Archives de Catégorie: Extrême droite

En attendant une analyse du programme du FN sur les femmes, pourquoi la couleur des cartables n’a rien d’anecdotique…

Le 26 janvier, Marion Maréchal-Le Pen est intervenue à l’Assemblée Nationale à l’occasion du débat sur le délit d’entrave numérique à l’IVG. Elle s’en est prise aux féministes de façon virulente, égrenant les reproches sur un ton injurieux1.

« Vous agitez des menaces qui n’existent pas, des adversaires fantômes. La vérité, c’est que personne aujourd’hui dans le spectre politique ne menace la légalité de l’avortement et son libre accès. » Lire la suite

Lord, law & order – Le seigneur, la loi et l’ordre

Ce vendredi 3 février, Frigide Barjot, égérie de La Manif pour Tous et l’une de ses deux initiatrices, a émis une pétition visant à sauver le soldat Fillon1.

Du moins c’est l’objet apparent de la pétition.

A y regarder de plus près, ses intentions sont moins solidaires. Il s’agit surtout de préserver l’influence politique assurée à travers le succès de Fillon à la primaire de droite. C’est pourquoi on peut y lire une volonté de démonstration de force et un avertissement clair aux tenants d’un plan B et à ceux parmi eux qui imaginent une victoire de la droite sans prise en compte de ce courant réactionnaire.

C’est également pourquoi les pétitionnaires ne se contentent pas de jouer les pompiers mais enfoncent le clou, affichant une cohérence dont François Fillon n’a pas fait preuve dans sa défense. Lire la suite

Programme du FN : entre nationalisme intégral et sondages, Marine Le Pen joue la montre chez « Causeur »

Dans le numéro de la revue Causeur de ce mois de janvier, Marine Le Pen donne une longue interview et montre qu’elle navigue à vue sur les orientations de son futur programme. A côté de cela, tous les coups sont bons à donner pour réaliser sa stratégie de conquête de pouvoir, y compris égratigner ou écraser si besoin l’aile nationale-libérale et conservatrice de son parti.

Faisons d’abord remarquer qu’il y a pour le Front National deux catégories de problématiques : celles qui mettent en jeu un rapport à l’étranger et celles qui sont franco-françaises. Pour la première, le programme du FN est relativement constant : tout ce qui touche à l’étranger est rejeté, taxé, discriminé. Pour les immigré-e-s (en situation régulière ou non), suppression de la scolarité gratuite pour les enfants, de l’Aide Médicale d’État (un des derniers vestiges juridiques de la charité chrétienne pourtant…), des logements d’urgence, des aides sociales. Et comme toujours, ce qui touche les immigré-e-s finit immanquablement par toucher les français-es issu-e-s de l’immigration avec l’application d’une pseudo-laïcité1 (qu’elle qualifie de « rigoriste ») qui veut interdire toute signe religieux dans l’espace public. Sont donc visées les femmes voilées musulmanes, assimilées à des fondamentalistes islamistes, avec les juifs comme ‘dégâts collatéral’. Mais puisque les chrétien-ne-s ne sont pas concerné-e-s, tout va bien : « Pour les chrétiens ce n’est pas vraiment un problème : ils vivent très bien la laïcité parce qu’ils l’ont inventée et ils n’ont pas de signes religieux ostensibles. Cela concerne les juifs, et c’est un sacrifice que je leur demande pour lutter contre les signes ostensibles qui servent de support aux revendications religieuses des fondamentalistes islamistes. ». Lire la suite

François Fillon à l’ombre de la croix celtique

Il semble intéressant de se pencher sur la « team » de François Fillon

Dans l’entourage de celui-ci flotte comme un léger parfum d’extrême droite.

Passons rapidement sur Patrick Stefanini, son directeur de campagne, qui a été le concepteur du Ministère de l’Immigration et l’Identité nationale installé par Nicolas Sarkozy. Stefanini est à l’origine du ralliement de « Sens Commun » (courroie de transmission de LR dans la Manif pour Tous) à Fillon.

Quant à Valérie Boyer, députée des Bouches du Rhône et ardente supporter de la Manif pour Tous, elle veut inscrire « les racines chrétiennes de la France » dans la Constitution. Lire la suite

Juraciste Park

 

Les croix gammées, par ci, par là

C’est une drôle d’idée. Créer une alerte Google pour « croix gammées ». Une idée d’« obsédés anti-nazie », comme on dit, dans l’Europe de 2016, où se souvenir que le fascisme régnait en maître sur le continent, il y 80 ans, suscite souvent des moues dédaigneuses.

C’est une drôle d’idée qui nous est venue à cause d’un « détail ». Qui n’en était pas un à nos yeux. Le fait de tomber sur des croix gammées par hasard. Dans les toilettes d’un café parfaitement banal, gravées sur le banc en bois d’un parc, dessinées au feutre sur l’arrêt d’un car de ramassage scolaire à la campagne. Lire la suite

FN et Ecole : Les 100 propositions du « Collectif Racine »


fn_et_ecoleLe 22 septembre dernier le collectif enseignant du Rassemblement Bleu Marine, lié au Front National, aidé du collectif étudiant Marianne membre du même rassemblement, a organisé sa « convention présidentielle de Marine Le Pen ». Cette dernière y était présente et a pu assister à ses travaux qui visaient à présenter une centaine de propositions du collectif Racine au titre de contribution au futur programme présidentiel de la leader frontiste dans le domaine de l’Ecole. L’objet de cet article est de présenter de manière critique le travail du collectif Racine et de poursuivre l’examen de l’évolution de la principale formation politique de l’extrême-droite européenne sur la question scolaire quelques mois avant l’échéance décisive des Présidentielles de 2017, ceci alors que depuis 2011 le vote pour le FN de Marine Le Pen est en constante progression au sein du monde enseignant même s’il reste très minoritaire. Pour mener cette critique, nous nous appuierons sur le texte des 100 propositions mais aussi sur les discours prononcés lors de la Convention par Marine Le Pen, Floriant Philippot, Alain Avello (président du collectif Racine) et les autres animateurs du Collectif que l’on peut retrouver dans la lettre n°11 du Collectif publié fin septembre 2016. Cependant, nous pouvons d’ores et déjà présenter le cœur de cette critique : ayant rompu dans le discours avec une opposition systématique à l’école de la République défendue par le FN de Jean-Marie Le Pen, celui de sa fille reprend à son compte le discours « réac-publicain » (voir l’ouvrage de Grégory Chambat « L’école des réac-publicains », Libertalia, 2016), développant une « nostalgie républicaine » (François Dubet) appuyé sur une lecture imaginaire et fantasmé de l’histoire de l’Ecole en France depuis 1945. Mais cette nostalgie fantasmatique lui permet d’avoir enfin prise sur une profession en crise du fait des contradictions non résolues du processus de démocratisation de l’école de la République.
Lire la suite