Archives de Catégorie: Histoire

L’AUTRE 8 MAI 1945 : Pour la reconnaissance par le Président de la République du crime d’Etat en Algérie (Sétif, Guelma, Kherrata)

Lire la suite

Laïcité hérétique, laïcité d’émancipation

Faire basculer à gauche la laïcité, lui redonner un contenu émancipateur, lui faire retrouver un souffle critique face à l’ordre déraisonnable du monde et donc actualiser un programme d’action qui a été depuis la fin du XVIIIe siècle un synonyme de liberté, de démocratie et d’égalité. Pistes critiques. Lire la suite

Mayotte : le laboratoire d’un état d’exception permanent

Si l’on voit bien les raisons qui ont poussé Benoît Hamon, au cours de sa récente visite à La Guadeloupe, à tempérer ses critiques à l’égard du quinquennat de François Hollande – dans ce département, Manuel Valls a recueilli 75% des suffrages lors des primaires -, l’hommage qu’il a rendu à la politique conduite en Outre-mer a, cependant, de quoi surprendre. Le candidat socialiste à l’élection présidentielle de 2017 s’est-il livré à un simple calcul électoraliste, ou les dispositions juridiques concernant les étrangers (mais aussi le traitement policier qui leur est infligé) à Mayotte, tout autant qu’en Guyane ne présentent-elles rien qui soit de nature à l’inquiéter, voire à le révulser, ou ignore-t-il tout de ces questions ? Lire la suite

Damas nous tend aujourd’hui son miroir

L’histoire et ses bifurcations, la non linéarité des temps, Jean-Pierre Filiu propose des éléments au passé et au présent de cette région qui fût un des « centres » du monde. Récits et contrepoints pour la Syrie, notre histoire…

Comme le souligne l’auteur dans son introduction, « La descente aux enfers de la Syrie et de son peuple n’est ni un problème d’Arabes, ni le solde de querelles immémoriales. Elle est épouvantablement moderne, car les bourreaux de ce temps n’invoquent un glorieux passé que pour consolider leur pouvoir absolu ». Lire la suite

Les persécutions s’étendent toujours au-delà des premières victimes

« C’est arrivé et tout cela peut arriver de nouveau, c’est le noyau de ce que nous avons à dire. » Primo Levi

Je n’aborde pas le(s) racismes de la même façon que les auteur-e-s de ce petit manuel de survie démocratique. Le(s) racisme(s) sont des constructions historiques, sociales et institutionnelles, à analyser dans leurs contextes en prenant en compte les évolutions/reformulations, les persistances ou les nouveautés. Nous pouvons donc en saisir, comme pour tout autre rapport de domination, les bases matérielles – y compris les dimensions idéelles -, analyser les vecteurs institutionnels ou politiques qui y participent, et construire un programme de démocratie inclusive et de mobilisations pour y répondre… Lire la suite

Guyane : quand la colonialité dépolitise la contestation

La misère guyanaise est inconnue, enfouie, balayée sous le tapis de l’histoire coloniale du département français. Selon l’Office de l’eau en Guyane1, 46 000 personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Le taux de chômage est de 22,3 % (25% pour les femmes et 21% pour les hommes, deux fois plus élevé que celui de la métropole), et de 44 % pour les 15-24 ans. Seuls 50 % de ces jeunes sont scolarisés (60 % en métropole). Le revenu annuel moyen est inférieur de plus de 44 % à celui de l’hexagone et les bénéficiaires des minima sociaux sont trois fois plus importants. Les prix à la consommation y sont supérieurs de près de 12 %2, et cet écart augmente pour les produits alimentaires (45 %) et pour les logements (20 %). Le taux de criminalité3 est deux fois supérieur (109,33 %)4. En 2008, le nombre d’homicides a atteint le chiffre de 31,1 pour 100 000 habitants (12 fois celui de la métropole), les coups et blessures volontaires 380 pour 100 000 habitants (2 fois celui de la métropole) et les vols à main armée 96,7 pour 100 000 (plus de 20 fois celui de la métropole). Ces niveaux de violence sont notamment les conséquences d’une délinquance particulière liée à la richesse du sous-sol guyanais : l’orpaillage. La Guyane abrite en effet près de 350 sites d’orpaillage illégal, employant entre 5 000 et 10 000 personnes, alors que seules 900 personnes travaillent sur des sites d’orpaillage légaux. L’orpaillage clandestin conduit, selon les estimations de la gendarmerie nationale, à l’extraction et l’exportation illégales de 10 tonnes d’or par an. Lire la suite

Faire resurgir l’histoire des dominé-e-s, des oublié-es, des marginalisé-e-s

« En juin 1970, un scandale éclate à l’île de La Réunion : des milliers d’avortements sans consentement auraient été pratiqués par des médecins, qui auraient prétexté des opérations bénignes pour se faire ensuite rembourser par la Sécurité sociale ».

Avortement interdit en un lieu, pratiqué dans un autre lieu, un même contrôle du corps des femmes mais par des pratiques différenciées, « les politiques de reproduction sont adaptées aux besoins de la ligne de couleur dans l’organisation de la main-d’oeuvre : le ventre des femmes a été racialisé » Lire la suite