Archives de Catégorie: Caraïbes, Amérique Centrale et du Sud

Fasti et Astipa en solidarité avec les guyanais-e-s

La Fasti tient à souligner :

– que la situation sociale en Guyane, les inégalités, les discriminations et la violence sont les produits d’une véritable logique d’exception mise en œuvre par l’Etat français envers les peuples des DOM-COM. Parce qu’il faut nommer les choses par leur nom, cette logique d’exception est une logique coloniale.

– cette logique coloniale est une politique de l’Etat français qui se renforce et se généralise au sein même de la métropole, contre les migrant-e-s, les Rroms, la population des quartiers populaires et les pauvres en général.

La Fasti reste attachée au principe d’autodétermination des peuples pour qu’ils s’engagent sur la voie de l’indépendance, de l’émancipation, de la liberté, du respect, de l’égalité et de la solidarité. Lire la suite

Image

Solidarité avec la Guyane en lutte !

En haut, les murs ; en bas (et à gauche), les brèches


Ejército zapatista de liberación nacional EZLN

 

La tempête sur notre chemin

Pour nous femmes et hommes des peuples originaires zapatistes, la tempête, la guerre, dure depuis des siècles. Elle est arrivée sur nos terres avec la fumisterie de la civilisation et de la religion dominantes. En ce temps-là, l’épée et la croix ont fait couler le sang des nôtres.

Avec le temps, l’épée s’est modernisée et la croix a été détrônée par la religion du capital, mais on a continué à demander notre sang comme offrande au nouveau dieu : l’argent.

Nous avons résisté. Nous avons toujours résisté. Nos rebellions ont été supplantées par la dispute entre les uns et les autres pour le Pouvoir. Les uns et les autres, toujours en haut, nous ont demandé de lutter et de mourir pour les servir, nous ont exigé l’obéissance et la soumission, sous le mensonge de nous libérer. Comme ceux qu’ils disaient et qu’ils disent combattre, ils sont venus et ils viennent nous diriger. Il y a eu ainsi de soi-disant indépendances et de fausses révolutions, passées et à venir. Ceux d’en haut se sont remplacés et continuent à le faire depuis lors, pour mal gouverner ou pour aspirer à le faire. Et dans les calendriers passés et présents, leur proposition continue d’être la même : que nous, femmes et hommes, mettions notre sang ; tandis que eux dirigent, ou simulent diriger.

Et auparavant, tout comme maintenant, eux oublient que nous n’oublions pas. Lire la suite

Guyane : quand la colonialité dépolitise la contestation

La misère guyanaise est inconnue, enfouie, balayée sous le tapis de l’histoire coloniale du département français. Selon l’Office de l’eau en Guyane1, 46 000 personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Le taux de chômage est de 22,3 % (25% pour les femmes et 21% pour les hommes, deux fois plus élevé que celui de la métropole), et de 44 % pour les 15-24 ans. Seuls 50 % de ces jeunes sont scolarisés (60 % en métropole). Le revenu annuel moyen est inférieur de plus de 44 % à celui de l’hexagone et les bénéficiaires des minima sociaux sont trois fois plus importants. Les prix à la consommation y sont supérieurs de près de 12 %2, et cet écart augmente pour les produits alimentaires (45 %) et pour les logements (20 %). Le taux de criminalité3 est deux fois supérieur (109,33 %)4. En 2008, le nombre d’homicides a atteint le chiffre de 31,1 pour 100 000 habitants (12 fois celui de la métropole), les coups et blessures volontaires 380 pour 100 000 habitants (2 fois celui de la métropole) et les vols à main armée 96,7 pour 100 000 (plus de 20 fois celui de la métropole). Ces niveaux de violence sont notamment les conséquences d’une délinquance particulière liée à la richesse du sous-sol guyanais : l’orpaillage. La Guyane abrite en effet près de 350 sites d’orpaillage illégal, employant entre 5 000 et 10 000 personnes, alors que seules 900 personnes travaillent sur des sites d’orpaillage légaux. L’orpaillage clandestin conduit, selon les estimations de la gendarmerie nationale, à l’extraction et l’exportation illégales de 10 tonnes d’or par an. Lire la suite

#Ni Una Menos #Vivas Nos Queremos : Comment s’est tissé l’appel à la Grève Internationale de Femmes ?

Le 19 octobre dernier, l’appel à une grève de femmes lancé depuis l’Argentine pour dénoncer le féminicide de Lucia Perez, une jeune femme de 16 ans violée et morte après avoir été empalée, est parvenu à faire le lien entre les violences machistes et les modes de violence et de précarisation au travail, économiques, sociales et territoriales, et à les dénoncer comme autant de nouveaux traits d’une « pédagogie de la cruauté » exercée sur le corps des femmes (aux échos coloniaux indéniables). Lire la suite

Derrière la 6ème économie mondiale et sa 85ème place pour la distribution de richesse produite


2017_-_1_-_24_-_revue_inter_11_couv_bat

Cette livraison sur le Brésil, le mouvement syndical, les mouvements sociaux et les derniers événements politiques, fournit de multiples analyses et renseignements sur les réalités brésiliennes.

Description du cadre institutionnel (logique de l’« unicité syndicale ») et du paysage syndical, pratiques et revendications, évolution de la Central Unica dos Trabalhadores (CUT), reconfiguration et fragmentation syndicale, relation aux partis politiques, évolution des emplois et du pouvoir d’achat (dont l’impact de la Bolsa Familia), actions unitaires et grèves, relation entre la CUT et le gouvernement du Parti des travailleurs (PT)… Lire la suite

Aucune civilisation n’est le résultat d’elle-même

mexique-vision-de-l-empire-des-dieuxCe livre richement illustré est proposé en cinq parties, complétées par un descriptif des principaux sites et monuments, une chronologie, un glossaire, une bibliographie et une carte

Une vision d’où naît l’enchantement

Des grands déserts d’Amérique aux rivages tropicaux, le Mexique offre des paysages variés et contrastés : montagnes, canyons, volcans, et hauts plateaux marqués par l’empreinte des hommes, de leur histoire et de leurs croyances.

Les auteur-e-s parlent d’histoire et de géographie, de la terre de Quetzalcoatl le Serpent à plumes, de quechquemilt, du mais, des cactées, de la Huasteca et des olmèques, du monde maya… Lire la suite