Archives de Catégorie: Ecole/Education/Mouvements étudiants

Les violences sexuelles et sexistes ne sont pas anodines ou inévitables 

Présentation générale et sommaire : vade-mecum-sur-le-harcelement-sexuel-dans-lenseignement-superieur-et-la-recherche-edition-2017/

Une brochure nécessaire pour comprendre et agir, ici dans l’enseignement supérieur.

« Selon une enquête IFOP-Défenseur des Droits réalisée en 2014, une femme active sur 5 entre 18 et 64 ans a été personnellement confrontée au harcèlement sexuel dans sa vie professionnelle. Concernant les établissements d’enseigne- ment supérieur et de recherche, les témoignages recueillis par les associations (AVFT, CLASCHES ou associations de lutte contre le bizutage) démontrent depuis plusieurs années qu’il y existe, comme ailleurs, des comportements déplacés, discriminatoires, voire violents, qui nuisent à l’intégrité des personnes et au déroulement de leurs études ou de leur carrière. Nous disposons également depuis novembre 2016 des premiers résultats de l’enquête VIRAGE concernant les violences sexuelles (voir chapitre 2). Lire la suite

Vade-mecum sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche – édition 2017

L’édition 2017 du Vade-mecum à l’usage des établissement sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche est disponible. Fruit d’un travail collectif réalisé depuis septembre 2016 par l’ANEF et la CPED, il poursuit l’entreprise engagée en novembre 2014 par les trois associations ANEFCLASCHES et CPED, pour la première édition. Les illustrations sont issues du Projet Crocodiles ou de l’album éponyme de Thomas Mathieu et la mise en page a été réalisée par l’atelier Formes Vives. Il est consultable en libre accès sur le site de chacune des associations et sur le site du ministère et ici. Lire la suite

Lettre ouverte sur les consultations récentes sur les violences sexuelles

Le 6 avril 2017

Nous formons des groupes et des associations qui défendent les droits étudiants et les personnes survivantes à travers le Québec. Nous reconnaissons que le problème de la violence sexuelle et la culture du viol nous affecte tous et toutes, et que des changements significatifs doivent être faits dans nos institutions scolaires, et dans la société en général, pour agir en amont et en aval contre ces violences et ainsi créer des espaces plus sécuritaires. Lire la suite

Participer à la construction de la curiosité intellectuelle et de l’autonomie

Une précision nécessaire. Il s’agit certes d’un ouvrage présentant des analyses sur un programme d’histoire au/du Québec et du Canada. Cependant, les auteur-e-s abordent à la fois l’histoire comme science, les problèmes généraux de son enseignement et son utilité citoyenne. Et même dans les parties plus spécifiquement consacrées au Québec, chacun-e pourra trouver des analyses, des mises en perspective, des critiques et des propositions qui forment sens ici aussi de l’autre coté de l’Atlantique.

Une maison d’édition, dans une collection nommée Mobilisations, publie un livre interrogeant l’histoire et son enseignement, est un fait peu commun et une invitation pour d’autres éditeurs/éditrices… Lire la suite

Introduction de Marc-André Éthier et David Lefrançois à l’ouvrage collectif : Quel sens pour l’histoire ?

Avec l’aimable autorisation de M éditeur

L’histoire en général, l’histoire moderne en particulier ne portent-elles pas en elles-mêmes leur justification? Elles la trouvent aisément dans leur utilité nationale. […] L’historien doit travailler à la gloire, à la grandeur, à l’expansion de son pays. […] Que l’histoire serve : nul ne s’avisera de la trouver inutile. Eh bien non. S’il fallait acheter à ce prix le droit moral de faire de l’histoire, je le dis bien haut – j’y renoncerais. […] L’histoire qui sert, c’est une histoire serve. – Lucien Febvre (1919)

Ce qu’il faut développer, c’est la critique, la vérification des faits, l’indépendance de pensée, une compréhension personnelle du présent et de l’avenir, l’indépendance de caractère, le sentiment de la responsabilité, la lucidité envers soi-même comme envers ce que l’on fait. – Léon Trotski (1923)

L’enseignement de l’histoire à l’école publique sème la controverse depuis plus de cent ans un peu partout dans le monde. Le Québec ne fait pas exception à cette règle. C’est encore aujourd’hui un sujet délicat, ici aussi, comme en témoigne l’accueil houleux réservé aux deux plus récentes moutures du programme d’étude de l’histoire du Québec et du Canada au deuxième cycle du secondaire. Lire la suite

FN et Ecole : Les 100 propositions du « Collectif Racine »


fn_et_ecoleLe 22 septembre dernier le collectif enseignant du Rassemblement Bleu Marine, lié au Front National, aidé du collectif étudiant Marianne membre du même rassemblement, a organisé sa « convention présidentielle de Marine Le Pen ». Cette dernière y était présente et a pu assister à ses travaux qui visaient à présenter une centaine de propositions du collectif Racine au titre de contribution au futur programme présidentiel de la leader frontiste dans le domaine de l’Ecole. L’objet de cet article est de présenter de manière critique le travail du collectif Racine et de poursuivre l’examen de l’évolution de la principale formation politique de l’extrême-droite européenne sur la question scolaire quelques mois avant l’échéance décisive des Présidentielles de 2017, ceci alors que depuis 2011 le vote pour le FN de Marine Le Pen est en constante progression au sein du monde enseignant même s’il reste très minoritaire. Pour mener cette critique, nous nous appuierons sur le texte des 100 propositions mais aussi sur les discours prononcés lors de la Convention par Marine Le Pen, Floriant Philippot, Alain Avello (président du collectif Racine) et les autres animateurs du Collectif que l’on peut retrouver dans la lettre n°11 du Collectif publié fin septembre 2016. Cependant, nous pouvons d’ores et déjà présenter le cœur de cette critique : ayant rompu dans le discours avec une opposition systématique à l’école de la République défendue par le FN de Jean-Marie Le Pen, celui de sa fille reprend à son compte le discours « réac-publicain » (voir l’ouvrage de Grégory Chambat « L’école des réac-publicains », Libertalia, 2016), développant une « nostalgie républicaine » (François Dubet) appuyé sur une lecture imaginaire et fantasmé de l’histoire de l’Ecole en France depuis 1945. Mais cette nostalgie fantasmatique lui permet d’avoir enfin prise sur une profession en crise du fait des contradictions non résolues du processus de démocratisation de l’école de la République.
Lire la suite

Rapports sociaux de sexe inégalitaires et transmissions implicites

Deux remarques pour débuter.

avis_egalite_entre_sexes_milieu-scolaireLes auteures utilisent souvent le terme, qui me semble inadéquat de stéréotype, tout en signalant qu’il masque, recouvre, occulte les rapports sociaux, « Cette notion, généralement présentée comme une idée fausse qui interfère dans notre capacité à choisir librement, remplace et vide de son contenu celle d’inégalités sociales. L’usage de la notion de stéréotype a en effet pour finalité le libre choix individuel et non la disparition des inégalités de sexe, qui sont pourtant une des sources importantes de la limitation des choix possibles. Il s’accompagne aussi de la symétrisation des catégories de sexe, qui consiste à affirmer que les stéréotypes affectent également tous les individus, filles ou garçons, ce qui nie la hiérarchie entre les sexes que contribuent à reproduire les stéréotypes ou les représentations inégalitaires ».

Elles mettent en avant le curriculum caché, c’est-à-dire « Ensemble d’expériences qui, sous forme d’interactions et de transmissions implicites, consolident et maintiennent les rapports sociaux de sexe inégalitaires invisibilisés dans le curriculum officiel ». Le caché, l’invisibilisation, la naturalisation, l’essentialisation, l’« évidence » de la « différence des sexes », les ritournelles… Lire la suite