Le gouvernement grec nomme à la tête de la justice la juge qui… critique Hitler parce qu’il n’a pas exterminé tous les juifs !

L’antisémitisme en Grèce a maintenant une voix institutionnelle ! Une juge d’extreme droite et antisémite notoire, Marianthi Pagoureli, vient d’être promue au poste de vice-présidente de la Cour suprême, sur recommandation du ministre de la Justice Costas Tsiaras.

Mais reprenons l’histoire depuis le début. Il y a dix ans, Marianthi Pagouteli s’est trouvée au centre de l’attention de l’opinion publique grecque, à l’occasion du procès du « pape » du fascisme grec Constantine Plevris (qui se défini lui-même comme fasciste et nazi) pour son livre « Juifs, toute la vérité ». Pourquoi ? Mais, parce qu’elle l’avait alors défendu en votant en faveur de son acquittement et en rédigeant un document de 32 pages dans lequel elle expliquait en détail son raisonnement. 

Comme l’écrivait à l’époque le journaliste Dimitris Psarras, « elle ne fondait pas son argumentation en faveur de l’acquittement sur l’évocation de la défense de la liberté d’expression même des plus extrêmes des opinions. Elle adoptait pleinement ses positions ! Son point de vue était que « nous jugeons un livre ! Ça ne m’intéresse pas si d’un côté est le nazisme et de l’autre le sionisme juif. Et nous ne prenons pas non plus parti pour l’un ou l’autre camp ». Et dame Pagouteli entrait dans le vif du sujet pour dire que « il est évident que l’auteur (c.a.d. K. PLevris) se réfère à des passages des livres sacrés du Talmud, lesquelles contiennent des enseignements irréfutablement intolérants et anti-chrétiens, contraires à toute notion d’humanisme et par conséquent l’auteur fait remarquer à juste titre que le Juif qui les adopte est manifestement dépourvu de tout humanité ».

Nous copions de l’article du journaliste Dimitris Psarras : « Dans d’autres passages, la juge estime que Plevris « appelle le juif sous-homme, non pas le juif en général, mais le « juif criminel de guerre » et qu’il « adopte le point de vue des nazis, sans aucune intention d’insulter ou de provoquer des actes de violence, que la race blanche ne veut pas des sémites en Europe ». »

Ce qui est pire est que la juge s’en pris aussi aux témoins à charge de religion hébraïque parce que « avec des expressions évasives ils ont évité de déclarer explicitement s’ils condamnent ou pas le Talmud, transformant de cette manière les accusateurs en accusés ».

Il est à noter qu’en 2013, l’ex-présidente du Parlement grec Zoé Konstantopoulou qui était à l’époque députée de Syriza et avocate, avait révélé que Marianthi Pagouteli tenait le blog marianaonice.blogspot dans lequel elle exprimait des opinions d’un antisémitisme délirant du genre… « Juifs de merde ! J’aurais aimé que Hitler les extermine tous jusqu’au dernier ! »

Pour comprendre pourquoi le gouvernement Mitsotakis a nommé cette dame à la tête de la justice grecque, il suffit de se rappeler que l’actuel ministre de la santé Thanos Plevris est le fils et alors avocat de l’auteur du livre Kostantinos Plevris. Et que l’actuel vice-président du gouvernement grec Adonis Georgiadis s’époumonait jadis à faire la publicité du livre de Plevris, qu’il vendait dans son émission de télé-achat en hurlant que « ce livre doit être lu par tous les vrais grecs ». 

Yorgos Mitralias

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Une réflexion sur « Le gouvernement grec nomme à la tête de la justice la juge qui… critique Hitler parce qu’il n’a pas exterminé tous les juifs ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :