En Irak, les femmes construisent leur résistance au quotidien

Depuis le début du 20ème siècle et jusqu’à aujourd’hui, le monde arabe a été exposé à de nombreuses guerres, conflits armés et colonialisme direct et indirect. Ces guerres ont laissé dans tous nos pays les pires ravages humains, moraux et psychologiques, auxquels doivent faire face toutes les classes de la société, en particulier les femmes. Les femmes doivent jouer deux rôles à la maison : élever et s’occuper des enfants et pallier l’absence des pères, qui sont sur les champs de bataille, sont retenus en captivité, sont tombés en martyr ou sont en prison. Les femmes travaillent en dehors du foyer et sont confrontées aux problèmes de la discrimination sexuelle.

Les femmes sont également confrontées au sort de la défense de leur patrie. Nous les voyons aux côtés des hommes sur les champs de bataille, luttant farouchement pour protéger leur terre, y compris celles qui sont soumises à la détention, l’emprisonnement, la torture et la privation de leurs droits humains les plus fondamentaux. Les luttes des femmes palestiniennes sont emblématiques en ce sens. Elles souffrent de l’occupation sioniste et de la dépossession de leurs terres depuis plus de 70 ans. Depuis des générations, les femmes palestiniennes ont sacrifié et offert leurs biens les plus précieux pour obtenir leur indépendance et récupérer leurs terres usurpées par les sionistes. Elles sont traitées par l’occupation avec les méthodes de torture les plus effroyables dans les prisons lorsqu’elles sont détenues, et même dans leur vie quotidienne. La discrimination, la séparation, la marginalisation et les traitements inhumains sont commis à leur encontre, et elles luttent et redoublent d’efforts pour vivre une vie juste.

Le même scénario se répète avec des femmes originaires du Liban, du Yémen, de Libye, de Syrie et d’Irak. Les femmes de ces pays souffrent des conflits armés entre éléments terroristes et groupes islamiques extrémistes, ce qui les rend vulnérables aux migrations forcées et aux déplacements vers les régions frontalières de leurs pays. Elles fuient pour se protéger des meurtres, des mariages d’enfants, des viols et de l’imposition de normes religieuses extrémistes par les cheikhs des partis religieux, du contrôle du gouvernement et des lois.

Des décennies de conflits militaires en Irak
L’accès à l’exploitation des territoires est la première raison des guerres dans notre région, qui a toujours été riche en ressources naturelles comme le pétrole.

« Pendant des décennies, la politique d’accès et de contrôle de ces ressources a été la même : entraver les processus et les mouvements de libération des femmes et des peuples de la région. »

Dès l’indépendance des pays du monde arabe, et en Irak, surtout à partir de 1977, les États-Unis ont commencé à mettre en œuvre une stratégie politique d’ingérence indirecte pour occuper le pays et accéder à nos ressources. La manipulation économique occupe une place prépondérante dans cette politique. Dès lors, nous avons les conflits des pays entre eux, et de nouveaux conflits par le biais de groupes extrémistes : d’abord les Talibans, puis l’État islamique. Une autre dimension de l’ingérence indirecte est la propagation de la drogue, qui entraîne de nouveaux problèmes, notamment chez les jeunes.

La guerre entre l’Irak et l’Iran (1980-1988) a fait de nombreux morts et a eu un impact considérable sur la vie des femmes. On estime que près d’un quart (25%) de la population irakienne est morte dans cette guerre. Aujourd’hui encore, les femmes doivent faire face aux coûts, car beaucoup sont devenues veuves et ont dû reconstruire la vie de leur famille.

Lors de la guerre du Golfe (1990-1991), les États-Unis ont dirigé la coalition de 33 pays contre l’Irak. En deux ans, toute l’infrastructure du pays a été détruite : usines, écoles, rues. Et entre 2003 et 2011, l’invasion et l’occupation directes, toujours avec le protagonisme des États-Unis, ont ravagé le pays au nom de la « libération du peuple irakien ».

Les défis politiques pour la paix et la justice
Pour combattre cette réalité enchevêtrée, nous observons de nombreux défis pour ceux et celles qui luttent pour la paix et la justice. Les forces démocratiques et laïques ne disposent pas d’une stratégie claire pour contrer ces scénarios conflictuels. Elles ont un rôle faible et peu d’influence sur les événements et les conflits qui se déroulent dans nos pays et sur les relations avec la société, notamment avec la classe ouvrière et les groupes marginalisés. Il y a un manque de compatibilité et d’harmonie entre les stratégies des forces démocratiques arabes et celles des forces de l’Alliance du Kurdistan, et il existe des points de vue différents sur de nombreuses questions, ce qui empêche une vision commune et une coopération efficace entre ces groupes. On assiste à une exacerbation du comportement politique sectaire, qui entraîne à son tour encore plus de conflits politiques.

En Irak, l’un des défis est l’absence d’un rôle efficace, influent et quotidien pour les femmes intellectuelles et le rôle des politiciens dans l’absence et l’isolement de ce groupe éclairé par rapport aux autres groupes de la société, ce qui entraîne l’émergence de nouveaux problèmes.

Dans ce scénario, outre les organisations et les partis de gauche et nationalistes, de nouvelles organisations ont vu le jour, surtout depuis le Printemps arabe. Avec la présence de jeunes et au nom du féminisme, ces organisations se conforment en tant qu’ONG et établissent une dynamique de projet. Elles captent des ressources externes, mais sans un processus d’organisation populaire. Par exemple, dans les endroits périphériques, où 70% des femmes sont analphabètes, elles établissent des projets avec d’autres priorités, axés sur l’esprit d’entreprise, avec des valeurs et des données qui ne sont pas transparentes. Elles n’ont pas envie de s’attaquer aux problèmes à la racine.

Les femmes participent également aux partis politiques et au parlement, mais leur participation est faible dans le processus politique global. Un grand nombre de femmes en politique et au parlement sont liées à des forces politiques islamistes très conservatrices, et il leur est difficile d’exprimer les intérêts des femmes à l’époque où nous vivons, car elles représentent une époque révolue qui n’a plus sa place aujourd’hui, et elles ne s’attaquent pas aux problèmes actuels tels que l’ignorance, la pauvreté et le chômage.

Il s’agit donc d’une participation très subordonnée aux hommes et avec une performance contraire aux femmes de gauche. Par exemple, les femmes communistes agissent pour sensibiliser et organiser les femmes d’une perspective de gauche, en essayant d’organiser des marches et des débats, mais les femmes d’autres forces s’y opposent.

Nous n’avons pas de maisons pour la prise en charge et le soutien des femmes victimes de violences. Tout ce qui avait progressé dans les années 1960 et 1970 a été perdu. Même avec la participation des femmes au Parlement, la législation est encore très rétrograde et défavorable aux femmes. Par exemple, aujourd’hui encore, la loi prévoit qu’une solution aux cas de viol est que le violeur épouse la femme.

Face à tous les problèmes présentés ici, notre effort, en tant qu’organisations et militantes des droits des femmes et en tant que société civile, est de promouvoir une lutte permanente et quotidienne pour trouver des solutions et élever le niveau intellectuel de nos femmes, avec la tenue d’ateliers, de séminaires, de manifestations et de marches pour conquérir les droits qui ont été volés dans tous les aspects de la vie, politiquement, économiquement et socialement.

En 2020, nous avons lancé un mouvement de jeunes – hommes et femmes – qui se consacre à la sensibilisation aux droits des femmes et à l’égalité des sexes. Nous sommes environ 120 personnes, des travailleuses et des étudiantes. Il n’est pas facile d’organiser un tel groupe permanent. En Irak, toute personne qui dénonce la situation de subordination et d’inégalité à laquelle les femmes sont confrontées peut être harcelée et menacée de violence. Cela est une grande difficulté.

Nous menons diverses activités : ateliers de formation, réunions en ligne et conférences. En outre, nous produisons et distribuons des documents sur les droits des femmes dans un langage familier, en utilisant l’argot que nous parlons habituellement.

« La distribution de ces documents est le moyen que nous utilisons pour parler aux gens et protéger les femmes de la violence, comme le mariage des enfants et les crimes d’honneur, qui augmentent en Irak. »

Le crime d’honneur ne concerne pas seulement la trahison. Il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles les hommes de la famille – maris, cousins, frères – ont le droit d’agresser et même de tuer leur femme. Il est clair qu’après 2003, nous avons été confrontées à une offensive de l’ignorance croissante et du manque de connaissances chez les hommes. C’est pourquoi nous parions que l’éducation est fondamentale et fait partie de notre résistance quotidienne en tant que femmes.

Dans notre lutte, nous avons une montagne à gravir vers l’égalité. On monte d’un cran, on tombe de trois. Nous devons rester résilientes et organisées. C’est pourquoi nous nous sommes engagées à construire la Marche Mondiale des Femmes dans la région.

Teeba Saad
Teeba Saad est membre de la Marche Mondiale des Femmes en Irak et du Mouvement de soulèvement féministe irakien [Iraqi Feminist Uprising Movement].
Édition par Tica Moreno
Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves
Langue originale : arabe et anglais
https://capiremov.org/fr/analyse/en-irak-les-femmes-construisent-leur-resistance-au-quotidien/
Las mujeres construyen la resistencia en la vida cotidiana
https://vientosur.info/las-mujeres-construyen-la-resistencia-en-la-vida-cotidiana/

En complément possible :

une-femmes-et-genre-en-irak
Introduction de Zahra Ali à son livre : Femmes et genre en Irak
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/07/12/introduction-de-zahra-ali-a-son-livre-femmes-et-genre-en-irak/
Zahra Ali : Le soulèvement irakien de 2019 et l’imaginaire féministe
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2021/12/02/le-soulevement-irakien-de-2019-et-limaginaire-feministe/
Zahra Ali : Irak : le civil et le populaire au cœur de la révolte
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/01/11/irak-le-civil-et-le-populaire-au-coeur-de-la-revolte/
Zahra Ali : Seul un projet de société qui met à égalité les femmes et les hommes, les confessions et les religions peut représenter un avenir pour l’Irak (note sur un article de l’autrice paru dans Nouvelles questions féministes : Solidarités familiales ?)
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/06/05/seul-un-projet-de-societe-qui-met-a-egalite-les-femmes-et-les-hommes-les-confessions-et-les-religions-peut-representer-un-avenir-pour-lirak/
Zahra Ali : Les femmes et la révolution irakienne
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/04/04/les-femmes-et-la-revolution-irakienne/
Zahra Ali : Séparer la frontière entre la pauvreté et les femmes en Irak
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2021/04/21/separer-la-frontiere-entre-la-pauvrete-et-les-femmes-en-irak/
Irak : le civil et le populaire au cœur de la révolte
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2021/01/11/irak-le-civil-et-le-populaire-au-coeur-de-la-revolte/

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :