Archives de Catégorie: Extrême droite

Du GUD et de Marine Le Pen…

Marine Le Pen a beau, dans le cadre de sa politique de dédiabolisation, crier haut et fort qu’elle entend nettoyer le FN de ses éléments les plus sulfureux, à y regarder de plus près, bon nombre d’ex membres du GUD (Groupe Union Défense) gravitent dans son entourage prouvant – si besoin était – que le FN appartient bien à l’extrême droite. Pour reprendre l’expression d’Olivier Beaumont, journaliste au Parisien « Marine Le Pen a mal à son extrême droite ».

Dès son arrivée aux commandes du parti, elle a confié à la camaraderie gudiste de nombreux postes, tels que la communication et les finances. Lire la suite

Méandres pestilentiels (bis…)

Je reprends en la complétant la note de lecture écrite lors de la première édition du livre.

« Cette histoire de l’extrême droite en France de 45 à nos jours s’articule autour de trois grandes périodes et des principaux événements qui les ont marqués : la survie (1945-1968), l’extrême droite à la recherche d’un avenir et enfin le grand retour avec l’émergence et l’affirmation du front national et sa prégnance dans le vie politique. » Lire la suite

White Wolf Klan : une radicalisation très bien tolérée

« Mourain a enfoncé ses pouces dans les yeux de la victime, a léché le sang sur son visage puis l’a mordue. »

C’est un extrait du compte rendu d’audience fait par une journaliste au procès des 18 prévenus, âgés de 22 à 53 ans qui composaient le White Wolf Klan. La scène décrite est celle du lynchage d’un jeune néo-nazi désigné comme traître par d’autres néo-nazis. Lire la suite

Socle idéologique conservé, masque frontiste et contamination politique

Un livre richement illustré d’affiches du Front national. Une histoire centrée sur des slogans, des « Français d’abord » à la « préférence nationale », en passant par diverses thématiques au centre des campagnes de ce parti d’extrême-droite.

Une histoire aussi de la viralité des discours, de leur expansion à droite, « la propagation de la sémantique frontiste au sein de la famille des droites françaises », mais malheureusement pas seulement, voire les débats autour des questions identitaires ou des « valeurs » soit-disantes françaises-républicaines… Lire la suite

Le FN mariniste : continuités et ruptures

Pour répondre à cette problématique, il me semble nécessaires de répondre à ces questions :

En quoi le FN a-t-il changé depuis l’arrivée de Marine Le Pen à sa direction ?

Du congrès de Tours (2011) au congrès de Lyon (2014) Marine Le Pen a pris la direction du FN et a imposé son autorité en s’appuyant sur une équipe qui lui est totalement dévouée (Louis Aliot, Steeve Briois, Nicolas Bay, Florian Philippot…). Elle a entrepris une politique dite de « dédiabolisation » (en opposition à son père). Elle a lissé le vocabulaire frontiste, voulant apparaitre crédible et elle s’est affirmée candidate à la gestion du pays : « je veux le pouvoir pour changer les choses (…). Prendre le pouvoir pour redresser la France ». Le FN a toujours fait preuve d’une grande capacité d’adaptation et d’opportunisme, développant un programme à géométrie variable, passant d’un libéralisme pro reaganien à un étatisme revendiqué. Louis Aliot déclare : « le FN essaie de s’adapter aux réalités du terrain ». Le FN s’est doté de collectifs ad-hoc : Marianne (étudiants), Banlieues patriot, Cercle Balaud-Argos (défense des animaux, en particulier contre l’abattage halal, Collectif Croissance Bleu Marine (hauts fonctionnaires rédigeant des argumentaires pour la présidente), CLIC (culture), Cercle Fraternité-Famille ( n défense de la famille), Racine (enseignants), Audace (jeunes entrepreneurs), Nouvelle Ecologie… Lire la suite

En attendant une analyse du programme du FN sur les femmes, pourquoi la couleur des cartables n’a rien d’anecdotique…

Le 26 janvier, Marion Maréchal-Le Pen est intervenue à l’Assemblée Nationale à l’occasion du débat sur le délit d’entrave numérique à l’IVG. Elle s’en est prise aux féministes de façon virulente, égrenant les reproches sur un ton injurieux1.

« Vous agitez des menaces qui n’existent pas, des adversaires fantômes. La vérité, c’est que personne aujourd’hui dans le spectre politique ne menace la légalité de l’avortement et son libre accès. » Lire la suite

Lord, law & order – Le seigneur, la loi et l’ordre

Ce vendredi 3 février, Frigide Barjot, égérie de La Manif pour Tous et l’une de ses deux initiatrices, a émis une pétition visant à sauver le soldat Fillon1.

Du moins c’est l’objet apparent de la pétition.

A y regarder de plus près, ses intentions sont moins solidaires. Il s’agit surtout de préserver l’influence politique assurée à travers le succès de Fillon à la primaire de droite. C’est pourquoi on peut y lire une volonté de démonstration de force et un avertissement clair aux tenants d’un plan B et à ceux parmi eux qui imaginent une victoire de la droite sans prise en compte de ce courant réactionnaire.

C’est également pourquoi les pétitionnaires ne se contentent pas de jouer les pompiers mais enfoncent le clou, affichant une cohérence dont François Fillon n’a pas fait preuve dans sa défense. Lire la suite