Archives de Catégorie: Caraïbes, Amérique Centrale et du Sud

Les yeux, demain, pourront toujours profiter de la splendeur des orchidées

Dans son introduction, « Par-delà la superbe des grands arbres abattus par la tempête… » – Benjamin Péret et la Commune noire des Palmares, Robert Ponge explique comment et pourquoi l’auteur choisit d’écrire sur les Palmares. Il présente aussi le parcours de « Benjamin l’impossible », sa participation « au combat historique pour émanciper l’humanité de toutes les formes d’oppression et d’exploitation politiques et sociales », l’intérêt des surréalistes pour les cultures précolombiennes, les pouvoirs qui sommeillent chez les vaincus de l’histoire, la liberté dans la perspective des opprimé-e-s…

« L’existence des Palmares et l’héroïsme du combat des Noirs contestent les versions lénifiantes de l’histoire du Brésil, soulèvent des questions-clés : l’essence esclavagiste du passé brésilien, la violence de la domination des maîtres, la constante résistance des esclaves » Lire la suite

Pas d’accord de libre-échange contre les peuples !

Du 26 au 27 mai 2017, s’est tenue à Mexico, la Rencontre des organisations sociales du Canada, des États-Unis et du Mexique pour de nouvelles formes de coopération internationale. L’objectif principal de la rencontre était de bâtir un front commun tri national des organisations de la société civile face à l’imminente renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) exigée par l’administration Trump. Lire la suite

Venezuela. Une crise d’une importance capitale pour la gauche latino-américaine

Il est douloureux d’écrire sur le Venezuela. En partie parce que cela implique rendre compte du drame d’un peuple qui, pour la première fois, commençait à participer à la redistribution de ses ressources. Mais également parce que cela implique d’aborder le déclin d’un processus politique qui a été une référence pour la gauche latino-américaine pendant les dernières décennies.

C’est la raison pour laquelle il est fondamental d’encourager un débat critique et réfléchi sur la crise vénézuélienne. Cela n’implique pas qu’il faille se soumettre à l’opportunisme de la droite, qui, sous une façade démocratique, réduit tout débat à la question de savoir si oui ou non le régime vénézuélien est une dictature, alors que ses intentions vont dans le sens de réinstaller un modèle aussi socialement et politiquement excluant que celui de type néolibéral. Mais il ne serait pas non plus responsable d’éviter le débat comme le fait la majorité des penseurs critiques, qui prônent une sorte de solidarité inconditionnelle avec le processus, au point de se montrer apathiques face à la tragédie que vit le peuple vénézuélien. Lire la suite

Un laboratoire d’expérimentations néolibérales

Le Chili, des réflexions critiques sur « les permanences et les réajustements des politiques libérales », des regards sur des résistances, des recherches sur les influences du passé dans la configuration actuelle.

Il est important d’examiner différents aspects du capitalisme néolibéral, de comparer les déclinaisons suivant les contextes et les pays. De ce point de vue, l’histoire du Chili devrait être étudiée par toutes et tous. Laboratoire de la mise en œuvre de mesures néolibérales sous la dictature d’Augusto Pinochet, longtemps avant les oeuvres destructives de Margaret Thatcher. Une politique activement inspirée de « Chicago boys » dont la responsabilité, me semble-t-il, mériterait des suites judiciaires. Lire la suite

France-Guadeloupe. Mai 1967 : « Lorsque les Nègres auront faim ils reprendront le travail »

Les 25 et 26 mai 1967, dans les rues de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), à l’occasion d’une grève des ouvriers du bâtiment, qui réclamaient 2,5% d’augmentation de salaire, les quartiers de la ville sont jetés dans l’effroi, les larmes et le sang.

Le 23 mars 1967, des ouvriers des chantiers Ghisoni-Zanella, dans les faubourgs de Pointe-à-Pitre, cessent le travail, c’est la grève: ils réclament un meilleur salaire, le paiement des heures supplémentaires, de meilleures conditions de travail… A la suite de ce mouvement, les syndicats (CGTG, Fraternité ouvrière, CFDT…) prennent le relais par l’intermédiaire de la commission paritaire qui se réunit en avril afin d’examiner les revendications des ouvriers. Plusieurs réunions ont lieu. Lire la suite

CNI – EZLN : L’heure est venue

.

.

.

.

Congreso Nacional Indígena CNI 

Ejército zapatista de liberación nacional EZLN 

Au peuple du Mexique

Aux peuples du monde

Aux médias

Aux signataires nationaux et internationaux de la Sixième Déclaration de la Jungle Lacandone

Nous adressons au monde cette parole urgente depuis l’Assemblée Constitutive du Conseil autochtone de gouvernement où nous nous sommes retrouvés, nous peuples, communautés, nations et tribus du  Congrès national indigène : Apache, Amuzgo, Chatino, Chichimeca, Chinanteco, Chol, Chontal de Oaxaca, Chontal de Tabasco, Coca, Cuicateco, Mestizo, Hñähñü, Ñathö, Ñuhhü, Ikoots, Kumiai, Lakota, Mam, Matlazinca, Maya, Mayo, Mazahua, Mazateco, Me`phaa, Mixe, Mixe-Popoluca, Mixteco, Mochó, Nahua o Mexicano, Nayeri, Popoluca, Purépecha, Q´anjob´al, Rarámuri, Tének, Tepehua, Tlahuica, Tohono Odham, Tojolabal, Totonaco, Triqui, Tseltal, Tsotsil, Wixárika, Xi´iuy, Yaqui, Binniza, Zoque, Akimel O´otham et Comkaac.

  Lire la suite

Le temps des femmes latino-américaines

Le réveil s’est manifesté du jour au lendemain, avec une urgence accélérée, cependant il couvait à feu doux depuis des décennies. Le 3 juin 2015, date de la première mobilisation Ni Una Menos, les femmes argentines assumaient les commandes d’un mouvement tectonique dont l’onde de choc serait ressentie dans des dizaines de pays, avec un mot d’ordre sans appel né du rejet d’un féminicide brutal : « Arrêtez de nous tuer ».

Le 3 juin de l’année suivante, Ni Una Menos se consoliderait en tant que symbole d’un mouvement des femmes revitalisé qui s’internationalise par débordement, en tissant des réseaux qui rapprochent les femmes de tout le continent latino-américain jusqu’à convertir son mot d’ordre en l’un des slogans les plus martelés lors des manifestations de plus en plus fréquentes :

« Alerte, alerte, les féministes sont en marche dans toute l’Amérique latine. Et que tremblent, tremblent, tremblent les machistes :
Car l’Amérique latine tout entière sera féministe ».
Lire la suite