Hier pour aujourd’hui, les années 90 – 7

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives aux coûts financiers, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ».
Quelques disques enregistrés dans les années 90, au hasard de ré-écoutes récentes.

Lire aussi : des-enregistrements-en-1991/, des-enregistrements-en-1995/, des-enregistrements-en-1994/, des-enregistrements-en-1993/, des-enregistrements-en-1992/, des-enregistrements-en-1999/, des-enregistrements-en-1997/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-2/hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-3/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-4/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-5/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-6/


Le présent bousculé par l’urgence musicale. Yves Robert (trombone), Philippe Deschepper (guitare), Claude Tchamitchian (contrebasse) et soit Alfred Spirili (batterie, percussions) soit Xavier Desandres (percussions). Un disque débutant par un Epilogue, faisant un joyeux détour par Ornithology de Charly Parker ou revisitant Le dernier tango à Paris de Gato Barbieri. Je souligne la place des cordes de Philippe Deschepper dans ces constructions où le trombone fait encore des siennes…
Cd
Yves Robert : Tout de suite…, Deux z 1994


Un tromboniste facétieux pour un disque plein de joie et d’invention.
Ray Anderson (trombone, voix) est entouré de Fumio Itabashi (piano), Dion Parson (batterie), Mark Helias (contrebasse) et sur certaines pièces Don Alias (percussions) et Mark Feldmann (violon).
Ces musiciens connaissent la fanfare, le blues, l’histoire du jazz…
Je souligne la suite en trois parties qui donne son titre à l’album…
Cd
Ray Anderson : Wishbone, enregistré en décembre 1990, BMG 1991


Il y a quelque chose de bien étrange dans ce disque. Les quatre musiciens sortent des cadres souvent dédiés aux souffleurs ou à la section rythmique. Gebhard Ullmann (saxophones soprano et ténor, basse clarinette), Ellery Eskelin (saxophone ténor), Drew Gress (contrebasse), Phil Haynes (batterie). Je souligne en particulier les dialogues avec la contrebasse, les unissons des saxos et les laisser aller de chacun autour des compositions. Tantôt quartet, tantôt presque trio, sans oublier les parties seul ou à deux. Un disque aux racines blues et aux constructions libres…
Cd
Gebhard Ullmann : Kreuzberg Park East, enregistré en mai 1997, Soul note 1999


« La puissance de ce disque repose sur l’unité. Le jeu de chaque mlusicien atteste d’une maturité servant au mieux le développement de la musique. L’histoire commencée lors du premier enregistrement se poursuit ici en gagant en résonance et en substance » Steve Swallow.
Bertrand Denzler (saxophone ténor), Sébastien Texier (saxophone alto, clarinette), Christophe Marguet (batterie, percussions), Olivier Sens (contrebasse).
Sur des compositions du batteur, les musiciens, entre
frôlement et décrochage, éclipse et spirale, en décrochage ou en voies parallèles, nous entraînement vers de beaux paysages musicaux. Embarquer dans les pirogues pour le bonheur d’un moment et ses résonances…
Cd Christophe Marguet Quartet : les correspondances, enregistré en juillet 1999, Label Bleu 2000


L’histoire du jazz et son expression personnalisée, standards et compositions, un quartet composé de Jacky Terrasson (piano), Antoine Roney (saxophone), Clarence Seay (contrebasse), Cindy Blackman (batterie).
Sentiers connus et chemins possibles pour demain. A noter une version réjouissante de
Caravan et les variations en ouverture et en clôture autour de What’s New
Cd Jacky Terrasson Quartet : « What’s New », enregistré en juillet 1992, Jazz aux Remparts


Dans des configurations variées, allant du solo, au sextet, en passant des trios, des quartets, des quintets, Joanne Brackeen (piano) impulse les rythmes d’improvisations collectives. A ses cotés, Nicolas Payton (trompette), Chris Potter (saxophones soprano et ténor), Kurt Elling (voix), John Patitucci (contrebasse), Horacio « El Negro » Hernandez (batterie), David Liebman (saxophone soprano), Jamey Haddad (percussions). La magie colorée d’un si léger pachyderme pas du tout maladroit…
Cd Joanne Brackeen : Pink Elephant Magic, enregistré en mars, juin et juillet 1998, Arkadia Records

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :