[48] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [48] 

  • Jean-Marc Adolphe : Olenivka : les assassins enquêtent sur le crime
  • Jean-Marc Adolphe : Dans l’« enfer absolu » d’Olenivka
  • « Il nous faut reconstruire en Ukraine un syndicat étudiant de gauche ».
  • Entretien avec Katya et Maximn étudiants ukrainiens
  • Sotsialniy Rukh (Mouvement social) : dépliant traduit en Ukrainien, en allemand, en chinois
  • Ukraine : Les mineurs n’ont pas laissé entrer le nouveau directeur dans la mine n°9
  • Déporter des enfants ukrainiens et les « russifier », c’est amputer l’avenir de l’Ukraine
  • Le 162e épisode (sous-titré en français) de Masyanya intitulé Sankt-Mariabourg
  • Guerre en Ukraine : « La ligne de front ressemble à la surface de la Lune »
  • PORTFOLIO. Oleksy Kustovsky (KUSTO)
  • Mobilisations au Japon
  • Solidarité internationale galloise
  • Liens avec d’autres textes

Continuer à lire … « [48] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [48] « 

« Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie »

La guerre d’agression impérialiste de la Russie contre l’Ukraine est l’événement géopolitique le plus important depuis l’effondrement de l’Union soviétique. Elle ouvre une nouvelle ère de l’impérialisme, marquée par l’intensification des rivalités, par des traits d’une démondialisation, par l’intensification des conflits entre blocs commerciaux et entre les alliances géopolitiques, par la militarisation accrue et les guerres par procuration entre les grandes puissances en vue de la détention de sphères d’influence avec leurs répercussions sur des nations opprimées.

La guerre exacerbe toutes les crises du capitalisme mondialisé : marasme économique, inflation, changement climatique et migrations. Elle en a ajouté de nouvelles, dont la plus importante est le nouvel endettement des pays du Sud, ainsi que la famine dans les pays devant faire face, entre autres, à la perte de livraison de céréales ukrainiennes et à une flambée spectaculaire et spéculative des prix des biens alimentaires. L’austérité, la misère et la faim frappent les pays les plus pauvres du monde.

Toutes ces crises en cascade vont approfondir les fractures entre les Etats à l’échelle internationale. Elles aggraveront également la polarisation politique déjà profonde au sein des pays, et déclencheront des soulèvements réactionnaires et/ou progressistes issus des profondeurs sociales. A son tour, l’establishment capitaliste de chaque Etat se tournera vers des méthodes autoritaires pour faire respecter l’ordre existant. Continuer à lire … « « Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie » »

Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 10)

Brigades éditoriales de solidarité 10

Après les Gilets jaunes, la pandémie du Covid, la Colombie et la Birmanie, les éditions Syllepse poursuivent la publication d’ouvrages accessibles à tous et toutes qui éclairent sur les enjeux des convulsions d’un monde qui n’en finit pas de semer la misère, la souffrance et la guerre. Les éditions Syllepse se sont associées pour cette série sur l’agression de la Russie poutinienne contre l’Ukraine aux éditions Page 2 (Lausanne) et M. Éditeur (Montréal), aux revues New Politics (New York), Les Utopiques (Paris) et ContreTemps (Paris), aux sites À l’encontre (Lausanne) et Europe solidaire sans frontières, ainsi qu’au blog Entre les lignes entre les mots (Paris), au Centre Tricontinental (Louvain-la-Neuve) et au Réseau syndical international de solidarité et de luttes. Continuer à lire … « Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 10) »

Une guerre d’agression « grand russe »

Je commencerai par souligner quelques aspects essentiels de la perception poutinienne des enjeux de son pouvoir en Russie et sur l’échiquier international et régional (notamment au Bélarus) quand il lance sa dite « opération militaire » le 24 février. Puis, j’évoquerai au vu des premiers effets de sa guerre d’agression grand-russe, les infléchissements de sa politique produisant de nouvelles caractéristiques et incertitudes des résistances en Russie et au Bélarus. Je conclurai sur l’essence de ce que notre réseau tente de faire, passant le relais aux interventions suivantes pour le concrétiser. Continuer à lire … « Une guerre d’agression « grand russe » »

Russie : les vraies raisons de la liquidation des organisations de défense des droits humains « Memorials »

9fb2fdcd7a05a3ea389e800cd91d7e

Paris, Moscou, 20 juillet 2022. L’idée même de droits humains est devenue insupportable au pouvoir russe. Début 2022, deux des principales organisations russes de défense des droits humains, Mémorial international et le Memorial Human Rights Center, ont été dissoutes au prétexte de non-respect de l’une des tristement célèbres lois russes sur les « agents étrangers ». Un nouveau rapport publié par la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) présente une vue de l’intérieur de la procédure de liquidation, qui viole de manière flagrante le droit international. Continuer à lire … « Russie : les vraies raisons de la liquidation des organisations de défense des droits humains « Memorials » »

[47] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [47] 

  • Pour protéger les droits des travailleurs ukrainiens, appliquez le veto présidentiel aux lois 5371 et 5161. Pétition à Volodymyr Zelenskyy, président de l’Ukraine 
  • Stop the attack on the labour rights of Ukrainian workers!
  • Convoi syndical pour l’Ukraine, la solidarité syndicale a un nom !
  • Jean Paul Bruckert, Bruno Della Sudda et Francis Site : Ukraine. En réaction au texte d’Alain Bihr et Yannis Thanassekos
  • Le front de Kherson
  • « Le miroir », par André Markowicz

  • Liens avec d’autres textes


Pour protéger les droits des travailleurs ukrainiens, appliquez le veto présidentiel aux lois 5371 et 5161
Pétition à Volodymyr Zelenskyy, président de l’Ukraine 
Continuer à lire … « [47] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [47] « 

Sur la nature du régime russe et ses perspectives

Ilya Matveev. Il y a une énorme inégalité socio-économique en Russie. À Moscou, de nombreuses personnes vivent aussi bien que la classe moyenne londonienne. En revanche, les régimes de Eltsine et de Poutine ont systématiquement détruit infrastructure sociale de nombreuses régions économiquement défavorisées. Ce sont précisément les habitants de ces endroits qui partent à la guerre pour 3000 dollars par mois, argent qu’ils n’ont jamais vu en temps de paix.

Comment cela est-il organisé politiquement ? Il serait erroné de caractériser la Russie de « capitalisme oligarchique » – la Russie d’aujourd’hui est plutôt un régime bonapartiste. Le bonapartisme est un concept de la théorie marxiste. Il signifie que le groupe ou le dirigeant au pouvoir exerce le pouvoir dans l’intérêt des grands capitalistes, mais ne donne aucun pouvoir politique aux capitalistes eux-mêmes. Jusqu’à récemment, le régime de Poutine servait les intérêts des grandes entreprises. Il suffit de voir que le nombre de milliardaires russes selon Forbes s’est multiplié sous la présidence de Poutine. Cependant, les propriétaires de grandes entreprises n’ont aucun poids politique. Mais ils ont toujours eu un pouvoir économique et des privilèges. Aujourd’hui, leurs intérêts économiques ont été sacrifiés à la guerre. Les sanctions, la fermeture des marchés d’exportation pour les grands hommes d’affaires, l’impossibilité d’emprunter sur les marchés financiers internationaux – tout cela détruit les grandes entreprises en ce moment. Continuer à lire … « Sur la nature du régime russe et ses perspectives »

Une gauche enrôlée dans une croisade antirusse sous la bannière étoilée ?

Une gauche radicale saisie par le récit dominant ?
Depuis fin février, nous nous engageons dans la solidarité avec le peuple ukrainien et avec les opposant·e·s russes à la guerre ; nous avons pris position en faveur de la résistance armée et non armée des premiers contre l’invasion russe. Le texte de Bihr et Thanassekos (« La guerre en Ukraine, le récit dominant et la gauche anti-impérialiste ») nous vise à double titre. D’abord parce qu’il formule des propositions soumises à la discussion (voir la fin de ce texte), mais aussi parce qu’il nous enferme dans une orientation qui nous est étrangère. Cela exige une réponse. En ciblant une « partie de la gauche qui se veut radicale », les deux auteurs nous accusent de participer « à [notre] façon à […l’]« état de guerre » qui s’empare des esprits » et, pire encore, nous emboucherions la trompette de la « croisade antirusse sous la bannière étoilée » (qu’elle soit des États-Unis et de l’Union européenne) du « parti occidentaliste ». Les auteurs se gardent cependant de nommer quiconque ou de citer un élément à l’appui de leurs graves accusations. Ils façonnent ainsi une sorte d’épouvantail contre lequel ils dirigent leurs traits. Cette ficelle rhétorique leur permet d’éviter un débat sur des bases concrètes. Continuer à lire … « Une gauche enrôlée dans une croisade antirusse sous la bannière étoilée ? »

[46] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [46] 

  • Nouveau site du Collectif Solidarité Ukraine
  • La Fédération des syndicats d’Ukraine (FPU) condamne fermement les tentatives de confiscation illégale des biens des syndicats
  • Appel à libérer Maksym Butkevych, militant ukrainien des droits humains et anti-raciste, fait prisonnier par l’armée russe
  • Dans la gueule de l’ours. Déportés d’Ukraine en Russie
  • Brigades éditoriales de solidarité (22 juillet) : Lignes de front
  • Poutine : un projet impérial aux dépens de l’Ukraine
  • JM Adolphe : Le crachat russe
  • Point de situation des opérations en Ukraine 20 juillet 2022 
  • Liens avec d’autres textes

Nouveau site du Collectif Solidarité Ukraine

cropped-logo-newslettercsu

Le Collectif s’est doté d’un site Internet où vous pouvez trouver des informations sur les événements organisés, le répertoire des initiatives associatives ainsi que les éditions précédentes de la Lettre d’information
https://collectifsolidariteukraine.wordpress.com Continuer à lire … « [46] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [46] « 

Construire la résistance populaire à l’agression de l’impérialisme russe

Entretien avec Alona Liasheva et Denys Pilash

Tempest s’est entretenu avec Alona Liasheva et Denys Pilash sur la résistance ukrainienne, l’état de guerre, la dynamique de la lutte des classes et de la conscience populaire, et les tâches de la gauche internationale dans la construction de la solidarité avec l’Ukraine. Alona Liasheva est sociologue, chercheuse en économie politique urbaine, et travaille au Centre de recherche pour les études est- européennes de l’université de Brême. Elle est corédactrice de Commons: Journal for Social Criticism et membre du groupe socialiste ukrainien Sotsialnyi Rukh (Mouvement social). Denys Pilash est un militant et un politologue de l’université nationale de Kyiv. Il fait partie du groupe socialiste ukrainien Sotsialnyi Rukh et est également membre du comité de rédaction de Commons: Journal for Social Criticism.

La résistance ukrainienne a repoussé l’invasion russe qui tentait de prendre Kyiv, remportant une grande victoire. La Russie a battu en retraite et tente maintenant de s’emparer du Donbass et d’établir un pont terrestre vers la Crimée, qu’elle a annexée en 2014. Comment se déroule la guerre aujourd’hui ? Quelles sont les conditions de vie des habitants des territoires repris par la Russie ? Quels sont l’équilibre et la dynamique des combats ? Continuer à lire … « Construire la résistance populaire à l’agression de l’impérialisme russe »

[45] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [45] 

  • Olga Bryukhovetska : À Noam Chomsky, Vladimir Poutine et tous ceux qui s’inquiètent que l’on « se battre jusqu’au dernier Ukrainien »
  • Claude Debons : Lettre de démission de la CGT suite à la dernière déclaration du CCN du 11 mai 2022.
  • Lettre ouverte au directeur d’ArcelorMittal à Krivoy Rog, Ukraine
  • Ukraine : des syndicalistes au chevet des blessés du front
  • Déclaration commune – La commission européenne doit garantir un rôle significatif à la société civile dans le projet « Reconstruire l’Ukraine »
  • Non à la casse du code du travail en Ukraine !
  • Ukraine : le projet de loi anti-social n° 5371 a été retiré. Mais la menace n’a pas disparu
  • Rendez Maksim Butkevitch aux opprimé·es du monde entier !
  • Vérité et liberté pour Maksim Butkevitch : pourquoi cette campagne est importante
  • Des jeunes y vont
  • Free Belarus Rail Workers Arrested for Anti-War Sabotage !

Continuer à lire … « [45] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [45] « 

Les « fachrusses », une nouvelle espèce inhumaine

Avec l’aimable autorisation du site leshumanités

Des articles offerts par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI

« Pашизм » en ukrainien. Un mot nouveau, qui contracte « Russie » et « fascism », et désigne la brutalité des « envahisseurs » tout autant que l’idéologie totalitaire qui sous-tend l’invasion de l’Ukraine. L’historien Timothy Snyder livre une brillante explication de ce néologisme, qui puise au multilinguisme de l’Ukraine : « Une nation bilingue comme l’Ukraine n’est pas seulement une collection d’individus bilingues ; c’est un ensemble sans fin de rencontres dans lesquelles les gens adaptent habituellement la langue qu’ils utilisent à d’autres personnes et à de nouveaux environnements, manipulant la langue d’une manière qui est étrangère aux nations monolingues. » Continuer à lire … « Les « fachrusses », une nouvelle espèce inhumaine »

[44] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [44] 

  • Donbass. L’art d’utiliser la langue de bois de la bureaucratie russe pour éviter l’armée
  • Les syndicats français solidaires du peuple ukrainien
  • Pour la reconstruction d’une Ukraine démocratique, indépendante, pluraliste et sociale !
  • Vincent Presumey : L’urgence ukrainienne
  • Jean-Marc Adolphe : A Kherson, sous couvert de « dénazification », l’instauration d’un régime fasciste.
  • Ekaterina Fomina : « Il a dit qu’ils étaient utilisés comme chair à canon là-bas, et que les nouvelles ne sont que des mensonges »
  • Jean-Marc Adolphe : Un autodafé sur ordre de Kirill, le patriarche de l’Église orthodoxe russe
  • Convoi solidaire part pour l’Ukraine
  • Katya Gritseva : « Mon sang s’est mêlé au sable et à la fumée de Marioupiol »
  • Halya Coynash : Trois partisans cheminots bélarus risquent la peine de mort

Donbass
L’art d’utiliser la langue de bois de la bureaucratie russe pour éviter l’armée
Continuer à lire … « [44] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [44] « 

Droit de la guerre, guerre pour le droit

Il y a sept ans, Severodonetsk était une « ville de l’arrière » d’une guerre dite « de basse intensité ». Aujourd’hui elle est détruite par une guerre clairement « de haute intensité ».

Décembre 2015, Alice, notre volontaire de l’Assemblée européenne des citoyens envoyée en Ukraine dans le cadre d’Echanges & Partenariats racontait [1] :
« J’embarque dans un train de nuit pour rejoindre une équipe de Vostok-SOS dans l’est de l’Ukraine. Après 16h de train, je descends à la petite gare de Rubihzne, récemment reconstruite après avoir été démolie par les combats, comme en témoigne sa structure de contre-plaqué flambant neuve. Cette gare est l’arrêt le plus commode pour rejoindre Severodonetsk, ville moyenne ayant émergé comme nouveau pôle régional dans le Donbass ukrainien après la perte de Louhansk et Donetsk. C’est là que Vostok-SOS a établi sa base arrière. Une des activités principales de l’association consiste à distribuer des cartons de nourriture, de médicaments ou de vêtements dans les villages les plus proches de la ligne de front et les plus difficiles d’accès. L’équipe de Vostok-SOS en charge de cette aide humanitaire en assure toutes les étapes, de la commande des produits à leur livraison, en passant par l’emballage des cartons. (…)
Continuer à lire … « Droit de la guerre, guerre pour le droit »

Sur ordre de Poutine, le FSB (ex-KGB) a-t-il organisé de faux attentats islamistes pour lui faire gagner les élections ?

D’abord, il faut signaler que la journaliste qui a enquêté sur cette sombre affaire n’a rien d’une complotiste : Catherine Bolton est correspondante du Financial Times, austère quotidien britannique qui est une référence en Europe sur les questions d’économie et touche plus d’un million d’abonnés. Ce texte est un peu long mais il est essentiel pour comprendre à quel niveau de criminalité digne du tribunal de Nuremberg se situe Poutine.

Contexte des événements : en 1999, Boris Eltsine, qui est à la tête de la Fédération de Russie depuis 1990, est malade et aux abois car poursuivi par ses adversaires politiques pour plusieurs affaires de corruption. En 1994, il a lancé la première guerre russe contre les rebelles séparatistes tchétchènes. En 1998, il a nommé son protégé Vladimir Poutine directeur du Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie, le FSB, qui a succédé au KGB. Les élections approchent, et c’est Poutine qu’il souhaite voir lui succéder à la tête du pays, d’autant plus qu’il sait que, si son poulain est élu, celui-ci lui accordera la grâce présidentielle pour ces ennuyeuses affaires de corruption ; Eltsine et sa très népotique famille pourront ainsi dormir sur leurs deux oreilles. Continuer à lire … « Sur ordre de Poutine, le FSB (ex-KGB) a-t-il organisé de faux attentats islamistes pour lui faire gagner les élections ? »

[43] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [43] 

  • Biélorussie : témoignage du syndicaliste Maksim Poznyakov libéré de prison
  • Patrick Le Tréhondat : Loukachenko met l’édition en cage
  • Le bureau du procureur général veut liquider le mouvement syndical indépendant (Bélarus)
  • Perrine Poupin : Roman Ratushny, activiste urbain kiévien, mort au front, à l’Est de l’Ukraine : « un coup au cœur de toute une génération »
  • Ukraine : l’aide de nos frères et sœurs français·es
  • Jean-Marc Adolphe : Katya « oiseau d’acier ». Qu’est devenue la voix chantante d’Azovstal ?
  • 1er juillet • Face à la guerre contre l’Ukraine : quelles solidarités féministes ?
  • Le dire et l’écrire : Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine ! (Version 07 – 13 juin 2022)
  • Sylvain Silberstein : Bella ciao, Dropkick Murphys et O’hamsters
  • Yorgos Mitralias : Qu’est-ce qui fait que les poutinistes et les poutinisants perpétuent les traditions les plus abjectes de la gauche internationale 

  • Liens avec autres textes


Continuer à lire … « [43] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [43] « 

Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 9)

Brigades éditoriales de solidarité 9

L’abstraction contre le droit des peuples

À force d’abstraction, certain·es inventent une géopolitique dénuée d’êtres humains, et semblent, en particulier, oublier les Ukrainien·nes bombardé·es, massacré·es, déporté·es, réfugié·es et aussi résistant·es… C’est pourtant le présent et l’avenir des populations ukrainiennes qui devraient être au centre des politiques posées par le crime d’agression.

Comme hier les populations vietnamiennes, irakiennes ou libyennes assaillies et meurtries par les armées étasuniennes, les populations afghanes par les armées «soviétiques» puis américaines avant celles des talibans, comme les populations birmanes ou syriennes détruites par leurs propres dictateurs (avec, ne l’oublions pas, l’appui du gouvernement russe), les populations ukrainiennes agressées font face aux armées de l’État russe réellement envahissantes et criminelles. Continuer à lire … « Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 9) »

De la centralité de l’autodétermination des peuples, « campisme », Otan et UE face à la guerre contre l’Ukraine

La guerre lancée par Poutine en Ukraine – et la résistance ukrainienne qu’elle rencontre – recompose en partie les visions et divisions de la gauche internationale qui s’étaient manifestées dans la phase post-1989 face à la crise yougoslave et à l’intervention de l’OTAN dans la guerre en Bosnie puis sur les enjeux du Kosovo. Mais elle recouvre aussi bien des héritages de divergences sur ce que furent les grandes transformations et confrontations du monde dit-bipolaire du XXè siècle.

On a utilisé la notion de « campisme » dans ces différentes types de contextes. Je voudrais expliciter ce que l’on entend par cette notion et à quelle condition son usage a été et reste utile – si elle ne se transforme pas en simple étiquetage stigmatisant bloquant les débats nécessaires dans des contextes complexes, sans précédents historiques. Il s’agit de modifier les rapports de forces et dynamiques vers les urgences globales anti-capitalistes à partir de situations où les forces réactionnaires sont à l’offensive et où bien des logiciels des gauches du XXème siècle sont devenus inadéquats. Continuer à lire … « De la centralité de l’autodétermination des peuples, « campisme », Otan et UE face à la guerre contre l’Ukraine »

[42] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [42] 

  • Ukraine : A l’école des bombes
  • A Kiev, une foule aux obsèques d’une figure du Maïdan tué au combat
  • Initiative de solidarité Olga TaratutaL. Avec les Déserteurs, les pacifistes, les réfugiés en Ukraine, Russie et au Belarus
  • Halya Coynash : Les « condamnations à mort » de prisonniers de guerre britanniques et marocains dans le Donbass occupé montrent clairement pourquoi la Russie doit être chassée de toute l’Ukraine
  • Libérer Aiden, Sahun et Brahim
  • L’observatoire de la liberté de création soutient Dmitry Glukhovsky et tous les auteurs et artistes russes qui s’opposent à la guerre
  • Roman Ratushny, éminent militant ukrainien, a été tué en défendant l’Ukraine contre les envahisseurs russes.
  • 2 juillet • « Save Azovstal, save Ukraine » à Genève
  • Slavoj Žižek : Nous devons cesser de laisser la Russie définir les termes de la crise ukrainienne
  • Henri Goldman : Ukraine-Palestine : le prix de l’inconséquence
  • Nouvelle série de dessins de Katya Kritseva
  • Sotsialniy Rukh (Mouvement social)
  • Note de la CES sur les réponses reçues au questionnaire sur les mesures genrées et sexo spécifiques Accueil des réfugié.es ukrainien.nes (Peace Watch Team)
  • Liens avec autres textes

Continuer à lire … « [42] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [42] « 

« La guerre va anéantir tout ce que nous avions obtenu pour les droits des femmes »

Propos recueillis par Alona Malakhaeva et Jose Angel Sánchez Rocamora

L’avocate des droits humains et militante féministe Varvara Mikhaïlova explique les conséquences de la répression administrative et pénale menée par le gouvernement russe pour étouffer toute dissidence interne. Malgré la répression du gouvernement de Poutine, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Russie contre la guerre en Ukraine. Nous avons interviewé Varvara Mikhaïlova, avocate et militante féministe du collectif de défense des droits humains Apologie à Saint-Pétersbourg. Elle a assuré une grande partie de la défense des militants arrêtés pour avoir participé aux manifestations depuis 2018 contre le gouvernement de Poutine et à la dernière vague de démonstrations contre la guerre. Elle a dû s’exiler pour sa propre sécurité et en raison des persécutions dont elle et son mari ont fait l’objet en raison de leur militantisme et de leur travail de photojournalistes pour le média russe indépendant Mediazona. Une semaine après l’interview, le 6 mai 2022, l’organisation de défense des droits humains Apology, à laquelle Varvara Mikhaïlova appartient, a été qualifiée d’« agent étranger » et, par conséquent, toute activité de l’organisation ou de ses membres sur le territoire de la Fédération de Russie est interdite. En 2022, Apology a fait l’objet de 1150 procédures administratives et de 2  procédures pénales liées aux manifestations antimilitaristes. L’organisation est autogérée et nie avoir reçu de l’argent de l’étranger, elle récuse aussi les accusations pour lesquelles elle a été qualifiée d’« agent étranger ». Désormais, son travail ou celui de ses membres sur le territoire de la Fédération de Russie est restreint. Continuer à lire … « « La guerre va anéantir tout ce que nous avions obtenu pour les droits des femmes » »