Archives de Catégorie: Asie

Un pyromane planétaire

(Université de Yale – New Haven – Connecticut 06520 – États-Unis – 9 Décembre 2017)

Donald Trump, contrairement à ce qu’indiquent de nombreux commentateurs, n’a pas reconnu Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël. On reconnaît quelque chose qui existe. Or, en réalité, comme en droit international et en géopolitique tout court, Jérusalem n’est pas la capitale d’Israël. Lire la suite

Publicités

Et si Trump était payé ?

L’annonce a été faite le 6 décembre 2017. Le président des États-Unis en exercice transfère son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Les réactions n’ont pas tardé et ce qu’on en sait en France par l’intermédiaire des médias reste très sélectif : on parle de fin du processus de paix en cours au Moyen-Orient, de deuxième intifada déclarée par le Hamas, de commentaires négatifs du président Macron ou encore de la Chancelière allemande. Peu retiennent les promesses du candidat conservateur à ses alliés : les suprématistes blancs, les évangélistes – chrétiens pro-sionistes (inconditionnels de la droite dure israélienne)1 –, les magnats des lobbys israéliens sur le territoire américain – dont son plus gros donateur, « le roi des casinos », Sheldon Adelson, soutien très proche de Benyamin Netanyahu et de sa politique de colonisation en Cisjordanie, et son épouse, Miriam Ochsorn. Ce choix de capitale israélienne est en effet ancien – années Reagan – et répond aux attentes d’un socle électoral qui a payé pour avoir un VRP obéissant à la tête de leur pays – le couple Adelson a versé a lui seul 83 millions de dollars pour la campagne présidentielle du Républicain. Trump, le « mâle aux multiples cultes », fait bien l’affaire. En opportuniste arrogant, il entend honorer ses dettes et plus encore remplir les caisses de sa prochaine campagne, voire directement les siennes. Lire la suite

Jérusalem : Face au droit, le fait accompli

Communiqué de l’AFPS

Le Président des États-Unis semble avoir parfaitement assimilé la politique israélienne du fait accompli. Il y a 70 ans Israël s’est emparé de la partie Ouest de la ville en violation du plan de partage décidé par l’ONU, et il y a 50 ans, il occupait Jérusalem-Est pour l’annexer et ensuite « l’unifier » pour la décréter « sa capitale éternelle, une et indivisible ». Lire la suite

Aslı Erdoğan : « La liberté est un mot qui ne peut être réduit au silence »

Le 21 novembre dernier, soit deux jours après son passage à Marseille, Aslı Erdoğan était invitée par le journal italien La Repubblica à s’exprimer sur la liberté d’expression. A Rome, devant un parterre de journalistes, elle fit le récit de sa recherche de vérité, dans un pays emprisonnant qui ose l’écrire… Lire la suite

Sauvons les Rohingya de Birmanie : halte à l’épuration ethnique

Lors de la visite du pape François en Birmanie, le chef local de l’Eglise catholique lui a demandé de ne pas utiliser le terme Rohingya, afin de ne pas déplaire aux autorités birmanes. Les chefs de l’armée et les extrémistes rejettent en effet cette dénomination, car elle représente à leurs yeux une reconnaissance de l’existence de cette minorité nationale. Ils ne veulent reconnaître aucun droit collectif à cette population et la rangent dans la catégorie des « étrangers et apatrides », migrants musulmans tout juste arrivés du Bangladesh voisin. Lire la suite

Israël agit comme une organisation criminelle qui fonctionne selon ses propres lois

Editorial d’Haaretz, le 17 novembre 2017

Mercredi, le Procureur général Avichai Mendelblit a autorisé la confiscation de terres privées palestiniennes pour les besoins de colons en Cisjordanie. Sa démarche faisait suite à une requête de la ministre de la Justice Ayelet Shaked pour le revêtement d’une route vers l’avant-poste illégal Harasha, sans laquelle il serait impossible de le « légitimer ». Lire la suite

Une autre histoire de drapeaux rouges

Dans son introduction, introduction-delliot-liu-a-son-ouvrage-revolution-et-contre-revolution-en-chine-maoiste/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Elliot Liu revient sur le long cours de la révolution chinoise au vingtième siècle, les théories et les stratégies de Mao Zedong, les problèmes de bureaucratisation et d’autoritarisme, l’« activité révolutionnaire autonome du prolétariat chinois », la critique interne du stalinisme et ses limites. « Ce livre se veut une première tentative d’interrogation des concepts maoïstes dans cette perspective. Il reviendra à d’autres militants d’approfondir ce travail. C’est lorsque le maoïsme est soumis à une critique immanente et « digéré » de cette façon qu’il devient possible de réassembler des composants du maoïsme dans un projet politique cohérent et adéquat pour la situation actuelle ». Lire la suite