Archives de Catégorie: Histoire

Le premier génocide du XXe siècle: Herero et Nama face à l’Allemagne impériale


ob_a6604c_namibie-herero-travail-force-swakopmun

Des femmes Herero contraintes au travail forcé,
transportant des marchandises
dans le camp de concentration de Swakopmund.

Herero et Nama dans le Sud-Ouest africain allemand (1904-1908)

L’ouverture d’une exposition au Memorial de la Shoah à Paris permet de se pencher sur ce qui constitua une extermination planifiée.

A travers l’exposition riche de nombreux documents d’archive, d’objets et de photographies, le Mémorial de la Shoah, à Paris, se propose d’aborder cet épisode méconnu de l’histoire du colonialisme allemand. Lire la suite

Histoires au présent et Histoire : le cas Alexandre le Grand (ou pas !)

product_9782070793761_195x320Pierre Briant est un spécialiste de l’Histoire de l’Antiquité du temps d’Alexandre. Il défend l’histoire croisée et a consacré plusieurs ouvrages à Darius et à l’environnement géopolitique – comme on dirait aujourd’hui – du monde d’alors. Il cherche à comprendre, au-delà des individus aussi « grands » soient-ils, les transformations à l’œuvre. Lire la suite

L’instant même où le regard devient notre bel aujourd’hui

Pour Eric et Corrado
qui m’ont incité à lire cet ouvrage

113499_couverture_hres_0Peinture et visuel, point de vue et image, décrire et mettre en mots « Décrire une image consiste à la mettre en mots, et puisque ces mots ont leur histoire et leur vie propre, qu’ils pensent avec et contre nous mais le plus souvent derrière notre dos et sans nous, c’est dans cette opération apparemment transparente que s’immisce la catégorisation qui, par la suite, contraint la lecture ».

Palais communal de Sienne, des peintures se déployant sur trois murs, Ambrogio Lorenzetti, tout simplement un lieu. Lire la suite

Je fais partie de la cohorte de celles et ceux à qui « la vie ne suffit pas »

9782234077904-001-x_0Je m’attarde sur la belle introduction. Le titre de cette note est inspiré d’une phrase de l’auteure. Dans « Les figures du trébuchement », Régine Robin parle de ses parents, des noms, du yiddish, « C’était leur langue, la seule qu’ils maîtrisaient totalement, dans laquelle ils pensaient, aimaient, rêvaient », de la seconde guerre mondiale, du lien qu’elle établi « quelque chose du yiddish avait partie liée avec la mort ». Lire la suite

Un internationalisme en travail et parcouru de contradictions

tricon« La conférence qui rassemblera les organisations révolutionnaires est un événement historique par sa composition, car y seront représentés les deux courants de la révolution mondiale : le courant surgi avec la révolution socialiste d’Octobre et celui de la révolution nationale libératrice ». Dans son introduction, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse et du CETIM, preface-de-said-bouamama-a-son-ouvrage-la-tricontinentale/, Saïd Bouamama contextualise cette Conférence de solidarité des peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine : intervention directe et extension au Nord-Vietnam des Etats-Unis en 1965, intervention des mêmes en République dominicaine en avril 1965, assassinats de leaders et de dirigeants progressistes en Afrique (et aux Etats-Unis), néocolonialisme et nouveaux mécanismes de mise en dépendance, guerre dite froide, conflit sino-soviétique, etc…

« Quel est le bilan de la Tricontinentale ? Que reste-t-il d’un tel événement un demi-siècle plus tard ? Existe-t-il des leçons et un héritage encore utiles aujourd’hui pour les nouvelles générations de militants ? » Lire la suite

Préface d’Enzo Traverso au livre d’Ilan Halevi : Question juive – La tribu, la loi, l’espace

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

La « question juive » entre shoah et colonialisme

question_juive3b« Question juive » : cette expression apparaît au 18e siècle, lorsque les partisans des Lumières commencent à discuter sur les moyens de « rendre utiles » les juifs au sein des sociétés européennes. C’est le sens des propositions de l’Abbé Grégoire en France et du haut fonctionnaire de la Cour prussienne Wilhelm von Dohm. La formule devient d’usage courant un siècle plus tard, quand elle prend deux significations distinctes, voire antinomiques. À l’époque de l’essor des nationalismes, la « question juive » s’ajoute à nombre d’autres questions nationales qui traversent le vieux monde, de l’Allemagne à l’Italie, de la Pologne à l’Irlande. Son statut est singulier, car elle ne désigne aucune revendication nationale, mais elle concerne les juifs en tant que minorité dont l’émancipation n’est pas encore partout achevée, ou reste contrastée par l’antisémitisme. Dès la fin du 19e siècle, le sionisme se l’approprie en présentant les juifs d’Europe comme une nation irrédente1. À côté de cette acception, il y en a cependant une autre qui, en transcendant les frontières de l’histoire, donne à la « question juive » un caractère quasi ontologique en la déduisant de l’existence même des juifs. Pour les nationalismes fin-de-siècle, les juifs sont des corps étrangers et nuisibles incrustés au sein des peuples européens. La « question juive » a donc deux visages : d’une part, celui analysé par Abraham Léon et Jean-Paul Sartre dans leurs essais qui paraissent avec ce titre en 19452 ; d’autre part, celui du sinistre « Commissariat aux questions juives » du régime de Vichy, placé sous la direction de Louis Darquier de Pellepoix. La « question juive » étudiée par Ilan Halevi dans cet ouvrage, écrit plus de trente ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, est plus large et complexe, puisqu’elle intègre la naissance d’une « question palestinienne », les deux étant intimement liées. Lire la suite

Electrifier le pillage : Ce que le Maroc et Siemens cachent à la COP22, Marrakech

Méfiez-vous de ce que vous entendez au sujet des efforts du Maroc dans le secteur des énergies renouvelables.


gal_14754-27e9aL’importante croissance des programmes d’énergie renouvelable dont le Maroc fait la promotion – et jusque sur le site officiel de COP22 – ne sont pas du tout implantés au Maroc mais au Sahara Occidental, qu’il occupe illégalement et brutalement.

Le gouvernement marocain et une poignée de compagnies d’énergie renouvelable vont activement vanter leurs efforts pour le développement de solutions d’énergie verte au cours des négociations sur le climat COP22 à Marrakech, 7-18 novembre 2016. Lire la suite