Archives de Catégorie: Elements d'alternative

Des germes de démocratie sociale, de liberté et d’égalité

Dans son introduction, « Le travail est tissé de rencontres et résurgences », Anne Flottes parle, contre les nominations / réductions du travail aux seuls critères du marché et du libéralisme, du travail comme activité, de demandes sociales, des expériences utopiques réelles, de tentatives précaires et imparfaites, de manques et de désirs, d’ingéniosité individuelle et collective, de transformations politiques… L’autrice questionne : « pourquoi ce travail, cœur vital de chaque personne et de la société, est-il si inégalitaire ; et comment comprendre que les travailleuses et travailleurs, capables de déployer une ingéniosité merveilleuse pour faire face aux missions impossibles que sont généralement les prescriptions, semblent préférer mettre cette créativité au service du système qui les exploite, plutôt que de la subvertir ? » Lire la suite

Publicités

Une conversation ouverte à propos de la participation politique de chacun-e

Dans sa préface, Hervé Le Crosnier parle des industries culturelles, des produits culturels commerciaux et aborde l’autre face de la culture, « ce qu’elle change chez les individus et les groupes lorsque ceux-ci s’en empare » et présente les auteur-e-s, Henri Jenkins, Mizuko Ito et danah boyd (qui insiste pour que son soit écrit sans capitales). Ce livre se présente sous la forme d’une conversation croisée, « la science a toujours été une affaire de conversation » malgré les tentatives actuelles de la privatiser et de la réduire à des droits de propriété intellectuelle.

Une conversation, cela permet, entre autres, de « combler des trous, des hésitations, des impensés dans les propositions de chacun·», de commenter ou d’éclairer des concepts et des idées, de souligner les chemins et de ne pas réduire la recherche à son résultat final. Lire la suite

Une réforme agraire intégrale et populaire

Face aux crises actuelles concernant l’alimentation, le climat, la pauvreté, la finance, l’économie et la démocratie, il est plus urgent que jamais d’opérer un changement massif au niveau du système agro-alimentaire en place !

(Harare, 16 octobre 2017) La Via Campesina, à l’occasion de cette journée mondiale de la Souveraineté Alimentaire contre les multinationales, lance officiellement sa nouvelle publication « Les Luttes de La Via Campesina pour la Réforme Agraire et la Défense de la Vie, la Terre et des Territoires ». Dans une optique de renforcement de la convergence des luttes, la présente publication entend démontrer qu’une réforme agraire intégrale entre les mains des populations et inscrite dans la souveraineté alimentaire constitue le fondement nécessaire à un tel changement. Lire la suite

1948-2018 Contre vents et marées. Hier comme aujourd’hui : l’actualité d’un socialisme autogestionnaire

1948 fut l’année de « l’excommunication » des communistes yougoslaves par Staline. Pourquoi quelque soixante dix ans plus tard s’intéresser encore (ou à nouveau) à l’expérience socialiste autogestionnaire yougoslave1 ? Que pourrait-on y trouver pour répondre aux problèmes du capitalisme du XXIè siècle alors que l’ancienne fédération et système yougoslaves ont disparu dans la tourmente de dramatiques voire sanglants conflits ? Lire la suite

Pour en finir avec le trou de la Sécu, repenser la protection sociale au XXIème siècle

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg et ancien élève de l’ENS de Sécurité sociale, Olivier Nobile expose l’institution dont la France peut être fière avec pédagogie et grande clarté, soutenu par Bernard Teper, co-animateur du réseau Education populaire. Les deux auteurs dénoncent les conséquences des politiques austéritaires (pauvreté, précarité, qui vont jusqu’au refus de soins d’assurés sociaux pour raison financière) et du développement des remboursements par des assurances et mutuelles privées. Bernard Téper encourage comme le disait Jaurès de « partir du réel pour aller vers l’idéal ». Dans cet ouvrage d’Olivier Nobile, les 260 pages réparties en 6 thèmes sont développées autour de : Lire la suite

« Un socialisme équitable et prospère en Amérique est peut-être plus proche que vous ne le pensez ! »

The Nation, l’hebdomadaire états-unien de gauche, a publié en février 2016 un article de Gar Alperovitz1 dont le titre ne manque pas d’étonner : « Un socialisme équitable et prospère en Amérique est peut-être plus proche que vous ne le pensez ! » Diable ! La gauche de l’Amérique états-unienne aurait-elle perdu la boule ? Selon leur humeur, certain-es lecteurs et lectrices francophones pourraient conclure du titre qu’il ne s’agit que de ratiocinations libertaires ou gauchistes ; d’autres n’y verront qu’illusions réformistes qu’il faut traiter par le mépris, voire dénoncer comme semant des illusions.

La lecture rapide d’un article pris isolément dans un large corpus peut évidemment conduire à reprocher à Gar Alperovitz une certaine vision gradualiste. Quand bien même ce serait le cas, et si bien entendu la stratégie du grignotage ne fait pas une révolution, la question reste la suivante : qu’est-ce qu’une stratégie révolutionnaire au 21e siècle ? Il faut bien tenter d’y répondre en ces temps quelque peu difficile pour l’horizon de l’émancipation. Curieusement, à un demi-siècle de distance, nous retrouvons en filigrane dans l’article de Gar Alperovitz la problématique exprimée en 1966 par André Gorz dans sa critique du néo-réformisme et du révolutionnarisme : Lire la suite

Planche de salut et laboratoire social

Il est minuit dans le siècle. Cherchant à échapper à la nasse qui se referme, les réfugiés affluent à Marseille, alors en zone « nono » où la botte nazie a, momentanément, délégué à son vassal maréchaliste le soin de faire régner son ordre. David Rousset synthétise la situation européenne du temps par une formule choc : « Auschwitz et Marseille sont alors les seules portes ouvertes de l’Europe1» Lire la suite