Archives de Catégorie: Extrême droite

Avis de tempête au Front National

Des lendemains qui ne chantent pas

Déstabilisé par sa défaite à l’élection présidentielle, que Jean-Yves Le Gallou (ex Fn, ex Mnr) qualifie de « fiasco intégral », le Front national voit les difficultés s’amonceler. Le vaisseau frontiste tangue et les couteaux sortent du placard. Marine Le Pen semble affaiblie : cacophonie sur la question de l’Euro, retraite de Marion Maréchal Le Pen, ratage du face à face avec Emmanuel Macron (Marine Le Pen semblait bien loin du slogan « La France apaisée ») , fronde contre Florian Philippot et son équipe accusée de sectarisme, vie interne sclérosée, remise en cause de l’organisation, manque de démocratie flagrant car le Comité Central renouvelé depuis 2014 n’a jamais été convoqué, aucune réunion du Bureau Politique depuis 2016 – car Jean-Marie Le Pen en est membre de droit et chacun sait que les relations sont très tendues entre Marine Le Pen, la direction frontiste et le « Président d’honneur ». La question « de la profonde transformation » promise par la présidente est renvoyée au congrès qui devrait se tenir au début de l’année 2018. Lire la suite

Non à la venue du C-Star sur nos côtes et à son opération de propagande !

Communiqué du collectif d’Afrique du nord contre le navire raciste C-Star

Le C-Star, un navire affrété par la campagne d’extrême-droite européenne Defend Europe, est parti de Djibouti le 7 juillet 2017 pour une croisade dans la Méditerranée. Les objectifs de ces organisations fascisantes ? Ramener les migrants vers les côtes libyennes, où nombre d’entre eux sont déjà détenus dans des conditions inhumaines, entraver les activités des ONG et les opérations de secours, soumettant ainsi les voyageurs à des risques majeurs, et bien entendu s’assurer une bruyante opération de communication.  Lire la suite

Du GUD et de Marine Le Pen…

Marine Le Pen a beau, dans le cadre de sa politique de dédiabolisation, crier haut et fort qu’elle entend nettoyer le FN de ses éléments les plus sulfureux, à y regarder de plus près, bon nombre d’ex membres du GUD (Groupe Union Défense) gravitent dans son entourage prouvant – si besoin était – que le FN appartient bien à l’extrême droite. Pour reprendre l’expression d’Olivier Beaumont, journaliste au Parisien « Marine Le Pen a mal à son extrême droite ».

Dès son arrivée aux commandes du parti, elle a confié à la camaraderie gudiste de nombreux postes, tels que la communication et les finances. Lire la suite

Méandres pestilentiels (bis…)

Je reprends en la complétant la note de lecture écrite lors de la première édition du livre.

« Cette histoire de l’extrême droite en France de 45 à nos jours s’articule autour de trois grandes périodes et des principaux événements qui les ont marqués : la survie (1945-1968), l’extrême droite à la recherche d’un avenir et enfin le grand retour avec l’émergence et l’affirmation du front national et sa prégnance dans le vie politique. » Lire la suite

White Wolf Klan : une radicalisation très bien tolérée

« Mourain a enfoncé ses pouces dans les yeux de la victime, a léché le sang sur son visage puis l’a mordue. »

C’est un extrait du compte rendu d’audience fait par une journaliste au procès des 18 prévenus, âgés de 22 à 53 ans qui composaient le White Wolf Klan. La scène décrite est celle du lynchage d’un jeune néo-nazi désigné comme traître par d’autres néo-nazis. Lire la suite

Socle idéologique conservé, masque frontiste et contamination politique

Un livre richement illustré d’affiches du Front national. Une histoire centrée sur des slogans, des « Français d’abord » à la « préférence nationale », en passant par diverses thématiques au centre des campagnes de ce parti d’extrême-droite.

Une histoire aussi de la viralité des discours, de leur expansion à droite, « la propagation de la sémantique frontiste au sein de la famille des droites françaises », mais malheureusement pas seulement, voire les débats autour des questions identitaires ou des « valeurs » soit-disantes françaises-républicaines… Lire la suite

Le FN mariniste : continuités et ruptures

Pour répondre à cette problématique, il me semble nécessaires de répondre à ces questions :

En quoi le FN a-t-il changé depuis l’arrivée de Marine Le Pen à sa direction ?

Du congrès de Tours (2011) au congrès de Lyon (2014) Marine Le Pen a pris la direction du FN et a imposé son autorité en s’appuyant sur une équipe qui lui est totalement dévouée (Louis Aliot, Steeve Briois, Nicolas Bay, Florian Philippot…). Elle a entrepris une politique dite de « dédiabolisation » (en opposition à son père). Elle a lissé le vocabulaire frontiste, voulant apparaitre crédible et elle s’est affirmée candidate à la gestion du pays : « je veux le pouvoir pour changer les choses (…). Prendre le pouvoir pour redresser la France ». Le FN a toujours fait preuve d’une grande capacité d’adaptation et d’opportunisme, développant un programme à géométrie variable, passant d’un libéralisme pro reaganien à un étatisme revendiqué. Louis Aliot déclare : « le FN essaie de s’adapter aux réalités du terrain ». Le FN s’est doté de collectifs ad-hoc : Marianne (étudiants), Banlieues patriot, Cercle Balaud-Argos (défense des animaux, en particulier contre l’abattage halal, Collectif Croissance Bleu Marine (hauts fonctionnaires rédigeant des argumentaires pour la présidente), CLIC (culture), Cercle Fraternité-Famille ( n défense de la famille), Racine (enseignants), Audace (jeunes entrepreneurs), Nouvelle Ecologie… Lire la suite