Archives de Catégorie: Asie

Syrie : Entre mauvaise conscience et mauvaise foi. Confusions françaises

Face à l’énormité de la catastrophe syrienne, la faiblesse des mobilisations en solidarité avec le peuple syrien tout au long des dernières années interroge.

C’est l’espoir porté par les révolutions arabes qui est noyé dans le sang : un dictateur s’est montré capable de détruire son pays et massacrer son peuple pour sauver son pouvoir, et pour cela il a reçu l’appui massif d’armées étrangères… La dite Communauté internationale est restée impuissante, le droit international a été piétiné.

D’où un vertige : comment cela est-il possible ?

Et aussi le désarroi, qui conduit à un sentiment d’impuissance devant un tel drame.

Mais cela, qu’on peut comprendre, ne doit pas faire oublier que cette paralysie résulte aussi, et peut-être principalement, de certaines explications et analyses visant à exploiter et aggraver la confusion des esprits à propos de ce qui se passe en Syrie. Ici, la responsabilité des uns et des autres est entièrement engagée. Lire la suite

Le soldat franco-israélien Elor Azaria, reconnu coupable d’homicide, a en fait agi selon la norme

Depuis un an et demi, des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants palestiniens ont été tués, bien qu’ils eussent pu être maîtrisés quand ils étaient encore en vie. La différence entre eux et Azaria [qui a assassiné d’une balle dans la tête un Palestinien gisant à terre] est que lui, il a été filmé.

Il y a une chose sur laquelle les Palestiniens sont d’accord avec Elor Azaria et ses partisans : il n’était pas le seul, et il a juste eu la malchance d’être filmé à son insu. Les Palestiniens conviennent avec Azaria et ses partisans qu’il respectait la norme et faisait exactement ce que les autres soldats font – à savoir tirer avec l’intention de tuer, même quand aucune vie n’est en danger. Lire la suite

INTERVIEW – Yonatan Shapira : « La lutte est désormais pour l’égalité des droits de tous »

Yonatan Shapira, refuznik et activiste de la paix israélien, a parlé à Middle East Eye de son cheminement personnel, de l’activisme pro-palestinien et des perspectives de paix en Palestine

Yonatan Shapira est un « refuznik » israélien, un de celles et ceux qui refusent ouvertement de servir l’armée israélienne dans les territoires palestiniens occupés. En 2003, il publiait avec 26 autres pilotes de l’armée une lettre ouverte dénonçant les attaques « illégales et immorales que l’État d’Israël effectue dans les territoires palestiniens ». Lire la suite

Continuités et discontinuités dans l’histoire « juive »

question_juive3bDe la préface de Michel Warschawski, preface-de-michel-warschawski-au-livre-dilan-halevi-question-juive-la-tribu-la-loi-lespace/ publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, je ne souligne que certains éléments dont la discontinuité entre l’histoire des juifs et des juives et celle du colonialisme sioniste en Palestine, la réalité d’une communauté ou entité nationale juive-israélienne. Il me semble cependant préférable de parler d’entité nationale israélienne, non pour nier sa composante très majoritairement juive (personnes se considérant comme juif/juive), mais plutôt pour prendre en compte des complexités non réductibles aux (auto)-assignations « identitaires ».

« Mais après cette relecture de Question juive, j’ajouterai que les communautés juives à travers le monde, y compris celle d’Israël, sont elles aussi en manque d’une réflexion sur l’existence juive, qui soit à la fois historique et ancrée dans les contingences du présent, un travail de fond sur la question juive, ou plutôt les questions juives à l’aube du troisième millénaire. Question juive d’Ilan Halevi devra être le point de départ d’une telle démarche ».

Suit une très belle préface d’Enzo Traverso, preface-denzo-traverso-au-livre-dilan-halevi-question-juive-la-tribu-la-loi-lespace/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse. De cet riche texte, je n’indique que certains éléments : à commencer par la contextualisation de l’expression « Question juive », « A l’époque de l’essor des nationalismes, la « question juive » s’ajoute à nombre d’autres questions nationales qui traversent le vieux monde, de l’Allemagne à l’Italie, de la Pologne à l’Irlande ». Comme le souligne le préfacier, son statut est cependant singulier, elle ne désignait pas une revendication nationale mais « elle concerne les juifs en tant que minorité dont l’émancipation n’est pas encore partout achevée, ou reste contrastée par l’antisémitisme ». Lire la suite

Sobrement, personnellement, simplement : je ne veux pas être complice

f7b37302-046d-455b-b8f8-2516218663cc-1Des chroniques mais pas uniquement. Des textes d’une grande force politique mais pas seulement. Une écrivaine dit la répression, les mort-e-s, les ressentis en soi. Plus que des témoignages, une implication directe et exigeante, la poésie et les mots pour le dire. « Entre l’impossibilité de partir et celle de rester, je me suis repliée sur moi-même comme un point d’interrogation qui se tord le ventre ».

Je mets l’accent, en laissant libre cours à ma subjectivité, sur quelques bribes et descriptions. J’espère que les citations choisies inciteront à entrer dans l’univers singulier d’une écrivaine qui ne saurait être réduite à la dénonciation politique des ignominies. Lire la suite

Le journal féministe « Şûjin » à langue qui pique


sujin-lancement

Avec la naissance de Şûjin, aucune censure, interdiction, décret ne peuvent vraiment arrêter les femmes, dans leur lutte pour s’approprier leur liberté.

Une nouvelle source d’information, féministe est lancée. Nous avions Jinha, l’agence d’information féministe, dont tous les membres était des femmes, une première au monde. Le régime turc a interdit Jinha, fermé ses locaux, scellé ses portes. Lire la suite

La Haye : Les raisons de la jubilation des Palestiniens et des craintes d’Israël

Le nouveau soutien du Conseil de sécurité pourrait faire que la procédure à la Cour Pénale Internationale ose faire le pas d’un examen préliminaire à une enquête sur les colonies.

Jeudi, après que l’Égypte a repoussé la présentation de sa proposition de résolution au sujet des colonies, le Président palestinien Mahmoud Abbas a appelé le Président égyptien Abdel-Fatah al-Sissi et lui a dit : « Nous irons de l’avant, même sans vous », a rapporté un représentant de l’OLP à Haaretz. Lire la suite