carruselnous a permis de constater le déroulement de la praxis du féminisme paysan populaire, et de faire une synthèse collective de l’impact du capital, du patriarcat et du racisme dans nos vies, tout en prenant conscience que dans les campagnes, cela se matérialise dans le secteur agricole, les affaires hydro-minérales et génère de la violence, des violations de nos territoires, de la souffrance et de la mort. Nous avons également élaboré une synthèse de nos agendas communs en matière de lutte contre la violence et de construction de l’autonomie économique et politique des femmes, structurées en vue de parvenir à une société plus juste.

Nous réaffirmons notre stratégie de garantir la souveraineté alimentaire et nutritionnelle des peuples, en défendant l’agroécologie pour la production d’aliments sains, les semences comme patrimoine des peuples au service de l’humanité, ainsi que la construction de processus de formation théorique, politique, culturelle et artistique.

Cela nous a permis de réaffirmer que oui, nous sommes des femmes féministes de la campagne, des eaux et des forêts, et avec cette prise de conscience nous avons décidé de changer le nom de notre école de femmes en Escola Feminista da Via Campesina Brasil.

Les débats sur les questions raciales-ethniques nous aident à mieux comprendre les sujets qui constituent les territoires ainsi que la manière dont le racisme et le patriarcat ont un impact sur nos vies de manière systématique et quotidienne, et structurent l’avancée du capital sur nos corps et nos territoires. Par conséquent, nous réaffirmons la construction d’un féminisme anti-capitaliste, anti-raciste, anti-patriarcal, anti-hétéronormatif, comme conditions pour la construction d’une société socialement égalitaire, humaniste et entièrement libre.

En tant que leaders de l’École, nous réaffirmons l’importance d’articuler les collectifs de femmes et, par conséquent, l’importance de renforcer le Collectif de femmes de La Via Campesina Brésil et que les collectifs nous permettent de faire avancer la participation politique effective des femmes. C’est là que les espaces de formation trouvent leur justification la plus importante. Nous réaffirmons également la nécessité d’intensifier la Campagne   « Assez de violence contre les femmes », afin de surmonter toutes les formes de violence auxquelles nous sommes encore exposées, depuis nos territoires de lutte.

Ainsi, avec la bénédiction de Yemanjá et du Senhor do Bonfim, nous avons terminé les activités présentielles redynamisées pour continuer la lutte contre les industries agro-hydro-minières et contre toutes les formes de violence qui affectent nos corps et nos territoires.

Dans la société que nous voulons, plus de violence contre les femmes !

https://viacampesina.org/fr/bresil-les-femmes-de-la-via-campesina-mettent-en-place-une-ecole-nationale-de-formation/

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :