[37] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [37] 

  • Katia Gritseva, artiste révolutionnaire ukrainienne
  • Déclaration de la KVPU : Ukraine : nouvelle loi du travail inacceptable
  • Pjotr Sauer : Ils étaient furieux : les soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine
  • Zakhar Popovych : La victoire et la haine de l’ennemi
  • Je reviens d’Ukraine. Compte-rendu par Jean Vogel
  • Solidarité Ukraine Paris XI
  • Patrick Silberstein : Lignes de front
  • Andriy Rumata : Le fascisme et l’impérialisme du Kremlin
  • Marko Bojcun : Rapport Guerre et Résistance n°6
  • Liens avec autres textes

Katia Gritseva, artiste révolutionnaire ukrainienne Continuer à lire … « [37] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [37] « 

Guerre contre l’Ukraine: quelles leçons et conséquences pour la Suisse ?

  • A qui et à quoi incombe la responsabilité pour la guerre ?
  • Quel rôle la Suisse a-t-elle joué dans l’armement de Poutine et comment alimente-t-elle, quotidiennement, son régime ?
  • Zoug : un haut lieu de l’antipoutinisme politique
  • Quelles leçons tirer pour la Suisse ? Que doit-elle faire ? Que doit-elle s’abstenir de faire ?

Le premier thème ne figure pas dans l’annonce de la soirée. Mais diverses discussions et publications m’incitent à clarifier à ce sujet quelques points, en tant qu’historien.  Continuer à lire … « Guerre contre l’Ukraine: quelles leçons et conséquences pour la Suisse ? »

Déni méprisant des ukrainiens comme acteurs au nom de la géopolitique et/ou de la paix

La gauche anti-guerre anti-impérialiste du monde entier a été profondément divisée sur la guerre en Ukraine selon des lignes assez inhabituelles, en raison de la nouveauté de la situation représentée par l’invasion par la Russie d’un pays voisin plus faible avec des ambitions expansionnistes nationalistes ouvertement déclarées, ainsi que le soutien actif et substantiel de l’OTAN à la résistance du pays envahi. La même gauche avait déjà été confrontée à une division au sujet de l’intervention meurtrière de la Russie en Syrie après celle de l’Iran, mais les conditions étaient très différentes. Continuer à lire … « Déni méprisant des ukrainiens comme acteurs au nom de la géopolitique et/ou de la paix »

[36] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [36] 

  • Identité nationale ukrainienne et perspectives de cohabitation pacifique entre les peuples. Un entretien de David Broder avec Marko Bojcun
  • Russie : Cynisme idéologique. Entretien de Francisco Claramunt avec Ilya Boudraitskis
  • Michel Goya : Point de situation des opérations en Ukraine 15 mai 2022
  • Bélarus : ACTION URGENTE pour libérer les syndicalistes emprisonné es
  • Biélorussie : les militants syndicaux Fedynich et Beresnev ont été transférés au centre de détention provisoire de la rue Volodarskogo
  • Syndicalistes ukrainiens morts au combat
  • La dirigeante du syndicat indépendant biélorusse Naftan, Olga Britikova, libérée
  • Sandrine Goldschmidt : Guerre en Ukraine : la prostitution, une menace pour les réfugiées ?
  • Svetlana Stevenson : Le jargon du Kremlin
  • Liens avec autres textes

Identité nationale ukrainienne et perspectives de cohabitation pacifique entre les peuples Continuer à lire … « [36] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [36] « 

Mensonge, fraude et sacrilège

Pourquoi Poutine fait-il de tous les morts soviétiques de la Deuxième Guerre mondiale… des « Russes » ?

Le 9 mai est passé, et comme c’est la constante depuis deux décennies, tant les ennemis que les amis de M. Poutine ont répété à l’unisson que le 9 mai de chaque année, la Russie se souvient et honore les 20 ou 25 millions de ses morts pendant la Seconde Guerre mondiale. On dirait même que ces dernières années, et plus encore cette année en raison de la guerre de M. Poutine contre l’Ukraine, ces millions de morts russes ont été commémorés avec encore plus de force afin de souligner – apparemment – l’absence des Ukrainiens du martyrologe. Continuer à lire … « Mensonge, fraude et sacrilège »

Où étiez-vous il y a huit ans ? Et pourquoi pas dix-huit ?

Histoire de l’ingérence russe en Ukraine depuis 2004
Où étiez-vous il y a huit ans ? C’est la question que brandit la propagande russe, pointant du doigt les bombardements et les tirs d’obus dans les régions de Donetsk et de Louhansk en Ukraine. Le conflit armé y a débuté en 2014 et ne s’est guère arrêté depuis. Mais c’est une question qu’il vaut mieux adresser au Kremlin lui-même. « Histoires importantes » nous rappelle comment, il y a non pas huit mais dix-huit ans à peine, le Kremlin a commencé à s’ingérer dans la politique ukrainienne, puis a déclenché une guerre civile en Ukraine.
Continuer à lire … « Où étiez-vous il y a huit ans ? Et pourquoi pas dix-huit ? »

[35] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [35] 

  • Daria Saburova & Hanna Perekhoda : Paris avec la résistance ukrainienne
  • Mobilisation des syndicalistes métallurgistes et cheminots ukrainiens pour les réfugiés
  • Réseau européen de solidarité avec l’Ukraine : Déclaration
  • ЗАЯВА: від солідарності з Україною до глобальної справедливості
  • STATEMENT: from solidarity with Ukraine to global justice
  • La gauche européenne à Przemyśl. Objectif : soutien à l’Ukraine
  • Etats-Unis : Syndicalistes en solidarité avec la résistance du peuple ukrainien !
  • Vanesa Rodríguez : Russie : Protester en silence
  • Patrick Silberstein : Lignes de front (avril et mai 2022)
  • Point de situation des opérations en Ukraine 8 mai 2022
  • Sergei Medvedev : Russie. Du ruban à la croix gammée
  • Face à la guerre l’édition ukrainienne en danger
  • Liens avec autres textes

Continuer à lire … « [35] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [35] « 

Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 6)

Liberté et démocratie pour les peuples d'Ukraine6

Après les Gilets jaunes, la pandémie du Covid, la Colombie et la Birmanie, les éditions Syllepse poursuivent la publication d’ouvrages accessibles à tous et toutes qui éclairent sur les enjeux des convulsions d’un monde qui n’en finit pas de semer la misère, la souffrance et la guerre. Les éditions Syllepse se sont associées pour cette série sur l’agression de la Russie poutinienne contre l’Ukraine aux éditions Page 2 (Lausanne) et M. Éditeur (Montréal), aux revues New Politics (New York), Les Utopiques (Paris) et ContreTemps (Paris), aux sites À l’encontre (Lausanne) et Europe solidaire sans frontières, ainsi qu’au blog Entre les lignes entre les mots (Paris), au Centre Tricontinental (Louvain-la-Neuve) et au Réseau syndical international de solidarité et de luttes. Continuer à lire … « Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 6) »

[34] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [34] 

2022-04-30_01-oukraine

  • De quoi l’invasion de l’Ukraine par le régime de Poutine est-elle le nom ?
  • Les dockers néerlandais et suédois refusent de décharger une cargaison de diesel russe
  • Le Réseau syndical international de solidarité et de luttes se rend en Ukraine avec un convoi d’aide aux travailleurs et distribue des dons
  • Yorgos Mitralias : La gauche poutinisante, ses monstruosités et la question nationale ukrainienne
  • La guerre en Ukraine vue d’Helsinki par un intellectuel de gauche finlandais
  • Vlad Iavita : Transnistrie et Moldavie : une opération militaire russe datant de 1992 dont la logique prend tout son sens aujourd’hui
  • Rajan Menon : Les conséquences économiques de la guerre, un désastre pour les Ukrainiens et les pauvres de cette planète
  • Liens avec autres textes

De quoi l’invasion de l’Ukraine par le régime de Poutine est-elle le nom ? Continuer à lire … « [34] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [34] « 

Horizons bruns. Vieux et néo-fascistes et autres fascistoïdes

10 avril 2022, plus de 11,4 millions de Français ont voté pour des candidats d’extrême droite nationalistes et xénophobes aux élections présidentielles françaises, soit 32% des suffrages exprimés.
En France l’extrême droite nationaliste et xénophobe est à son niveau historique maximum. En Russie, pendant des mois Vladimir Poutine a expliqué qu’il fallait « dénazifier » l’Ukraine avant de lancer son « opération spéciale » pour ce faire. A l’entendre l’extrême droite était au pouvoir à Kiev depuis au moins 2014… A l’écouter on peut constater que l’extrême droite nationaliste et xénophobe est, elle, au pouvoir à Moscou depuis déjà longtemps… Continuer à lire … « Horizons bruns. Vieux et néo-fascistes et autres fascistoïdes »

[33] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [33] 

  • Déclaration de Porto pour la paix transnationale
  • « Vous avez trahi la mère patrie » : des Russes sont licenciés pour s’être exprimés contre la guerre
  • Les autorités biélorusses veulent décapiter les syndicats indépendants
  • Biélorussie : La plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
  • La CGT exige la libération immédiate d’Alexandre Yaroshuk !
  • Isobel Koshiw et Ed Ram à Zaporijia et Dan Sabbagh : Motivés mais sous-armés. Les soldats ukrainiens parlent de leur vie sur le front sud
  • Patrick Cockburn : « Une impasse militaire et politique avec des chances limitées d’en sortir » Et quel type d’affrontement se profile ?
  • Max Seddon et Henry Foy : « Poutine abandonne l’espoir d’un accord avec l’Ukraine et se tourne vers une stratégie d’occupation du territoire »
  • Campagne de solidarité avec les socialistes d’Ukraine et de Russie
  • Des organisations internationales pour la démocratie et les droits humains demandent la libération de Vladimir Kara-Murza avant l’audience d’appel
  • DEFENDRE LA DEMOCRATIE – solidarité avec les maires et les représentants des collectivités locales en Ukraine
  • PublicEye : La Suisse alimente le trésor de guerre de Poutine – Wie die Schweiz Putins Kriegskasse füllt
  • Amy Goodman, Volodomyr Dubovyk : La Russie inflige un maximum de souffrance (à l’Ukraine) alors que la guerre a déplacé onze millions de personnes
  • Pourquoi le Bélarus ne s’est pas encore joint à l’invasion de l’Ukraine
  • May Day Protest at Russian Embassy
  • Le Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes organise un convoi en soutien aux travailleurs et travailleuses d’Ukraine
  • Liz Sly : Les cheminots biélorusses qui ont aidé à déjouer l’attaque de la Russie contre Kiev
  • Liens avec autres textes

Déclaration de Porto pour la paix transnationale Continuer à lire … « [33] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [33] « 

[32] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [32] 

  • Information concernant la manifestation parisienne du samedi 23/04 à partir de 14 h 30 « Solidarité avec la résistance ukrainienne »
  • Cahiers de l’antidote n°5
  • Patrick Silberstein : La dialectique des armes, du sable et des livres
  • Témoignages de syndicalistes d’Ukraine et du Belarus sur la guerre en Ukraine
  • François Polet : Si certains pays du Sud soutiennent Poutine, c’est aussi en raison de l’arrogance de l’Occident
  • Seraina Nufer : Assurer l’égalité de traitement des réfugié·es
  • Pourquoi annuler la dette de l’Ukraine ? Éric Toussaint interviewé par Sushovan Dhar
  • Œuvre de street art de Seth Globepainter à Paris
  • La KVPU (Confédération des syndicats libres d’Ukraine) demande la libération des dirigeants et des militants des syndicats indépendants biélorusses qui ont été détenus et arrêtés.
  • Liens avec autres textes

Continuer à lire … « [32] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [32] « 

[31] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [31] 

  • Déclaration complémentaire du comité de solidarité avec le peuple ukrainien et avec les opposant·e·s russes à la guerre
  • L’appel de 175 lauréats du Prix Nobel pour l’Ukraine
  • Claude Serfati : L’ère des impérialismes continue : la preuve par Poutine
  • Joe Daher : Résistance armée et livraison d’armes en débat
  • Le syndicaliste Bouketov sur la guerre et le monde syndical russe : « Tout s’écroule. C’est à cause de l’agression de Poutine »
  • Mise-à-jour sur le convoi Tournesol
  • Svetlana Erpyleva : Attitudes différenciées et évolutives de Russes qui soutiennent la guerre contre l’Ukraine
  • Stanley Heller : Une sévère critique de la position de Chomsky sur l’Ukraine
  • La CGT exige la libération immédiate d’Alexandre Yaroshuk !
  • Arrestation de dirigeants syndicaux au Belarus
  • Guerre et racisme. Opposons-nous au tri raciste entre les réfugiés en provenance d’Ukraine !
  • De la Syrie à l’Ukraine : l’ombre du campisme
  • La botte russe, une menace pour l’édition ukrainienne. Déclaration des éditions Medusa (Kyiv) et Syllepse (Paris)
  • Liens avec autres textes

Déclaration complémentaire du comité de solidarité avec le peuple ukrainien et avec les opposant·e·s russes à la guerre Continuer à lire … « [31] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [31] « 

« C’est celui qui dit qui y est »: POUTINE ET L’INVERSION PERVERSE

Parce que la dictature est le type de gouvernement le plus purement patriarcal.

Il y a quelque temps, à Biden qui l’avait qualifié de « tueur », Poutine avait finement répondu : « c’est celui qui dit qui l’est ». Cette réplique de cour de récré ne doit pas surprendre dans la bouche du dictateur russe : son langage est souvent fruste, primaire, voire grossier, très loin du langage feutré de mise dans la diplomatie et les affaires internationales. On se souvient de sa menace pittoresque envers les terroristes islamistes tchétchènes qu’il avait promis de « buter jusque dans les chiottes ». Poutine, dans sa conception du monde comme dans son mode de communication, reste un petit voyou teigneux des quartiers pauvres de Leningrad, une « petite canaille » en voie de sombrer dans la délinquance juvénile lorsqu’il a été « sauvé par le sport » – a-t-il avoué lui-même – et pris en main et « dégrossi » par le KGB. Cette prise en main, si elle a canalisé cette violence structurante et l’a mise au service d’objectifs politiques, ne l’a pas radicalement modifiée. Continuer à lire … « « C’est celui qui dit qui y est »: POUTINE ET L’INVERSION PERVERSE »

[30] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [30] 

  • Shaun Walker : « 30 jours d’occupation russe à Trostjanez : des jours qui ne s’effaceront jamais »
  • Francisco Pallarés Aran : « Quelques réflexions à propos de l’Ukraine »
  • Patrick Silberstein : Lignes de front 15 avril
  • Daniel Süri : La Suisse, ses banques et les sanctions
  • Appel au Conseil fédéral: Pour le droit d’asile des déserteurs et des réfractaires russes en Suisse ! 
  • Guerre en Ukraine : résolution de la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH)
  • Viktorya Kokoreva & Ella Rossman : Rencontre avec la résistance féministe russe à la guerre de Poutine contre l’Ukraine
  • Une manifestation pacifique contre l’invasion russe des territoires ukrainiens !
  • Shaun Walker : « Rester ou partir ? Le choix angoissant des maires ukrainiens face à l’invasion et occupation russe »
  • Elisa Moros : NON à l’OTAN ou la crise identitaire de la gauche espagnole
  • Les dockers suédois vont boycotter les bateaux russes
  • Les rédacteurs du magazine étudiant Doxa condamnés à deux ans de travail forcé
  • La Western Mass Labor Federation AFL-CIO a adopté une résolution contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie
  • Alan Thornett : Mettre fin à la dépendance aux combustibles fossiles pour soutenir la résistance ukrainienne
  • Liens avec autres textes

Continuer à lire … « [30] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [30] « 

Westphalie est morte en Ukraine

Westphalie est morte en Ukraine [1]

« Ne devrions-nous pas cesser de prétendre que nous nous battons pour la démocratie et dire clairement : nous voulons des libertés individuelles, une société prospère, la sécurité et la dignité nationale ? ». « La restriction des libertés politiques est inévitable… ». « Que faisons-nous avec les dernières valeurs qui ont émergé, qui rejettent l’histoire, la patrie, le genre et les croyances, avec les mouvements agressifs LGBT et ultra-féministes ? […] Devons-nous considérer qu’il s’agit d’un nouveau stade de l’évolution sociale ? Je ne le pense pas. Devons-nous essayer de l’éviter, de limiter sa propagation et d’attendre que la société surmonte cette épidémie morale ? Ou devons-nous la combattre activement, en amenant la majorité de l’humanité à adhérer aux valeurs dites « conservatrices » ou, pour dire les choses simplement, aux valeurs humaines normales ? »

Chère lectrice, cher lecteur, je te demande une faveur : avant de poursuivre ta lecture, réfléchis au profil idéologique de l’auteur des lignes précédentes et imagine qui, en Argentine aujourd’hui, aurait pu les écrire. Ensuite, va au bas de la page et trouve la bonne réponse [2]. Continuer à lire … « Westphalie est morte en Ukraine »

Du tsar à aujourd’hui, en passant par Staline, la volonté impérialiste marque l’histoire de la Russie.

Sergueï Nikolski, philosophe russe spécialiste de la culture, affirme que peut-être la pensée la plus importante pour les Russes « depuis la chute de Byzance jusqu’à aujourd’hui est l’idée de l’empire et et d’être une nation impériale. Nous avons toujours su que nous habitions un pays dont l’histoire est une chaîne ininterrompue d’expansions territoriales, de conquêtes, d’annexions, de leur défense, des pertes temporaires et de nouvelles conquêtes. L’idée de l’empire était l’une des plus précieuses idées dans notre bagage idéologique et c’est elle que nous proclamions aux autres nations. C’est par elle que nous surprenions, ravissions ou affolions le reste du monde. »

La première et la plus importante caractéristique de l’empire russe, indique Nikolski, a toujours été « la maximalisation de l’expansion territoriale pour la réalisation des intérêts économiques et politiques en tant qu’un des plus importants principes de la politique étatique. » (1) Cette expansion était l’effet de la prédominance permanente et écrasante du développement extensif de la Russie sur son développement intensif : la prédominance de l’exploitation absolue des producteurs directs sur leur exploitation relative, c’est-à-dire sur celle fondée sur l’augmentation de la productivité du travail.

« L’Empire russe était nommé “la prison des peuples”. Nous savons aujourd’hui que ce n’était pas seulement l’État des Romanov qui méritait ce qualificatif », écrivait Mikhail Pokrovski, le plus remarquable historien bolchévique. Il prouvait que déjà le Grand-Duché de Moscou (1263-1547) et le Tsarat de Russie (1547-1721) étaient des « prisons des peuples » et que ces États ont été construits sur les cadavres des « inorodtsy », des peuples indigènes non russes. « Il est douteux que le fait que dans les veines des Grands-Russes coule 80% de leur sang soit une consolation pour ceux qui ont survécu. Seul l’anéantissement complet de l’oppression grand-russe par cette force qui a lutté et qui lutte toujours contre toute oppression, pourrait être une forme de compensation de toutes leurs souffrances. » (2) Ces mots de Pokrovski ont été publiés en 1933, juste après sa mort et peu avant qu’à la demande de Staline, dans la formule historique des bolchéviques « la Russie – prison des peuples », le premier terme soit remplacé par un autre mot : le tsarisme. Ensuite le régime stalinien a stigmatisé le travail scientifique de Pokrovski comme « conception antimarxiste » de l’histoire de la Russie (3). Continuer à lire … « Du tsar à aujourd’hui, en passant par Staline, la volonté impérialiste marque l’histoire de la Russie. »

Pour la liberté, le communisme et l’autogestion

une-de-couv-definitive-0-25

La revanche du chien enragé… Ce livre publié par Patrick Silberstein est un pied de nez ironique à la formule célèbre d’Andrei Vychinsky1, le procureur de Staline, exprimant le verdict lors des procès de Moscou, de 1936-1938 : « tuez ces chiens ! ».

Fin 2021, avec la publication en version intégrale en français du Staline, pour lequel Léon Trotsky a travaillé de 1937 à 19402, deux livres sont parus aux éd. Syllepse, visiblement liés3. De solides raisons motivent cette édition intégrale, et aussi l’écriture de ce livre, qui reprend nombre de débats depuis les années trente. Un passé qu’on veut ignorer revient en boomerang… Nous le savons, le mort saisit le vif. Continuer à lire … « Pour la liberté, le communisme et l’autogestion »

Les nôtres. Russie. 

À mémoire de Galia et Boris Rakiskij, militants sans faille de la lutte pour l’émancipation de tous les exploités

Ce texte a été écrit en 2017 au lendemain de la disparition de Galia. Le décès de Boris le 21 novembre de cette année lui donne encore plus tout son sens.

POUR GALIA et BORIS

Dans les années 80, rencontrer Galia puis Boris a été une chance extraordinaire pour moi. Grâce à eux je n’ai plus été un simple touriste – linguiste – militant venu de France assister aux événements qui bouleversaient le pays : Galia et Boris m’ont permis d’être présent en Russie, de comprendre de l’intérieur le pays, les événements, les enjeux mais aussi de rencontrer des gens extraordinaires. Bien plus, après le cambriolage de ma chambre à l’hôtel de l’Académie (« vous avez été ‘privatisé’ » m’avait déclaré le milicien), Galia et Boris m’avaient accueilli chez eux, une hospitalité généreuse renouvelée pendant plus de vingt ans : partager leur vie au quotidien fut une expérience d’une richesse incroyable sur tous les plans. Continuer à lire … « Les nôtres. Russie. « 

Alexandra Kollontai : Les années de la révolution

Kollontai était une révolutionnaire russe qui a bravement fait face à la brutalité du tsarisme, à la persécution politique, à la réalité de la faim et de la guerre qui frappaient la vie dans la Russie pré-soviétique. Pendant la révolution, elle a joué un rôle très important dans la mobilisation des femmes et de la classe ouvrière en général. Elle a organisé des contributions radicales sur l’émancipation des femmes et sur le rôle de la famille et de la morale sexuelle dans le maintien du capitalisme. Au début du régime soviétique, elle a mené des politiques socialistes pour la libération des femmes.

C’est de cette période que parle le texte ci-dessous, à la première personne. Nous avons sélectionné des extraits de l’article « Les années de la révolution », de son livre « Autobiographie d’une femme communiste sexuellement émancipée », écrit en 1926. Continuer à lire … « Alexandra Kollontai : Les années de la révolution »