Archives de Catégorie: Elements d'alternative

1948-2018 Contre vents et marées. Hier comme aujourd’hui : l’actualité d’un socialisme autogestionnaire

1948 fut l’année de « l’excommunication » des communistes yougoslaves par Staline. Pourquoi quelque soixante dix ans plus tard s’intéresser encore (ou à nouveau) à l’expérience socialiste autogestionnaire yougoslave1 ? Que pourrait-on y trouver pour répondre aux problèmes du capitalisme du XXIè siècle alors que l’ancienne fédération et système yougoslaves ont disparu dans la tourmente de dramatiques voire sanglants conflits ? Lire la suite

Publicités

Pour en finir avec le trou de la Sécu, repenser la protection sociale au XXIème siècle

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg et ancien élève de l’ENS de Sécurité sociale, Olivier Nobile expose l’institution dont la France peut être fière avec pédagogie et grande clarté, soutenu par Bernard Teper, co-animateur du réseau Education populaire. Les deux auteurs dénoncent les conséquences des politiques austéritaires (pauvreté, précarité, qui vont jusqu’au refus de soins d’assurés sociaux pour raison financière) et du développement des remboursements par des assurances et mutuelles privées. Bernard Téper encourage comme le disait Jaurès de « partir du réel pour aller vers l’idéal ». Dans cet ouvrage d’Olivier Nobile, les 260 pages réparties en 6 thèmes sont développées autour de : Lire la suite

« Un socialisme équitable et prospère en Amérique est peut-être plus proche que vous ne le pensez ! »

The Nation, l’hebdomadaire états-unien de gauche, a publié en février 2016 un article de Gar Alperovitz1 dont le titre ne manque pas d’étonner : « Un socialisme équitable et prospère en Amérique est peut-être plus proche que vous ne le pensez ! » Diable ! La gauche de l’Amérique états-unienne aurait-elle perdu la boule ? Selon leur humeur, certain-es lecteurs et lectrices francophones pourraient conclure du titre qu’il ne s’agit que de ratiocinations libertaires ou gauchistes ; d’autres n’y verront qu’illusions réformistes qu’il faut traiter par le mépris, voire dénoncer comme semant des illusions.

La lecture rapide d’un article pris isolément dans un large corpus peut évidemment conduire à reprocher à Gar Alperovitz une certaine vision gradualiste. Quand bien même ce serait le cas, et si bien entendu la stratégie du grignotage ne fait pas une révolution, la question reste la suivante : qu’est-ce qu’une stratégie révolutionnaire au 21e siècle ? Il faut bien tenter d’y répondre en ces temps quelque peu difficile pour l’horizon de l’émancipation. Curieusement, à un demi-siècle de distance, nous retrouvons en filigrane dans l’article de Gar Alperovitz la problématique exprimée en 1966 par André Gorz dans sa critique du néo-réformisme et du révolutionnarisme : Lire la suite

Planche de salut et laboratoire social

Il est minuit dans le siècle. Cherchant à échapper à la nasse qui se referme, les réfugiés affluent à Marseille, alors en zone « nono » où la botte nazie a, momentanément, délégué à son vassal maréchaliste le soin de faire régner son ordre. David Rousset synthétise la situation européenne du temps par une formule choc : « Auschwitz et Marseille sont alors les seules portes ouvertes de l’Europe1» Lire la suite

Préface de Ra-Sablga Seydou Ouedraogo à l’ouvrage de Thomas Sankara : La liberté contre le destin

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Jeudi 30  octobre 2014. Des marées de jeunes insurgés envahissent les rues des villes du Burkina Faso et ébranlent le pouvoir vieux d’un quart de siècle de Blaise Compaoré. Celui qui a, le jeudi 15 octobre 1987, mis tragiquement fin à l’expérience de la révolution burkinabè, devait abandonner, dans un scénario d’un drame loufoque, et sans pour autant obtenir le salut, le projet de révision de la Constitution, qui visait à lui permettre de poursuivre une troisième décennie au pouvoir et même entamer une quatrième. Lire la suite

Appel à participer à la VIe Rencontre internationale de « l’économie des travailleurs et des travailleuses » du 30 août au 2 septembre 2017

La VIe Rencontre internationale de « l’Économie des travailleurs et des travailleuses » aura lieu en Argentine du 30 août au 2 septembre 2017. L’ouverture se déroulera à l’hôtel Bauen, récupéré par ses travailleur-se-s, dans la ville de Buenos Aires, et se poursuivra dans les locaux de la coopérative Pigüé, usine de textiles récupérée située dans l’intérieur de la province de Buenos Aires. Nous invitons les travailleurs et les travailleuses d’entreprises récupérées et autogérées, de coopératives et d’organisations sociales et populaires, de même que les organisations syndicales et universitaires intéressées et engagées dans les pratiques autogérées à participer à cette nouvelle édition de rencontre pour réfléchir au projet d’une nouvelle économie des travailleurs et travailleuses. Lire la suite

Au monde clos du TINA, opposer des alternatives déjà en germes…

Dans son avant-propos, avant-propos-et-sommaire-du-livre-dolivier-bonfond-il-faut-tuer-tina/, publié avec son aimable autorisation, Olivier Bonfond répond à une question lancinante, de sceptiques ou non, « Vous critiquez, vous critiquez, mais que proposez-vous concrètement ? ». Une question qu’il faut prendre à bras le corps, une question et ses cadavres sanglants du siècle écoulé, une question dont aucun mouvement d’émancipation radical ne peut faire l’économie.

Il ne s’agit certes pas de dessiner les lignes d’une utopie achevée, mais de proposer des mesures, immédiates ou non, qui permettent à la fois une amélioration sensible de la situation socio-économiques de la grande masse des producteurs/productrices et de la majorité des citoyen-ne-s et à la fois un cadre de mobilisation démocratique pour l’égalité et la liberté des toustes. Lire la suite