Archives de Catégorie: Travail

Communiqué intersyndical : MANIFESTE pour la santé, la sécurité au travail et la justice sociale : passons à l’offensive !

Nous sommes des milliers à faire, dans notre pratique quotidienne, depuis de nombreuses années, le lien entre santé et travail.

Nous qui sommes médecins (généralistes, médecins du travail ou psychiatres), travailleuses et travailleurs, nous qui sommes syndicalistes, nous en faisons le constat. Et nous passons maintenant à l’offensive. Nous constatons chaque jour, de plus en plus, les conséquences de la violence des organisations du travail sur les travailleurs et travailleuses : décès prématurés par cancers secondaires à la polyexposition aux toxiques, psychopathologies professionnelles, qu’il faut permettre de reconnaître en maladie professionnelle (non reconnues car hors tableaux des maladies professionnelles), lésions tendineuses et articulaires multiples en lien avec un management brutal et déshumanisant qui accélère et intensifie le rythme du travail. Lire la suite

Sur le livre de Karen Messing : Les souffrances invisibles

226-c1-messing-webCet ouvrage de 225 pages en onze chapitres, écrit avec cœur et humour, est tout d’abord une réflexion approfondie sur le travail en usine, dans le nettoyage, auprès des caissières debout, sur le travail des infirmières et des enseignantes. Et, c’est aussi une présentation biographique de l’auteure, Karen née en 1943, dans un milieu de cadres qui l’autorise très vite à observer le travail en usine. Lire la suite

Un million d’emplois pour le climat

L’urgence climatique est là !

1-million-emplois-pour-le-climat-1-1

Malgré les inquiétants signaux politiques actuels suite à l’élection de Donald Trump aux Etats- Unis, les données scientifiques sont sans faille : la question n’est plus s’il faut se lancer dans le chantier de la transition écologique mais comment et à quelle vitesse. En France, la transition écologique est enclenchée et il est maintenant urgent de débattre collectivement sur comment l’accélérer et la rendre plus juste et acceptable.
Lire la suite

Geneviève Fraisse : Préface 2009 à la réédition de Femmes toutes mains

Avec l’aimable autorisation de l’auteure

Trente ans après…

5Rendre au mot de service toute son opacité, tel serait, trente ans après la publication de ce livre, l’intérêt de réfléchir à nouveau à ce terme simple, cru, et sérieusement équivoque. Egrenons rapidement les possibilités  d’une expression qui transcende drôlement les temps historiques, du valet de Beaumarchais aux bonnes de Jean Genet. Lire la suite

On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici !


pdf_livre_18_du_57_hazgui

Philippe Martinez souligne, entre autres, : « Cette lutte symbolise parfaitement la situation que vivent des dizaines de milliers de travailleurs de notre pays. Des salariés qui travaillent dans des conditions difficiles et dans une immense précarité, qui subissent une exploitation proche de l’esclavagisme de la part de leur employeur et dont l’état refuse de reconnaître les droits ». Lire la suite

Introduction de Thierry Labica à l’ouvrage coordonné par Mathilde Bertrand, Cornelius Crowley, Thierry Labica : Ici notre défaite a commencé. La grève des mineurs britanniques (1984-1985)

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

ici_notre_defaite_tbn1983. Pour la première fois depuis la révolution industrielle qu’elle a inaugurée, la Grande-Bretagne devient importatrice nette de produits manufacturés. 1986. Les marchés financiers britanniques font l’objet d’une déréglementation éclair, le « big bang ». Dans l’intervalle, mars 1984-mars 1985  : environ 140 000 mineurs mènent une grève dans uns lutte acharnée contre une série de fermetures de sites et la fin programmée de l’industrie minière en Grande-Bretagne. Lire la suite

Royaume-Uni. Uber, un patron et ses salariés

Uber a subi une défaite juridique majeure vendredi 28 octobre. Dans une décision qui devrait faire date, un tribunal du travail britannique a condamné le géant américain à reconnaître ses chauffeurs comme des employés, et non pas comme des auto-entrepreneurs. En conséquence, l’entreprise californienne, valorisée à 62 milliards de dollars, va devoir leur payer le salaire minimum, le droit à des pauses régulières et des congés payés. Lire la suite