Archives de Catégorie: Extrême droite

L’antisémitisme, Maurras, Vichy et les autres

Le gouvernement entendait commémorer les 150 ans de la naissance de Charles Maurras. Devant la montée des protestations, il a du faire marche arrière, ce qui a entrainé la démission en bloc de dix membres sur douze du Haut Comité des commémorations nationales. En attendant, le cent cinquantenaire de sa naissance verra la publication d’un recueil de texte intitulé « L’Avenir de l’Intelligence » dans la collection Bouquins aux éditions Robert Laffont. Cet ouvrage est publié sous la direction de Jean-Christophe Buisson, ancien responsable des jeunes de l’Action française à la fin des années 80, journaliste au Figaro-Magazine et animateur de l’émission « Historiquement Show » sur la chaîne « Histoire » dirigée par son homonyme Patrick Buisson, ancienne plume de Nicolas Sarkozy. Lire la suite

Publicités

Une nébuleuse néo-conservatrice

Pascale Tournier, rédactrice en chef adjointe au service actualité de la Vie, se penche sur les « nouveaux conservateurs » en France. Ces jeunes néoconservateurs « anarchrist » et « catholiques identitaires » veulent changer le monde. Quels sont leurs ennemis ? Le progressisme, le multiculturalisme, le libéralisme. Quelles sont leurs racines ? Chrétiennes. Quels sont leurs combats ? La lutte contre le mariage pour tous (loi Taubira), la PMA, la GPA, l’islamisation de la France, la défense des chrétiens d’Orient. Quelle est leur doctrine ? « L’enracinement » tentative de récupération d’un concept emprunté au livre de Simone Weil « L’enracinement ou Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain »), l’idée que nous sommes des héritiers avant d’être des pionniers, qu’il y a des legs du passé (racines, culture, territoires : « les petites patries » de Charles Maurras), que tout n’est pas construit ou à inventer et les notions très en vogue chez l’extrême droite et la droite extrême d’identité et de souveraineté. Cette nébuleuse néoconservatrice se caractérise par une grande diversité. Echaudés par « Sens commun » et ses revirements, sans leader depuis l’échec de François Fillon et son retrait de la vie politique, ces néoconservateurs sont à la recherche de nouvelles figures présidentiables entre Marion Maréchal Le Pen et le nouveau patron de LR, Laurent Wauquier. Le combat de certains d’entre eux peut entrer en symbiose avec les thèses xénophobes et anti-islam du Front national. Lire la suite

Le vrai visage de l’extrême droite au pouvoir


Un second livre, après
Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes (VISA) : Lumière sur mairies brunes : discours-haineux-mesures-antisociales-autoritarisme-et-racisme/, pour mettre en lumière les faits et méfaits de l’extrême droite au pouvoir.

Dans l’introduction, introduction-de-louvrage-de-visa-lumieres-sur-mairies-brunes-tome-2/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, les auteur-e-s soulignent, entre autres, le « le passé sulfureux » de plusieurs candidats frontistes, l’importance des luttes syndicales à la fois contre les politiques libérales gouvernementales et les déclinaison locales autoritaires de l’extrême -droite.

Un recensement méticuleux des pratiques municipales brunes couvrant la période allant de juin 2015 à juin 2017. Lire la suite

Introduction de l’ouvrage de Visa : Lumières sur mairies BRUNES tome 2

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

En septembre  2015, paraissait le premier tome de Lumière sur mairies brunes. VISA y recensait tous les faits et méfaits de la première année de l’extrême droite aux pouvoirs dans les quinze villes qu’elle occupe.

Pendant les deux années suivantes, VISA a poursuivi ce travail de « mémoire » pour mettre en pleine lumière les origines véritablement fascistes du Front national et de toute l’extrême droite.

Pour y parvenir, rien ne vaut un recensement exhaustif, méticuleux et daté. Lire la suite

Exit Philippot ou les mésaventures d’un ex n° 2

Florian Philippot, celui qui avait rejoint le Front national en 2011 « pour Marine Le Pen », principal acteur, avec Marine Le Pen, de la « dédiabolisation » et défenseur de la sortie de l’Euro a fini par claquer la porte du Front national, alors que le parti aborde le chantier dit de « la refondation ». Cette démission met fin aux tensions entre la présidente et sa garde rapprochée et Florian Philippot. Ce dernier est jugé responsable de l’échec de la campagne présidentielle, surtout du débat calamiteux de l’entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, semble avoir servi de bouc-émissaire et le fusible a sauté. Le départ de l’ex-vice-président du Front National s’inscrit dans la saga des ex-numéros 2 (Mégret, Lang, Gollnisch). Florian Philippot accuse le mouvement de « relepénisation » et de « régression terrifiante ». En effet, lors de son discours de Brachay, le 9 septembre, Marine Le Pen a réaffirmé les fondamentaux du Front national (immigration, anti-islamisme, défense de l’identité…) : un retour aux années noires pour Florian Philippot. Deux lignes politiques s’affrontaient et la cheffe a tranché. C’est la retour d’une ligne plus droitière avec la montée en puissance d’ex-mégretistes : Nicolas Bay et surtout Philippe Olivier. Cependant, Marine Le Pen joue sur les deux tableaux : la réaffirmation des fondamentaux et le maintien d’une ligne « Ni gauche, Ni droite ». La rupture du tandem Marine Le Pen-Florian Philippot, ne semble pas être un divorce idéologique. C’est essentiellement la stratégie Philippot, partagée par la cheffe, qui a conduit la direction frontiste à mettre en avant les questions économiques et sociales, tout en désertant le terrain de la Manif pour Tous (ce qui a encore accentué chez certains cadres frontistes l’anti-philipponisme). Lire la suite

Avec Mark Bray, face à l’alt-right

Mark Bray, historien de l’antifascisme, est victime d’une cabale orchestrée par l’extrême droite américaine. Enseignant à l’université de Dartmouth dans le New Hampshire, il a été publiquement désavoué par son président qui légitime ainsi les mensonges de l’alt-right. Universitaires, enseignant.es, journalistes, syndicalistes… dans cette tribune ils et elles apportent leur soutien à Mark Bray. Lire la suite

Avis de tempête au Front National

Des lendemains qui ne chantent pas

Déstabilisé par sa défaite à l’élection présidentielle, que Jean-Yves Le Gallou (ex Fn, ex Mnr) qualifie de « fiasco intégral », le Front national voit les difficultés s’amonceler. Le vaisseau frontiste tangue et les couteaux sortent du placard. Marine Le Pen semble affaiblie : cacophonie sur la question de l’Euro, retraite de Marion Maréchal Le Pen, ratage du face à face avec Emmanuel Macron (Marine Le Pen semblait bien loin du slogan « La France apaisée ») , fronde contre Florian Philippot et son équipe accusée de sectarisme, vie interne sclérosée, remise en cause de l’organisation, manque de démocratie flagrant car le Comité Central renouvelé depuis 2014 n’a jamais été convoqué, aucune réunion du Bureau Politique depuis 2016 – car Jean-Marie Le Pen en est membre de droit et chacun sait que les relations sont très tendues entre Marine Le Pen, la direction frontiste et le « Président d’honneur ». La question « de la profonde transformation » promise par la présidente est renvoyée au congrès qui devrait se tenir au début de l’année 2018. Lire la suite