No pasaran ! 

L’effrayante contre-révolution civilisationnelle de l’Internationale Brune en gestation

L’intérêt étant focalisé – à juste titre – sur la guerre qu’il mène contre l’Ukraine et son peuple, on oublie souvent de reconnaître les « traits de caractère » fondamentaux du poutinisme, qui font de lui le fleuron d’une Internationale Brune en gestation. Et pourtant, ce sont exactement ces « traits de caractère » ultra-réactionnaires du poutinisme qui expliquent, non seulement ses propres penchants belliqueux mais aussi, le pourquoi du soutien à sa guerre ukrainienne offert par l’aile la plus dure de l’extrême droite internationale. Et ceci à une époque où malgré les importantes défaites électorales qu’elle vient de subir au Brésil (Bolsonaro) ou aux États-Unis (Trump), cette Internationale Brune en gestation continue de représenter la plus grande et la plus immédiate menace pour les droits et les acquis démocratiques et sociaux de par le monde ! Continuer à lire … « No pasaran ! « 

Ensemble pour un front antifasciste et solidaire !

Allons-nous continuer longtemps à fermer les yeux sur la montée du fascisme européen ? Italie, Hongrie, Pologne… Depuis maintenant plusieurs mois, nous assistons à une offensive de l’extrême-droite. La France n’est pas immunisée. Ici, cette offensive est portée par les 89 député·es du Rassemblement National, et partout, cette flambée fasciste a pour corollaire l’apparition de multiples groupuscules d’extrême droite, identitaires et néonazis.

En France, depuis le mois de septembre ce sont plus de 40 actions violentes qui ont été menées par des groupuscules d’extrême droite. La semaine dernière, en moins de 96 heures, plusieurs député·es, une suppléante et des militant·es politiques ont été attaqué.es à Bordeaux, Lyon, Toulouse et Montpellier. Des enseignant·es sont épinglé·es et menacé·es sur les réseaux sociaux pour des cours portant sur l’immigration. 

Dans la nuit du 14 décembre, un nouveau palier a été franchi après le match France-Maroc avec des actions coordonnées clairement racistes, violentes dans différentes villes du pays. 

À Nice, des expéditions ont été explicitement menées contre les populations issues de l’immigration nord-africaine, rappelant le temps funeste des chasses à l’homme racistes. Continuer à lire … « Ensemble pour un front antifasciste et solidaire ! »

Perpignan : pour la liberté d’expression, contre l’extrême droite

Maire de Perpignan, Louis Aliot avait déposé il y a quelques mois une plainte pour « injure publique » contre Josie Boucher, militante associative, syndicale et politique, très active localement dans les mobilisations contre le racisme et le colonialisme. Josie Boucher vient d’apprendre sa mise en examen par la vice-présidente chargée de l’instruction au tribunal judiciaire de Perpignan, pour « injure publique envers un corps constitué », en l’occurrence la commune de Perpignan.

Que lui reproche le récent candidat à la présidence du Rassemblement national (RN) ? Avoir déclaré début mars 2022, lors d’un rassemblement en soutien aux réfugié·es ukrainiens, que « les réfugiés ukrainiens n’ont pas grand-chose à attendre des fascistes ». Cette déclaration, de la part d’une militante engagée depuis des années pour un accueil digne des migrant·es, peu importe leur origine, répondait à la campagne de communication lancée par Louis Aliot visant à s’ériger en grand ami et protecteur des Ukrainien·nes victimes de la guerre. Celui-ci avait poussé l’opportunisme jusqu’à aller lui-même en Pologne pour rapatrier 113 réfugié·es ukrainien·nes. Il est vrai que, suite à l’invasion russe de l’Ukraine et alors que le RN était en pleine campagne présidentielle, le parti de Louis Aliot devait impérativement faire oublier les liens entretenus depuis bien longtemps avec Vladimir Poutine. Le parti fondé par Jean-Marie Le Pen avait d’ailleurs dû modifier en urgence son matériel de campagne puisqu’on y voyait une photo de Marine Le Pen, très fière d’apparaître en compagnie du président russe pour prouver sa stature internationale. Continuer à lire … « Perpignan : pour la liberté d’expression, contre l’extrême droite »

L’antifascisme comme thématique, mode de mobilisation et d’intervention

une-antifascisme-s-800

Dans son introduction, Les antifascismes en France sous la 5République, introduction-de-jean-paul-gautier-les-antifascismes-en-france-sous-la-5e-republique publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Jean-Paul Gautier souligne qu’il est difficile de définir l’antifascisme, que le clivage fascisme/antifascisme recouvre un clivage droite/gauche mais « seulement en partie », que « si le fascisme entend anéantir la gauche politique et syndicale, il veut également détruire la démocratie ». Continuer à lire … « L’antifascisme comme thématique, mode de mobilisation et d’intervention« 

Introduction de Jean-Paul Gautier : Les antifascismes en France sous la 5e République

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

une-antifascisme-s-800

L’antifascisme est parfois difficile à définir car il pose le problème de la définition du fascisme lui-même [1]. C’est un phénomène qui représente une très grande diversité et n’est à aucun moment de son histoire l’expression d’une seule classe sociale ou d’un seul courant politique [2]. Il nous a semblé préférable, pour plus de clarté, d’utiliser le terme au pluriel, car chaque antifascisme a sa propre caractéristique. Jacques Droz a insisté sur le fait que l’antifascisme se présente sous des formes multiples : « Il porte la marque des traditions politiques et idéologiques qui ont présidé à sa naissance » [3].

Politiquement, les antifascismes recouvrent une multiplicité de composantes : communiste, trotskiste, anarchiste, socialiste, libérale, chrétienne. Chaque composante a son propre ADN. Le clivage fascisme/antifascisme recouvre un clivage droite/gauche mais seulement en partie. En effet, si le fascisme entend anéantir la gauche politique et syndicale, il veut également détruire la démocratie. Continuer à lire … « Introduction de Jean-Paul Gautier : Les antifascismes en France sous la 5e République« 

Lumière sur assemblée brune – Autopsie des imposteurs RN à l’assemblée

couv-lumiere-sur-assemblee-brune-3

Quelques mois après les élections, VISA publie un fascicule « Lumière sur assemblée brune – Autopsie des imposteurs RN à l’assemblée ». Ce recueil de 80 pages présente les biographies des 89 député.es fascistes.

Il est disponible au prix de 2 euros. « Mieux les connaître pour mieux les combattre » Continuer à lire … « Lumière sur assemblée brune – Autopsie des imposteurs RN à l’assemblée« 

Les post-fascistes Italiens au pouvoir (+ entretien avec Johann Chapoutot)

Le retour en force en Europe des vieux démons de l’entre deux-guerres !

« Jours de 1922 ? Pas encore mais l’Italie est sur la bonne voie pour “fêter” dans quatre ans le centenaire de la montée de Mussolini et de son mouvement fasciste au pouvoir avec un régime qui lui ressemblera – presque – comme deux gouttes d’eau ! » C’est avec cette phrase prémonitoire en guise d’avertissement, que s’ouvrait notre article écrit au lendemain des élections italiennes de mars 2018 remportées alors haut la main par la Lega de Salvini [1]. Quatre ans plus tard, c’est à dire aujourd’hui, force est de constater que – hélas – notre pronostic est pleinement confirmé par les faits : le centenaire de l’accession de Benito Mussolini au pouvoir en Octobre 1922 coïncidera avec l’accession au pouvoir de la post-fasciste Giorgia Meloni et de ses Fratelli d’Italia, le parti qui n’est que la continuation du MSI fondé et dirigé par Giorgio Almirante et autres éminences de la Repubblica di Salò, le dernier et minuscule État fantoche de Mussolini sous influence des nazis allemands ! Continuer à lire … « Les post-fascistes Italiens au pouvoir (+ entretien avec Johann Chapoutot) »

Le gouvernement grec nomme à la tête de la justice la juge qui… critique Hitler parce qu’il n’a pas exterminé tous les juifs !

L’antisémitisme en Grèce a maintenant une voix institutionnelle ! Une juge d’extreme droite et antisémite notoire, Marianthi Pagoureli, vient d’être promue au poste de vice-présidente de la Cour suprême, sur recommandation du ministre de la Justice Costas Tsiaras.

Mais reprenons l’histoire depuis le début. Il y a dix ans, Marianthi Pagouteli s’est trouvée au centre de l’attention de l’opinion publique grecque, à l’occasion du procès du « pape » du fascisme grec Constantine Plevris (qui se défini lui-même comme fasciste et nazi) pour son livre « Juifs, toute la vérité ». Pourquoi ? Mais, parce qu’elle l’avait alors défendu en votant en faveur de son acquittement et en rédigeant un document de 32 pages dans lequel elle expliquait en détail son raisonnement.  Continuer à lire … « Le gouvernement grec nomme à la tête de la justice la juge qui… critique Hitler parce qu’il n’a pas exterminé tous les juifs ! »

Vers l’Internationale Brune de l’extrême-droite européenne et mondiale ?

Depuis la fin de la dernière guerre mondiale, jamais autant qu’aujourd’hui ne s’est fait sentir la menace représentée par une extrême-droite revigorée, agressive et qui monte presque partout en flèche. Pourquoi ? Mais, parce qu’à l’opposé de ce qui se passait durant les dernières 6-7 décennies, maintenant cette menace ne provient plus de quelques groupuscules ou même petits partis de nostalgiques de l’entre deux-guerres, mais d’une nouvelle droite décomplexée qui gouverne ou s’apprête à gouverner même des pays catalogués parmi les plus grandes puissances de ce monde ! Continuer à lire … « Vers l’Internationale Brune de l’extrême-droite européenne et mondiale ? »

Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !

Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement, à hauteur de 100 000 euros, la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste [1], et d’accueillir ses membres et les participants au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Il se confirme que la loi scélérate du 23 février 2005, jamais abrogée faut-il le rappeler, qui établit une interprétation officielle et apologétique de la colonisation française en Algérie et dans le reste de l’empire, n’était pas l’épilogue d’une entreprise de réhabilitation de ce passé mais le prologue bien plutôt. Le discours du candidat Nicolas Sarkozy affirmant, à la veille des élections présidentielles de 2007, que le « rêve de la colonisation » n’était pas un « rêve de conquête » mais « un rêve de civilisation », celui de François Fillon quelques années plus tard et, plus généralement, les positions de la direction des Républicains en témoignent. Fustigeant une prétendue « repentance » et vantant les aspects supposément « positifs » de la colonisation de l’Algérie, les responsabilités de ces derniers sont majeures, établies et accablantes [2]. De même celles de certains intellectuels, chroniqueurs et bateleurs médiatiques qui, au nom de la lutte contre « la pensée unique » hier, contre le « décolonialisme » aujourd’hui, redécouvrent les « beautés » de la colonisation aux couleurs de la France. Continuer à lire … « Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan ! »

Le fascisme est aussi canadien que la feuille d’érable

Le « Freedom Convoy » est la plus grande manifestation organisée par l’extrême droite canadienne depuis les années 1930. Il a envahi Ottawa avec une exubérance réactionnaire, agitant des drapeaux nazis, confédérés, Gadsden, Red Ensign et Maple Leaf, lançant des menaces de violence contre des opposants et rêvant de récupérer un Canada perdu mythifié. Bien que la politique de ce mouvement reste fluide, elle est reconnaissable comme la politique de l’extrême droite : un continuum qui inclut les fascistes et ceux qui occupent l’espace entre les fascistes et les conservateurs traditionnels, avec une approche plus agressivement raciste, coloniale, transphobe, anti politique syndicale et antilibérale que le courant dominant est prêt à approuver ouvertement. Continuer à lire … « Le fascisme est aussi canadien que la feuille d’érable »

« Voici vos réparations ! » : communiqué sur la tuerie de Buffalo

Sans-titre-1

Le samedi 14 mai 2022, Payton Gendron, un adolescent blanc de 18 ans ouvrait le feu dans un supermarché d’un quartier majoritairement noir de Buffalo, à l’est de l’État de New York. L’attentat a fait dix victimes. L’arme du crime, un fusil d’assaut de type AR15, modèle employé par l’armée américaine, est recouverte d’inscriptions à la peinture blanche. Cette particularité évoque les mots inscrits sur les carabines utilisées en mars 2019 par Brenton Tarrant, responsable des attentats commis contre deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle Zélande. Les similitudes ne s’arrêtent pas là. Comme son prédécesseur, Gendron a tenté de diffuser son massacre en direct sur internet et, comme lui, il a revendiqué son crime dans les pages d’un pamphlet : un document PDF de 180 pages où il s’inquiète du déclin démographique de la race blanche en Amérique, en Europe et en Océanie, et met en garde contre « le remplacement racial et culturel complet du peuple européen » (p.2). Continuer à lire … « « Voici vos réparations ! » : communiqué sur la tuerie de Buffalo »

Horizons bruns. Vieux et néo-fascistes et autres fascistoïdes

10 avril 2022, plus de 11,4 millions de Français ont voté pour des candidats d’extrême droite nationalistes et xénophobes aux élections présidentielles françaises, soit 32% des suffrages exprimés.
En France l’extrême droite nationaliste et xénophobe est à son niveau historique maximum. En Russie, pendant des mois Vladimir Poutine a expliqué qu’il fallait « dénazifier » l’Ukraine avant de lancer son « opération spéciale » pour ce faire. A l’entendre l’extrême droite était au pouvoir à Kiev depuis au moins 2014… A l’écouter on peut constater que l’extrême droite nationaliste et xénophobe est, elle, au pouvoir à Moscou depuis déjà longtemps… Continuer à lire … « Horizons bruns. Vieux et néo-fascistes et autres fascistoïdes »

« NON » À L’EXTRÊME DROITE, POUR LA JUSTICE ET L’ÉGALITÉ !

VisuelLePen1

Appel unitaire à rassemblements le samedi 16 avril partout en France et à Paris à 14h place de la Nation

L’extrême droite est à nouveau présente au second tour de l’élection présidentielle, forte d’un niveau de voix jamais atteint. Nous refusons de la voir accéder au pouvoir.

Les causes en sont diverses et anciennes, elles ont été analysées et sont connues. Les responsabilités sont à chercher du côté des politiques ultralibérales menées depuis des années qui ont exacerbé les injustices et les inégalités sociales, enfoncé des territoires et des populations dans la précarité et le désarroi. Nos organisations les ont combattues, comme elles ont dénoncé les attaques portées contre les libertés. Elles les dénonceront encore demain, sans désemparer face à l’adversité.

L’urgence, aujourd’hui, c’est d’affirmer collectivement la force des idées et des valeurs qui nous rassemblent. Elles sont constitutives de la démocratie et totalement incompatibles avec la haine, la xénophobie, la démagogie nationaliste et la mise en opposition de tous contre tous que portent les mouvements d’extrême droite. Continuer à lire … « « NON » À L’EXTRÊME DROITE, POUR LA JUSTICE ET L’ÉGALITÉ ! »

Le Dieu des fascistes et des nazis mondiaux peut-il « dé-nazifier » un pays ?

Selon le président russe Vladimir Poutine :

« Les États-Unis continuent de recevoir de plus en plus d’immigrants et, d’après ce que je comprends, la population blanche et chrétienne est déjà en surnombre … Les chrétiens blancs sont devenus une minorité, moins de 50% maintenant. … La Russie est un vaste territoire, de ses frontières occidentales à ses frontières orientales, c’est un espace eurasien. Mais en ce qui concerne la culture, voire le groupe linguistique et l’histoire, tout cela est sans aucun doute un espace européen, car il est habité par des personnes de cette culture. … nous devons préserver tout cela pour rester un centre important dans le monde. »

L’appel de Poutine à la théorie du « grand remplacement », son aboiement de chien au monde « chrétien blanc » qui doit être « préservé » de peur qu’il ne devienne une minorité, démontre clairement la base idéologique du statut de demi-dieu de Poutine pour les mouvements mondiaux d’extrême droite, fascistes, nazis et suprématistes blancs. Continuer à lire … « Le Dieu des fascistes et des nazis mondiaux peut-il « dé-nazifier » un pays ? »

Les nouvelles femmes de droite

009906482

Chercheuse au CNRS, spécialiste de science politique et de socio-histoire, Magali Della Suda nous livre une étude fouillée et documentée sur ces droites radicales qui dans le sillage de la Manif pour tous ont occupé une partie de l’espace ouvert en développant un militantisme féminin avec pour cible les féministes et en attaquant les politiques d’égalité des genres. Ces « nouvelles femmes de droite » : groupuscules de militantes comme les Caryatides, les Antigones le Collectif Némésis, intellectuelles comme Eugénie Bastié, Marianne Durano, Charlotte d’Ornélas, Gabrielle Cluzel, ont gagné en visibilité politique et médiatique, délaissant les structures classiques existantes, ont brouillé les clivages politiques traditionnels et développé un militantisme de plume et de clavier de presse relayé par des organes de presse: l’Incorrect, Valeurs actuelles, la revue Limite, Boulevard Voltaire, Paris Vox, TVLibertés. Opposées à l’islam et à l’immigration extra-européenne, elles analysent les violences sexuelles au prisme de la race plutôt que du genre et présentent de façon générale le féminisme, en particulier celui dit de la deuxième vague comme un mouvement d’aliénation. En mars 2021, L’Incorrect, mensuel proche de Marion Maréchal, trace le portait de « l’ennemi des femmes » […]. Pour ces féministes 2.0, l’objectif ne serait plus l’égalité des droits, déjà atteinte dans la plupart des pays occidentaux, mais l’égalité biologique. Et cette égalité factice passe par l’éradication du mâle, de la virilité soi disant «  toxique » bref par « l’anéantissement du masculin »… Continuer à lire … « Les nouvelles femmes de droite »

Contre l’extrême droite, se mobiliser encore et toujours (+ Le fascisme a tué, réveillons-nous)

Nous en sommes là… Des identitaires, néofascistes et autres nostalgiques de l’Action française tuent en pleine rue. Malgré la dangerosité de son projet, l’extrême droite est banalisée ; on la voit se hisser dans les sondages comme s’il n’y avait là rien de grave. La surenchère sur ses sujets, pratiquée dans un large arc de droite, y contribue sans la moindre once de dignité. Bien que plusieurs fois condamné pour incitation à la haine religieuse et raciale, bien qu’accusé de harcèlement et de violences faites à des femmes, un candidat entend briguer la présidence comme si de rien n’était. Ce personnage au programme fascisant a été tout entier construit par des médias, à commencer par l’empire Bolloré – mais tant d’autres l’ont relayé d’abondance. Dans une émission de télévision, on le voit à présent devant des enfants déverser ses visées de « remigration ». Et voilà ce thème aux potentialités criminelles, en compagnie du « grand remplacement », son jumeau mortifère, circulant de média en média entre un bulletin météo et une annonce publicitaire. Continuer à lire … « Contre l’extrême droite, se mobiliser encore et toujours (+ Le fascisme a tué, réveillons-nous) »

L’extrême droite est, et sera toujours, l’ennemie du monde du travail

extreme droite toujours ennemi monde du travail

Depuis janvier 2014, nos organisations ont lancé une campagne de longue haleine intitulée « Uni·e·s contre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques », dans le prolongement de l’appel « La préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme » signé en mars 2011

Les politiques gouvernementales – dont notamment les mesures favorables au capital, la gestion catastrophique de la crise sanitaire –, subies par les salarié·e·s, les privé·e·s d’emploi, les retraité·e·s, les jeunes, les femmes, fournissent un terreau exploité par l’extrême droite. Les politiques d’austérité, sous l’aiguillon des organisations patronales et plus particulièrement du Medef, génèrent une aggravation du chômage, le développement des inégalités sociales, de la précarité, de la pauvreté et des processus d’exclusion. Elles accroissent la désespérance sociale et peuvent pousser dans les bras de l’extrême droite certain·e·s salarié·e·s. Incontestablement, les politiques autoritaires et attentatoires aux libertés nourrissent également l’extrême droite.

* – *

« Respectabilité » de façade du RN et
l’ultra-libéralisme raciste de Zemmour
Continuer à lire … « L’extrême droite est, et sera toujours, l’ennemie du monde du travail »