L’analyse sérieuse n’exclut pas les délices de la provocation verbale

RqRNpReBrVI8fe5Z

Ce numéro spécial de Nouvelles Questions Féministes entend relayer la vitalité et l’actualité de l’œuvre de Christine Delphy. Début 2021, nous lancions l’appel à contributions « Faire avec Delphy ». Il aura fallu que Christine entame sa 80e année et que certaines d’entre nous aient déjà passé vingt ans dans le comité de rédaction de la revue à ses côtés pour que nous entreprenions de lui consacrer un numéro !
Chacun à leur manière, les trente-trois textes publiés ici montrent comment les écrits et les interventions de Delphy viennent questionner des expériences communes aux femmes, mais également l’action politique et scientifique, la réflexivité et les postures personnelles. Il en ressort que sa pensée transforme des trajectoires militantes et intellectuelles, elle peut même transformer des vies. « Faire avec Delphy » provoque ces changements, par des débats et des confrontations, des émotions et des expériences, par des manières fortes de s’approprier son travail théorique et engagé.

Dans leur édito, Laurence Bachmann, Ellen Hertz, Marianne Modak, Patricia Roux, Lucile Ruault abordent, entre autres, les traductions, le militantisme et les activités intellectuelles, les profils hétérogènes de celleux qui contribuent à ce numéro, « En ce sens, nous avons choisi de jouer pleinement le jeu du titre du numéro : nous avons laissé libre champ aux auteur·e·s pour décrire leurs manières de s’approprier la pensée de Christine Delphy, ses actions et ses écrits, sans prendre position, notamment dans cet édito, sur le «vrai» ou le «faux» des propos tenus », l’entrelacement entre les activités de théoricienne et de militante, « Sans doute parce que ses activités de théoricienne et de militante n’ont cessé de s’entrelacer, ses idées restent incisives et indispensables pour qui veut penser le monde en féministe et s’investir dans une lutte radicale contre le patriarcat ; ses engagements au fil du temps attestent d’une pensée en mouvement, courageuse et à l’affût des formes, sans cesse renouvelées, d’injustices sexistes, racistes, lesbophobes et homophobes ».
Les éditorialistes insistent sur la personnalité généreuse de l’autrice, son humour et sa capacité à tourner en dérision, l’articulation entre sexisme et racisme, les ressources « 
pour penser et agir », un féminise exigeant « avant tout pour les féministes elles-mêmes », la démystification des codes de la masculinité – y compris dans le domaine des savoirs -, les mots politiques, les traductions des vécus subjectifs des dominé·es, etc. Un femmage, des partages, des transmissions…

Edito
Laurence Bachmann, Ellen Hertz, Marianne Modak, Patricia Roux et Lucile Ruault : L’effet Delphy
Faire avec Delphy
Anne-Marie Devreux :
Garder la main sur nos concepts
Francine Descarries : Penser et faire avec Delphy : un lien indissociable
Stevi Jackson : Entrelacement de vies et d’idées : une rétrospective personnelle de mes rencontres avec Christine Delphy et son œuvre
Efi Avdela et Angelika Psarra : Notre amie et nous
Shirley Roy : Christine au Québec
Dorra Mahfoudh Draoui : Sur les pas de Christine Delphy : la déconstruction du patriarcat et la lutte contre l’oppression des femmes
Jules Falquet : Nos années 90 : souvenirs de la traversée du désert
Patricia Roux : On ne peut pas hériter de la pensée de Delphy, on doit la conquérir
Yeun Lagadeuc-Ygouf : Que peuvent faire les hommes des savoirs situés féministes ?
Xavier Dunezat et Elsa Galerand : Les nœuds d’une rencontre féministe matérialiste
Sara Garbagnoli : Delphy « papesse du genre », « islamogauchiste », faiseuse de féministes
Didier Epsztajn : Sur la possibilité d’être « allié » des féministes
Christelle Hamel : Lire Delphy quand on est fille de paysan·ne : quitter la honte et sublimer la colère
Sarah R. : Difficultés d’être féministe : entre retour de bâton et instrumentalisation
Sylvie Tissot : Classer/résister
Laurence Bachmann : Penser le « devenir féministe » avec Delphy
Ellen Hertz : De qui se moque-t-on ? L’humour de Christine Delphy
Hélène Martin : L’utopie et le sensible
Zahra Ali : Intersections
Lavinia Gianettoni : Racisme et invisibilisation du sexisme ordinaire
Sabine Lambert : Rester en colère
Lisa Disch : Repenser le « French feminism » avec Christine Delphy
Florence Tissot : 7ème jour de tournage
Deborah Ardilli : Traduire Christine Delphy en Italie : plaidoyer pour une féministe matérialiste
Lucile Ruault : Des choux et des carottes contre le patriarcat
Marcella Farioli : Le féminisme matérialiste de Christine Delphy et l’histoire ancienne : une alliance inattendue
Laura Carpentier-Goffre : L’art de ne pas balayer derrière sa porte – Comprendre le répertoire d’inaction domestique des hommes grâce à Christine Delphy
Amel Mahfoudh : Les chemins de la transmission féministe
Diana Paola Garcés-Amaya : Comprendre les transformations du monde rural et le déracinement avec Delphy
Catherine Orian Weiss : Une critique féministe de la théorie de la reproduction sociale
Sandra Blasco Lisa : Le féminisme matérialiste et son influence sur le féminisme espagnol (1970-2020)
Stefania Arcara : Le féminisme matérialiste contre les études littéraires et de traductologie. Comment Christine Delphy a changé ma vie d’universitaire
Edith Salix : L’horizon retourné
Bibliographie de Christine Delphy
Notices biographiques

Les contributrices et les rares contributeurs racontent comment iels se sont approprié les idées de Christine Delphy, les bouleversements qu’iels ont connu, y compris dans le registre de l’intime.
Il ne me semble pas utile d’entrer dans le détail de chaque ou de quelques contributions. Il est significatif que certain partage des analyses de Christine Delphy conduise à des conclusions en partie contradictoire. Une pensée radicale ne peut-être enclose.

Une lecture subjective. Je souligne particulièrement les discutions sur le travail domestique, la division sociale et sexuelle du travail, le genre et les sexes, le concept de classe de sexe, les dimensions matérielles de l’oppression, les discours et les pratiques coercitives et autoritaires faisant système, l’imbrication des systèmes de domination, l’illusion de « l’égalité-déjà-là », les pratiques sociales, les hiérarchies dissimulées sous couvert de différences, les travaux pionniers du « féminisme radical », l’hétéronormativité, le pouvoir de nommer, le racisme, la fabrique sociale du marqueur d’âge et le statut de mineur, les paysannes, les catégories et les hiérarchies, le continuum de violences masculines, l’intersectionnalité, la matérialité du patriarcat, la critique de la théorie de la reproduction sociale (SRT), « Ainsi dans la SRT, l’oppression des femmes n’est pas comprise comme ayant une existence en soi, et de multiples aspects de cette oppressions – partagée entre classes – sont ignorés » (CatherineWeiss)…

Je n’oublie pas le sens de l’effort théorique féministe, les luttes de femmes, l’autonomie féministe, la révolte et la colère, « il faut abattre tous les murs en abolissant le genre » (Sabine Lambert), la discrimination positive, les quotas…

Je n’oublie pas non plus les « amis » et leurs leçons de féminisme (du point de vue des hommes), l’occultation des dominants (le genre ne concerne pas que les femmes) et de leur appropriation individuelle ou collective du travail des femmes, le répertoire d’inaction domestique des hommes, « l’embauche d’une travailleuse domestique est une manière parmi d’autres de continuer à se faire servir – et par deux femmes plutôt qu’une : il leur suffit de mettre la main à la poche pour ne pas avoir à la mettre à la pâte » (Laure Carpentier-Gofffre), leur consentement aux violences et au viol…

Christine Delphy a contribué à reformuler les horizons du possible, les lectures proposées en sont une illustration.

Le titre de cette note est emprunté à Afi Avdela et Angelika Psarra.

Nouvelles questions féministes : Faire avec Delphy
Coordination : Laurence Bachmann, Ellen Hertz, Marianne Modak, Patricia Roux, Lucile Ruault
https://nouvellesquestionsfeministes.ch/2022b/
Editions Antipodes, Lausanne 2022, 234 pages
https://www.antipodes.ch/produit/nouvelles-questions-feministes-vol-41-no-2/

Didier Epsztajn

Précédents numéros : revue/nqf/

Textes de et sur Christine Delphy :

Textes de et sur Christine Delphy :
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2018/04/10/textes-de-et-sur-christine-delphy/

 

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

2 réflexions sur « L’analyse sérieuse n’exclut pas les délices de la provocation verbale »

  1. Cher Didier, Petits soucis de lettres vagabondes dans:

    un féminise exigeant « avant tout pour les féminismes elles-mêmes »

    Amitiés, Eliane

    >

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :