« Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie »

La guerre d’agression impérialiste de la Russie contre l’Ukraine est l’événement géopolitique le plus important depuis l’effondrement de l’Union soviétique. Elle ouvre une nouvelle ère de l’impérialisme, marquée par l’intensification des rivalités, par des traits d’une démondialisation, par l’intensification des conflits entre blocs commerciaux et entre les alliances géopolitiques, par la militarisation accrue et les guerres par procuration entre les grandes puissances en vue de la détention de sphères d’influence avec leurs répercussions sur des nations opprimées.

La guerre exacerbe toutes les crises du capitalisme mondialisé : marasme économique, inflation, changement climatique et migrations. Elle en a ajouté de nouvelles, dont la plus importante est le nouvel endettement des pays du Sud, ainsi que la famine dans les pays devant faire face, entre autres, à la perte de livraison de céréales ukrainiennes et à une flambée spectaculaire et spéculative des prix des biens alimentaires. L’austérité, la misère et la faim frappent les pays les plus pauvres du monde.

Toutes ces crises en cascade vont approfondir les fractures entre les Etats à l’échelle internationale. Elles aggraveront également la polarisation politique déjà profonde au sein des pays, et déclencheront des soulèvements réactionnaires et/ou progressistes issus des profondeurs sociales. A son tour, l’establishment capitaliste de chaque Etat se tournera vers des méthodes autoritaires pour faire respecter l’ordre existant. Continuer à lire … « « Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie » »

Guerre israélienne contre les populations palestiniennes à Gaza (aout 2022)

  • Edo Konrad : Quel était le but de cette guerre à Gaza ?
  • Amira Hass : « Les habitants de Gaza en ont assez des guerres et des destructions inutiles, et le Hamas les écoute »
  • Gaza face aux attaques meurtrières de l’État d’apartheid israélien. La résistance continue
  • Israël bombarde Gaza : Lettre à la Ministre des Affaires Etrangères
  • La Via Campesina condamne la nouvelle attaque d’Israël sur Gaza

Quel était le but de cette guerre à Gaza ?

Trois jours après le lancement [le vendredi 5 août 2022] par Israël de sa dernière opération militaire à Gaza, on ne sait toujours pas à quoi tout cela a servi.

Avec l’annonce d’un cessez-le-feu négocié par l’Egypte dans la nuit de dimanche à lundi, les analystes israéliens se sont empressés de considérer la campagne « harmonieuse»  du Premier ministre intérimaire Yair Lapid [en fonction depuis le 1er juillet 2022] et du ministre de la Défense Benny Gantz comme un succès. Après avoir violemment arrêté Bassam al-Saadi, un haut dirigeant de la branche du mouvement Jihad islamique en Cisjordanie occupée, l’armée israélienne a verrouillé les communautés frontalières autour de Gaza pendant près d’une demi-semaine en prévision d’une attaque de représailles présumée. Elle a finalement commencé à lancer des frappes aériennes dans la bande de Gaza, auxquelles les militants [du Jihad islamique et d’autres fractions] ont répondu par des volées de tirs de roquettes [interceptés à quelque 97% par le système de défense israélien « Dôme de fer », selon Reuters]. Ces escalades se sont soldées par la mort de 44 Palestiniens, dont 15 enfants, et par plus de 350 blessés. Continuer à lire … « Guerre israélienne contre les populations palestiniennes à Gaza (aout 2022) »

Solidarité suite à l’arrestation de Walden Bello

Walden Bello, auteur de renommée mondiale, militant pour la justice économique, ancien professeur de l’Université des Philippines et ancien membre de la Chambre des représentants des Philippines pour le parti Akbayan (Parti d’action des citoyens), a été arrêté à Quezon City le lundi 8 août pour « diffamation cybernétique ». Ces accusations ont été déposées par un ancien collaborateur de la vice-présidente sortante Sara Duterte. La diffamation est un délit pénal aux Philippines, et non un délit civil, et le délit de cyberdiffamation, récemment introduit, est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à huit ans de prison. Continuer à lire … « Solidarité suite à l’arrestation de Walden Bello »

En Irak, les femmes construisent leur résistance au quotidien

Depuis le début du 20ème siècle et jusqu’à aujourd’hui, le monde arabe a été exposé à de nombreuses guerres, conflits armés et colonialisme direct et indirect. Ces guerres ont laissé dans tous nos pays les pires ravages humains, moraux et psychologiques, auxquels doivent faire face toutes les classes de la société, en particulier les femmes. Les femmes doivent jouer deux rôles à la maison : élever et s’occuper des enfants et pallier l’absence des pères, qui sont sur les champs de bataille, sont retenus en captivité, sont tombés en martyr ou sont en prison. Les femmes travaillent en dehors du foyer et sont confrontées aux problèmes de la discrimination sexuelle.

Les femmes sont également confrontées au sort de la défense de leur patrie. Nous les voyons aux côtés des hommes sur les champs de bataille, luttant farouchement pour protéger leur terre, y compris celles qui sont soumises à la détention, l’emprisonnement, la torture et la privation de leurs droits humains les plus fondamentaux. Les luttes des femmes palestiniennes sont emblématiques en ce sens. Elles souffrent de l’occupation sioniste et de la dépossession de leurs terres depuis plus de 70 ans. Depuis des générations, les femmes palestiniennes ont sacrifié et offert leurs biens les plus précieux pour obtenir leur indépendance et récupérer leurs terres usurpées par les sionistes. Elles sont traitées par l’occupation avec les méthodes de torture les plus effroyables dans les prisons lorsqu’elles sont détenues, et même dans leur vie quotidienne. La discrimination, la séparation, la marginalisation et les traitements inhumains sont commis à leur encontre, et elles luttent et redoublent d’efforts pour vivre une vie juste. Continuer à lire … « En Irak, les femmes construisent leur résistance au quotidien »

Jazz en dialogues (4)

Quelques enregistrements pour sortir des « sentiers battus » et errer dans les sonorités d’un instrument doublement présent. Parfois, en usage par delà les traditions. Des moments d’échanges ou de construction ensemble. Pour plonger dans des musiques qui ne s’épuisent pas dans une première écoute. Au hasard de ré-écoutes récentes.
Voir précédentes notes :
Jazz en dialogues et Jazz en dialogues (2)jazz-en-dialogues-3/ Continuer à lire … « Jazz en dialogues (4) »

Soudan, les chartes de la scène politique

Près de huit mois après le coup d’État militaire au Soudan, les manifestations pacifiques continuent d’avoir lieu selon les programmes hebdomadaires publiés par les Comités de Résistance. De nouvelles formes et de nouveaux outils de résistance ont émergé, alors même que plus de 90 manifestants ont été tués par les forces de l’État et que des dizaines d’autres sont tombés sous les attaques de milices à travers le pays. Le nombre de grèves et de barricades a augmenté dans tout le pays depuis janvier 2022. Cela a impliqué de nombreux syndicats, et a eu pour effet de bloquer des axes routiers majeurs. Continuer à lire … « Soudan, les chartes de la scène politique »

Je suis un socialiste ukrainien. Voici pourquoi je résiste à l’invasion russe 

En tant que socialiste et internationaliste, j’abhorre la guerre. Mais les prémisses mêmes du droit à l’auto-détermination justifient la résistance des Ukrainiens à l’invasion brutale de notre pays par Vladimir Poutine.

Je vous écris depuis l’Ukraine, où je sers dans les forces de la défense territoriale. Il y a un an, je n’aurais pas pu imaginer me trouver dans cette situation. Comme des millions d’Ukrainiens, ma vie a été bouleversée par le chaos de la guerre.

Au cours des quatre derniers mois, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes que je n’aurais guère rencontrées dans d’autres circonstances. Certaines d’entre elles n’avaient jamais songé à prendre les armes avant le 24 février, mais l’invasion russe les a contraintes à tout laisser tomber pour protéger leur famille.

Nous critiquons souvent les actions du gouvernement ukrainien et la façon dont la défense est organisée. Mais cela ne remet pas en cause la nécessité de la résistance et la compréhension des raisons pour lesquelles nous nous battons. Continuer à lire … « Je suis un socialiste ukrainien. Voici pourquoi je résiste à l’invasion russe « 

Les Israéliens refusent d’être hantés par les fantômes des massacres passés. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir ?

Faire une bombe à partir d’une taupinière. Pas la bombe que nous aurions dû souhaiter, mais une bombe bien plus dangereuse – la publication des transcriptions de Kafr Qasem n’a même pas fait sourciller. Les médias, à l’exception de Haaretz, ont à peine commenté, le public a baillé, l’affaire est morte. Cela se produit à chaque fois : les organisations de soldats remuent ciel et terre, les militaires censurent les interdictions et ensuite, on n’entend qu’un bâillement. Le bâillement est toujours la bonne partie : la maison d’édition du passé sombre, suscite pour beaucoup des sentiments de fierté et de soutien, ou des déclarations tristement ridicules sur le manque d’autres choix. La guerre, vous savez. Continuer à lire … « Les Israéliens refusent d’être hantés par les fantômes des massacres passés. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir ? »

Prostitution, de la misogynie à la haine de soi

« Je l’ai mérité, je ne suis qu’une pute » !
Pute, cette insulte de la langue française s’applique par extension à toute personne supposée se vendre pour un avantage ou de l’argent. Ainsi les représentations sur la prostitution et les personnes prostituées prospèrent depuis des siècles : des personnes vénales, femmes surtout, qui gagnent de l’argent en vendant leurs charmes ou leur corps, des séductrices, des courtisanes, des tentatrices, des « marie couche toi là », des paresseuses, des abuseuses des besoins sexuels irrépressibles des hommes, « des filles de joie » qui ont inspiré ou qui ont fasciné beaucoup d’écrivains et d’artistes peintres des 19
ème et 20ème siècles, dans les nuits de promiscuité en cabarets, dans les nuits de bohème ou dans les milieux où se pavanaient les courtisanes, affichant par leurs atours et hôtels particuliers, la richesse de leur souteneur et qui, parfois, mouraient dramatiquement de tuberculose ou de syphilis. On retient souvent de ces œuvres, la rutilance des couleurs, les lourdes tentures rouges des maisons closes, les alcools et les verres, les fracs des hommes guindés dans leur col rigide, leur regard égrillard qui trie et jauge, et la nudité des corps offerts. Approchons-nous et regardons de plus près pour observer aussi les chairs blafardes et tristes, les regards perdus ou éteints, les maquillages outranciers qui peuvent cacher quelques marques de violence, les yeux cerclés de noir [1]. Essayons de comprendre ce que sont vraiment et le système prostitutionnel, et la culpabilité, la honte et la haine qui habitent les victimes de cette activité, peut-être une des plus anciennes du monde parce que produit d’un système tout aussi ancien, celui de la domination masculine. Continuer à lire … « Prostitution, de la misogynie à la haine de soi »

Libérer l’avenir de ce qui aujourd’hui le défigure

une-reve-generale

« il y a une urgence de pensée qui doit se nourrir des résistances, infiniment diverses, qui aujourd’hui à travers le monde invitent à ne pas désespérer, à ne pas se résigner, à « libérer l’avenir de ce qui aujourd’hui le défigure » (Walter Benjamin) ». Dans son introduction, introduction-de-denis-paillard-a-son-livre-reve-generale/ publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Denis Paillard présente le livre, « construit comme un dialogue sur l’émancipation, son actualité, ses combats, un dialogue essentiel avec d’autres textes, d’autres auteurs, d’autres voix », aborde la crise multiforme qui nous frappe, de défis à relever, « maintenir, créer, multiplier les espaces collectifs de résistance et de solidarité », des soulèvements qui « rematérialisent l’humanité », René Char et Jean-Marie Vincent, « Il faut renoncer à dire le monde et ce qu’il doit être, pour le questionner en deçà et au-delà de ce pour quoi il se donne. Il ne sera plus question alors de devenir monde mais de devenir au monde »…

Rêve générale. L’auteur discute d’espace collectif-individuel, « un collectif naît de gestes individuels qui n’ont de sens que par le collectif qu’ils convoquent », de ce qui excède l’événement où il est affiché, de politique de la singularité. Il résume les trois parties du livre et souligne, entre autres, quelques thèmes : la socialisation individuante, l’être et l’agir en commun, le lien entre transformation sociale et auto-transformation des individus, la présupposition d’égalité, le mouvement réel qui abolit l’état des choses existant, l’espace des luttes « comme espace autonome avec sa visibilité propre, en rupture avec l’objectivité sociale »… Continuer à lire … « Libérer l’avenir de ce qui aujourd’hui le défigure »

Si la France se renie, plus rien ne nous lie … ?

Edito du n°32 de La voix de Kanaky, juillet-août 2022

L’Accord de Nouméa va au- delà de sa « durée» ; ce sont deux promesses solennelles et définitives : construire ensemble « une complète émancipation » d’ici « à la fin de cette période » ; garantir constitutionnellement que chaque avancée vers ce but sera « sans possibilité de retour ». Le « béton » de ces concepts a été cimenté avec la France, à la lueur des trahisons précédentes via des lois, décrets et circulaires français, des tentatives de noyades démographiques du peuple autochtone, et des refus d’obtempérer aux injonctions des textes de l’ONU. Continuer à lire … « Si la France se renie, plus rien ne nous lie … ?« 

Le porno rend les hommes pathétiques au lit

Qu’est-ce qui excite les femmes ? Eh bien, vous ne l’apprendrez pas sur une chaîne de porno.

Je déteste le porno.
Je ne le déteste pas parce qu’il est immoral, ou parce qu’il explore souvent des goûts « inhabituels », ou parce qu’il a mis à jour un côté bestial des humains dont nous prétendions qu’il n’existait pas. Je déteste le porno parce que baiser des hommes qui ont regardé beaucoup de porno est vraiment ce qu’il y a de pire. Le pire absolu. Pour le bien de tes futures partenaires, vas-y mollo avec le porno. Beaucoup de jeunes hommes regarderont du porno plus souvent qu’ils ne feront l’amour avec d’autres êtres humains. Leurs croyances sur le sexe vont venir du porno et non d’interactions avec de vraies personnes.
Et les vrais humains avec qui ces hommes finiront par avoir des rapports sexuels en souffriront. Continuer à lire … « Le porno rend les hommes pathétiques au lit »

Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 10)

Brigades éditoriales de solidarité 10

Après les Gilets jaunes, la pandémie du Covid, la Colombie et la Birmanie, les éditions Syllepse poursuivent la publication d’ouvrages accessibles à tous et toutes qui éclairent sur les enjeux des convulsions d’un monde qui n’en finit pas de semer la misère, la souffrance et la guerre. Les éditions Syllepse se sont associées pour cette série sur l’agression de la Russie poutinienne contre l’Ukraine aux éditions Page 2 (Lausanne) et M. Éditeur (Montréal), aux revues New Politics (New York), Les Utopiques (Paris) et ContreTemps (Paris), aux sites À l’encontre (Lausanne) et Europe solidaire sans frontières, ainsi qu’au blog Entre les lignes entre les mots (Paris), au Centre Tricontinental (Louvain-la-Neuve) et au Réseau syndical international de solidarité et de luttes. Continuer à lire … « Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 10) »

Hier pour aujourd’hui, les années 90 – 7

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives aux coûts financiers, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ».
Quelques disques enregistrés dans les années 90, au hasard de ré-écoutes récentes.
Continuer à lire … « Hier pour aujourd’hui, les années 90 – 7 »

La radio communautaire : un outil pour le féminisme dans les zones rurales du Sri Lanka

Anuka de Silva partage ses expériences de communication populaire dans le webinaire de Capire sur le féminisme et la communication

Actuellement, le Sri Lanka vit une instabilité et une crise politique et économique effrayante. Et la voix principale dans cette confrontation est celle des femmes. Nous sommes à un point où, dans la crise économique, politique et impérialiste actuelle, les femmes ont fait passer leurs luttes de la cuisine à la rue. C’est la raison pour laquelle toute la population du Sri Lanka est descendue dans la rue. Et il est possible de voir à quel point le gouvernement s’est affaibli face à la voix des femmes.

Dans ces circonstances, la communication est l’une des contributions des femmes à la stabilité politique. Mon expérience en tant qu’agricultrice, en particulier dans la région asiatique, est que les femmes vivent dans une société patriarcale et n’ont donc pas beaucoup d’occasions de faire entendre leur voix. À la recherche d’alternatives, nous examinons principalement les façons dont les perspectives féministes peuvent être présentées et validées dans les communautés rurales, et l’approche principale en ce sens a été celle de la radio communautaire. Continuer à lire … « La radio communautaire : un outil pour le féminisme dans les zones rurales du Sri Lanka »

Une guerre d’agression « grand russe »

Je commencerai par souligner quelques aspects essentiels de la perception poutinienne des enjeux de son pouvoir en Russie et sur l’échiquier international et régional (notamment au Bélarus) quand il lance sa dite « opération militaire » le 24 février. Puis, j’évoquerai au vu des premiers effets de sa guerre d’agression grand-russe, les infléchissements de sa politique produisant de nouvelles caractéristiques et incertitudes des résistances en Russie et au Bélarus. Je conclurai sur l’essence de ce que notre réseau tente de faire, passant le relais aux interventions suivantes pour le concrétiser. Continuer à lire … « Une guerre d’agression « grand russe » »

Bulletin d’information sur les médias sociaux de juillet : Les membres de LVC dans le monde

8cdac94c-dd42-c83c-bf1d-6ef72958348a

À partir de ce mois-ci, nous publierons un bulletin mensuel d’informations et d’articles postés par les membres de La Via Campesina sur différentes plateformes de médias sociaux. Voici les actualités pour le mois de juillet ! Continuer à lire … « Bulletin d’information sur les médias sociaux de juillet : Les membres de LVC dans le monde »

Quand une femme quilombola tombe, le quilombo se lève avec elle

Les femmes quilombola rapportent leur expérience d’organisation et les priorités de lutte au Brésil

En 2011, lors de la IV Rencontre nationale de la Coordination Nationale d’articulation des communautés rurales noires quilombola [Coordenação Nacional de Articulação das Comunidades Negras Rurais Quilombolas – Conaq], à Rio de Janeiro, il a été décidé de tenir la Ière Rencontre nationale des femmes quilombola [1], qui a eu lieu en 2014, à Brasilia. Depuis ce premier événement, le collectif travaille activement sur les délibérations politiques et les prises de décision pertinentes pour les femmes quilombola au sein du mouvement. En 2015, le mouvement des femmes quilombola s’est renforcé dans ses alliances avec la participation à la coordination exécutive de la Marche des femmes noires [Marcha das Mulheres Negras], qui a eu lieu le 18 novembre 2015. De 2016 à 2018, six ateliers nationaux des femmes quilombola contre le racisme, la violence et pour le bien-être ont eu lieu ; plus d’un millier de femmes ont participé directement aux ateliers. Depuis lors, le collectif des femmes du Conaq a collaboré et renforcé les réunions et activités des femmes noires dans différents endroits du pays. Continuer à lire … « Quand une femme quilombola tombe, le quilombo se lève avec elle »

Le flou de l’enfance et la machine à fabriquer les filles

Roche_couv_Peau__22

Une suite d’images probablement dans les années 70 ou 80, une enfant et son corps, « A quel moment / je suis devenue fille / à quel moment / je n’ai plus été un garçon », des souvenirs, « du toit, je prends une photo sans clôtures ni bruits de fond », une mère conductrice de transports en commun, « elle donne des coups d’accélérateur dans un monde exclusivement masculin », des jeux et des gestes, « je me débats pour ne pas tomber dans le panneau de fille ou de garçon, comme mon corps se déploie dans l’essence enfantine du flou ». Continuer à lire … « Le flou de l’enfance et la machine à fabriquer les filles »

 Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides

Ces jours-ci, l’Afghanistan sous le régime des talibans vit dans une triste période de son histoire. Les cœurs sont brisés, les visages sont tristes, les poches sont vides et la famine menace plus de 2  millions d’Afghans. L’Afghanistan s’enfonce dans une crise économique comme il n’en a jamais connu. Mais les talibans s’intéressent à toute autre chose que la famine. Depuis août 2021, plus d’une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Ils exploitent sexuellement de jeunes garçons et plusieurs publications sur les réseaux sociaux les montrent apprenant aux enfants le maniement des armes. Cela se passe dans des villages reculés du pays, loin des yeux des journalistes et des activistes. Continuer à lire …  » Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides »