L’Iran manifeste contre le hijab obligatoire et la violence d’État

Le meurtre de Mahsa Amini, une jeune femme kurde iranienne, par la police des mœurs de Téhéran a suscité d’importantes protestations dans plusieurs villes d’Iran. Mahsa Amini, 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre en raison de son hijab « inapproprié » et est décédée peu après, tombée dans le coma après avoir été violemment battue par la police.

Les manifestations de rue qui ont suivi sa mort ont eu lieu dans plusieurs villes du Kurdistan, ainsi qu’à Téhéran, Ispahan, Rasht et Mashhad, et ont rassemblé des dizaines de milliers de femmes et d’hommes, jeunes et vieux. À Téhéran, des manifestantes ont courageusement retiré leur foulard en criant « Notre hijab sera le nœud coulant autour de votre cou » et « Ni monarchie, ni clergé » » Les manifestations de masse axées sur la défense des droits des femmes sont sans précédent depuis les manifestations de femmes du 8 mars 1979 qui se sont opposées à la prise de pouvoir des fondamentalistes islamiques lors de la révolution de 1979 contre la monarchie. Continuer à lire … « L’Iran manifeste contre le hijab obligatoire et la violence d’État »

Les organisations de femmes palestiniennes se battent pour la liberté

L’Union des comités de femmes palestiniennes défend son rôle historique dans la lutte contre l’occupation israélienne

L’Union des comités des femmes palestiniennes (UCFP) est une organisation féministe, populaire, civile et progressiste fondée en 1980. Depuis lors, l’entité s’est toujours battue pour construire une société palestinienne civile, démocratique et progressiste, exempte de toute forme de discrimination, dans la poursuite de la justice. L’Union vise à améliorer la situation des femmes palestiniennes et à leur donner les moyens d’assurer une égalité réelle entre les hommes et les femmes et la justice sociale pour tous les secteurs de la société. Continuer à lire … « Les organisations de femmes palestiniennes se battent pour la liberté »

La junte birmane réprime les syndicats et viole les droits des travailleurs

Les organisations de défense des droits des travailleurs au Myanmar ont déclaré que le régime militaire a violé à plusieurs reprises les droits des travailleurs, notamment la liberté d’association syndicale, depuis le coup d’État de l’année dernière. Daw Moe Sandar Myint, présidente de la Federation of General Workers Myanmar (FGWM), qui travaille désormais dans une région du pays qui n’est pas sous le contrôle de la junte, a déclaré que la liberté d’association des travailleurs syndiqués a cessé depuis la prise de pouvoir par les militaires. Continuer à lire … « La junte birmane réprime les syndicats et viole les droits des travailleurs »

Solidarité avec toutes les femmes soumises au port du voile obligatoire !

Solidarité avec celles qui refusent de le porter et risquent leurs vies !

Aujourd’hui 21 septembre, journée Internationale pour la Paix, nous avons une pensée très triste et une rage sans limite face à la barbarie dont sont victimes les femmes.

Risquer sa vie pour un geste minime de liberté, mourir pour quelques cheveux qui dépassent d’un foulard, d’un voile, non conformes aux diktats de criminels qui rendent les femmes esclaves, objets de leur volonté de domination, coupables de leurs pulsions

Parce que son voile était mal ajusté, Mahsa Amini, jeune femme kurde domiciliée à Téhéran, a été arrêtée le 13 septembre. Maltraitée par la police, elle en est morte. Dans plusieurs villes iraniennes, des manifestant.es clament leur indignation et plusieurs d’entre eux ont été tué.es par la police. Continuer à lire … « Solidarité avec toutes les femmes soumises au port du voile obligatoire !« 

La subversion n’est pas seulement essentielle à la démocratie ; elle est fondatrice de notre humanité

shah-small227

Ce livre a une forme particulière, il s’agit d’« un récit non fictionnel à la première personne construit à partir d’articles universitaires ». Alpa Sha parle de son expérience d’immersion dans la jungle avec la guérilla, du quotidien partagé, des contradictions de cette forme particulière de lutte contre les pouvoirs étatiques et les exactions de militaires. Elle présente certaines personnes emblématiques avec empathie et regard critique, [« Critique sans dézinguer la lutte, voilà qui n’est pas facile, et c’est justement le tour de force d’Alpa Shah » – préface de l’éditrice], discute des pratiques sociales des adivasis et des membres de la guérilla, souligne les difficultés liées aux choix idéologiques et aux pratiques sociales (dont les effets des socialisations), aborde les questions de justice sociale et d’émancipation. L’autrice mêle réflexions sur le quotidien, les comportements, l’engagement, les effets de luttes armées et de la violence, les dangers et les dérives, les compromis et la reproduction des relations de domination, les éléments de morale renforçant les asymétries dans les rapports sociaux de sexe, les intérêts communs ou contradictoires des un·es et des autres… Continuer à lire … « La subversion n’est pas seulement essentielle à la démocratie ; elle est fondatrice de notre humanité« 

Des syndicalistes se battent à Hong Kong

Wong Wai-man, plus connu sous le nom d’Ah Man, avait l’habitude de transporter une pile de formulaires de demande d’adhésion à un syndicat dans son sac à dos, où qu’il aille. Après la grève historique des sidérurgistes en 2007, ce professionnel des poutres métalliques, âgé de 66 ans et doté d’une barbe blanche aussi fournie que celle d’Albus Dumbledore dans la série Harry Potter, a fondé un syndicat et a passé une grande partie de son temps à voyager entre les sites de construction pour persuader les travailleurs de le rejoindre. Continuer à lire … « Des syndicalistes se battent à Hong Kong »

Stop au ghetto à Gaza

gmnqu

Chères amies, Chers amis,

Nous allons participer à une initiative importante le samedi 29 octobre prochain, avec beaucoup d’amis belges et de nombreux Palestiniens de la diaspora en Europe, pour aller demander des comptes à l’Union Européenne. Nous vous appelons à une très forte participation à cette journée, qui consistera en une marche suivie par un immense rassemblement devant le parlement européen de Bruxelles. Continuer à lire … « Stop au ghetto à Gaza« 

La crise du détroit de Taïwan : conflits géopolitiques et droit des Taïwanais.es à s’autodéterminer

Au début du mois d’août, la tension est montée d’un (gros) cran après la visite éclair de Nancy Pélosi à Taipei [1] et la « sur-réaction » de Pékin. Même si l’invasion de l’Île n’a alors jamais été à l’ordre du jour, la dynamique de militarisation de l’Asie-Pacifique s’accélère et le conflit entre la Chine et les Etats-Unis s’aiguise. Cependant, les préoccupations géopolitiques ne doivent pas occulter le droit des Taïwanais.es à s’autodéterminer. Un mois plus tard, essayons de faire le point. Continuer à lire … « La crise du détroit de Taïwan : conflits géopolitiques et droit des Taïwanais.es à s’autodéterminer »

Double peine pour le Pakistan, noyé sous les inondations et les dettes (+ autres textes)

Les inondations dévastatrices qui ont frappé le Pakistan ont tué plus de 1 200 personnes, dont 400 enfants, depuis le 14 juin. Elles ont déplacé environ 33 millions de personnes et compromis les moyens de subsistance de la population avec la perte d’environ un million de têtes de bétail. En outre, les inondations ont emporté au moins un million de maisons et endommagé autant d’hectares de terres agricoles, soit 45% des cultures du Sind, du sud du Pendjab et du Baloutchistan, laissant présager une pénurie alimentaire imminente. Ces inondations sans précédent ont frappé l’économie pakistanaise de plein fouet, provoquant des pertes de l’ordre de 10 milliards de dollars [1] selon les premières estimations. Au total, un tiers du Pakistan, soit une superficie équivalente à celle du Royaume-Uni, a été inondé. Pourtant, les dettes et les paiements extérieurs du pays limitent considérablement la capacité du gouvernement à aider la population touchée par ces terribles inondations. Après les dernières méga-inondations de 2010, le pays vacille à nouveau sous l’effet d’une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Continuer à lire … « Double peine pour le Pakistan, noyé sous les inondations et les dettes (+ autres textes) »

Le point sur la situation des inondations au Pakistan, l’action du PKRC et un appel à la solidarité financière internationale 

Les pluies de mousson incessantes et les crues soudaines ont dévasté le Pakistan, affectant des millions de personnes et provoquant d’énormes dégâts économiques. Le Pakistan Kissan Rabita Committee (PKRC) se mobilise pour assurer les secours et à besoin de notre aide pour se faire.

L’ampleur des dévastations
Selon les chiffres officiels de l’Autorité nationale de gestion des catastrophes, les inondations ont jusqu’à présent coûté la vie à 1350 personnes. Un million de maisons ont été totalement ou partiellement endommagées, laissant derrière elles des millions de personnes ayant de toute urgence besoin d’un abri. Plus de 50 millions de personnes ont été déplacées, forcées de quitter leurs lieux de résidence.

Selon le rapport du gouvernement de Sind, dans le sud du pays, plus de 10 millions (1 crore) de personnes sont sans abri dans cette seule province. Les moyens de subsistance sont également durement touchés : plus d’un million de têtes de bétail – une source essentielle de subsistance et de moyens d’existence pour de nombreuses familles – sont mortes, dont 63% au Baloutchistan et 25% au Pendjab. Environ 4 millions d’acres de cultures et de vergers ont également été touchés, dont au moins 304 475 acres au Baloutchistan, 438 274 acres au Pendjab, 35 565 acres au KPK et 2,5 millions d’acres dans le Sind. Les dégâts causés aux infrastructures ont encore aggravé la situation humanitaire, car la destruction partielle ou totale de plus de 3 000 km de routes et de plus de 220 ponts empêche les gens de fuir vers des zones plus sûres ou de se déplacer pour accéder aux marchés, aux soins de santé ou à d’autres services vitaux, et limite l’acheminement de l’aide aux personnes dans le besoin. Continuer à lire … « Le point sur la situation des inondations au Pakistan, l’action du PKRC et un appel à la solidarité financière internationale « 

Inondations dévastatrices au Pakistan – Un appel urgent à la solidarité financière

La mousson apporte la misère à des millions de personnes au Pakistan

Des pluies torrentielles ont un impact dévastateur sur la vie de millions de personnes au Pakistan, avec plus de 1000 morts, des centaines de milliers de personnes déplacées, 800 000 animaux tués et plus de 80% des cultures détruites. Ce sont des pluies sans précédent qui ont perturbé la vie de millions de personnes.

Les provinces du sud-ouest du Baloutchistan et du sud du Sindh ont été les plus durement touchées. Des vidéos ont montré des rivières en crue et des eaux de crue jaillissantes submergeant des villes, détruisant des bâtiments, emportant des villages, des ponts, des routes et d’autres infrastructures.

Plus de 100 districts répartis dans quatre provinces ont été touchés par les inondations. Quetta, la capitale du Baloutchistan, est isolée du reste du pays car de nombreux ponts et autoroutes ont été emportés par le déluge.

Dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, où près de 200 personnes ont été tuées, les opérations de sauvetage battaient leur plein, en particulier dans les zones les plus touchées de Swat et Dir.

Nous avons immédiatement pris des mesures pour mettre en place un camp de secours et commencé à collecter des dons en ligne au Pakistan. Continuer à lire … « Inondations dévastatrices au Pakistan – Un appel urgent à la solidarité financière »

Liberté pour Teesta Setalvad, liberté pour le journalisme militant

En solidarité avec la campagne pour la liberté de Teesta Setalvad, nous partageons un extrait de ses mémoires sur la couverture journalistique engagée en faveur des droits humains

La journaliste et activiste indienne Teesta Setalvad a été arrêtée aux premières heures du 25 juin 2022, à son domicile dans la ville de Bombay, après avoir déposé un rapport de police dans lequel elle aurait fait pression sur des témoins et produit des documents sur le massacre de musulmans dans l’État indien du Gujarat en 2002. Teesta Setalvad est en détention avec deux anciens fonctionnaires gouvernementaux avec lesquels elle avait travaillé pour recueillir et diffuser des informations sur les massacres : RB Sreekumar et Sanjiv Bhatt. Le mandat d’arrêt a été émis après que la Cour suprême de l’Inde a ordonné l’enquête sur la journaliste pour son rôle dans la lutte pour la justice en faveur des survivants et des victimes du massacre. 

La défenseure des droits humains se trouve dans une cellule de prison de la ville d’Ahmedabad, en Inde, tandis que les responsables des violences occupent des postes de pouvoir. Continuer à lire … « Liberté pour Teesta Setalvad, liberté pour le journalisme militant »

Afghanistan : l’hypocrisie de la communauté internationale

Un an après la pitoyable débandade occidentale en Afghanistan, la cuisante défaite militaire des États-Unis et la foudroyante conquête du pouvoir par les taliban, les 40 millions d’Afghanes et d’Afghans paient au prix fort les conséquences de quarante années de guerre sur leur territoire, d’abord à l’initiative de l’URSS (1979-1989), puis à celle de Washington (2001-2021).

Soudainement abandonné ou presque par la Communauté internationale, l’Afghanistan se meurt sous les yeux embarrassés du monde qui assiste à son agonie sans lui apporter d’autre secours que de très insuffisants petits gestes humanitaires. Résultat : 58% de la population, soit 22,8 millions de personnes meurent de faim, selon le Programme alimentaire mondial (PAM) [1], et la mortalité infantile, déjà la plus élevée du monde au cours des années précédentes, explose.

Peut-on laisser mourir le peuple afghan parce que le dirigent désormais des religieux aux valeurs archaïques, à la misogynie maladive et qui n’ont pas rompu, au moins sur le plan des sympathies, avec la mouvance du terrorisme islamiste ? Autrement dit, est-il imaginable de sacrifier un peuple au motif que les taliban ont su profiter de l’incompétence et du cynisme de leurs adversaires occidentaux, lesquels ont, des années durant, fermé les yeux sur une démocratie dévoyée ou une corruption institutionnelle sans limites [2] incompatibles avec un réel développement économique et social ? Continuer à lire … « Afghanistan : l’hypocrisie de la communauté internationale »

Solidarité internationale avec le peuple de la Birmanie (Myanmar) !

Cette déclaration a été initiée par la Solidarity For Myanmar People (SFMP). 369 personnes du monde entier ont répondu (57 pays sont mentionnés), beaucoup avec des messages individuels exprimant leur solidarité et leurs encouragements. Continuer à lire … « Solidarité internationale avec le peuple de la Birmanie (Myanmar) ! »

Nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes (+ autres textes)

8e586c7edecac653c9aa83f2def5da

Ce matin, les forces d’occupation israéliennes ont envahi les bureaux de six des organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme parmi les plus importantes et les plus reconnues à l’échelle internationale : Addameer – association de soutien aux prisonniers et aux droits humains, Al Haq – Le droit au service des Hommes, Bisan – centre de recherche et de développement, Defense for Children International – Palestine, l’Union des comités de travail agricolel’Union des comités de femmes palestiniennes. Selon certaines informations, l’Union des comités de travail de santé aurait également été visée. Les portes des bureaux ont été enfoncées, le matériel confisqué et des ordres militaires ont été déposés déclarant la fermeture de force des ONG au nom de « la sécurité dans la région, et pour combattre une infrastructure du terrorisme ». Continuer à lire … « Nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes (+ autres textes) »

Arrêtez la criminalisation et l’intimidation contre les jeunes militants en Thaïlande !

Au Premier Ministre, Le Gouvernement de la Thaïlande
Au Président, la Cour Suprême de Thaïlande

Nous, La Via Campesina, le mouvement paysan international, exprimons notre profonde inquiétude quant à l’intimidation, la détention et la criminalisation continues de jeunes activistes et de leaders paysan·nes qui ont pris part aux mouvements pro-démocratie et pour les droits des paysan·nes en Thaïlande.

Nous sommes informés qu’au moins 20 jeunes ont été détenus sans procès pour leur engagement dans les actions politiques visant à réclamer la démocratie et la réforme de la monarchie. Ces jeunes font maintenant face à de lourdes accusations de sédition, de cybercriminalité, de lèse-majesté et de violation du décret d’urgence. Continuer à lire … « Arrêtez la criminalisation et l’intimidation contre les jeunes militants en Thaïlande ! »

Iran. Mécontentement généralisé des classes laborieuses et des démuni·e·s

« Quand l’Argent-Dieu remplace le Dieu-divin »

Le 17 juin, lors d’un discours aux membres du corps judiciaire, Ali Khamenei, le dictateur de la République islamique a déclaré : « Le Dieu des années 1980 est toujours le même Dieu qu’aujourd’hui. » Après ce discours, l’attaque contre les contestataires et activistes de tous bords a pris une ampleur considérable: contre les syndicalistes, les enseignant·e·s, les artistes, les écrivain·e·s, les femmes, les étudiant·e·s et les défenseurs/euses des droits humains. Ladite phrase d’Ali Khamenei fait allusion au massacre de dizaines de milliers d’opposant·e·s au régime, y compris de milliers de prisonniers politiques durant la décennie 1980. Il se peut que le Dieu du Régime n’ait pas changé après quarante ans et qu’il soit aussi sanglant qu’autrefois, mais une chose est sûre et certaine : le peuple qui lui obéissait a totalement changé. Et l’Argent-dieu, qui a remplacé le Dieu des années 1980, le dépasse en cruauté. Continuer à lire … « Iran. Mécontentement généralisé des classes laborieuses et des démuni·e·s« 

« Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie »

La guerre d’agression impérialiste de la Russie contre l’Ukraine est l’événement géopolitique le plus important depuis l’effondrement de l’Union soviétique. Elle ouvre une nouvelle ère de l’impérialisme, marquée par l’intensification des rivalités, par des traits d’une démondialisation, par l’intensification des conflits entre blocs commerciaux et entre les alliances géopolitiques, par la militarisation accrue et les guerres par procuration entre les grandes puissances en vue de la détention de sphères d’influence avec leurs répercussions sur des nations opprimées.

La guerre exacerbe toutes les crises du capitalisme mondialisé : marasme économique, inflation, changement climatique et migrations. Elle en a ajouté de nouvelles, dont la plus importante est le nouvel endettement des pays du Sud, ainsi que la famine dans les pays devant faire face, entre autres, à la perte de livraison de céréales ukrainiennes et à une flambée spectaculaire et spéculative des prix des biens alimentaires. L’austérité, la misère et la faim frappent les pays les plus pauvres du monde.

Toutes ces crises en cascade vont approfondir les fractures entre les Etats à l’échelle internationale. Elles aggraveront également la polarisation politique déjà profonde au sein des pays, et déclencheront des soulèvements réactionnaires et/ou progressistes issus des profondeurs sociales. A son tour, l’establishment capitaliste de chaque Etat se tournera vers des méthodes autoritaires pour faire respecter l’ordre existant. Continuer à lire … « « Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie » »

Guerre israélienne contre les populations palestiniennes à Gaza (aout 2022)

  • Edo Konrad : Quel était le but de cette guerre à Gaza ?
  • Amira Hass : « Les habitants de Gaza en ont assez des guerres et des destructions inutiles, et le Hamas les écoute »
  • Gaza face aux attaques meurtrières de l’État d’apartheid israélien. La résistance continue
  • Israël bombarde Gaza : Lettre à la Ministre des Affaires Etrangères
  • La Via Campesina condamne la nouvelle attaque d’Israël sur Gaza

Quel était le but de cette guerre à Gaza ?

Trois jours après le lancement [le vendredi 5 août 2022] par Israël de sa dernière opération militaire à Gaza, on ne sait toujours pas à quoi tout cela a servi.

Avec l’annonce d’un cessez-le-feu négocié par l’Egypte dans la nuit de dimanche à lundi, les analystes israéliens se sont empressés de considérer la campagne « harmonieuse»  du Premier ministre intérimaire Yair Lapid [en fonction depuis le 1er juillet 2022] et du ministre de la Défense Benny Gantz comme un succès. Après avoir violemment arrêté Bassam al-Saadi, un haut dirigeant de la branche du mouvement Jihad islamique en Cisjordanie occupée, l’armée israélienne a verrouillé les communautés frontalières autour de Gaza pendant près d’une demi-semaine en prévision d’une attaque de représailles présumée. Elle a finalement commencé à lancer des frappes aériennes dans la bande de Gaza, auxquelles les militants [du Jihad islamique et d’autres fractions] ont répondu par des volées de tirs de roquettes [interceptés à quelque 97% par le système de défense israélien « Dôme de fer », selon Reuters]. Ces escalades se sont soldées par la mort de 44 Palestiniens, dont 15 enfants, et par plus de 350 blessés. Continuer à lire … « Guerre israélienne contre les populations palestiniennes à Gaza (aout 2022) »

Solidarité suite à l’arrestation de Walden Bello

Walden Bello, auteur de renommée mondiale, militant pour la justice économique, ancien professeur de l’Université des Philippines et ancien membre de la Chambre des représentants des Philippines pour le parti Akbayan (Parti d’action des citoyens), a été arrêté à Quezon City le lundi 8 août pour « diffamation cybernétique ». Ces accusations ont été déposées par un ancien collaborateur de la vice-présidente sortante Sara Duterte. La diffamation est un délit pénal aux Philippines, et non un délit civil, et le délit de cyberdiffamation, récemment introduit, est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à huit ans de prison. Continuer à lire … « Solidarité suite à l’arrestation de Walden Bello »