Archives de Catégorie: Ecologie

Climat : Trump joue son va-tout national-populiste. What did you expect ?

Les Etats-Unis dénoncent l’accord de Paris sur le climat, annulent toutes les mesures décidées par les Etats-Unis en application de cet accord et se retirent du Fonds Vert pour le Climat. Telles sont les décisions majeures que Donald Trump a finalement annoncées, jeudi 1er juin 2017, après un long suspense.

Ces décisions sont dans le droit-fil des promesses que le nouveau Président avait faites durant sa campagne électorale. Au cours des derniers mois, certains observateurs avaient voulu croire que Trump ferait entendre une autre musique, mais il n’en a rien été. Au contraire, l’allocution qu’il a prononcée dans le Jardin des Roses de la Maison-Blanche dégoulinait d’une inquiétante démagogie nationaliste et populiste. What did you expect ? comme dit la publicité… Lire la suite

Pistes pour un écoféminisme anti-système

L’écoféminisme est assez peu connu dans les pays francophones. La littérature existante se concentre pratiquement exclusivement sur l’écoféminisme spiritualiste. Ce courant est la plupart du temps considéré avec méfiance, y compris par les milieux écologistes radicaux qui y voient un retour mystique à la terre. Certain·e·s d’entre elles·eux critiquent en particulier l’idée « essentialiste » d’une partie de ce mouvement qui considère que le simple fait d’être une femme implique une relation différente à la nature.

Nous avons décidé d’en discuter avec Yayo Herrero, professeure à l’Université Nationale d’Education à distance de Madrid et co-coordinatrice des Ecologistes en Action (Espagne). Lire la suite

Ecoféminisme : pour un autre monde possible

Un échange riche est nécessaire entre l’écologie et le féminisme 

Entretien avec Alicia Puleo

Alicia Puleo García est doctoresse en Philosophie à l’Université Complutense de Madrid, Professeure de l’Université de Philosophie Morale et Membre du Conseil de la Chaire d’Etudes de Genre de l’Université de Valladolid. Elle a publié récemment « Eco-féminisme pour un autre monde possible », Madrid, Cátedra, 2011.

En quoi consiste l’éco-féminisme ? 

Je le comprends comme la rencontre entre la conscience féministe, écologiste, pacifiste et animaliste dans un XXIe siècle où il devient indispensable de revoir notre compréhension de la place de l’humanité sur notre terre. L’écoféminisme n’est pas seulement la conservation des espèces en voie de disparition. L’éco-féminisme allie la préoccupation pour la justice envers les humains à l’écologie sociale. Je dois, toutefois, souligner que je réponds à la question depuis ma proposition éco-féministe. Mais il y a différentes manières de penser l’écoféminisme, certaines, par exemple, ne s’intéressent pas au sujet de l’« Autre animal ». Lire la suite

L’action politique à l’ère du terminable. Entre temps sociaux et temps historiques

Avec l’aimable autorisation de la revue ContreTemps

« Deux temps historiques, inconciliables, s’affrontaient dans cette lutte sans trêve possible, qui opposait l’homme des totems à l’homme de la théologie. Car, tout d’un coup, l’archipel en litige était devenu un archipel théologique. Les îles changeaient d’identité, s’intégraient dans le mystère. (…). Faisant un bond de milliers d’années, cette mer Méditerranée devenait l’héritière de l’autre Méditerranée, et recevait avec le blé et le latin, le vin et la vulgate, l’imposition des signes chrétiens. Les Caraïbes n’atteindraient jamais l’Empire des Mayas ; ils seraient arrêtés, race frustrée et blessée à mort, au meilleur moment de leur tenace effort séculaire. Et de leur grande migration manquée, qui avait débuté peut-être sur la rive gauche du fleuve des Amazones, quand la chronologie des autres indiquait un XIIIe siècle qui ne l’était que pour eux, il restait seulement sur les plages et les rivages la réalité des pétroglyphes caraïbes, jalons d’une épopée jamais écrite, avec ses êtres dessinés, encastrés dans la pierre, sous de fiers emblèmes solaires »1.

Des trajectoires historiques, inconnues l’une à l’autre, se sont rencontrées sous le signe d’un Nouveau Monde il y a désormais six siècles. L’une des accélérations rythmiques trouvées par ce temps devenu commun est donnée par la Révolution française aux couleurs vivement dépeintes dans cet ouvrage d’Alejo Carpentier. L’inconciliabilité des temps historiques s’est fondue dans une nouvelle histoire mondiale, celle où la nouveauté peut surgir toujours et partout, imprévisibilité des passions politiques des peuples2. Un temps historique, venu de la dynamique du capitalisme, semble avoir unifié l’histoire de l’humanité, créé un seul univers mental, tendu les esprits et les actions vers l’accumulation comme seul mode d’existence. Il est une part de vérité dans cette affirmation. Mais la fusion des temps historiques, battant aux rythmes de l’accumulation économique et de la possibilité du changement politique, n’a pas abattu les murs entre temps sociaux. L’inconciliabilité de ces temps – en tant que représentations du temps – qui rythment tel ou tel groupe, telle force sociale dominante ou dominée, et cette pluralité des rapports aux actions menées n’ont pas disparu. Elles conservent une prégnance sensible dans l’espace comme dans le temps3. Lire la suite

Un million d’emplois pour le climat

L’urgence climatique est là !

1-million-emplois-pour-le-climat-1-1

Malgré les inquiétants signaux politiques actuels suite à l’élection de Donald Trump aux Etats- Unis, les données scientifiques sont sans faille : la question n’est plus s’il faut se lancer dans le chantier de la transition écologique mais comment et à quelle vitesse. En France, la transition écologique est enclenchée et il est maintenant urgent de débattre collectivement sur comment l’accélérer et la rendre plus juste et acceptable.
Lire la suite

COP 22, Contre le Sommet des fausses solutions : Pour un futur durable et équitable pour les peuples

Déclaration de Marrakech : Pour de réelles alternatives qui préservent les équilibres environnementaux et garantissent la justice climatique

(Marrakech, le 17 novembre 2016) Nous, organisations et mouvements sociaux progressistes et démocratiques, locales ou venant des divers continents, luttant contre toutes les formes de destruction de l’environnement, nous avons suivi de près la 22e session de la Conférence des Parties qui s’est tenue à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016, considérée par les organisateurs comme étant « une conférence de travail » ou encore « conférence pour l’agriculture ». Lire la suite

Levons le voile sur les vies brisées par les pesticides !

Tribune collective publiée par Le Monde

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la question de l’autosuffisance alimentaire se pose de façon aiguë : les leaders du monde libre, sous l’influence des dirigeants de l’industrie chimique, réclament aux paysans européens de passer rapidement à l’ère industrielle. Mis à genoux par six années de combat, le monde rural consent à cette industrialisation à tous crins. C’est ainsi que dès les années 1950, le recours massif aux pesticides de synthèse en agriculture devient une religion d’État. L’industrie chimique, née dans les tranchées de la Première guerre mondiale, y trouvera largement son compte. Lire la suite