Qatar-Arabie saoudite. « Les rois du pétrole et leurs esclaves »

Entretien avec Quentin Müller conduit par Guy Zurkinden

« Des conditions de travail précaires, une eau de mauvaise qualité, des horaires de travail étendus, nous savons que ce n’est pas bon pour notre santé, mais avons-nous vraiment le choix ? Le Qatar et les patrons nous utilisent pour construire les stades, puis ils nous jettent lorsque notre corps ne suit plus. » – Témoignage d’un travailleur népalais ayant œuvré sur les chantiers de la Coupe du Monde au Qatar.

« Le père de famille me dit à son tour, avec sa voix de diable : “Si je te tue, là, maintenant, tout de suite, ton pays ne fera rien pour toi.” »
« Baba était derrière moi. Quand je me suis relevée péniblement pour lui faire face, il m’a jeté l’eau bouillante sur le bras. J’ai senti ma peau fondre, sans aucune douleur. J’avais une telle colère en moi, une telle adrénaline (…) Ils ne m’ont pas soignée après ça. Baba et Mama se sont assis à la table du salon. Un pistolet était posé dessus, avec deux balles à côté. Le kafeel a laissé entendre qu’il pouvait me tuer si je n’acceptais pas de faire une vidéo attestant que je m’étais ébouillanté le bras par accident. » – Témoignages de deux femmes kényanes, rentrées au pays après avoir travaillé comme domestiques en Arabie saoudite. La première a été violée par le fils de la famille pour laquelle elle travaillait.

EsclavesHommePetrole

A travers une soixantaine de témoignages – de l’ouvrier construisant les stades du Mondial à la domestique œuvrant dans les foyers saoudiens ou qataris, en passant par des agents de sécurité, des employé·e·s de restaurant ou encore des mercenaires envoyés guerroyer, parfois de force, en Libye ou au Yémen pour le compte des Etats du Golfe – un ouvrage saisissant Les esclaves de l’homme-pétrole [1] donne la parole aux esclaves modernes dont le travail forcé a permis l’organisation de la Coupe du Monde au Qatar – et sur lequel est bâtie la « prospérité » de l’ensemble des Etats du Golfe. Continuer à lire … « Qatar-Arabie saoudite. « Les rois du pétrole et leurs esclaves » »

« Troisième mois de la révolte des femmes en Iran : Femme, Vie, Liberté ! »

  • Behrooz Farahany : « Troisième mois de la révolte des femmes en Iran : Femme, Vie, Liberté ! »
  • Rédaction de SST : « Quel courage se cachait dans ce pays ! »
  • Yassamine Mather : La mobilisation s’étend et s’amplifie. Répression et recherche d’un conflit
  • Babak Kia : Les Kurdes aux avant-postes du soulèvement populaire

Continuer à lire … « « Troisième mois de la révolte des femmes en Iran : Femme, Vie, Liberté ! » »

L’augmentation alarmante de la violence des colons israéliens

La violence des colons israéliens contre les Palestiniens augmente à un rythme effarant. Nous avons documenté visuellement cet aspect de la vie sous l’occupation militaire israélienne en collaboration avec Première Urgence Internationale, qui surveille la violence des colons israéliens depuis 2012, notamment les pertes humaines, les dommages matériels, les intimidations et le harcèlement.

vpvc-1463x2048 Continuer à lire … « L’augmentation alarmante de la violence des colons israéliens« 

Face aux manifestations, le pouvoir se déchaîne sur la jeunesse

[Les manifestations à l’échelle nationale des mardi, mercredi et jeudi 15, 16 et 17 novembre indiquent un certain degré de coordination et l’échec des « dialogues » prônés par l’aile dite réformiste du régime. C’est la répression qui est à l’ordre du jour, bien que les forces armées n’aient pas encore été déployées, selon les dires de Kioumars Heydari, commandant de l’armée de terre. De plus reste l’interrogation sur les décisions que va prendre, en termes de « maintien de l’ordre », la direction des Gardiens de la révolution. Or, malgré la répression – dont le déploiement contre la jeunesse est illustrée par l’article ci-dessous ­– des informations réunies par des militant·e·s d’Iran laissent entrevoir la détermination renforcée des manifestant·e·s. Une analyse faite par des militant·e·s iraniens sera nécessaire pour éclairer à la fois les diverses manœuvres de forces régionales comme celles d’Arabie saoudite ou d’Israël – sans même mentionner les Etats-Unis – et l’éventail des courants, très divers, qui se dégageront plus nettement dans le contexte de cette mise en question massive du régime.- Réd. A l’Encontre]

***

Une fille, âgée de 14 ans, a été incarcérée dans une prison pour adultes aux côtés de délinquants toxicomanes. Un garçon de 16 ans a eu le nez cassé en détention après avoir été battu par des agents de sécurité. Une jeune fille de 13 ans a été agressée physiquement par des miliciens en civil qui ont fait une perquisition dans son école.

Selon des avocats iraniens et des militants des droits de l’homme, informés, la répression brutale menée par les autorités iraniennes pour mettre fin aux manifestations en faveur de la libération sociale et du bouleversement politique qui secouent le pays depuis deux mois a fait payer un lourd tribut à la jeunesse du pays.

Les jeunes, notamment les adolescents, ont été au cœur des manifestations et des affrontements avec les forces de sécurité dans les rues, sur les campus universitaires et dans les lycées. Les responsables iraniens ont déclaré que l’âge moyen des manifestants était de 15 ans ! Continuer à lire … « Face aux manifestations, le pouvoir se déchaîne sur la jeunesse« 

Le président palestinien Abbas s’oppose à la réhabilitation de l’OLP – et fait le jeu d’Israël

Mahmoud Abbas a créé un nouveau conseil pour renforcer son emprise sur le système judiciaire et poursuit son héritage oppressif tout en restant fidèle aux accords d’Oslo.

Deux mesures distinctes et apparemment sans rapport prises récemment par l’Autorité palestinienne et son chef, Mahmoud Abbas, sont révélatrices de la nature de plus en plus autoritaire et autocratique du régime dans les enclaves palestiniennes de Cisjordanie.

L’une de ces mesures concerne le système judiciaire palestinien et l’autre l’Organisation de libération de la Palestine, et toutes deux montrent à quel point l’Autorité palestinienne reste fidèle au rôle qui lui a été essentiellement assigné par les accords d’Oslo – maintenir un statu quo fluide et dynamique au détriment des Palestiniens tout en servant les intérêts sécuritaires israéliens. Continuer à lire … « Le président palestinien Abbas s’oppose à la réhabilitation de l’OLP – et fait le jeu d’Israël »

La « differentia specifica » du soulèvement iranien (et autres textes)

  • La « differentia specifica » du soulèvement iranien. Entretien avec Amir Kianpour conduit par Béatrice Rettig
  • Mahdis Sadeghipouya : De la résistance des femmes au quotidien à la lutte dans la rue
  • Yassamine Mather : Eviter une seconde tragédie
  • Collectif féministe Brésilien Juntas : Pour les femmes, la vie, la liberté – Manifeste féministe international en solidarité avec les femmes iraniennes en lutte

Entretien avec Amir Kianpour conduit par Béatrice Rettig

Béatrice Rettig : Quelle est la cartographie politique et sociale actuelle en Iran, tel que le mouvement iranien de cet automne 2022 la rend visible ? Fait-il apparaître de nouvelles composantes, de nouveaux conflits et de nouvelles coalitions ?

Amir Kianpour: La première chose à dire, c’est qu’il y a, au moins, deux mouvements au sein du soulèvement iranien, avec deux rationalités différentes, deux agendas et même avec des principes d’organisation divergents ; le premier se définit par le slogan d’origine kurde « femme, vie, liberté»  et par les traductions centrifuges et polythéistes de ce slogan ; et le second se caractérise par faire rimer « femme, vie, liberté » et « homme, patrie, prospérité » ; selon ce dernier, l’insurrection en cours est une «révolution nationale» dont le pilier idéologique et discursif est le patrimoine culturel d’Irân-shahr (la cité des perses). Les agent.es du premier bloc se trouvent entre les féministes, les minorités nationales surtout les Kurdes, les étudiant.es, les collectifs et les organisations de gauche, les activistes de la société civile, les militant.es syndicaux, etc. ; ils constituent un réseau non institutionnalisé actif à l’intérieur du pays. Continuer à lire … « La « differentia specifica » du soulèvement iranien (et autres textes) »

En Iran, ils font tomber le turban des mollahs pour protester contre le régime

Après la mort de Mahsa Amini, la jeunesse iranienne utilise tous les moyens pour exprimer son ras-le-bol des dogmes religieux.
VIDEO ici

IRAN – En Iran, la révolte insufflée par la mort de Mahsa Amini, le 16 septembre dernier, donne lieu à des méthodes de protestation variées, mais aussi de plus en plus vindicatives à l’égard du pouvoir religieux.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de cet article, la contestation se tourne maintenant contre les mollahs, ces spécialistes du droit musulman qui exercent des fonctions juridiques ou religieuses au sein de la théocratie chiite. Dans la rue, retirer d’un revers de la main le turban de ces hommes est devenu un moyen symbolique de faire vaciller le régime et les dogmes religieux.

Plusieurs vidéos partagées sur les réseaux sociaux témoignent de ce type d’action, souvent menées par des jeunes. Toutefois, ce « jeu du turban » se transforme parfois en agression plus violente, certains mollahs ayant été roués de coups, signe du profond ressentiment de la jeunesse iranienne contre les responsables religieux en Iran. Continuer à lire … « En Iran, ils font tomber le turban des mollahs pour protester contre le régime »

Iran : le silence des organisations étudiantes françaises

Depuis près de deux mois, en protestation contre l’assassinat de la jeune étudiante kurde Mahsa Amini, la jeunesse étudiante et lycéenne s’est levée en masse, au premier rang desquels les femmes, entraînant d’autres couches de la population. Ce mouvement dépasse aujourd’hui les mouvements de 1999 et 2009 (voir sur mon blog, « un mouvement qui vient de loin » en durée, en détermination, comme si malgré une dure répression la peur était en train de changer de camp.

On s’attendait à ce que les organisations étudiantes françaises soient également en première ligne pour manifester leur solidarité. En Iran ce sont bien les étudiantes et les étudiants qui ont été les premiers interdits de manifestations, matraqués et bastonnés, emprisonnés, assassinés par dizaines, ce sont bien des universités qui sont investies par les forces de répression, que ce soient les milices des gardiens de la révolution, la police, les militaires. C’est bien encore une fois, comme le proclamait la charte de Grenoble, refondatrice du syndicalisme étudiant français, charte dont se réclament la plupart des organisations étudiantes aujourd’hui, de l’UNEF à la FAGE, que les étudiants « déclarent vouloir se placer, comme ils l’ont fait si souvent au cours de notre histoire, à l’avant-garde de la jeunesse ». Continuer à lire … « Iran : le silence des organisations étudiantes françaises« 

« Après plus de 50 ans de soutien à l’occupation, qu’imaginait la gauche israélienne sur ce qui allait se passer ? »

Les lendemains d’élections ont montré que la société israélienne est devenue en partie religieuse et en grande partie raciste [1], la haine des Arabes étant son principal carburant, sans personne pour s’y opposer

Que pensiez-vous qu’il allait se passer ? Que pensait la gauche sioniste, qui a sombré dans le coma après les Accords d’Oslo [de 1994] ? Qu’il était possible de revenir au pouvoir en sortant du coma ? Les mains vides ? Sans alternative et sans leadership ? Sur la seule base de la haine de Netanyahou ? En dehors de cela, cette gauche sioniste n’avait rien à offrir. Continuer à lire … « « Après plus de 50 ans de soutien à l’occupation, qu’imaginait la gauche israélienne sur ce qui allait se passer ? » »

Iran : l’indispensable convergence des luttes (plus autres textes)

  • Behrooz Farahany : Iran : l’indispensable convergence des luttes
  • Pour que le mouvement « Femme, Vie, Liberté » ne meure pas- Appel à la solidarité avec les prisonnier·es politiques en Iran 
  • Les universités iraniennes s’en prennent à Khamenei et aux pasdarans, un jour après l’avertissement
  • Hossein Dabbagh : Iran : les manifestants demandent une évolution vers un État non religieux. Quels changements cela apporterait-il ?
  • Caroline Senneville : Iran, la mèche de la révolte

Les mobilisations ne faiblissent pas

Les manifestations contre le régime islamique sont entrées dans leur sixième semaine. Elles sont essentiellement composées de femmes, d’étudiantEs, de lycéenNEs, d’enseignantEs, de chômeurs/euses et de précaires.

Dans l’industrie des grèves politiques ponctuelles ont eu lieu. Mais elles ne se sont pas transformées grèves de longue durée, contrairement à ce qui se passe chez les enseignantEs et les étudiantEs.

La première grande grève politique de salariéEs a eu lieu dans trois raffineries du sud du pays. Elle a été suivie par celle de la sucrerie de Haft-Tapeh, malgré une prime surprise de presque deux mois de salaire pour ces derniers, versée la veille ! Continuer à lire … « Iran : l’indispensable convergence des luttes (plus autres textes)« 

Ce n’est pas une « vibrante démocratie ». C’est de l’Apartheid.

arton4836

Le droit de vote et d’éligibilité est essentiel à la démocratie. Sans lui, il n’y a pas de démocratie digne de ce nom. Ce droit est consacré dans la Déclaration des Droits de l’Homme, qui énonce que « tout le monde a le droit de prendre part au gouvernement de son pays, directement ou par l’intermédiaire de représentants librement choisis ».

Cependant, tenir des élections ne suffit pas. Les régimes totalitaires s’engagent eux aussi dans un processus auquel ils font référence comme à des « élections », mais ceci n’en fait pas des démocraties. Des élections démocratiques doivent refléter des principes essentiels tels que l’égalité, la liberté et la liberté d’expression. Celles-ci permettent non seulement l’acte même de voter, mais aussi la liberté des échanges d’idées et une participation significative à l’élaboration de l’avenir. Des élections démocratiques doivent également assurer à tous les citoyens un vote qui soit exactement égal à tous les autres et permettre à tous les citoyens de se présenter aux élections, de présenter leur plate-forme et de travailler à la réalisation de leur programme. Les restrictions juridiques sur le droit de vote et d’éligibilité doivent être extrêmement limitées, si même autorisées.

Les prochaines élections générales d’Israël sont vantées, comme d’habitude, comme une ‘célébration de la démocratie’. En aval, nous vérifions s’ils appliquent les standards minimum de la démocratie et nous vérifions quelques faits à propos de l’endroit où nous vivons tous. Continuer à lire … « Ce n’est pas une « vibrante démocratie ». C’est de l’Apartheid. »

Appel à l’action : #stoptradewithstolenland

En tant que travailleurs syndiqués, nous croyons en l’égalité et l’équité. Ces valeurs sont violées par l’Union européenne car elle autorise l’entrée sur nos marchés de produits illégaux provenant de terres volées, suite à des crimes de guerre, alors que des travailleurs palestiniens sont maltraités.
En ce moment-même, des bulldozers démolissent des maisons d’enfants à Masafer Yatta pour faire place à des colons, et des agriculteurs palestiniens sont amenés à travailler pour des entreprises israéliennes sur les terres qui leur ont été volées.

Pourtant, des supermarchés en Europe vendent des tonnes de produits provenant de ces terres volées dans les territoires occupés.
Une datte sur vingt en Europe provient de fermes israéliennes illégales.
Les profiteurs de crimes de guerre israéliens gagnent des centaines de millions d’euros par an grâce à leurs ventes dans l’Union européenne, provoquant le travail indigne, l’accaparement de terres, des crimes environnementaux et sanitaires ainsi que la violence.

Il faut mettre fin dans l’UE au commerce issu de crimes de guerre maintenant Continuer à lire … « Appel à l’action : #stoptradewithstolenland »

Soutien à la grève des enseignant.es en Iran contre le régime théocratique et autoritaire iranien

Le 16 septembre 2022 Mahsa Jina Amini, jeune femme kurde, a été tuée par la police des mœurs, car pas assez voilée à Téhéran. Depuis, la colère et les actes de désobéissance ne faiblissent pas, en dépit de la répression meurtrière. Chaque jour, des milliers de femmes et d’hommes défient les forces de l’ordre. Et c’est le refus des fondements de la République islamique, de la corruption et de la dictature qui nourrissent la colère. On assiste à un véritable soulèvement populaire déclenché par la lutte des femmes pour leur liberté.

Au 11 octobre, selon Iran Human Rights (IHR), au moins 200 manifestant·es ont été tué·es, dont 23 enfants. Quotidiennement, des centaines de personnes sont arrêtées et détenues arbitrairement. Elles peuvent être envoyé·es dans des « centres de rééducation » islamiques, où elles sont battu·es, violé·es, voire même tué·es. Continuer à lire … « Soutien à la grève des enseignant.es en Iran contre le régime théocratique et autoritaire iranien »

Les femmes iraniennes : dans la rue, dans la société, dans la vie

Le soulèvement féministe en Iran, de la remise en question de l’obligation du hijab à la transformation de l’ensemble du système

Le slogan « femmes*, la vie, la liberté » [1] en langue persane, est ancien et connu dans la région. Il est soudainement devenu populaire partout dans le monde grâce au mouvement magnifique, impressionnant et courageux qui s’est déroulé en Iran ces dernières semaines. Mais l’isolement historique que le régime iranien a imposé à son peuple et la nouvelle panne d’Internet nous empêchent de connaître l’ampleur et l’atrocité des crimes quotidiens du régime. Nous ne savons pas non plus grand-chose de la société, des femmes et de la vie quotidienne du pays.

Même si nous sommes des femmes de la même région, nous avons très peu d’informations sur la vie des femmes en Iran, à part le fait qu’elles vivent sous un despotisme autocratique dans lequel leur présence et leur corps sont continuellement surveillés, rabaissés et réduits.

Dans cette interview avec une féministe iranienne, nous chercherons à connaître la vie des femmes en Iran, leurs espaces de dissidence, à la lumière de la mobilisation actuelle. Continuer à lire … « Les femmes iraniennes : dans la rue, dans la société, dans la vie »

Tout à coup, tout le monde craint pour la démocratie israélienne (+ autre texte)

Une vague de réveil démocratique a frappé Israël avant les élections – tout le monde craint pour la démocratie.

Le danger ne guette que la droite, bien sûr. Le centre-gauche s’agite et s’agite. Le pathos fait des heures supplémentaires, tout comme les exagérations dramatiques. Nehemia Shtrasler met en garde contre l’assassinat de la démocratie (Haaretz, 21 octobre); l’ancien chef du service de sécurité Shin Bet, Yuval Diskin, met en garde contre la guerre civile. Le journaliste Ben Caspit s’écrie : « Un cheveu sépare l’Israël libéral et démocratique d’un gouvernement de Ben-Gvir et Smotrich ». Certaines personnes parlent déjà de quitter le pays après l’élection. Soudain, tout le monde craint pour la démocratie.

Tout à coup, tout le monde craint pour la démocratie dans un pays dont environ la moitié des sujets vivent sous une tyrannie militaire qui compte parmi les plus cruelles du monde. Soudain, tout le monde s’inquiète de l’avenir du système judiciaire, dans un pays où ce système légitime presque tous les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité et défie ouvertement le droit international. Tout à coup, tout le monde s’inquiète de la possibilité de dépénaliser le délit de fraude et d’abus de confiance, dans un pays où le crime de meurtre a été presque entièrement éliminé lorsque le meurtrier est un soldat ou un colon et que la victime est palestinienne. Tout à coup, tout le monde est horrifié par l’extrémisme religieux, dans le pays le plus coercitif sur le plan religieux du monde occidental actuel. Et les gens sont choqués par la possibilité que le procès de Benjamin Netanyahou puisse être annulé, dans un pays où Avigdor Lieberman n’a même pas été jugé, alors que les soupçons qui pesaient sur lui étaient plus graves que ceux qui pesaient sur Netanyahou. Continuer à lire … « Tout à coup, tout le monde craint pour la démocratie israélienne (+ autre texte) »

Un nouveau rapport de l’ONU accuse Israël de « persécution» à l’encontre des Palestiniens

Dans un rapport rendu public mardi 18 octobre 2022, Francesca Albanese, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés (TPO) a déclaré que les agissements d’Israël contre les Palestiniens de Cisjordanie occupée s’apparentent à de la « persécution ».

« La concrétisation du droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination exige le démantèlement définitif de l’occupation coloniale menée par Israël ainsi que ses pratiques d’apartheid », écrit la rapporteuse spéciale des Nations unies, Francesca Albanese. Continuer à lire … « Un nouveau rapport de l’ONU accuse Israël de « persécution» à l’encontre des Palestiniens »

Les Iraniennes ont fini de discuter avec le régime (et autres textes)

  • Alireza Eshraghi : « Les Iraniennes ont fini de discuter avec le régime »
  • Yassamine Mather : « Quelque chose doit changer »
  • Aurelie Leroy : Les femmes iraniennes sur le devant des manifestations 
  • Ben Hubbard et Farnaz Fassihi : Les Gardiens de la révolution, profondément intégrés dans la structure du pouvoir et l’économie, ont tout à perdre si le système tombe

« Les Iraniennes ont fini de discuter avec le régime »

Le 20 septembre, trois jours après que les manifestations dirigées par des femmes ont éclaté dans tout l’Iran en réponse à la mort de Mahsa (Jina en kurde) Amini, les chaînes de radio et de télévision publiques iraniennes ont commencé à diffuser une série d’émissions de discussion.

On y voyait des hommes – oui, des dizaines d’hommes – discuter du corps et des doléances des femmes. Pendant ce temps, dans la rue, selon des documents ayant fait l’objet d’une fuite et publiés par Amnesty International, les forces de l’Etat ont reçu pour instruction d’« affronter sans pitié » les manifestant·e·s, quitte à les tuer. Continuer à lire … « Les Iraniennes ont fini de discuter avec le régime (et autres textes) »

Tramway de Jérusalem : des entreprises françaises contribuent à la colonisation israélienne du territoire palestinien occupé

arton4808

Lettre ouverte à la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères dont la LDH est signataire, avec Al-Haq, AFP, CFDT, CGT, FIDH, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et Solidaires : « Alors que la France participe, dans le cadre de l’Union européenne, aux nombreuses et légitimes sanctions prises contre la Russie pour s’opposer à son agression et sa tentative d’occupation et d’annexion d’une partie de l’Ukraine, nous considérons que la France doit être cohérente et intervenir sous des formes équivalentes auprès des entreprises françaises participant à l’aggravation de la situation d’occupation et de colonisation qu’Israël impose par la force en Palestine depuis des décennies ». Continuer à lire … « Tramway de Jérusalem : des entreprises françaises contribuent à la colonisation israélienne du territoire palestinien occupé »

Iran : Femme, Vie, Liberté (quelques textes)

  • La grève des travailleurs du pétrole s’étend
  • Elham Hoominfar : « Les principales perdantes de la révolution de 1979 sont les artisanes de la nouvelle révolution »
  • Arshin Adib-Moghaddam : « Les manifestations contre le hidjab sont désormais massives, mais une révolution nécessitera que l’armée change de camp »
  • Dorna Javan : Le slogan « Femme Vie Liberté » au cœur de l’insurrection en cours en Iran
  • Germe : « Femme, Vie, Liberté » : Iran, un mouvement qui vient de loin


La grève des travailleurs du pétrole s’étend

Le conseil des travailleurs  du pétrole a rapporté aujourd’hui que les travailleurs de la société de raffinage du pétrole d’Abadan se sont rassemblés devant la porte d’entrée du personnel et ont commencé leur grève. Selon les nouvelles d’hier, une partie de ces travailleurs qui avaient arrêté de travailler ont été confrontés aux forces de sécurité qui voulaient empêcher la grève. Continuer à lire … « Iran : Femme, Vie, Liberté (quelques textes) »

Comprendre la révolte iranienne sans céder aux récupérations de tous bords (et autres textes)

 

  • Comprendre la révolte iranienne sans céder aux récupérations de tous bords
  • Iran : un peuple qui se soulève
  • Azadeh Moaveni : Depuis une génération les femmes iraniennes n’ont jamais été aussi en colère. « C’est comme une guerre là-bas »
  • Najmeh Bozorgmehr : Comment les étudiant·e·s façonnent les manifestations contre le régime
  • Yassamine Mather : « Des pans de la population n’ont plus peur. Des secteurs “réformistes” reprennent la parole. Une certaine gauche en déconnexion avec le mouvement »

Entre orientalisme et ethnocentrisme, la vision occidentale des événements qui ont suivi la mort de Mahsa Amini souffre souvent d’une vraie méconnaissance des enjeux locaux, quand elle ne tombe pas carrément dans une forme d’instrumentalisation. Continuer à lire … « Comprendre la révolte iranienne sans céder aux récupérations de tous bords (et autres textes) »