Nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes (+ autres textes)

8e586c7edecac653c9aa83f2def5da

Ce matin, les forces d’occupation israéliennes ont envahi les bureaux de six des organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme parmi les plus importantes et les plus reconnues à l’échelle internationale : Addameer – association de soutien aux prisonniers et aux droits humains, Al Haq – Le droit au service des Hommes, Bisan – centre de recherche et de développement, Defense for Children International – Palestine, l’Union des comités de travail agricolel’Union des comités de femmes palestiniennes. Selon certaines informations, l’Union des comités de travail de santé aurait également été visée. Les portes des bureaux ont été enfoncées, le matériel confisqué et des ordres militaires ont été déposés déclarant la fermeture de force des ONG au nom de « la sécurité dans la région, et pour combattre une infrastructure du terrorisme ».

Après les récentes attaques sur la bande de Gaza, après les incursions meurtrières de l’armée d’occupation dans les villes palestiniennes et les vagues d’arrestations qui se suivent en Cisjordanie ou à Jérusalem, les autorités israéliennes s’en prennent une fois de plus aux organisations qui protègent les droits de la société civile palestinienne dans son ensemble.

Ces ONG palestiniennes de défense des droits humains font l’objet d’un très large soutien en France et dans l’ensemble de l’Union européenne. L’Association France Palestine Solidarité assure à nouveau ces ONG, qui sont ses amies et partenaires, de toute sa solidarité. Elles avaient été désignées arbitrairement en octobre 2021 comme « organisations terroristes » et déclarées comme des « associations illégales » selon les ordres militaires israéliens. Depuis, les autorités israéliennes ont lamentablement échoué à apporter la moindre preuve à leurs assertions.

Ainsi, le 12 juillet, les porte-parole des ministères des affaires étrangères de Belgique, du Danemark, de France, d’Allemagne, d’Irlande, d’Italie, d’Espagne, de Suède et des Pays-Bas avaient publié une déclaration commune en soutien aux six organisations. La déclaration rejette la désignation par Israël des six comme « organisations terroristes » et déclare qu’ « aucune information substantielle n’a été reçue d’Israël qui justifierait la révision de notre politique envers les six ONG palestiniennes ». La déclaration réaffirme en outre que les neuf États membres de l’UE continueront à coopérer et à soutenir la société civile palestinienne, notamment pour son rôle indispensable dans la promotion des valeurs démocratiques.

Cette déclaration restait cependant dramatiquement insuffisante. Avec ses partenaires palestiniens, français et européens, l’Association France Palestine Solidarité a, depuis le début, demandé aux autorités françaises et européennes de condamner les décisions israéliennes concernant ces ONG et de mettre en place les pressions nécessaires pour qu’Israël revienne sur ces décisions.

Les organisations palestiniennes de défense des droits humains, leurs dirigeant⸱e⸱s, leurs militant⸱e⸱s, leurs locaux doivent être protégés afin qu’elles puissent accomplir leur mission, qui est absolument essentielle pour la défense de la population palestinienne et l’avancement de la cause du droit dans les instances internationales. Dans un immense élan de solidarité, la population palestinienne a entrepris de rouvrir les bureaux de ces ONG qui avaient été fermés par l’occupant. Mais les forces d’occupation peuvent revenir à tout moment.

L’heure n’est plus aux déclarations en demi-teinte. Il faut de toute urgence que la France et l’Union européenne condamnent de la manière la plus nette les exactions israéliennes contre les ONG palestiniennes, et exigent l’annulation immédiate des décrets gouvernementaux et des ordres militaires qui les visent depuis octobre 2021

C’est le rôle de la France et de l’Union européenne de prendre toutes les mesures de rétorsions nécessaires à l’encontre du gouvernement israélien afin qu’il mette un terme à une politique digne des États les plus totalitaires. De la même manière qu’elles doivent exiger la libération immédiate de Salah Hamouri.

Le Bureau national de l’AFPS, le 18 août 2022
https://blogs.mediapart.fr/afps-association-france-palestine-solidarite/blog/180822/nouveau-coup-de-force-israelien-d-une-extreme-gravite-contre-les-o
https://www.france-palestine.org/Un-nouveau-coup-de-force-israelien-d-une-extreme-gravite-contre-les-ONG

******

La FIDH condamne l’agression d’Israël contre d’éminentes organisations palestiniennes des droits humains

Paris, le 18 août 2022. Alors que la communauté internationale, de nombreux États dont 9 États européens et plusieurs ONG internationales ne cessent de désapprouver la décision prise par les autorités israéliennes en octobre 2021 désignant de « terroristes » les 6 emblématiques organisations palestiniennes (Alhaq, Addameer, DCIP, Centre Bisan, Union des comités de travail agricole et Union des comités de femmes palestiniennes) sans fondement et preuves concrètes, aujourd’hui un autre pas vers l’arbitraire a été franchi quand les forces israéliennes ont mené une descente militaire dans les bureaux des dites ONG basées à Ramallah et Al-Birah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967. Les forces israéliennes ont saccagé leurs bureaux, confisqué leurs objets, fermé les portes par une plaque de fer et laissé derrière elles un ordre militaire de fermer les ONG les considérant comme illégales.

La Fédération Internationale des droits humains (FIDH) est consternée par la gravité de cette nouvelle attaque frontale contre la société civile palestinienne et les défenseurs des droits humains œuvrant à la dénonciation et la documentation des crimes et des graves violations du droit international perpétuées par la puissance occupante. Il s’agit d’une énième tentative d’Israël de délégitimer, discréditer et isoler les organisations qui défendent le droit des Palestiniens à l’autodétermination et qui veillent sans relâche à un ordre mondial ou règne une paix fondée sur le respect de la légalité, la redevabilité et et contre l’impunité d’Israël pour ses crimes contre l’humanité et son système d’apartheid.

« Cette attaque est un acte de représailles non seulement contre la société civile palestinienne mais également contre toute la communauté internationale qui œuvre pour les droits humains. Cet acte lâche bat en brèche la narrative d’Israël qui se vante d’être une des rares démocraties dans la région. En attaquant sans cesse les organisations de défense des droits humains et les défenseur.es, Israël agit comme un État autoritaire qui veut réduire au silence toute voix dissidente » Alice Mogwe, FIDH President

Face à cette attaque de grave ampleur, la FIDH réitère sa solidarité inconditionnelle avec les ONG concernées et toute la société civile palestinienne. Elle rappelle sa position de principe de continuer à travailler, collaborer et apporter son soutien aux organisations ciblées par les autorités israéliennes et veillerait à ce que la communauté internationale traduise ses condamnations des violations commises par Israël en actes concrets de protection des défenseur.es des droits humains et de la société civile palestinienne.

La FIDH appelle :

  • La communauté internationale, notamment les mécanismes onusiens et européens, à exercer des pressions sur Israël pour mettre fin à la persécution de la société civile palestinienne, et à revenir immédiatement sur cette décision injuste d’interdire le travail de ces organisations ainsi qu’à à créer un mécanisme international pour mener des investigations concernant les crimes d’apartheid et de persécution commis par la force occupante.

  • Tous les États à condamner avec la plus grande fermeté l’oppression et le harcèlement des 6 ONG par les autorités israéliennes et les exhorte à apporter leur soutien à l’enquête ouverte auprès de la Cour Pénale Internationale.

  • Le mouvement mondial des droits humains et les partenaires techniques et financiers des organisations ciblées à faire preuve de solidarité en renforçant leur appui aux six organisations.

https://www.fidh.org/fr/regions/maghreb-moyen-orient/la-fidh-condamne-l-agression-d-israel-contre-d-eminentes

*******

Fermeture des bureaux de sept ONG palestiniennes :

la nouvelle fuite en avant d’Israël

La persécution de la société civile palestinienne se poursuivra tant que nos gouvernements ne sanctionneront pas Israël pour son mépris répété des droits humains et de ses obligations internationales.

Ce jeudi 18 août, les forces d’occupation israéliennes ont perquisitionné et fermé les locaux de sept organisations de la société civile palestinienne. Il s’agit des six ONG actives dans des domaines tels que la protection des enfants, le soutien aux prisonniers ou encore les droits des femmes, que le ministre israélien de la Défense avait qualifiées de terroristes en octobre 2021, ainsi que de l’Union des comités de travail de santéLes portes des bureaux ont été enfoncées, le matériel confisqué et des ordres militaires déposés déclarant leur fermeture de force.

Ce nouveau seuil franchi constitue une fuite en avant aussi révoltante qu’inquiétante. Depuis le déclenchement de l’offensive contre ces organisations reconnues mondialement pour leur rôle dans la défense des droits humains en territoire palestinien occupé, le gouvernement israélien a systématiquement échoué à prouver un lien entre leur action et une quelconque activité terroriste. Au contraire, Amnesty International et Human Rights Watch ont souligné qu’elles « incarnent les normes les plus élevées de la société civile mondiale. » Le 12 juillet dernier, les porte-paroles de la diplomatie de 9 pays européens, dont la Belgique, leur ont réitéré leur soutien, rappelant qu’« aucune information substantielle n’a été reçue d’Israël qui justifierait la révision de notre politique envers les six ONG palestiniennes ».

Constatant sa défaite morale sur le plan international, Israël choisit donc la voie de la violence, en renforçant ses attaques contre des organisations qui se sont érigées en rempart contre l’occupation dans leurs domaines respectifs.

Ces violations graves de la liberté d’association et d’expression font suite à une nouvelle agression meurtrière contre Gaza (49 victimes dont 16 enfants) et à la hausse vertigineuse du nombre d’assassinats de civils (parmi lesquels la journaliste Shireen Abu Akleh le 11 mai) par l’armée israélienne en territoire occupé. « Le fait qu’elles soient le fait d’un prétendu « gouvernement du changement » censé tourner la page du nationalisme exacerbé de Netanyahou doit rappeler cette réalité : la source de l’oppression des Palestiniens ne provient pas de la composition des gouvernements d’Israël, mais de son régime colonial et d’apartheid, comme l’ont notamment relevé les ONG B’Tselem, Human Rights Watch, et Amnesty, ainsi que les rapporteurs spéciaux de l’ONU pour la Palestine Michael Lynk et Francesca Albanese », déclare le président de l’ABP Pierre Galand. Dans ce contexte, le rapprochement opéré depuis un an entre l’Union européenne (UE) et Israël envoie indirectement le message à ce dernier qu’il peut continuer impunément sa guerre contre les défenseurs des droits humains.

Marquant notre solidarité avec les ONG ciblées, nous appelons la Belgique et l’UE à apporter tout le soutien financier, humain et politique à même de permettre aux ONG visées de poursuivre leur travail exemplaire. Les gouvernements européens doivent exiger d’Israël qu’il mette fin à ce climat de terreur, et, surtout, poser les actes adéquats pour l’y contraindre, ce qui implique de geler le projet de partenariat gazier euro-israélien et de suspendre l’accord d’association UE-Israël. Plus largement, il convient de mettre en place des sanctions susceptibles de faire payer à Israël le prix de sa persécution du peuple palestinien.

https://upjb.be/communique-nouveaux-crimes-de-guerre-a-gaza-lunion-europeenne-encore-une-fois-complice-2/

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Une réflexion sur « Nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes (+ autres textes) »

  1. La France doit réagir fermement aux raids israéliens contre sept ONG palestiniennes

    L’armée israélienne a mené des raids jeudi 18 août à l’aube contre les bureaux de sept ONG palestiniennes, dont six désignées « organisations terroristes » en octobre 2021. La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine appelle la France à prendre des mesures concrètes et immédiates pour protéger la société civile palestinienne.
    Sept ONG (Al-Haq, Addameer, le centre Bisan, Defense for Children International Palestine, l’Union des comités du travail agricole (UAWC), l’Union des comités des femmes palestiniennes (UPWC) et les Health Work Committees) ont vu leurs bureaux perquisitionnés, du matériel confisqué et leurs portes scellées jeudi 18 août en début de matinée. Des ordres militaires indiquent que « toute activité dans ces bureaux menace la sécurité ». Dimanche 21 août, le directeur de Defense for Children International Palestine a été interrogé plusieurs heures par le Shin Bet avant d’être relâché, tandis que le directeur d’Al-Haq a reçu un appel téléphonique le menaçant d’emprisonnement si son ONG continuait ses activités.
    « Ces raids sont la dernière étape d’une campagne visant à faire taire les ONG palestiniennes qui défendent les droits de l’homme et le droit international, a déclaré François Leroux, président de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine. La France et l’Union européenne doivent prendre des mesures fortes, telle que l’interdiction du commerce des produits des colonies, faute de quoi le gouvernement israélien réduira au silence la société civile palestinienne et l’ensemble des voix qui défendent le droit international. »
    La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine appelle la France à :
    * demander la révocation de la désignation des ONG palestiniennes comme « organisations terroristes » par les autorités israéliennes
    * prendre des mesures concrètes et immédiates visant à protéger la société civile palestinienne
    * engager une réflexion visant à interdire aux niveaux français et/ou européen le commerce des produits des colonies israéliennes
    La classification de ces ONG comme organisations terroristes a été contestée par des experts de l’ONU et plusieurs États de l’Union européenne – dont la France – qui ont indiqué le 12 juillet dernier qu’ils continueront à « apporter [leur] soutien résolu (…) faute d’informations substantielles reçues des Israéliens ». La chargée d’affaires du Consulat général français à Jérusalem s’est rendue jeudi 18 août dans les locaux de l’ONG Al-Haq, lauréate en 2018 du Prix des droits de l’homme de la République française, pour soutenir les six ONG. Le 19 août, neuf pays européens, dont la France, ont déclaré qu’ils étaient « profondément préoccupés » par ces perquisitions, ajoutant que « ces actions ne sont pas acceptables ».
    22 août 2022
    Contact presse :
    Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, contact@plateforme-palestine.org, 07 66 15 39 26
    ——————————————
    Pierre Motin
    Responsable plaidoyer et animation de réseau
    ——————————————
    Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
    14, passage Dubail
    75010 Paris
    Tél. : +33 6 12 12 63 94
    E-mail : p.motin@plateforme-palestine.org
    Site Internet : http://www.plateforme-palestine.org
    Suivez-nous sur Facebook et Twitter

    Membres :
    Amani, Artisans du Monde, AURDIP, AFPS, AJPF, Cedetim, Ceméa, Cimade, CICUP, CCFD-Terre Solidaire, CVPR-PO, Chrétiens de la Méditerranée, Pays de Loire Gaza Jérusalem, Comité Palestine Israël 44-49, Enfants Réseau Monde/Services, FSGT, Ligue des droits de l’homme, LIFPL, MRAP, Mouvement de la Paix, MIR, MAN, One justice, Pax Christi France, PLGJ, Première Urgence Internationale, Secours Catholique-Caritas France, SIDI, Soutien Humani’Terre, Union juive française pour la Paix.
    Membres observateurs :
    ACAT, Agir ensemble pour les droits de l’Homme, Amnesty International France, Association Pour Jérusalem, Afran-Saurel, CRID, Collectif judéo-arabe et citoyen pour la Palestine, les Francas, GAIC, Handicap International, Médecins du Monde, PalMed, Ritimo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :