Egalité des sexes (Japon) : le Manifeste pour la parité 2022

Le 10 avril 2016 a eu lieu un événement pour célébrer le 70e anniversaire du droit de vote des femmes au Japon. Une déclaration exprimant notre volonté de « doubler le nombre de femmes parlementaires » y était adoptée. Depuis, lors de ces événements annuels organisés par le comité exécutif de la Campagne pour la parité, nous faisons une déclaration de notre volonté et de nos objectifs. En perspective du 80e anniversaire en 2026, nous nous engageons chaque année à élargir le cercle des ami.e.s déterminé.e.s à agir pour faire augmenter le nombre de femmes parlementaires.

Le comité exécutif de la Campagne pour la parité fait un travail de communication, en coopération avec diverses organisations de femmes, pour expliquer pourquoi une augmentation du nombre de femmes parlementaires est nécessaire et comment y parvenir, en diffusant des informations et des pétitions notamment par le biais des réseaux sociaux. Continuer à lire … « Egalité des sexes (Japon) : le Manifeste pour la parité 2022 »

Le droit de légitime défense : entre l’Ukraine et la Palestine 

Les pays occidentaux se sont tous opposés à l’invasion russe en Ukraine et reconnaissent le droit à la légitime défense des ukrainien·nes. Or ce même droit n’est pas reconnu quand il s’agit des Palestiniens vis-à-vis de l’occupation israélienne.

Depuis que les forces russes ont envahi l’Ukraine le 24 février, les combats se poursuivent toujours à proximité de la capitale ukrainienne dans le but d’en prendre le contrôle et d’obtenir un changement de régime, selon les médias et les responsables occidentaux. Les pays de l’Occident ont largement pris position contre l’invasion russe de l’Ukraine, en mettant en place une série de sanctions économiques sans précédent contre la Russie. En plus d’envoyer du matériel militaire et des armes pour soutenir l’armée ukrainienne, la Grande-Bretagne a également soutenu le président ukrainien, lequel a appelé tous les volontaires à venir combattre aux côtés de ses forces armées pour défendre l’Ukraine. Continuer à lire … « Le droit de légitime défense : entre l’Ukraine et la Palestine « 

Syrie : Reconstruire un projet de libération

Face à un régime qui tente de se normaliser sur la scène internationale, les forces progressistes affaiblies par 11 ans de guerre doivent s’appuyer sur des modèles de luttes internationalistes.

Plus de 11 ans après le début du soulèvement populaire qui s’est transformé en une guerre sanglante impliquant de multiples acteurs régionaux et internationaux, le régime syrien contrôle aujourd’hui près de 70 % du territoire syrien. 
Dans le même temps, le processus de normalisation du régime syrien progresse à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Le voyage de Bachar el-Assad aux Émirats arabes unis (EAU) en mars 2022 en fait partie. C’était sa première visite dans un pays de la région depuis l’éclatement du soulèvement en 2011. 
Continuer à lire … « Syrie : Reconstruire un projet de libération »

Shireen Abu Aqleh, journaliste palestinienne assassinée par Israël : des sanctions s’imposent (+ autres textes)

Ce matin, mercredi 11 mai, à Jénine, Israël a franchi un pas supplémentaire dans la violation permanente du droit et dans les crimes de guerre : Shireen Abu Aqleh, journaliste américano-palestinienne de 51 ans a été assassinée par l’armée israélienne d’une balle en pleine tête.

Un nombre important de soldats de l’armée d’occupation avaient pris d’assaut la ville de Jénine et bouclé une maison pour arrêter un jeune Palestinien. Des confrontations avec des dizaines de jeunes palestiniens s’en sont suivies. Shireen Abu Aqleh qui portait un gilet pare-balle barré du mot « PRESS » a été touchée par une balle réelle à la tête. Elle est décédée. Continuer à lire … « Shireen Abu Aqleh, journaliste palestinienne assassinée par Israël : des sanctions s’imposent (+ autres textes) »

Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta (+ textes de Hagai El-Ad, de Amira Hass, de David Shulman)

  • Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta
  • Hagai El-Ad : Une autre phase de la Nakba palestinienne, avec l’approbation de la Justice israélienne
  • Amira Hass : Les juges de la Haute Cour savent qu’Israël ne fera pas l’objet de sanctions au sujet des expulsions de Masafer Yatta
  • David Shulman : Message urgent des collines du sud d’Hébron
  • Manifestation d’urgence – Arrêtez les déplacements forcés à Masafer Yatta (zone de tir 918).


ICAHD

Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta

Le Comité Israélien Contre les Démolitions de Maisons (Icahd) condamne la décision de la cour suprême israélienne ouvrant droit au transfert forcé de palestiniens de leurs maisons et de leurs terres dans la région cisjordanienne de Masafer Yatta Continuer à lire … « Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta (+ textes de Hagai El-Ad, de Amira Hass, de David Shulman) »

Communiqué unitaire. Turquie : Nous condamnons la décision politique dans le procès Gezi et exigeons la libération immédiate de l’ensemble des détenus

Paris, le 3 mai 2022
Le lundi 25 avril 2022, la justice turque a prononcé un verdict qui confirme un point de non-retour pour ce qui reste du système judiciaire en Turquie.
A l’issue du procès dit de « Gezi », Osman Kavala, entrepreneur philanthrope, figure importante de la société civile et détenu depuis 4 ans malgré les décisions de la CEDH et de la Cour constitutionnelle de Turquie, a été condamné à la perpétuité aggravée – la peine maximale – pour « tentative de renversement du gouvernement ».
Continuer à lire … « Communiqué unitaire. Turquie : Nous condamnons la décision politique dans le procès Gezi et exigeons la libération immédiate de l’ensemble des détenus »

Comprendre le soulèvement populaire au Sri Lanka

Depuis deux ans, le Sri Lanka connaît la plus grave crise économique depuis son indépendance en 1948. La multiplication des pénuries dans tous les domaines (aliments, carburants, médicaments, etc.), l’inflation galopante et les coupures d’électricité frappent très durement la population. Celle-ci se soulève massivement depuis plusieurs semaines, en dépit de l’imposition d’un couvre-feu et d’une coupure des réseaux sociaux, pour exiger la démission du gouvernement. 

Dans cet entretien, originellement publié en anglais dans le journal en ligne Himal SouthAsian, l’économiste Ahilan Kadirgamar analyse les origines de cette crise historique qu’il relie aux politiques néolibérales menées de manière autoritaire dans le pays depuis la fin des années 1970 et l’intégration de celui-ci au capital financier global. Le pays est, selon lui, désormais parvenu à un véritable point de basculement, dont l’issue dépend de l’affrontement en cours entre les classes sociales et de la capacité des travailleurs·ses à imposer une redistribution des richesses.  Continuer à lire … « Comprendre le soulèvement populaire au Sri Lanka »

Les otages de la Résistance de Gezi

Le 25 avril 2022, la « justice » turque a été l’auteur d’un nouveau scandale : Osman Kavala, homme de paix et de dialogue culturel, est condamné à perpétuité, sans réduction de peine. Et sept intellectuel.es, artistes, militant.es pacifistes sont condamnés à 18 ans de prison. Prenez bien note de ces noms : Mücella Yapici, 73 ans, secrétaire générale de l’Ordre des Architectes, Can Atalay, avocat des plusieurs intellectuel.es et militant.es, Çiğdem Mater, réalisatrice et fondatrice du mouvement « Les Ami.es de Hrant Dink », Tayfun Kahraman, universitaire urbaniste, Hakan Altinay, directeur de l’European School of Politics et président de la Global Civics Academy, Yigit Ekmeçi, l’un des fondateurs de nombreuses institutions éducatives, notamment l’Université Bilgi et la Fondation Nesin. et Mine Özerdem, militante associative. Continuer à lire … « Les otages de la Résistance de Gezi »

En Inde, l’économie des petits boulots trahit les travailleuses

« Nous vous confierons des emplois en fonction du nombre d’heures et de jours où vous êtes disponible pour travailler. Si vous souhaitez travailler pendant deux heures, nous vous affecterons du travail uniquement pendant deux heures. Nous vous proposerons des missions un jour à l’avance et les missions auront lieu dans votre région afin que vous ne perdiez pas de temps dans les déplacements ». Voilà ce que son manager a dit à Seema Singh, 35 ans, lorsqu’elle a rejoint Urban Company, il y a quatre ans. Urban Company est une plate-forme en ligne qui propose des services professionnels à la demande et à domicile, notamment des soins de beauté ou du nettoyage professionnel. Continuer à lire … « En Inde, l’économie des petits boulots trahit les travailleuses »

Paysannes indiennes : une année de lutte intense

Chukki Nanjundaswamy, de Via Campesina, a évoqué ce qui s’est passé après les mobilisations et les protestations des agricultrices et agriculteurs dans le pays

Depuis novembre 2020, les paysannes indiennes se battent pour leurs droits, qui sont constamment menacés par le gouvernement autoritaire d’extrême droite dirigé par le Premier ministre Narendra Modi. Le pays lutte en partenariat avec des multinationales contre le programme de Modi, qui met en danger la vie de nombreux agriculteurs du pays, en particulier des femmes. 80% de la nourriture indienne est produite par des femmes. Elles sont majoritaires dans les champs et les plantations, même si elles ne sont pas officiellement considérées comme des agricultrices. Et ce sont elles qui souffrent le plus du manque de politiques publiques. Continuer à lire … « Paysannes indiennes : une année de lutte intense »

Ayman Odeh a raison: pourquoi les Palestiniens devraient-ils servir dans la police de l’occupant ? (+ texte de Gideon Levy)

[Le dimanche 17 avril, des dizaines de policiers des forces spéciales israéliennes ont piégé des fidèles musulmans, observant le Ramadan, dans des salles de prière de la mosquée Al-Aqsa, faisant de nombreux blessés. De plus, des militants israéliens d’extrême droite et des colons, protégés par les forces lourdement armées, ont pris d’assaut Al-Aqsa pour, affirmaient-ils, marquer la fête de la Pâque juive. Cela s’inscrit dans l’exigence de certains de détruire la mosquée, dans la perspective de faire place à un « troisième temple ». Cette répression et agression donnaient suite à la tentative violente, le vendredi 15 avril, d’expulser des fidèles musulmans de la mosquée. La collusion entre les forces de répression israéliennes et les provocations des colons et autres intégristes donnent tout leur sens à la demande faite par le député Ayman Odeh : un refus de toute collaboration de policiers « arabes israéliens » à participer au système de répression de l’occupant. Les racines de la brutalité avec laquelle les «acteurs juifs du pouvoir occupant» ont réagi à cette déclaration sont exposées par l’auteure, Orly Noy, de l’article publié ci-dessous. Réd.A l’Encontre]

Dimanche soir 10 avril, le président de la Liste unifiée Ayman Odeh [député de la Knesset depuis le 31 mars 2015, réélu en 2019, 2020 et 2021] a publié une vidéo sur sa page Facebook en l’honneur du Ramadan, dans laquelle il se tenait à la Porte de Damas de la vieille ville de Jérusalem, appelant les policiers arabes en Israël à jeter leurs armes et à quitter leur travail. Ce faisant, il a réveillé de nombreux démons – dont aucun n’était vraiment endormi. Continuer à lire … « Ayman Odeh a raison: pourquoi les Palestiniens devraient-ils servir dans la police de l’occupant ? (+ texte de Gideon Levy) »

Des détenu·e·s malades qu’on abandonne, sur fond de crise de l’impunité pour les dénis meurtriers d’accès aux soins

Les autorités carcérales iraniennes portent atteinte au droit à la vie de manière choquante, en privant délibérément de soins de santé vitaux des détenu·e·s malades, et en refusant d’enquêter sur les morts en détention résultant d’actes illégaux et d’amener les responsables présumés à rendre des comptes, a déclaré Amnesty International mardi 12 avril. Dans un nouveau rapport, intitulé In death’s waiting room: Deaths in custody following deliberate denial of medical care in Iran’s prisons, l’organisation montre que les autorités carcérales causent régulièrement des décès en prison ou y contribuent, notamment en bloquant ou en retardant l’accès des détenu·e·s à une hospitalisation en urgence.

Conformément à des pratiques profondément ancrées dont découle une impunité systématique en Iran, les autorités continuent à refuser de diligenter la moindre enquête indépendante et transparente sur les morts en détention qui auraient été précédées d’un refus de soins, et ne font pas le nécessaire pour que les personnes soupçonnées d’être pénalement responsables soient poursuivies et sanctionnées. Continuer à lire … « Des détenu·e·s malades qu’on abandonne, sur fond de crise de l’impunité pour les dénis meurtriers d’accès aux soins »

Drôle de temps, ami

J’ai cherché pendant longtemps une image de l’exil. Une image qui engloberait toutes les définitions de l’exil.

Une image de l’exilé. Un mot, un tableau, un vers, une photo qui viendrait rassembler tous les visages de ceux qui ont quitté un jour leur pays sans regarder derrière eux avec la culpabilité de celui qui laisse mourir en silence un malade sur son lit.

J’ai ouvert des livres pour ça : des romans écrits par d’autres, des recueils de poèmes, des contes.

J’ai regardé attentivement pendant des heures des films qui faisaient vivre ou revivre ceux qui ont dû abandonner la terre natale. J’ai aussi regardé des documentaires sur les réfugiés, les immigrés, les clandestins, les sans-papiers pour comprendre ce qui pouvait tous nous réunir. J’ai trouvé un jour ce vers de Rûmî, au commencement du Mesnevi : « Écoute la plainte de la flûte qui se sépare du roseau ». La séparation est à l’origine du chant. L’exilé séparé de son origine, de son pays peut se métamorphoser en chant comme le ney, cette flute iranienne, au son étouffé et plaintif. Continuer à lire … « Drôle de temps, ami »

Les femmes palestiniennes et la souveraineté territoriale

Le conflit pour la terre constitue un axe central de la vie des peuples. La terre est la principale source de ressources naturelles et est l’espace sur lequel la vie des sociétés humaines a évolué. La connexion avec la terre est une relation objective pertinente au développement et à la continuité de nos vies, que ce lien soit direct et quotidien par le travail et l’investissement sur la terre, ou indirect. Le lien avec la terre est présent sur les plans politique, économique et social, là où la question de la souveraineté territoriale occupe une place prépondérante dans les conflits locaux, nationaux et internationaux.

Les puissances capitalistes et coloniales cherchent à contrôler la terre par tous les moyens. Ils utilisent une variété de méthodes brutales telles que les guerres, les massacres, les sièges, les sanctions, les pressions, les bases militaires et les politiques économiques menées par des cartels capitalistes tels que la Banque mondiale. Tout cela s’accompagne de méthodes de contrôle et de domination des peuples, appauvris et transformés en outils au service des intérêts et des ambitions coloniales et capitalistes.

D’autre part, la lutte se poursuit pour une transformation révolutionnaire basée sur l’égalité, le droit à l’autodétermination et à la souveraineté, et sur l’élimination de toute forme d’oppression et de discrimination, pour le bien d’un monde dans lequel prévaut la justice. De toute évidence, les femmes mènent cette lutte en tant que compagnes et leaders, à un moment où leurs souffrances dues à diverses formes de persécution et de discrimination sont multipliées par le pouvoir des structures patriarcales régnantes. Continuer à lire … « Les femmes palestiniennes et la souveraineté territoriale »

Au Liban, un féminisme radical « de survie »

Affublée d’une réputation peu enviable comme étant la ville la plus pauvre, la plus conservatrice et la plus dangereuse du pays, Tripoli fait peur. Pourtant, la deuxième ville du Liban a émergé comme place forte d’un mouvement révolutionnaire combatif lors de la révolution (« Thawra ») de 2019, obtenant même le surnom glorieux d’« épouse de la révolution ». Les revendications féministes des révolutionnaires ont secoué Tripoli, ressuscitant son passé progressiste.

Ancienne capitale culturelle sous l’empire Ottoman (1516-1918), la capitale du Nord a été supplantée et marginalisée par Beyrouth depuis le mandat français (1918-1946) et le régime politique qui l’a suivi, opposé au panarabisme et au communisme que prônaient de nombreux.ses Tripolitain.e.s. Après la guerre civile (1975-1990), la population exsangue a été oubliée par l’État central, renforçant un système politique néolibéral et confessionnel. Je suis allé à la rencontre de deux féministes qui, en adoptant des approches différentes, dénoncent la « guerre économique faite aux femmes » par un patriarcat capitaliste et religieux. Continuer à lire … « Au Liban, un féminisme radical « de survie » »

Appel urgent des féministes sri-lankaises pour faire face à la crise humanitaire provoquée par l’effondrement économique du Sri Lanka

Le Sri Lanka est confronté à la pire crise économique de son histoire depuis son indépendance. Des pénuries généralisées de nourriture et de carburant paralysent la vie des gens. Cette situation, qui dure déjà depuis plusieurs semaines, donne lieu à d’importantes manifestations qui sont violemment réprimées. Nous craignons une escalade de violence face à la multiplication de protestations pacifiques de citoyens ordinaires contre cette situation injuste. C’est bien d’une crise humanitaire qu’il s’agit, à l’échelle du pays. Ces circonstances dramatiques vont précipiter davantage de personnes dans la pauvreté et à accroître les inégalités, faisant reculer le pays de plusieurs années. Les femmes sont en première ligne face à cette crise – dans les files d’attente pour l’essence, les files d’attente pour les produits alimentaires essentiels et dans les manifestations. Continuer à lire … « Appel urgent des féministes sri-lankaises pour faire face à la crise humanitaire provoquée par l’effondrement économique du Sri Lanka »

La punition collective ne devrait pas être normale (+ texte d’Amira Hass)

La réponse d’Israël à une série d’attaques meurtrières à Be’er Sheva, Hadera et Bnei Brak au cours des deux dernières semaines était aussi prévisible que malveillante. Jusqu’à présent, les autorités semblent croire que les quatre assaillants palestiniens – trois citoyens d’Israël et un résident de Cisjordanie – ont agi de leur propre chef et sans le soutien d’une organisation, bien que les trois premiers se soient identifiés à l’État islamique. Cela n’a pas empêché les autorités de réagir selon leur habitude.

Dans les jours qui ont suivi, la police a intensifié ses patrouilles dans les villes arabes d’Israël, a procédé à des interpellations de citoyens palestiniens dans les quartiers et les espaces publics juifs et a pris des mesures contre les Palestiniens travaillant en Israël sans permis. Plusieurs municipalités ont ordonné aux entreprises de construction de ne plus employer d’ouvriers palestiniens, tandis que certaines écoles israéliennes ont demandé au personnel d’entretien arabe de ne travailler qu’après le retour des élèves. Parallèlement aux raids menés en Cisjordanie, les soldats ont empêché les travailleurs palestiniens d’entrer en Israël par les parties ouvertes de la barrière de séparation, qui, pendant des années, n’avaient pas été perturbées avec le consentement tranquille de l’armée. Continuer à lire … « La punition collective ne devrait pas être normale (+ texte d’Amira Hass) »

L’acte de manifester pour la démocratie constitue un engagement féministe à part entière

63c2c8bc-8c23-63f8-dd3b-c0960e55e605

« Dans un contexte d’éducation massive, d’urbanisation rapide et de transition démographique, des réalités nouvelles sont apparues, comme l’écart dans la réussite scolaire entre les deux sexes dans de nombreux pays en faveur des filles ». Dans son édito, Révoltes arabes : de femmes à féministes, Mahdia Belkadi discute, entre autres, de l’instrumentalisation des femmes par un certain « féminisme d’Etat », des politiques coloniales de dévoilement, de l’islamisation de l’espace public, de scolarisation et d’absence de perspectives d’autonomisation, d’aspiration à « une citoyenneté pleine et entière », des révolutions arabes et des sociétés en mutation, d’engagements féministes, d’honneur à géométrie variable, « l’honneur du groupe, placé dans le corps de « ses » femmes », de la mixité refusée par certains, de la visibilité impressionnante des femmes dans les manifestations, « Déjà présentes dans des espaces devenus mixtes, comme l’université ou la fonction publique, les femmes bouleversent les codes conventionnels en investissant, presque naturellement, le dernier espace public réticent à leur présence : la rue », des agressions sexuelles lors des manifestations place Tahir (Egypte), des expéditions punitives contre des femmes en Algérie, des saoudiennes, de présence des femmes et de présence féministe, « pour beaucoup de femmes, compte tenu du contexte dans lequel elles évoluent, l’acte de manifester pour la démocratie constitue un engagement féministe à part entière », de défiance du « système » et de défiance du patriarcat, d’opportunité historique, « Les périodes de transition qui suivent les élections – remportées par les islamistes – sont caractérisées par une mobilisation des féministes dans le sens d’une préservation des acquis plus que d’une amélioration du statut », du mouvement palestinien Tâli’at et de prise en main de leur narrative, « Puisant leur légitimité dans la violence qu’elles subissent et dans les luttes de leurs aïeules, les féministes arabes renégocient leur implication dans les révoltes et posent l’oppression des femmes comme problème politique », de la convocation du passé « pour mieux tracer l’avenir », des efforts des « frères » pour tenter de préserver les derniers pans de leur conception de l’« honneur », de l’espace virtuel occupée « pour mieux conquérir l’espace public physique »… Continuer à lire … « L’acte de manifester pour la démocratie constitue un engagement féministe à part entière »

Aide humanitaire aux enfants de Gaza

Cher/es ami/es,

C’est précisément à ce moment-ci, alors que toute l’attention publique est portée sur la souffrance des Ukrainiens et la terrible catastrophe qu’ils subissent, qu’il est impératif de se souvenir des résident·es de Gaza qui souffrent de l’occupation israélienne, ici, tout près de nos demeures.

La situation a Gaza continue à être dramatique, et c’est pourquoi nous voulons, localement, collecter des dons matériels pour les enfants de Gaza malades du cancer, en plus de contributions en cash avec lesquelles nous achèterons les biens nécessaires que nous convoierons vers Gaza.

Les règles strictes dictées par les autorités frontalières israéliennes n’autorisent que du matériel nouveau, et pas des produits d’occasion. Nous voulons envoyer a Gaza Continuer à lire … « Aide humanitaire aux enfants de Gaza »

Comment le mouvement syndical a contribué à mettre en échec la législation favorable aux entreprises en Inde et en Indonésie (+ Inde : Grève générale massive de deux jours)

À la fin de l’année 2021, en Asie, deux mouvements qui ont mené une lutte acharnée ont vu leurs efforts porter leurs fruits : les travailleurs ont remporté des victoires en Inde et en Indonésie contre les mesures gouvernementales visant à réduire les droits du travail au nom de la croissance économique. En novembre 2021, en Inde, les manifestations menées par les agriculteurs, qui avaient occupé les rues du pays pendant plus d’un an, ont forcé le gouvernement à abroger ses lois agricoles qui avaient suscité de très fortes critiques. Continuer à lire … « Comment le mouvement syndical a contribué à mettre en échec la législation favorable aux entreprises en Inde et en Indonésie (+ Inde : Grève générale massive de deux jours) »