Archives de Catégorie: Caraïbes, Amérique Centrale et du Sud

Aucune civilisation n’est le résultat d’elle-même

mexique-vision-de-l-empire-des-dieuxCe livre richement illustré est proposé en cinq parties, complétées par un descriptif des principaux sites et monuments, une chronologie, un glossaire, une bibliographie et une carte

Une vision d’où naît l’enchantement

Des grands déserts d’Amérique aux rivages tropicaux, le Mexique offre des paysages variés et contrastés : montagnes, canyons, volcans, et hauts plateaux marqués par l’empreinte des hommes, de leur histoire et de leurs croyances.

Les auteur-e-s parlent d’histoire et de géographie, de la terre de Quetzalcoatl le Serpent à plumes, de quechquemilt, du mais, des cactées, de la Huasteca et des olmèques, du monde maya… Lire la suite

C’est un présent qui met à l’épreuve de l’horrible

romano-susana-pour-memoireDans leur avant-propos, Dominique Jacques Minnegheer et Bernardo Schiavetta reviennent sur l’Argentine des années de la dictature, les lieux de détention « La Perla et « La Ribera », le procedimiento une des désignation officielles du « processus » de normalisation, l’expérience de la torture et de l’extermination, « L’Argentine de la dictature a développé une politique d’éradication des personnes considérées comme des opposants suivant un plan, tenu secret, qui reposait sur des protocoles de tortures et d’extermination » Lire la suite

Campagne de solidarité internationale avec les travailleur-se-s de Bauen contre le veto et pour l’expropriation

Pour la confirmation de la loi d’expropriation votée par le Congrès argentin le 30 novembre 2016 et remise en cause par le président Macri

Après 14 ans de lutte, le Sénat argentin a promulgué, le 30 novembre 2016, la loi d’expropriation de l’hôtel Bauen en faveur de la coopérative de travailleur-se-s. L’entrée en vigueur de cette loi consolidait l’autogestion des travailleurs et rendait une justice historique, puisque les anciens propriétaires de l’hôtel l’avaient construit avec un prêt public, octroyé par la dictature militaire sanglante de 1976-83, qui n’a jamais été remboursé. Malgré cela, la priorité avait été donnée à l’objet social et aux activités culturelles et solidaires qui se réalisent au quotidien dans l’hôtel géré par les travailleurs, devenu un emblème de l’autogestion en Argentine et dans le monde. Mais le président Mauricio Macri a apposé son veto à la loi, en utilisant des arguments fallacieux, qui nient le sens social de la coopérative, il renonce à récupérer l’argent public et laisse 130 familles sans emploi. Nous interpellons les députés et les sénateurs argentins afin qu’ils rejettent le veto et confirment la loi d’expropriation de l’hôtel Bauen pour ainsi réparer cette injustice, éviter l’expulsion de l’hôtel et réaffirmer la démocratie. Lire la suite

Déclaration commune du CNI et de l’EZLN pour la libération de la Sœur Mapuche Machi Francisca Lincolao Huircapan


aut_4849

aut_2816

.

.

Congreso Nacional Indígena CNI

Ejército zapatista de liberación nacional EZLN

Au peuple mapuche,

Au peuple chilien,

A la Sixième Internationale,

Aux médias,

Les peuples, nations et tribus qui composent le Congrès national indigène adressent un salut fraternel et solidaire à la Machi Francisca Lincolao Huircapan, du peuple Mapuche au Chili, emprisonnée depuis le 30 mars 2016. Nous savons que la grève de la faim de résistance menée par la camarade Machi Francisca visa à réclamer la justice refusée par le malgouvernement chilien, qui la maintient en détention pour son crime : la défense des ressources naturelles, des sites sacrés et des droits culturels de son peuple. Ce gouvernement espère que son état de santé, déjà très précaire, se détériorera au point de mettre en danger sa vie. Lire la suite

Que tremble la terre jusque dans ses entrailles


94-815b6

Que tremble la terre jusque dans ses entrailles1

Aux peuples du monde

Aux médias libres

A la Sexta Nationale et Internationale

Convoqués pour la commémoration du 20e anniversaire du Congrès National Indigène et de la vive résistance des peuples, nations et tribus originaires de ce pays le Mexique, et qui parlentamuzgo, binni-zaá, chinanteco, chol, chontal de Oaxaca, coca, náyeri, cuicateco, kumiai, lacandón, matlazinca, maya, mayo, mazahua, mazateco, mixe, mixteco, nahua, ñahñu, ñathô, popoluca, purépecha, rarámuri, tlapaneco, tojolabal, totonaco, triqui, tzeltal, tsotsil, wixárika, yaqui, zoque, chontal du Tabasco ainsi que des frères aymara, catalan, mam, nasa, quiché ettacana, nous disons avec fermeté que notre lutte est en bas et à gauche, que nous sommes anticapitalistes et qu’est venu le temps des peuples, le temps de faire vibrer ce pays avec le battement ancestral du coeur de notre terre-mère. Lire la suite

Mexique : Une candidate indigène à la présidentielle ?

On l’oublie, mais le Mexique, vaste comme près de quatre fois la France, est aussi le pays du continent américain qui compte en son sein, en chiffres absolus, le plus grand nombre d’indigènes. Entre treize et seize millions d’individus, appartenant à plus de cinquante ethnies différentes. Mayas, Otomis, Zapotèques, Totonaques, Huastèques, Mazatèques, Nahuas, Mixtèques… les plus militants d’entre eux forment les files du Congrès national indigène (CNI). Créé il y a vingt ans dans la foulée de la rébellion zapatiste du Chiapas, le CNI défraie de nouveau la chronique en cette fin d’année avec l’annonce des résultats de la consultation de ses « bases d’appui » visant à désigner une candidate indigène à l’élection présidentielle mexicaine de 2018 ! Lire la suite

Les violences faites aux femmes dans les territoires andins du Pérou


Avec l’aimable autorisation du site Presse-toi à gauche (Québec)


arton28841-7754bLe livre « Les femmes et les mines : mémoires d’un parcours de résistance dans les Andes péruviennes » relate la trajectoire des femmes vivant sur les territoires affectés par l’exploitation minière, à travers tous les rebondissements sociaux qu’elles ont traversés durant une trentaine d’années.

En 1982, au terme d’une longue et pénible « marche de sacrifice », des centaines de familles se sont installées dans les rues de la capitale péruvienne pour y revendiquer le droit à une vie digne, dévoilant du même coup la dure réalité des familles vivant dans les campements miniers. Aidées par les membres de l’organisation féministe Filomena Tomaira Pacsi, elles mèneront de courageuses luttes pour prendre leur place, individuellement et collectivement, dans l’amélioration de leurs conditions de vie et de celles de leurs familles. Lire la suite