« En condamnant Pinar Selek, c’est à l’indépendance de la recherche en sciences sociales que s’attaque le gouvernement turc »

Subissant une procédure judiciaire qui dure depuis vingt-quatre ans, notre collègue Pinar Selek, sociologue, enseignante-chercheuse à l’université Côte d’Azur (UCA), est confrontée à une décision de la Cour suprême de Turquie qui a rendu, le 21 juin 2022, un arrêt d’annulation de son acquittement ; une décision inique qui rendra exécutoire une condamnation à la prison à perpétuité. Continuer à lire … « « En condamnant Pinar Selek, c’est à l’indépendance de la recherche en sciences sociales que s’attaque le gouvernement turc » »

Menaces d’invasion et fuite en avant nationaliste (Turquie)

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, le gouvernement d’Ankara a multiplié les actions sur la scène politique étrangère et les menaces contre le nord-est de la Syrie. Une tentative de masquer les problèmes intérieurs et gagner en popularité à une année d’élections cruciales en Turquie.  Continuer à lire … « Menaces d’invasion et fuite en avant nationaliste (Turquie) »

Communiqué unitaire. Turquie : Nous condamnons la décision politique dans le procès Gezi et exigeons la libération immédiate de l’ensemble des détenus

Paris, le 3 mai 2022
Le lundi 25 avril 2022, la justice turque a prononcé un verdict qui confirme un point de non-retour pour ce qui reste du système judiciaire en Turquie.
A l’issue du procès dit de « Gezi », Osman Kavala, entrepreneur philanthrope, figure importante de la société civile et détenu depuis 4 ans malgré les décisions de la CEDH et de la Cour constitutionnelle de Turquie, a été condamné à la perpétuité aggravée – la peine maximale – pour « tentative de renversement du gouvernement ».
Continuer à lire … « Communiqué unitaire. Turquie : Nous condamnons la décision politique dans le procès Gezi et exigeons la libération immédiate de l’ensemble des détenus »

Les otages de la Résistance de Gezi

Le 25 avril 2022, la « justice » turque a été l’auteur d’un nouveau scandale : Osman Kavala, homme de paix et de dialogue culturel, est condamné à perpétuité, sans réduction de peine. Et sept intellectuel.es, artistes, militant.es pacifistes sont condamnés à 18 ans de prison. Prenez bien note de ces noms : Mücella Yapici, 73 ans, secrétaire générale de l’Ordre des Architectes, Can Atalay, avocat des plusieurs intellectuel.es et militant.es, Çiğdem Mater, réalisatrice et fondatrice du mouvement « Les Ami.es de Hrant Dink », Tayfun Kahraman, universitaire urbaniste, Hakan Altinay, directeur de l’European School of Politics et président de la Global Civics Academy, Yigit Ekmeçi, l’un des fondateurs de nombreuses institutions éducatives, notamment l’Université Bilgi et la Fondation Nesin. et Mine Özerdem, militante associative. Continuer à lire … « Les otages de la Résistance de Gezi »

Aslı Erdoğan, à nouveau jugée, à nouveau acquittée / Aslı Erdoğan, on trial again, acquitted again

Demande de perpétuité incompressible, acquittement. Réouverture de procès, jugement ce 10 février, acquittement, faute de preuves fournies par l’accusation…

Aslı Erdoğan est donc acquittée de l’accusation de « propagande pour une organisation terroriste » lors de la deuxième audience d’aujourd’hui, le 10 février 2022 devant le Tribunal n°23 d’Istanbul. Continuer à lire … « Aslı Erdoğan, à nouveau jugée, à nouveau acquittée / Aslı Erdoğan, on trial again, acquitted again »

Appel à manifester pour les trois militantes kurdes assassinées à Paris

5e9a00e7590905e04f3e236d634f05bee70452812f0385f21d97bed9a4effe0c

SANS JUSTICE, LA FRANCE RESTERA COUPABLE !

Samedi 8 janvier – 12h – Gare du Nord

Le 9 janvier 2013, Sakine Cansiz (Sara), co-fondatrice du PKK, Fidan Dogan (Rojbîn), représentante en France du Congrès national du Kurdistan (KNK), et Leyla Saylemez (Ronahî), membre du mouvement de jeunesse kurde, étaient sauvagement assassinées à Paris. Neuf ans après ce massacre, la justice fait toujours défaut.

La première instruction ouverte au lendemain des faits allait révéler que le massacre avait été commandité et planifié par l’agence du renseignement turc (MIT). Pourtant, suite à la mort du tireur, Ömer Güney – qui serait décédé en prison d’une tumeur au cerveau en décembre 2016 -, la justice française a décidé de clore le dossier au prétexte que « l’assassin présumé étant mort, l’action publique est éteinte ». Par la suite, deux hauts fonctionnaires du MIT capturés par les forces armées du PKK ont révélé des informations cruciales sur la planification du triple assassinat, indiquant notamment que celui-ci avait été commis avec l’assentiment d’Erdogan qui était alors premier ministre.

Une autre évolution importante tient à une procédure pénale engagée en Belgique suite à une tentative d’assassinat contre des politiciens kurdes. Les investigations menées dans le cadre de cette affaire ont révélé que certaines des personnes mises en cause, ainsi que İsmail Hakkı Musa, alors ambassadeur de Turquie à Paris, étaient impliqués dans les assassinats. Continuer à lire … « Appel à manifester pour les trois militantes kurdes assassinées à Paris »

Féminicide : une plaie ouverte pour les femmes kurdes

La discrimination fondée sur la sexualité, la couleur de la peau, l’origine ethnique, les croyances et l’environnement social constitue un obstacle majeur à la connaissance et à la production de connaissances, ainsi qu’aux perspectives scientifiques et de genre et aux normes de pensée critique. Les Yazidis, peuple originaire des régions du nord du territoire kurde [1], font face chaque jour au firman – le nom qu’ils donnent aux violentes attaques et persécutions subies par leur communauté. Le féminicide des femmes yazidies repose sur un code de discrimination qui imprègne les structures coloniales et postcoloniales encore existantes, ce qui montre bien l’importance d’une analyse critique de la question. Continuer à lire … « Féminicide : une plaie ouverte pour les femmes kurdes »

La Turquie sous régime autoritaire : incendies, antiféminisme, privatisations et soutien aux talibans

« Nous, les femmes qui vivons dans des régimes autoritaires, nous avons besoin d’échanger des expériences de lutte. Nous devons de toute urgence mettre à jour nos connaissances et nos capacités d’analyse dans un monde où les changements sont rapides et imprévisibles. »

Nous devons nous réunir et réfléchir à ce qui se passe sur nos territoires. Une caractéristique commune de nos gouvernements autoritaires est le manque de réponses aux besoins des peuples et une très grande place au pouvoir des entreprises transnationales sur ces mêmes peuples. Nos gouvernements s’affaiblissent face aux plus forts et se renforcent face aux plus faibles.  Continuer à lire … « La Turquie sous régime autoritaire : incendies, antiféminisme, privatisations et soutien aux talibans »

Turquie. « Pour les femmes le combat continue »

FemmesTurquie

Le 20 mars, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a publié un décret annulant la ratification par la Turquie de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. La Convention d’Istanbul, signée collectivement par 45 pays et l’Union européenne, repose sur quatre piliers : la prévention, la protection, les poursuites judiciaires et les politiques intégrées.

La Turquie a été non seulement l’hôte enthousiaste des négociations de la Convention il y a dix ans – principalement grâce aux campagnes de sensibilisation et aux mobilisations sociales du mouvement des femmes – mais aussi le premier signataire et, en fait, le premier pays à la ratifier par son parlement national, en 2012, et cela en la prolongeant par une législation conforme : la loi n° 6284. Etre le seul pays à se retirer de la Convention à ce jour est donc aussi ironique que tragique : car c’est mettre en péril la loi promulguée en référence à la Convention, mais désormais une loi confusément présentée comme une alternative. Continuer à lire … « Turquie. « Pour les femmes le combat continue » »

Le HDP menacé de fermeture suite à une procédure engagée par un procureur devant la Cour constitutionnelle turque

Communiqué du Parti démocratique des Peuples (HDP)

Le Parti démocratique des Peuples (HDP) est confronté à une attaque féroce du gouvernement de l’AKP, qui a été évincé des villes clés lors des élections locales et doit faire face à d’immenses problèmes économiques exacerbés par la pandémie. Le 17 mars 2021, la condamnation définitive prononcée contre le député HDP Ömer Faruk Gergerlioğlu a été lue en séance plénière du Parlement et celui-ci a été déchu de son mandat de député. Quelques heures plus tard, on apprenait que le procureur général de la Cour de cassation avait déposé une plainte auprès de la Cour constitutionnelle pour interdire complètement le HDP. Ces attaques contre le HDP sont survenues peu de temps après que le président Erdoğan ait déclaré un nouveau plan d’action pour les droits de l’homme, présenté comme comprenant des réformes législatives. Continuer à lire … « Le HDP menacé de fermeture suite à une procédure engagée par un procureur devant la Cour constitutionnelle turque »

ECVC soutient Çiftçi-Sen dans sa lutte pour le droit des agriculteur·rice·s à se syndiquer

Communiqué de presse de la Coordination Européenne Via Campesina

ECVC est solidaire de Çiftçi-Sen, membre de la Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) en Turquie, dans sa lutte pour le droit des agriculteur·rice·s à se syndiquer. Continuer à lire … « ECVC soutient Çiftçi-Sen dans sa lutte pour le droit des agriculteur·rice·s à se syndiquer »

Solidarité avec les étudiant.e.s et l’université du Bosphore en Turquie !

Depuis l’instauration de l’état d’urgence en juillet 2016 prétextant la tentative de coup d’état, le gouvernement islamo-nationaliste de l’AKP interdit, menace, limoge, licencie, emprisonne, casse, tue, installe la peur dans toutes les couches de la société en Turquie .

Le nombre de personnes limogées ou suspendues par décrets dépasse les 120 000 et toutes les catégories de la société ont été touchées, notamment dans l’enseignement et les universités. Continuer à lire … « Solidarité avec les étudiant.e.s et l’université du Bosphore en Turquie ! »

Appel à manifester samedi 9 janvier 2021. Pour la justice, contre l’impunité 

PARIS

Gare du Nord – République, 14h

(Une marche blanche en hommage aux trois femmes aura lieu par ailleurs à Paris, mercredi 6 janvier, à 11h, du 16 rue d’Enghien au 147 rue La Fayette)

MARSEILLE 

Réformés – Canebière, 13h

TOULOUSE

Gare de Matabiau – Métro Esquirol, 13h30

BORDEAUX

Place de la Bourse – La Victoire, 13h30

RENNES

Dalle du Colombier, 14h

STRASBOURG

Place Kléber, 14h

Dans la nuit du 9 au 10 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine CansizFidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez ont été retrouvées sans vie, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, à Paris, froidement exécutées de plusieurs balles dans la tête. Continuer à lire … « Appel à manifester samedi 9 janvier 2021. Pour la justice, contre l’impunité « 

Turquie, La répression se poursuit contre le HDP

Le vendredi 25 septembre, une nouvelle vague d’arrestations a frappé le HDP (Parti démocratique des peuples). Dans sept provinces de Turquie, 82 personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles des maires, des ancien·ne·s député·e·s et des militant·e·s. Ceci sous le prétexte qu’ils·elles avaient participé à une manifestation de soutien à la ville de Kobané, au Kurdistan syrien, en 2014. Pour rappel, la cité était alors assiégée par les djihadistes de l’État Islamique. De plus, ils·elles sont accusé·e·s de « tentative de coup d’État moyennant les réseaux sociaux ». Continuer à lire … « Turquie, La répression se poursuit contre le HDP »

Arrestations en Turquie : Déclaration de la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan

La Turquie franchit un nouveau pas dans la répression. Vendredi 25 septembre, 82 militants et militantes du HDP (Parti Démocratique des Peuples) ont été arrêtés sur ordre du Président Erdogan, parmi celles-ci l’ancien député Sirri Sûreyya Önder, Aylan Bilgen, maire de la ville de Kars et de nombreux cadres de ce parti. Continuer à lire … « Arrestations en Turquie : Déclaration de la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan »

Le cri des prisons en Turquie

La planète pleure. Une partie plus que d’autre. Surtout, quand on est en Europe, nous recevons constamment les appels à la solidarité contre la répression dans tel ou tel pays. Beaucoup plus que quelques-uns. Je viens de diffuser une lettre envoyée, depuis Brésil, par une amie féministe qui nous appelle à la solidarité, écrivant ceci : « Quand le fascisme s’installe dans un pays, toute la planète est en danger ». En général, on diffuse ces appels par mail, par Facebook, par Instagram ou on twitte… Ensuite un autre appel arrive, d’un autre coin de notre triste monde…Et on fait la même chose. Confiante dans l’utilité de relayer de tels appels, j’écoute Gramsci, je relie le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté et je vous fais parvenir des cris depuis la Turquie, depuis mon pays que j’ai dû quitter il y a dix ans. Je vous fais parvenir ces appels, pour demander votre solidarité créative… Continuer à lire … « Le cri des prisons en Turquie »

Un nuage néo-fasciste plane au-dessus des frontières entre la Grèce et la Turquie

Chronologie de la situation aux frontières

L’Europe vit une période sombre, la situation aux frontières entre la Grèce et la Turquie en atteste. Les discours se multiplient et l’heure est à la confusion. Chacun.e apporte « son soutien » à l’une ou l’autre partie « victime », tantôt de la dictature d’Erdogan, tantôt d’une prétendue « invasion » de personnes migrantes, tantôt d’une folie humaine déjà installée depuis bien trop longtemps. Une folie humaine qui est restée dans l’ombre des préoccupations grâce à un gros chèque que l’Union européenne s’est accordée à verser à Erdogan. Six milliards d’euros, c’est le montant reçu par la Turquie à la suite de l’accord signé entre son État et l’UE en 2016. Six milliards d’euros, c’est le prix que l’Europe de « l’Union » a payé pour son incapacité à exprimer son refus « d’accueillir » des personnes en exil. Des personnes qui fuient les nombreuses guerres et conflits qui sévissent dans leur pays, résultat de l’impérialisme des puissants (Trump, Assad, Poutine pour ne nommer que quelques-uns des grands responsables de ces tragédies). Six milliards d’euros c’est bien plus que ce que l’UE n’aurait accepté de rembourser à la Grèce sur les intérêts de sa dette. Dépenser pour refouler des personnes extrêmement vulnérables, oui, annuler la dette illégitime de la Grèce pour éviter le massacre social, non. On ne peut plus clairement résumer les politiques de l’UE. Continuer à lire … « Un nuage néo-fasciste plane au-dessus des frontières entre la Grèce et la Turquie »

Puiser de l’espoir dans ton existence, pour te sentir dans mon coeur

« Ce texte relate la rencontre et la dispute entre une Turque de l’Ouest et une Kurde de Diyarbakur. Il en découle un examen de conscience, un règlement de comptes intérieur de la part de cette intellectuelle stambouliote, lucide sur l’inévitable tragédie en train de se nouer : la tragédie des divisions et des conflits ethniques qui se poursuivent aux quatre coins du monde » Continuer à lire … « Puiser de l’espoir dans ton existence, pour te sentir dans mon coeur »

Une lettre d’Asli Erdogan (28 janvier 2020)

« Chers amis, chers collègues,

 Comme vous vous en souvenez peut-être, j’ai été arrêtée le 16 août 2016, au prétexte que j’étais membre du symbolique comité consultatif de Özgür Gündem, un journal pro-Kurde, tout à fait légal, en même temps que les deux rédacteurs en chef. Bien que nous ayons été six à faire partie du comité consultatif, seule Necmiye Alpay, linguiste et critique littéraire, a été arrêtée deux semaines après moi. Les chefs d’accusation qui pesaient contre moi étaient « atteinte à l’unité de l’Etat » (réclusion à perpétuité aggravée) et « propagande et appartenance à une organisation terroriste » (jusqu’à quinze ans d’emprisonnement). Au bout de quatre mois et demi, j’ai été libérée mais l’affaire se poursuivait. Continuer à lire … « Une lettre d’Asli Erdogan (28 janvier 2020) »