Contre les faussaires de l’histoire

Raflé par la police française en 1943, Jean René Chauvin, membre du Parti Ouvrier Internationaliste, principale organisation se réclamant du trotskisme en France, va connaître les enfermements, la déportation, les transferts, les marches de la mort, l’enfer des camps de concentration.

Ce livre est précieux pour « ne pas laisser sans réplique les faussaires de l’histoire », « rafraîchir la mémoire à certains staliniens honteux » et « poursuivre avec impertinence le combat contre les forces obscurantistes de la tyrannie et de la haine raciale. ».

Souvenirs relatés avec une très grande humanité, parcours ponctué de petits récits de vie, tragiques, dérisoires ou comiques, les pages s’éclairent de mises en perspective historique (guerre contre les Boers en Afrique du Sud,  guerre hispano-américaine à Cuba) et interrogent l’expérience concentrationnaire. « Peu importe la métaphore utilisée pour tenter de cerner ou d’expliquer le phénomène : univers concentrationnaire, cancer, lèpre ; chacune convient. Le phénomène est immense et multiple comme l’univers, il prolifère comme le cancer, il est inguérissable comme la lèpre. Il s’étend dans le temps, avec une nette préférence pour le 20ème siècle ; il s’étend dans l’espace. Il se pare toujours d’ignominie, et plus il se modernise et se perfectionne, plus il plonge dans une horreur abyssale ».

L’auteur n’oublie pas que les premières victimes des nazis furent les antifascistes allemands, il nous parle des déportations et des camps, là-bas dans ce qui fut appelé plus tard Goulag pour les opposants à Staline, là pour les membres des organisations ouvrières en Allemagne (qu’ils fussent chrétiens, socio-démocrates, communistes), ici pour les réfugiés républicains espagnols en France après la victoire de Franco.

Il n’oublie pas, à l’ombre des grandes barbaries, les assassinats des militants du POUM (dont A. NIN), d’évadés trotskistes dans las maquis, des meurtres y compris dans les camps de ceux qui furent nommé hitléro-troskistes par les staliniens.

Mémoire, histoire, en ce milieu de siècle, deux étoiles jumelles brillaient et obscurcissaient les possibles lendemains : fascisme et stalinisme.

Ce n’ai pas simplement un ouvrage nécessaire à la mémoire, c’est un témoignage proprement bouleversant d’un militant pris dans la tourmente du siècle. Loin d’une adaptation des réalités au nom d’une hiérarchie dans le « mal », d’un nationalisme étriqué, ou d’un ennemi principal, la mise en relation de ses souvenirs avec ceux d’autres prisonniers et déportés font ressortir les similitudes dans les fonctionnements des camps (transfert, accueil, place des droits communs) dans les ordres et les fonctionnements des dictatures, de l’organisations du monde sur le dos des populations, qu’elles soient, françaises, allemandes, polonaises, soviétiques ou juives.

Il était minuit dans le siècle pour les populations et pour certains « Communiste opposant à Hitler ou à Staline : même accueil, Même destin ! »

Le court vingtième siècle est terminé (mais pas ses conséquences). Le fonctionnement du monde capitaliste et de ses épisodes dictatoriaux, de ses moments extrêmes ont donné lieu à de multiples recherches.

Il nous reste à revenir sur la part criminelle engendrée par l’idée même d’émancipation. De ce point de vue, la préface de Michel Lequenne me semble dans sa partie finale non seulement erronée « trois grands systèmes de camp de la mort, celui du nazisme, celui du stalinisme et celui du maoïsme » mais impropre à une réflexion renouvelée.

Jean René Chauvin : Un trotskiste dans l’enfer nazi – Mauthausen-Auschwitz-Buchenwald (1943-1945)

Editions Syllepse, Paris 2006 244 pages 20 euros

 Didier Epsztajn

L’usagère pose le diagnostic

Les textes et les interventions présentées sont issus d’un colloque organisé à Paris le 2 février 2007 par la Coordination des associations pour le droit à la contraception et à l’avortement (CADAC).

Si les femmes ont massivement investi le champ du travail salarié, elles continuent de (sup)porter très majoritairement le travail domestique et plus encore l’élevage des enfants. Les principes de liberté et d’égalité énoncés dans la Constitution se semblent pas pouvoir être déclinés jusqu’au bout, face aux assignations et assujettissements essentialistes, à l’identification des femmes à une nature reproductive, au féminin comme non universaliste contrairement au masculin dominant.

Le contrôle des corps par l’Etat (Loi de 1920 criminalisant l’avortement, interdiction de la contraception et de sa publicité) a vécu. Les luttes des féministes ont bousculé les politiques familialistes et leurs interdictions, sans pour autant pouvoir imposer largement ni définitivement le droit à disposer de leurs corps. L’avortement reste un droit limité, souvent considéré en regard d’une contraception défaillante, la contraception non totalement gratuite se résume dans la plupart des cas à une contraception féminine. Le corps médical détient toujours la clé et limite la demande ou l’exigence des usagères qui posent leur diagnostic soit en termes de contraception soit en termes d’avortement. Sans oublier l’usage des corps des femmes dans la publicité, la pornographie comme « découverte » de la sexualité, le retour du religieux et de ses interdits……..

Ce livre collectif est subdivisé en trois parties. La première « Vous avez dit conquête ? » propose quatre textes qui interrogent la contraception et les rapports sociaux de sexe, la politique familiale et l’emploi, les réformes et l’emploi des mères et le plus globalement paysage familialiste.

La seconde « Transfert de pouvoir et permanence de la domination » se compose d’interventions autour de l’enseignement de l’avortement et de la contraception dans les études médicales, des droits des femmes en regard du pouvoir médical, de la paupérisation des étudiant-e-s et des conséquences du désengagement de l’état sur le droit à la contraception et à l’avortement. Les auteur-e-s soulignent les conséquences désastreuses des réformes libérales de l’hôpital pour les services qui pratiquent les avortements (non réévaluation de la tarification, manque de moyens, etc.)

Dans la troisième partie est interrogé l’avenir de la reproduction et la possibilité d’écarter les femmes de la procréation par les nouvelles techniques tirées des « procréations médicalement assistées ».

Chaque partie est complétée de courtes interventions retranscrites du débat.

Ces travaux et réflexions sont toujours d’une actualité brulante. La récente position de la Cours de Cassation sur ce qu’il faut bien nommer le statut de l’embryon en est encore un cruel rappel.

Un livre à diffuser, un combat toujours à mener pour le droit des femmes à disposer de leur corps et donc pour l’émancipation de tou-te-s.

CADAC, Valérie Haudiquet, Maya Surduts, Nora Tenenbaum (coordination)

Une conquête inachevée : le droit des femmes à disposer de leur corps

Editions Syllepse, Paris 2008, 182 pages, 10 euros

Didier Epsztajn

Du coté des revues n°5

Pour son dernier numéro ContreTemps, avant renaissance sous une autre forme, le dossier consacré à 1968 met l’accent sur la dimension internationale des révoltes (Italie, Etats-Unis, Mexique, Brésil, Vietnam, Pakistan, Japon, Pologne, Prague, Yougoslavie).

A noter aussi un entretien avec Jacques Rancière.

ContreTemps n° 22 : 1968 : un monde en révoltes

Textuel, Paris 2008, 191 pages, 19 euros

A signaler particulièrement dans le dossier de Savoir/Agir «Le retour de la question du travail, mythes et réalités» un article de Lilian Mathieu «L‘exigence de reconnaissance dans les luttes de salariés» et un entretien avec Robert Castel «Les dernières métamorphoses de la question sociale».

Savoir/agir

N°3 Mars 2008, Éditions du croquant, Bellecombe-en-Bauges, 140 pages, 15 euros

Dans le numéro de l’été de la RILI, qui s’affirme comme une des publications actuelles les plus excitantes, je signale, entre autres, un très bel article de Enzo Traverso «Messianisme, orientalisme et Holocauste» et un entretien avec Mahmood Mamdani «Bons et mauvais musulmans, terreur d’état et terreur non étatique de la Guerre froide au 11 septembre».

La revue internationale des livres et des idées

N°6 juillet-aout, Paris, 63 pages, 5 euros, vente en kiosque

 

Dans le dossier de la revue Actuel Marx, deux articles particulièrement intéressants, celui d’Emmanuel Terray « L’état-nation vu par les sans papiers » et celui de Stéphanie Treillet « L’instrumentalisation du genre dans le nouveau consensus de Washington ».

Hors dossier, je signale un interview de Gérard Noiriel.

Altermondialisme, anticapitalisme

Actuel Marx, n°44, PUF, Paris 2008, 224 pages, 24 euros

 

Au centre des Mondes du travail, un dossier très fourni « Classe laborieuse, orientations politiques et engagements militants ». Je souligne particulièrement l’entretien avec Guy Michelat et Michel Simon « Les ouvriers et la politique : au delà des idées reçues ».

A noter aussi les articles de Jean-Jacques Chavigné « Marchandisation des retraites : du salaire indirect aux fonds de pension », de Paul Jobin « La mort par surtravail et le toyotisme ».

Les Mondes du Travail

Numéro 6, janvier 2008, Amiens, 145 pages, 10 euros

 Didier Epsztajn

Modifier les rapports sociaux ne peut se résumer à abolir la réalité, sans offrir des réponses socialement construites avec les actrices et acteurs, adultes, adolescent-e-s ou enfants

Si, de part le monde, la grosse majorité des enfants est invisible et leur travail inaperçu car dilué dans l’ensemble des activités familiales, un mouvement issu des métropoles développées prône l’abolition du travail des enfants.

Contre la simplicité inopérante d’un tel mot d’ordre (abolition du travail des enfants) et son peu d’écoute des mouvements d’enfants travailleurs, l’éditorial Aurélie Leroy présente les « présupposé pour débattre ».

Deux textes généraux poursuivent son analyse, puis quelques textes illustrent la réalité du travail des enfants en Asie, Afrique et Amérique latine.

Je souligne l’article sur les enfants travailleurs du Pérou et celui sur les mouvements en Amérique latine. Contre « l’abolition », l’Union des enfants et adolescents travailleurs de Bolivie (UnatsBol) a permis la modification de l’article 61 de la nouvelle constitution présentée d’Evo Morales.

A lire en complément : M. Bonnet, K.Hanson, M.F. Lange, G. Paillet, O ? Nieuwenhuys, B. Schlemmer : Enfants travailleurs, repenser l’enfance (Editions Page deux 2006, 198 pages 17 euros) et Michel Bonnet : Regards sur les enfants travailleurs (Editions Page deux 1998, 230 pages 17 euros)

Alternatives Sud : Contre le travail des enfants ?

Editions SYLLEPSE, Louvain-la-Neuve 2009, 175 pages, 18 Euros

Didier Epsztajn

Un prince claque la porte

J’utilise pour cette note le titre d’un chapitre du dernier livre de Michel Warschawski qui traite aussi de l’ouvrage d’Avraham Burg dont le premier titre possible fut « Hitler a vaincu ».

L’auteur, ancien président de l’Agence juive et du mouvement sioniste mondial, ancien vice-président du Congrès juif mondial et président de la Knesset (le parlement israélien) est un membre de l’establishment. Ses dénonciations sont d’autant plus importantes, surtout en France où la moindre critique envers la politique de l’État d’Israël se trouve toujours sous les foudres d’accusations d’antisémitisme. Mais ce livre est aussi un témoignage sur le « judaïsme », non limité à ses dimensions religieuses, un dialogue entre un fils et la mémoire de son père, un livre de souvenirs. Continuer à lire … « Un prince claque la porte »

Refus de subordonner les droits à la souveraineté nationale

Les derniers livres d’Attac sont le fruit de compromis entre des positions plus ou moins radicales. « Parmi les questions soulevées, la complexité des rapports entre les peuples et les nations, le rapport entre la citoyenneté et les nationalités, le rôle de l’État et l’intérêt du cadre national pour l’avancée des luttes sociales, le rapport entre souveraineté nationale et souveraineté populaire dans le cadre de la mondialisation capitaliste. »

Cette démarche permet de présenter des réponses immédiates capables de rassembler, sans trancher sur d’autres problématiques dont les réponses ne peuvent être aujourd’hui qu’idéologiques et à faibles portées pratiques.

Comme le rappelle Gustave Massiah dans sa préface « Le critère d’appréciation d’une politique c’est celui de l’extension de la mise en œuvre des droits » tout en soulignant la subordination du droit international au droit des affaires.

Après un rappel de ce qu’est l’immigration : situation mondiale (200 millions de personnes en 2005 soit 3% de la population mondiale), place grandissante des femmes, état plus précis de l’immigration en France, les auteur-e-s analysent les dimensions permanentes des migrations dans l’histoire de l’humanité et ses spécificités contemporaines.

Les rejets des migrants dans l’Europe forteresse sont mis en regard d’interrogations et d’analyses sur la mondialisation, les concepts d’identité et de culture, les discriminations…

ATTAC prend parti pour la liberté d’installation, la liberté d’aller et venir et une citoyenneté ouverte (de résidence). De nombreuses propositions et revendications illustrent cette partie de l’ouvrage.

Le livre se termine par une lettre du président de la République de Bolivie au sujet de la directive européenne du retour, et une courte présentation des nouveaux mouvements pour la coordination des sans-papiers.

Un bon support pour l’animation de débats.

 ATTAC : Pour une politique ouverte de l’immigration

Editions Syllepse, Paris 2009, 117 pages, 7 euros

 Didier Epsztajn

Multipolarité et convergence

Cette publication rend compte des débats qui ont animé les ateliers Sociologie lors du quatrième congrès organisé en 2004 par la revue Actuel Marx.

Pour les auteurs, « la multipolarité de l’archipel salarial, les clivages culturels si profonds entre professions intellectuelles et salariat d’exécution (ouvriers, employés, voire techniciens), entre modes de vie rend beaucoup plus compliquée la convergence des luttes anticapitalistes. D’autant plus que le grand espoir du XXe siècle (l’avènement d’une société socialiste), s’il ressurgit aujourd’hui sous d’autres formes à travers les mobilisations contre le néolibéralisme, a subi une terrible désillusion. »

La première partie « Approches transversales » interroge la notion de luttes de classes en regard des modifications sociologiques et culturelles des trente dernières années (articles de Jean Lojkine, Gérard Mauger, Pierre Cours–Salies, Stéphane Rozès et Michel Vakaloulis).

La seconde partie du livre est centrée sur la « Transformation du travail et conflits sociaux » (René Mouriaux, Stéphen Bouquin sur la visibilité et l’invisibilité des luttes, Armando Fernandez Steinko sur les employés espagnols de la nouvelle économie) Eveline Perrin décripte la notion de précariat et Philippe Coulangeon revient sur les intermittents du spectacle et la flexibilité.

La troisième partie de l’ouvrage traite des luttes enseignantes et de leurs rapports à la reproduction sociale (Jean-Pierre Terrail, Stéphane Bonnéry, Christian Laval, Bernard Geay).

La mondialisation des luttes est l’objet de la dernière partie : Recomposition de la classe ouvrière aux USA (Marianne Debouzy), analyse des rapports sociaux sexués (Hélène Hirata), le Chili et naturalisation libérale (Maria Emilia Tijoux). Le recueil se termine par une analyse rare de la société indienne (Gérard Heuzé), je n’ai malheureusement pas les compétences pour en juger la pertinence.

La quatrième de couverture ne rend pas compte de la richesse des questions soulevées. Les auteur-e-s rompent avec la vulgate se réclamant du marxisme, sans se réfugier dans les classifications mythologiques autour des classes moyennes.

Analyser les obstacles aux mobilisations, à leurs jonctions, appréhender les effets déstructurant des modifications sociales, ne pas se laisser aveugler par les « faits » mais prendre en compte les évolutions contradictoires, les échanges, nécessairement collectifs et pluriels comme dans cet ouvrage, concourent à notre réflexion.

Sous la direction de Jean Lojkine, Pierre Cours-Salies et Michel Vakaloulis

Actuel Marx Confrontation Editions PUF, Paris 2006, 292 pages, 25 euros

Didier Epsztajn

Identité kanak(e) et destin commun

Ce livre est présenté sous forme d’entretiens autour de plusieurs grands sujets. La première partie est plus autobiographique et revient sur la prise de conscience, les études et l’accès à la direction du FNLKS (Front de libération nationale kanak socialiste) de l’auteur membre du Palika (Parti de libération kanak se réclamant du socialisme et du marxisme) et président de la province nord. Continuer à lire … « Identité kanak(e) et destin commun »

Démontage de mécano

« La finance ressuscite à intervalles réguliers le rêve de vaincre sa pesanteur à elle : gagner plus à risque constant, ou risquer moins à rentabilité égale. »

Le propos de l’auteur est centré sur la crise financière et la nécessaire confrontation à la technique « la critique radicale est d’emblée préjugée illégitime quand bien même les événements ne cessent de lui donner raison. Surmonter cet obstacle exige de l’analyse critique qu’elle ne le cède en rien dans la technicité, alors que ce registre menace de l’éloigner de ceux à qui elle voudrait s’adresser en priorité. »

Et cet usage de la technique prépare son propre dépassement et « n’est pas autre chose que le prix à payer pour mieux accéder à un discours politique. »

Avec brio et humour féroce, Frédéric Lordon analyse en détail les mécanismes et les ingrédients de l’aveuglement de « la concurrence et la cupidité », le « fléau de l’innovation financière », « les effets catalytiques du moment de vérité » sans oublier « L’État, sauveteur pris en otage ».

Un par un, l’auteur démonte les mécanos financiers, décrypte les produits élaborés par les rapaces modernes, montre l’insanité de la titrisation itérative comme parade clownesque au risque et facteur principal de sa généralisation, les fausses promesses des dérivés de crédit, le mensonge collectif sur liquidité permanente, le crédit aux ménages comme drogue dure occultant la baisse de la part des salaires dans le partage des richesses, etc.

A juste titre, l’auteur en déduit qu’il faut « tout changer !»

Les propositions avancées en fin d’ouvrage me semblent plus discutables. Sans nier leur pertinence, il me semble que les réponses devraient être articulées aux propositions sociales et politiques qui tentent de répondre à la crise systémique du mode de production capitaliste.

Quoiqu’il en soit, le livre de Frédéric Lordon est une œuvre salutaire et plus que nécessaire pour comprendre les mécanismes de la pagaille actuelle. Loin des discours convenus, avec une grande pédagogie, l’auteur nous permet d’accéder au concret derrière les brumes, les fantasmes et le délabrement de la pensée néolibérale.

« La déréglementation financière du milieu des années 1980 restera au total comme un cas d’école de l’ignorance crasse des enseignements de l’histoire et de la théorie économique la plus éclairée. »

Frédéric Lordon : Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières

Raisons d’agir, Paris 2008, 220 pages, 10 euros

Deux chapitres sur le site de ContreTemps : http://www.contretemps.eu/lectures/telecharger-deux-chapitres-livre-frederic-lordon

Didier Epsztajn

Shmiel et ses filles

A travers le monde, une quête de savoir, la recherche de lieux, de temps, des comments et des moments de la mort de Shmiel, sa femme et ses filles, détruits comme des millions juifs par les nazis. Un puzzle, voyage improbable de continents en pays, itinéraires vertigineux en forme de roman policier.

Quelques centaines de pages, pour reconstruire les derniers instants de disparu-e-s.

Une immersion dans l’histoire, pour que l’oubli ne submerge pas insensiblement les histoires.

Daniel Mendelsohn : Les disparus

Traduit de l’américain

Réédition J’ai Lu, Paris 2009, 930 pages, 10,40 euros

Didier Epsztajn

Nature particulière de ces chiffres tatoués sur le bras

Il faut lire et relire les documents et les témoignages sur les camps d’extermination nazis pour la mémoire et la dignité de celles et ceux qui disparurent dans cette terrible œuvre humaine. « Le camp était conçu de telle façon que sa violence semblait l’œuvre de détenus eux-mêmes. »

Je me souviens qu’enfant je ne pouvais comprendre la nature particulière de ces chiffres tatoués sur le bras d’une cousine. Plus tard, ces traces furent un des ciments de l’engagement à transformer le monde pour au moins essayer de ne pas en être une victime innocente…

Lire et relire pour énoncer ce qui fut trop longtemps l’indicible, pour essayer d’approcher ces réalités, en comprendre des causalités, pour démonter les mécanismes de l’obscurité de la raison.

Il est et sera nécessaire d’éclairer les similitudes et les différences avec d’autres événements tout en insistant sur le caractère irréductible des uns aux autres.

Et il faudra aussi poursuivre ce travail de mémoire sur d’autres génocides, sur les camps staliniens, sur les crimes de la colonisation, sur les crimes de guerre et sur les indifférences. Car tout ce qui est humain ne peut nous être étranger sauf à ne jamais trouver/créer de chemins réellement ouverts vers l’émancipation.

Le livre de Charles Liblau nous parle d’Auschwitz avec la volonté de comprendre comment des hommes sont amenés à devenir kapos, auxiliaires de l’organisation quotidienne de l’annihilissement d’autres êtres humains et particulièrement de la destruction des juifs d’Europe. Un regard d’un humanisme rare, de colère mais sans aveuglement, l’auteur explore par des mots très simples les vilenies de ses contemporains.

Le camarade Berger, stalinien du parti communiste polonais, Émile voleur professionnel, le moins ignoble de tous, Ignatz ancien dirigeant régional du parti communiste allemand, Franz et Kurt nazis convaincus et enfin Ringo tzigane engagé volontaire dans l’armée du troisième Reich sont décrits comme autant de dérives possibles dans un monde de haine et de survie très aléatoire. Qu’ils soient coupables, sans circonstance atténuante, ne fait aucun doute, mais reste à comprendre ce qui fait basculer des hommes dans ces actions de complicité avec les destructions d’autres êtres humains.

« L’étrange existence au camp, son atmosphère unique se situant entre l’hallucination et la réalité, donnait naissance à des idées et une pratique que nul esprit normal ne saurait comprendre. »

Dans cette zone grise (si bien décrite dans la belle introduction d’Enzo Traverso) « l’univers dans lequel les prisonniers se sentaient précipités était non seulement effrayant mais aussi indéchiffrable » des hommes ordinaires se sont comportés de manière impensable.

Une courte postface, souvenirs sur sa mère et ce yiddishland aujourd’hui rayé de la carte, conclue ce livre bouleversant.

Qui peut aujourd’hui dire de quel coté sa bascule aurait éventuellement penchée, quels actes auraient été plus ou moins assumés, quelles justifications auraient été argumentées, quelles complicités auraient été développées par inclinaison, par stupidité ou par idéologie.

Ce regard humain, incliné vers la mémoire et la recherche des faces ignobles de l’humanité, c’est aussi un peu notre regard tourné vers les autres et vers nous même. Merci monsieur Liblau pour cet espace de réflexion.

Charles Liblau : Les kapos d’Auschwitz

Editions Syllepse, Paris 2005, 160 pages, 17 euros

Didier Epsztajn

Parcours subjectif iconographique

Jacques Le Goff souligne en début d’ouvrage, qu’il n’est pas un historien de l’art. Ces choix iconographiques et ses commentaires sont « ceux d’un historien et d’un touriste éclairé par sa connaissance du Moyen Age et qui exprime ses impressions ses réactions face à une collection d’images nées de la rencontre d’un tour de longue durée d’une quarantaine d’années dans un aussi grands nombres de lieux possibles (villes, monuments, musées) à la recherche du Moyen Age conservé et vivant dans le présent et au hasard de la documentation visuelle que j’ai pu y acquérir, essentiellement des cartes postales. » Continuer à lire … « Parcours subjectif iconographique »

Notions de Finance

Pour celles et ceux qui veulent approfondir les débats autour de la finance dans la nouvelle période du capitalisme, je signale la parution d’un ouvrage collectif chez Actuel Marx.

Les contributions traitent particulièrement de :

  • la spécificité de l’apport de Marx par rapport aux autres penseurs de l’économie (Ricardo, Keynesn, etc.),
  • des notions de capital porteur d’intérêts, de capital fictif, de « force impersonnelle tournée exclusivement vers son autovalorisation et son autoreproduction »
  • des contradictions internes des classes dominantes et leur coopération face aux luttes populaires, de la théorie de l’Etat et ses articulations aux structures de classe,
  • de la financiarisation comme mode de répartition adéquat aux nouvelles conditions de reproduction du capital.

Des débats et des outils pour comprendre comment l’argent semble rapporter de l’argent « comme un poirier porte des poires » selon la plaisanterie de Marx.

Suzanne de BRUNOFF, François CHESNAIS, Gérard DUMENIL, Dominique LEVY et Michel HUSSON : La finance capitaliste

Collection Actuel Marx Confrontation, PUF 2006, 255 pages 25 euros

Didier Epsztajn

Compléments inversés de la mémoire

Peter Esterhazy avait publié un roman à la mémoire de son père Matyas. Mais la réalité n’offre pas de stabilité sans rebondissement, sans espace où le vrai devient faux. Inimaginable banalité grise des existences.

1989, chute du mur de Berlin et délitement des régimes du communisme réellement existant, puis une autre époque. Le dévoilement de l’histoire, l’ombre étendue des polices, la réalité sordide éclairent d’une lumière inattendue les projections de la veille.

En ouvrant un dossier, l’auteur reconnaît l’écriture de son père. Il faut recomposer, enrichir la mémoire, vêtir l’être aimé d’une nouvelle dimension : agent de la police secrète du régime.

« Revu et corrigé » intègre des extraits du dossier du père, formant une espèce de journal immergé dans le mensonge et la détresse. Une œuvre littéraire d’une grande puissance, un roman au présent des déchirures, des incertitudes et une méditation sur la liberté.

Peter Esterhazy : Revu et corrigé

Traduit du Hongrois

Editions Gallimard, Paris 2005, 400 pages, 26,50 euros

Didier Epsztajn

Du coté des revues n°3

Le dossier de la revue « Les mondes du Travail »  sur des territoires peu explorés « Splendeur et misères du travail associatif » analyse et interroge l’intérêt général, l’utilité sociale, le bénévolat, le service aux familles, les usages politiques du volontariat en France et aux Etats-Unis.

Cette thématique est complétée entre autres d’un article de Danièle Linhart sur « L’ambigüité de Mai 68 ».

La dernière livraison de ContreTemps contient un très riche dossier sur le capitalisme, les crises et le développement. Comme l’indiquent les coordinateurs (Cédric Durand et Vincent Gay), dans leur introduction : « L’objectif du présent dossier de Contretemps est de proposer une multiplicité d’approches des problèmes de la croissance et du développement économique. Les contributions réunies ne forment pas à priori une cohérence d’ensemble. Elles partagent cependant une vision émancipatrice des rapports sociaux des êtres humains entre eux et vis-à-vis de la biosphère. La diversité des points de vue proposés permet de poser une série de jalons qui esquissent l’espace des possibles d’une construction «économico-politique non capitaliste. »

Le dossier est complété entre autres d’un texte de Sonia Dayan-Herzbrun sur l’autonomie des femmes en pays d’Islam.

Les mondes du Travail

Numéro 5, janvier 2008, Amiens, 125 pages, 10 euros

ContreTemps n° 21 : Capitalisme, crises et développement

Textuel, Paris 2008, 190 pages, 19 euros

Didier Epsztajn

Transgression de barrières disciplinaires

Après un volume qui présentait des « Approches dissidentes » (PUF 2005) dont celles d’Ernst Bloch, Antonio Gramsci, Lucien Goldmann et Pierre Bourdieu, les auteurs récidivent en nous présentant une liste d’auteurs « inévitablement arbitraire » pour modestement « introduire un peu de jeu, dans tous les sens du mot, dans ce vénérable champ disciplinaire, en y jetant quelques graines d’insolite. »

Pour les lectrices et lecteurs curieux de sociologie des religions, du tarentisme, du culte des Zar, de mante religieuse ou plus simplement d’éclairage insolites, le parcours sera riche de découvertes sur des auteurs aussi variés que W.E.B. Dubois, Walter Benjamin, Erich Fromm, Michel Leiris, Roger Callois, Lydia Cabrera, Ernesto De Martino, E. P. Thompson ou Eric Hobsbawm.

Certains d’entre eux, comme Erich Fromm, E. P. Thompson ou Eric Hobsbawm, ont réfléchi sur la religion dans une perspective explicitement anticapitaliste. C’est aussi le cas de l’inclassable Walter Benjamin dans son fragment de 1921 « Le capitalisme comme religion ».

J’ai revisité avec grand plaisir, l’analyse du « processus de sécularisation de l’œuvre d’art, dont les grands traits sont : a) l’art comme instrument des cultes et rituels magiques ; b) l’art au service des cultes et rituels religieux ; c) sécularisation partielle dans le culte du beau (de la Renaissance au XIXe siècle), qui à travers l’aura des œuvres d’art, garde un lien avec le cultuel et le rituel ; d) sécularisation radicale, par les techniques de reproduction mécanique. »

A la découverte de Lydia Cabrera (A la découverte des religions afro-cubaines) et d’Ernesto De Martino (Magie, fascination et crise de la présence), j’ai aussi particulièrement apprécié « Le blues du sociologue noir américain » sur W.E.B. Dubois ; « Eric Fromm, des frères Weber à Marx et Freud » ; « Eric Hobsbawm, sociologue du millénarisme paysan » et « Le sacré incandescent » sur Michel Leiris.

En mécréant, je tiens à citer un autre passage sur Walter Benjamin « le concept de révolution, suggère Benjamin, est une sécularisation de l’interruption messianique du cours de l’histoire, et celui du prolétariat comme  »classe rédemptrice », une sécularisation du Messie lui-même. Ce type de sécularisation garde encore la force explosive et apocalyptique du messianisme, ce qui fait, aux yeux de Benjamin, sa valeur. »

Regarder du coté du sacré, excédant le religieux, c’est aussi ouvrir de nouvelles fenêtres dans la compréhension critique du monde, sur la pensée et l’espérance.

Erwan Dianteill et Michael Löwy : Sociologies et religion, Approches insolites

PUF, Paris 2009, 175 pages, 29 euros

Didier Epsztajn

Irréductible à sa lettre

Commençons par un pas de travers, du coté de chez Swann et l’énigmatique dernière phrase « Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas genre ! »

« Le Capital est construit comme « La recherche du temps perdu » » et Daniel Bensaïd indique « Chez Proust, on part de la madeleine. On la croque, il en sort tout un monde : le coté de Méséglise et le coté de Guermantes, et tout un système de valeurs apparaît. Marx part de la marchandise, de ce qu’on a sous la main de plus banal, une table, un crayon, une paire de lunettes. On l’ouvre, et il en sort le travail abstrait et le travail concret, la valeur d’usage et la valeur d’échange, le capital constant et le capital variable, le capital fixe et le capital circulant… Tout un monde, là aussi   Et, au bout de la recherche ou de la critique, la boucle est bouclée. Dans Le temps retrouvé, le coté de chez Swann et celui de Guermantes finissent par se rejoindre. Dans le procès de la reproduction d’ensemble, on retrouve le Capital en chair et en os, comme grand sujet vivant de la tragédie moderne. » Continuer à lire … « Irréductible à sa lettre »

Violences, clichés et domination masculine

Dans ce petit livre très clair est abordé l’ensemble des problématiques et des débats actuels autour de la prostitution : marchandisation des corps, traite, tourisme sexuel, rapport de domination, violences, abolitionnisme et réglementation, etc.

Les auteur-e-s nous rappellent « que le système de la prostitution n’est pas seulement fondé sur les inégalités entre hommes et femmes. Il est aussi structuré par les inégalités entre catégories sociales et par les inégalités d’origine ethnique. »

La place des clients de prostitué-e-s n’est pas contournée et l’expérience de la Suède (criminalisation des clients) est valorisée sans pour autant clore le nécessaire débat.

Un chapitre « ni métier, ni offre de service » très argumenté, polémique sur les thèses hasardeuses d’un lien entre le combat des féministes pour la maitrise du corps, de la contraception et de la sexualité et le droit de se prostituer.

Les nouvelles réglementations et leurs conséquences sont aussi analysées, sans oublier les remises en cause des clichés liant prostitution et désirs irrépressibles ou la misère sexuelle des hommes.

Parmi de nombreuses mesures proposées, les auteur-e-s soulignent la nécessité de supprimer de toutes les lois tendant à pénaliser, voir à criminaliser les prostituées.

Une lecture très abordable à compléter éventuellement par « La condition prostituée » (Lilian Mathieu, Textuel 2007) ; « La mondialisation des industries du sexe » (Richard Poulin Imago 2005) et le numéro d’Alternatives Sud (Centre tricontinental et Éditions Syllepse 2005).

ATTAC : Mondialisation de la prostitution, atteinte globale à la dignité humaine

Mille et une nuits, Paris 2008, 111 pages, 3 euros

Didier Epsztajn

Diversité et tendances de fond

Ce numéro d’Alternatives Sud offre un large panorama des mouvements sociaux dans les pays dits du sud.

Il rassemble trente trois contributions portant sur les réalités nationales et régionales d’Amérique latine, d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et du Moyen-Orient et d’Asie. Les différent-e-s auteur-e-s, engagé-e-s mais lucides, décrivent les dynamiques parfois contradictoires des luttes. La vague de démocratisation commencé dans les années 80 se poursuit mais se heurte aux intérêts des classes possédantes dans un contexte marqué par la lutte contre le terrorisme orchestré par les USA.

Comme l’indique François POLET, dans son introduction « Les mouvements sociaux sont révélateurs des tensions et des aspirations qui travaillent des sociétés dont les asymétries internes historiques, produit de leur trajectoire précoloniale, coloniale puis postcoloniale, sont exacerbées par les politiques économiques qui prévalent depuis une trentaine d’année ».

Une lecture utile pour connaitre le concret des résistances, des avancées et des difficultés dans des pays pas toujours à la pointe de l’actualité. La mondialisation capitaliste déplace et remodèle les exploitations et les oppressions. Le nouveau cycle de résistance des peuples pose une fois de plus la question d’un autre monde possible et souhaitable. Et pour certain-e-s, il y a urgence.

Reste que le terme même de « mouvements sociaux » est peu défini et ne permet pas toujours de comprendre les rapports d’exploitation (de classe) ou de domination (genre, nationalité, caste, etc.) ni quels groupes sociaux sont acteurs dans les mobilisations décrites.

Alternatives Sud : État des résistances dans le sud 2008

Editions SYLLEPSE, Louvain-la-Neuve 2007, 240 pages, 18 Euros

Didier Epsztajn

Qu’ils s’en aillent tous !

Le livre de Guillermo Almeyra débute par une présentation des modifications induites par la mondialisation (état, dette extérieure, chômage, nationalisme, religiosité, relations entre groupes sociaux). Les processus en Argentine sont donc mis en relation avec les formes actuelles d’organisation économiques, sociales et politiques.

Au centre de la démarche, des réflexions approfondies, sur l’autogestion, l’autonomie des mouvements sociaux, la construction des sujets et l’auto-organisation, permettent à l’auteur de nous présenter une histoire non linéaire, des pistes pour comprendre les succès, les carences des avancées sociales et politiques.

Les luttes en argentine sont confrontées avec les expériences équatorienne, bolivienne, zapatiste ou du MST du Brésil et aussi à d’autres expériences plus anciennes comme celles de l’Algérie de Ben Bella ou de la Pologne de Solidarnosc.

Des discutions sont ouvertes avec Holloway et le sous-commandant Marcos sur le pouvoir, avec Gramsci sur l’hégémonie.

Les acteurs et leurs modes d’organisation, (piqueteros, cartoneros, associations de voisins, femmes agricultrices, etc.) les émergences de nouvelles sociabilités sont scrutées sans cacher des tendances régressives qui peuvent s’y mêler (mysticisme, violence…).

L’auteur insiste particulièrement sur les expériences de remises en route d’usines : les ouvriers sans patrons « Occuper, résister, produire » et analyse la portée et les limites du mot d’ordre « Qu’ils s’en aillent tous ! ».

Une lecture stimulante mêlant histoire, analyses et réflexions dans la recherche d’une sortie émancipatrice à la catastrophe qui frappe le sous-continent.

Cette lecture peut être complétée par l’ouvrage de Hugo Moreno paru en 2005 « Le désastre argentin – Péronisme, politique et violence sociale (1930-2001) chez le même éditeur et par celui de François Chesnais et Jean Philippe Divès « Que se vayan todos ! – Le peuple d’Argentine se soulève » chez Nautilus (2002).

Guillermo ALMEYRA : Rébellions d’Argentine, Tiers état, luttes sociales et autogestion

Editions Syllepse, Paris 2006, 254 pages,  22 euros

Didier Epsztajn