Le CADTM Afrique exige des réparations, la fin des conditionnalités et l’annulation des dettes illégitimes du continent

Au regard de l’enlisement des États d’Afrique dans le piège de l’endettement malgré l’énorme potentialité et la diversité de leurs richesses, la fuite de leurs capitaux à travers la fraude et l’évasion fiscales, la perte d’importantes sommes d’argent qu’ils subissent à travers le libre-échange et l’échec avéré des fausses solutions à la crise de la dette africaine, le CADTM reste intransigeant pour exiger l’annulation pure et simple de la dette africaine, publique extérieure illégitime.

Ainsi, rappelant que de nombreuses dettes sont illégitimes ou odieuses et ont déjà été remboursées à de multiples reprises, le CADTM considère, aux côtés de mouvements sociaux de plus en plus nombreux, qu’il faut se battre pour la mise en œuvre d’un vaste programme anticapitaliste qui inclut une série de mesures fondamentales : Continuer à lire … « Le CADTM Afrique exige des réparations, la fin des conditionnalités et l’annulation des dettes illégitimes du continent »

Perpignan : pour la liberté d’expression, contre l’extrême droite

Maire de Perpignan, Louis Aliot avait déposé il y a quelques mois une plainte pour « injure publique » contre Josie Boucher, militante associative, syndicale et politique, très active localement dans les mobilisations contre le racisme et le colonialisme. Josie Boucher vient d’apprendre sa mise en examen par la vice-présidente chargée de l’instruction au tribunal judiciaire de Perpignan, pour « injure publique envers un corps constitué », en l’occurrence la commune de Perpignan.

Que lui reproche le récent candidat à la présidence du Rassemblement national (RN) ? Avoir déclaré début mars 2022, lors d’un rassemblement en soutien aux réfugié·es ukrainiens, que « les réfugiés ukrainiens n’ont pas grand-chose à attendre des fascistes ». Cette déclaration, de la part d’une militante engagée depuis des années pour un accueil digne des migrant·es, peu importe leur origine, répondait à la campagne de communication lancée par Louis Aliot visant à s’ériger en grand ami et protecteur des Ukrainien·nes victimes de la guerre. Celui-ci avait poussé l’opportunisme jusqu’à aller lui-même en Pologne pour rapatrier 113 réfugié·es ukrainien·nes. Il est vrai que, suite à l’invasion russe de l’Ukraine et alors que le RN était en pleine campagne présidentielle, le parti de Louis Aliot devait impérativement faire oublier les liens entretenus depuis bien longtemps avec Vladimir Poutine. Le parti fondé par Jean-Marie Le Pen avait d’ailleurs dû modifier en urgence son matériel de campagne puisqu’on y voyait une photo de Marine Le Pen, très fière d’apparaître en compagnie du président russe pour prouver sa stature internationale. Continuer à lire … « Perpignan : pour la liberté d’expression, contre l’extrême droite »

#25Nov22 – Nous défendons la souveraineté alimentaire et nos territoires, contre la violence, les expulsions des terres et l’agrobusiness !

ee01a4b8-de06-1cea-2046-799db4312094-1

Appel à l’action pour le 25 novembre 2022

(Bagnolet, le 15 Novembre 2022)  Ce 25 novembre 2022, Journée internationale contre la violence faite aux femmes, en tant que paysan·nes, organisé·es au sein de La Via Campesina, nous exigeons la souveraineté alimentaire, le droit à la terre, la fin de la criminalisation et de toutes forme de violence dans les champs et les villes.

Nous dénonçons aussi en ce moment de crise alimentaire, politique et économique que les chiffres de la violence contre les femmes, les enfants et les diversités sont alarmants, il est urgent de construire des sociétés sans violence, des communautés de paix où la justice sociale soit garantie.

À la situation de violence structurelle vécue par les femmes dans le monde s’ajoutent le coût élevé de la vie, les séquelles de la COVID 19, le travail de prise en charge des personnes âgées et des enfants en raison du manque d’infrastructures publiques, le manque d’emploi, les déplacements et migrations forcés, les guerres et les catastrophes climatiques. Continuer à lire … « #25Nov22 – Nous défendons la souveraineté alimentaire et nos territoires, contre la violence, les expulsions des terres et l’agrobusiness ! »

Un livre important de André Grimaldi

9782415003746

André Grimaldi vient de publier un livre très important, L’Hôpital nous a sauvés, sauvons-le ! avec une belle préface d’Alain Supiot. Un livre incisif de cent pages, un manifeste sur une question vitale, pour la santé publique. Un manifeste qui, après un diagnostic et un traitement, propose dix mesures pour sauver l’hôpital public.

Il part d’un constat : l’hôpital est malade. Chaque semaine, on assiste à la fermeture totale ou partielle, la nuit, d’un service d’urgences. Entre 5 et 30% des lits sont fermés par manque de personnel. Il y a une pénurie croissante de sages-femmes dans les maternités. Et pourtant l’hôpital public a pris en charge 85% des patients atteints par le covid. L’hôpital n’est pas seulement la référence en matière de santé, il joue un rôle essentiel dans les territoires, c’est souvent le premier employeur local. Le choc de la pandémie et de la crise sanitaire du covid met en avant le débat sur la refondation de l’hôpital public. Il y a une grande urgence car comme l’explique André Grimaldi, la frustration alimente la fatigue démocratique. Continuer à lire … « Un livre important de André Grimaldi« 

L’augmentation alarmante de la violence des colons israéliens

La violence des colons israéliens contre les Palestiniens augmente à un rythme effarant. Nous avons documenté visuellement cet aspect de la vie sous l’occupation militaire israélienne en collaboration avec Première Urgence Internationale, qui surveille la violence des colons israéliens depuis 2012, notamment les pertes humaines, les dommages matériels, les intimidations et le harcèlement.

vpvc-1463x2048 Continuer à lire … « L’augmentation alarmante de la violence des colons israéliens« 

« Ce que signifie le boycott de la Coupe du monde de football du Qatar »

C’est la fête!

Pour la bonne tenue sinon la réussite de la Coupe du monde de football du Qatar, la France fournira 220 gendarmes et policiers ; ces 220 agents français côtoieront plusieurs milliers de leurs homologues anglais, jordaniens, marocains, italiens, turcs et américains. La Turquie, par exemple, va dépêcher au Qatar plus de 3000 policiers anti-émeutes, 100 membres des forces spéciales, 50 chiens de détection de bombes et leurs opérateurs, et 50 experts en bombes. Six mille agents de la Sûreté Nationale et de la Gendarmerie Marocaine et une équipe d’experts en cybersécurité envoyés au Qatar géreront les mouvements de foule. La RAF et la Royal Navy britanniques apporteront leur expertise en police antiterroriste. Le Royaume-Uni et le Qatar sont associés au sein d’un Joint Typhoon Squadron afin d’assurer la police de l’air et dans le ciel. Enfin l’OTAN aidera les Qataris par le biais d’une formation contre les menaces liées aux matières chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, par le biais également d’une protection des VIP et contre les engins explosifs. C’est la fête ! Continuer à lire … « « Ce que signifie le boycott de la Coupe du monde de football du Qatar » »

Questions nationales, de l’Irlande à l’Ukraine …

Le 5 novembre 2022 le Sinn Fein, le principal parti progressiste irlandais [1] tenait son Ard Fheis (son congrès) pour la première fois depuis la fin du confinement COVID.

A cette occasion une résolution a été votée, concernant l’Ukraine :

L’Ard Fheis condamne sans équivoque toute forme d’impérialisme ou d’agression coloniale.
Nous nous opposons au déni d’autodétermination nationale et à toutes les violations de souveraineté nationale à travers le monde, sans aucune exception.
Nous affirmons que la primauté du droit international doit être soulignée et renforcée, respectueuse de l’exercice de l’autodétermination nationale, de la souveraineté et de la démocratie dans toutes les nations.

Sur ces bases nous exigeons :
– La cessation totale de la guerre en Ukraine ;
– La restauration complète de la souveraineté nationale de l’Ukraine,
– Le retrait immédiat de toutes les forces armées russes ;
– Le maintien de toutes les sanctions politiques ou économiques jusqu’à ce que ces objectifs soient réalisés.

Quelques semaines plus tôt le député Sinn Fein John Brady avait condamné « sans équivoque », la « grossière violation du droit international » que constituait l’annexion par Vladimir Poutine des régions ukrainiennes (partiellement) occupées, et le chantage nucléaire des autorités russes. Continuer à lire … « Questions nationales, de l’Irlande à l’Ukraine …« 

ABCDaire nécessairement partiel (24)

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. En ABCDaire nécessairement partiel et incomplet.
Déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…
Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler…
Continuer à lire … « ABCDaire nécessairement partiel (24)« 

[57] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [57] 

22-12-05-3-flyer-solidarite-ukraine

  • Des bombes lacrymogènes pour l’auto-défense des travailleuses
  • Liberté pour le défenseur des droits humains Mikhaïl Kriger !
  • Volha Miklashevich-Douner : Quand Poutine soutient le président du Bélarus, Loukatchenko
  • Début du procès du vice-président du Syndicat indépendant bélarus
  • Biélorussie : contre la répression des syndicats – pour la libération immédiate des militants emprisonnés
  • Natallia Guerin : Le peuple bélarus soutient le peuple ukrainien
  • La Mémoire volée de Marioupol
  • Ukraine : L’Etat s’en prend aux biens syndicaux
  • ISW : Le retrait de la Russie de Kherson provoque une fracture idéologique entre les partisans de la guerre et Poutine.
  • Solidarité avec l’Ukraine ! Rassemblement pour les 9 ans de la Révolution de la dignité (Lausanne)
  • À propos de l’usage de la langue russe. Déclaration de Sotsialniy Rukh
  • Mobilisation étudiante à Lviv
  • L’Académie de l’imprimerie de Lviv doit vivre !
  • Solidarité avec les étudiant.es et le personnel mobilisé.es contre la fermeture de l’Académie de l’imprimerie à Lviv 
  • Vicken Cheterian : Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie: une vague de déstabilisation du Caucase à l’Asie centrale
  • Jean-Marc Adolphe : La main dans le sac du génocide
  • Invitation à la 1ère édition de Memorial Lecture
  • Ukraine et Belarus : Ukraine et Belarus : Paroles de femmes en lutte
  • Liens avec d’autres textes

Continuer à lire … « [57] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [57] « 

Journée mondiale pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle et la pédocriminalité

pasted image 0

A l’occasion de la Journée mondiale pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle et la pédocriminalité, nous revendiquons plus de moyens et des mesures concrètes pour lutter contre la pédocriminalité, y compris en ligne.

Les enfants sont les principales victimes des violences sexuelles. En France, 81% des victimes de violences sexuelles déclarent avoir subi les premières violences avant l’âge de 18 ans, et plus de la moitié de ces victimes – soit 51% – avant l’âge de 11 ans. Selon une étude IPSOS de 2019, ces violences sexuelles sont incestueuses dans 44% des cas.

Pour combattre la culture du viol et les violences sexistes et sexuelles il est donc impératif de lutter prioritairement contre la pédocriminalité, en commençant par neutraliser l’arme de guerre à son service : l’industrie pornographique. Continuer à lire … « Journée mondiale pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle et la pédocriminalité« 

Du coté des polars (novembre 2022)

Des histoires au coin du feu
Le temps de cet automne ne dit rien sur l’hiver qui vient. Une saison propice aux contes, aux histoires qu’on se raconte pour se rapprocher d’un feu qui s’éteint. « De la jalousie », de Jo Nesbo, fait partie de cette panoplie. Des nouvelles qui se veulent révélatrices de notre monde, de nos comportements assez semblables finalement malgré les frontières.
Continuer à lire … « Du coté des polars (novembre 2022) »

On nourrit le monde

LVC-ONU-comic-VF

Les paysan·nes nourrissent 70% de la population mondiale, malgré qu’ils·elles aient accès à moins d’un tiers des terres
et des ressources agricoles.

Les multinationales de l’agrobusiness violent depuis longtemps et en toute impunité les droits des paysan·nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales. Soutenues par le capital accumulé par l’exploitation des producteurs·trices agricoles, ces sociétés travaillent en connivence avec les autorités locales, les gouvernements et parfois même avec des mercenaires. Ils expulsent par la force les gens de leurs terres, font passer des réformes qui profitent à leurs intérêts au détriment du bien-être public et s’approprient et contrôlent les ressources naturelles et le patrimoine paysan, comme les semences. Toutes ces violations, qui restent souvent impunies dans la plupart des pays, ont un impact direct et dévastateur sur la vie et les moyens de subsistance des communautés rurales et urbaines. Les communautés se sont défendues. La résistance soutenue et organisée des paysan·nes, des pêcheur·euses, des migrant·es et des communautés autochtones a, dans de nombreux cas, mis en évidence ces sociétés et leurs crimes. Pourtant, en l’absence d’un traité international et juridiquement contraignant pour lutter contre les violations commises par les societés transnationales, ces victoires partielles remportées par les communautés passent souvent inaperçues. Dans le même temps, les violations des droits humains commises par les multinationales se poursuivent dans le monde entier. Continuer à lire … « On nourrit le monde »

Face aux manifestations, le pouvoir se déchaîne sur la jeunesse

[Les manifestations à l’échelle nationale des mardi, mercredi et jeudi 15, 16 et 17 novembre indiquent un certain degré de coordination et l’échec des « dialogues » prônés par l’aile dite réformiste du régime. C’est la répression qui est à l’ordre du jour, bien que les forces armées n’aient pas encore été déployées, selon les dires de Kioumars Heydari, commandant de l’armée de terre. De plus reste l’interrogation sur les décisions que va prendre, en termes de « maintien de l’ordre », la direction des Gardiens de la révolution. Or, malgré la répression – dont le déploiement contre la jeunesse est illustrée par l’article ci-dessous ­– des informations réunies par des militant·e·s d’Iran laissent entrevoir la détermination renforcée des manifestant·e·s. Une analyse faite par des militant·e·s iraniens sera nécessaire pour éclairer à la fois les diverses manœuvres de forces régionales comme celles d’Arabie saoudite ou d’Israël – sans même mentionner les Etats-Unis – et l’éventail des courants, très divers, qui se dégageront plus nettement dans le contexte de cette mise en question massive du régime.- Réd. A l’Encontre]

***

Une fille, âgée de 14 ans, a été incarcérée dans une prison pour adultes aux côtés de délinquants toxicomanes. Un garçon de 16 ans a eu le nez cassé en détention après avoir été battu par des agents de sécurité. Une jeune fille de 13 ans a été agressée physiquement par des miliciens en civil qui ont fait une perquisition dans son école.

Selon des avocats iraniens et des militants des droits de l’homme, informés, la répression brutale menée par les autorités iraniennes pour mettre fin aux manifestations en faveur de la libération sociale et du bouleversement politique qui secouent le pays depuis deux mois a fait payer un lourd tribut à la jeunesse du pays.

Les jeunes, notamment les adolescents, ont été au cœur des manifestations et des affrontements avec les forces de sécurité dans les rues, sur les campus universitaires et dans les lycées. Les responsables iraniens ont déclaré que l’âge moyen des manifestants était de 15 ans ! Continuer à lire … « Face aux manifestations, le pouvoir se déchaîne sur la jeunesse« 

Violences : Lettre intersyndicale au gouvernement

À l’attention de Madame Élisabeth Borne Première Ministre

Copie à :
Monsieur Olivier Dussopt
Ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion

Monsieur Stanislas Guerini
Ministre de la Transformation et de la Fonction publique

Madame Isabelle Lonvis-Rome
Ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances

 

Montreuil, le 17 novembre 2022
Madame la Première Ministre,

Grâce à la mobilisation syndicale et féministe, l’OIT a adopté, en juin 2019, la première loi mondiale contre les violences sexistes et sexuelles, la convention 190 et la recommandation 206. En France, suite aux propositions de nos organisations dans le cadre des concertations de 2018, ont été mis en place des référent.e.s harcèlement sexuel et agissements sexistes, une obligation de négociation sur les violences sexistes et sexuelles dans les branches et l’obligation de traiter des Violences sexistes et sexuelles (VSS) dans le document unique d’évaluation des risques professionnels. En 2018 toujours, un  accord Égalité femmes /hommes a été mis en œuvre dans les trois versants de la fonction publique avec la création de référent.e.s VSS.

Nos organisations syndicales ont amplifié leur travail sur le sujet et nous accompagnons de plus en plus de victimes de violences sexistes et sexuelles, même si nous avons toujours bien sûr à progresser. Cependant, 5 ans après #metoo, nous constatons que la majorité des situations restent toujours aussi difficiles à régler. Au lieu de suspendre, puis de sanctionner le salarié mis en cause, on continue souvent de déplacer, discréditer, voire placardiser ou licencier la victime. Les politiques de prévention sont encore souvent inexistantes ou insuffisantes dans la majorité des entreprises, administrations, collectivités et établissements publics. Il y a rarement des dispositifs formalisés de signalement et d’enquête, associant les représentant.e.s du personnel. Dans la fonction publique, la mise en place des cellules d’écoute est un premier pas, mais le manque de financement et de personnels dédiés a pour conséquence qu’elles ne sont pas assez opérationnelles. Continuer à lire … « Violences : Lettre intersyndicale au gouvernement« 

« Les gens ordinaires » et le fascisme : une perspective conjoncturelle sur la Russie d’(avant)-guerre (+ autre texte)

Dans les premières semaines et les premiers mois de la guerre d’agression russe contre l’Ukraine, l’une des questions centrales de la résistance ukrainienne et des observateurs occidentaux était de savoir si cette guerre était « la guerre de Poutine » ou « la guerre de la Russie » – c’est-à-dire si la population russe dans son ensemble soutenait l’idéologie fasciste et impériale du Kremlin.

Plusieurs sondages d’opinion – réalisés par des instituts de recherche gouvernementaux et indépendants – ont conclu que 70% ou plus des personnes interrogées soutenaient la guerre d’agression [1]. Néanmoins, le débat reste vif. La crédibilité de ces sondages est contestée en raison de la répression annoncée par le gouvernement pour toutes déclarations antiguerre. Seule une personne interrogée sur deux ou sur quatre (selon l’enquête) a accepté de faire part de son attitude à l’égard de la guerre. Ce point est important, mais les résultats de toutes les enquêtes étaient similaires malgré des méthodologies différentes. Comme les résultats pourraient être partiellement complétés par des méthodes qualitatives (par exemple, Erpyleva [2]), je suis encline à évaluer les résultats des sondages d’opinion comme crédibles. En outre, tant que d’autres données ne les réfutent pas et que nous n’avons pas d’autre base d’analyse, nous devons fonctionner avec ces résultats des sondages d’opinion.

Les discussions sur la « guerre de Poutine » me semblent souvent masquer la vérité selon laquelle, en Russie, la plupart des intellectuels et la plupart des Russes ne s’opposent pas ou pas fortement à la guerre d’agression. L’espoir, notamment de la gauche internationale, est placé dans « les gens ordinaires en Russie et en Ukraine », qui ne veulent pas de la guerre, comme tous les autres peuples du monde. Mais qui sont ces  «Russes ordinaires » ? Et pourquoi soutiennent-ils la guerre d’agression et les crimes contre l’humanité en Ukraine ? Quelle idéologie sert de superstructure à cette guerre – une guerre qui, entre autres choses, est menée par la Russie sans tenir compte des intérêts rationnels de ses citoyens ? Continuer à lire … « « Les gens ordinaires » et le fascisme : une perspective conjoncturelle sur la Russie d’(avant)-guerre (+ autre texte) »

« Nous avons besoin d’une action coordonnée pour sauver le NHS »

Dans son évaluation annuelle du système de santé et des services sociaux en Angleterre (21 octobre 2022), la Care Quality Commission a décrit le NHS (National Health Service) comme étant « bloqué » et « incapable de fonctionner ». Un nombre record de plus de 7 millions de personnes attendent un traitement qui devrait être assuré par le NHS. Ce chiffre augmente chaque mois. Quelque 2,75 millions de personnes attendent pour être prises en charge depuis plus de 18 semaines et près de 400 000 personnes depuis plus d’un an. Les normes en matière de soins du cancer ne sont toujours pas atteintes. Le nombre de personnes fréquentant les services d’urgence est resté stable, mais les temps d’attente ont explosé et le nombre de patients attendant plus de 12 heures est désormais 88 fois plus élevé qu’il y a trois ans. Continuer à lire … « « Nous avons besoin d’une action coordonnée pour sauver le NHS »« 

12 jours d’action contre les violences faites aux femmes 2022

ba6f54ec4c0fe94dad0555ecc891c7

Après 1 an d’attente, la campagne « 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes » est de retour ! Nous avons le plaisir de vous annoncer que la thématique cette année sera : « Transformer pour guérir, guérir pour transformer : Déracinons les violences » Continuer à lire … « 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes 2022 »

Souveraineté : Nous ne reculerons plus ! 

lvdk-n-34-nov-dec-2022

Le gouvernement français et ses relais locaux mentent aux électeurs et menacent d’une régression sans précédent, sur des bases dévoyées.

Après 169 ans de ‘non’, après 2 accords dont l’ultime – l’ADN – promettait d’aboutir ensemble à la pleine souveraineté mais était signé par des menteurs déloyaux, l’on finirait avec un ‘oui’ volé par un faux ‘non’ à la 3ème consultation ?! Impossible, nous ne reculerons plus ! Continuer à lire … « Souveraineté : Nous ne reculerons plus ! « 

La crise est-elle seulement climatique en Océanie ?

Dans le cadre de la COP27, Françoise Caillard analyse les défis féministes face à la militarisation accrue de la région

Le cadre de mon intervention se situe dans une approche de décolonisation et de déconstruction patriarcale. L’Océanie est une des régions les plus vastes du monde. C’est un continent discret et pourtant riche en cultures, en traditions et bien sûr en biodiversité. Il comprend actuellement 25 pays répartis en plusieurs régions [1]. Parmi eux 14 pays sont indépendants tandis que trois pays francophones sont sous tutelle française : la Polynésie française (Tahiti), Wallis et Futuna et la Nouvelle-Calédonie.

Le déchainement de crises successives
Une crise en chasse une autre. Certains parlent aujourd’hui de « permacrise ». Après deux ans de pandémie, c’est l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui survient. Puis plus près de nous, c’est les tensions entre les États unis et la Chine autour de Taiwan, avec, en toile de fond, toujours, les impacts du changement climatique.

Dans un monde aussi anxiogène, les océaniens ont de plus en plus de difficulté à trouver du sens à cette masse de crises. Ils essaient tant bien que mal de tirer leur épingle du jeu.

L’Océanie a toujours été confrontée à de multiples crises, la plupart d’origine extérieure. Elles sont d’ordre sanitaire – rougeole et covid –, social – le colonialisme, racisme, exclusion et des inégalités –, identitaire – la misère culturelle par manque de repère des jeunes –, politique – colonialisme puis néo colonialisme et aujourd’hui impérialisme sur fond de menace de conflit armé –, economique  – dépendance alimentaire – et, enfin, climatique – insécurité physique humaine.

Notre approche féministe de la crise climatique ne peut donc être dissociée des autres crises dites « d’importations » subies par les populations océaniennes. Continuer à lire … « La crise est-elle seulement climatique en Océanie ? »