Une nouvelle chasse aux sorcières / Another witch hunt

Version française :

Au début du mois de février 2017, la page Facebook “Plataforma Anti Patriacado” – qui est notamment abolitionniste de la prostitution et de la pornographie et opposée à la marchandisation des corps – a été fermée par Facebook suite à de nombreuses dénonciations alléguant des contenus transphobes. Pour se défendre de ces accusations, les administratrices de la page viennent d’afficher sur leur blog le communiqué suivant, qui a été traduit par TRADFEM.

Preuves de l’appui de la plateforme envers le collectif trans

Posté le 6 février 2017 par Administradoras

« Comme beaucoup d’entre vous le savent, nous vivons une attaque violente et cruelle menée par quelques personnes trans et leurs sympathisants, qui accusent à tort la Plataforma Anti Patriarcado (PAP) de propager la haine et la transphobie, spécialement envers les femmes trans. Les personnes en question incitent au harcèlement de notre page et de ses administratrices dans le but de la faire fermer, et attaquent nos profils personnels mais aussi ceux de toutes les personnes qui nous défendent, en utilisant la stratégie d’une dénonciation massive des contenus, même si les nôtres n’enfreignent aucun règlement de Facebook.

Celles et ceux qui lisent la PAP depuis des années connaissent l’engagement de cette page envers tous les groupes opprimés par le patriarcat, y compris les trans. Celles et ceux qui nous suivent depuis des années savent aussi que nous n’avons jamais invisibilisé la violence anti-trans ni nié leur identité en tant que femmes. Bien au contraire, nous avons toujours dénoncé les violences qu’elles vivent, nous avons défendu leurs droits et nous nous sommes réjouies de leurs victoires. D’ailleurs, vous trouverez ci-dessous, plus que des paroles, des preuves de notre engagement : des posts qui défendent cette communauté, affichés sur notre page au cours des dernières années, longtemps avant le conflit actuel.

Nous avons toutes les raisons de croire que cette attaque, camouflée sous des accusations de transphobie, a d’autres intérêts économiques et idéologiques cachés. Nous croyons fermement qu’on veut se débarrasser de nous à cause de notre engagement abolitionniste par rapport à la prostitution – tant celle qui se fait dans la rue que celle filmée – et à cause de notre opposition à la location d’utérus, motifs pour lesquels nous subissons depuis longtemps de nombreuses attaques organisées et des tentatives de censure menées par des lobbies de proxénètes, des règlementaristes pro-location d’utérus, des prostitueurs et des machistes.

Les personnes qui dirigent la présente attaque – que nous n’allons pas nommer, pour ne pas nous abaisser à leur niveau, même si nous les avons déjà presque toutes identifiées – sont des règlementaristes auto-proclamées et des défenseuses de la commercialisation et réification de nos corps et de nos utérus. Cherchez leur profil sur les réseaux sociaux et leurs vidéos sur Youtube et tirez vos propres conclusions. Nous pensons que, comme elles n’ont pas réussi à nous faire chuter sur la base de notre position abolitionniste, qui est de plus en plus acceptée et grandit chaque jour (heureusement pour nous et à leur grand dam), elles ont voulu utiliser le prétexte de la transphobie – quelque chose de beaucoup plus condamnable socialement et que personne ne peut ignorer, logiquement – pour détruire notre réputation et, de ce fait, une page très gênante pour les intérêts des mafias du sexe, des prostitueurs, des règlementaristes de la prostitution et des lobbies pro-location d’utérus.

Nous publierons prochainement un communiqué sur notre blog pour expliquer en détail notre position et le motif des divergences qui ont donné lieu non seulement à ce conflit mais aussi à d’autres, tant sur notre page qu’à l’échelle mondiale. Nous tenions juste à dire que cette humiliation publique, ces menaces, cette violence et la chasse aux sorcières auxquelles nous soumettent ces personnes à cause d’une simple divergence conceptuelle nous paraissent très injustes et disproportionnées. Pour le moment, nous vous laissons quelques exemples de l’intégration dans la lutte féministe de la PAP des personnes transexuelles pendant toutes ces années.

Nous ne serons pas vaincues, le feminisme non plus

Merci de diffuser ce texte et merci pour votre soutien. »

Version originale, avec de nombreux exemples du soutien des luttes trans de PAP :

https://plataformaantipatriarcado.wordpress.com/2017/02/06/pruebas-del-apoyo-de-la-plataforma-al-colectivo-trans/

plataforma-antip-2

—————————————————————————

English version :

At the beginning of February 2017, the Facebook page « Plataforma Anti patriacado » – which is notably abolitionist of prostitution and pornography and opposed to the commodification of bodies – was closed by Facebook following numerous denunciations alleging transphobic content. To defend themselves of these accusations, the administrators of the page have just posted on their blog the following statement, that has been translated by TRADFEM.

PROOF OF THE SUPPORT OF OUR PLATFORM FOR THE TRANS COMMUNITY

Posted on February 6, 2017 by ADMINISTRADORAS

« As many of you know, we are experiencing a cruel and violent attack led by some trans people and some of their supporters, who falsely accuse us of spreading hatred and transphobia against people, especially trans women. These people are inciting others to harass the page and its administrators in order to knock down and silence the page, as well as our personal profiles, and those of all the people who defend us, using the strategy of mass complaints regarding contents, although our contents do not violate any Facebook policy.

Whoever has been following us for years will know the commitment of this page to support all groups oppressed by patriarchy, including the trans community. Anyone who has followed us for years will also know that we have never erased the violence that they suffer or denied their identity as women. On the contrary, we have always denounced anti-trans violence, defended their rights and rejoiced in their achievements. To this end, better than words, we provide evidence below of messages posted on our site over the last few years and before this conflict in support of the trans community.

We have many reasons to suspect that this attack, disguised in accusations of transphobia, has other hidden economic and ideological interests. We firmly believe that they want to get us out of the way because of our strong abolitionist commitment to prostitution, both street and filmed, and against the rental of women’s wombs, reasons for which we have long been the target of organized attacks and censorship attempts carried out by pimp’s lobbies, supporters of an institutionalization of prostitution and of womb rentals, johns and male chauvinists.

The people who are leading the attack – which we are not going to name, in order to not put ourselves at their level, although we almost know almost all of them – are self-declared defenders of prostitution and of the commoditisation and reification of our bodies and uteruses. Look for their videos in their profiles and on Youtube and come to your own conclusions. We believe that, since they have not been able to bring us down because of our abolitionist position, one that is increasingly accepted and becoming more and more widespread (fortunately for us and unfortunately for them), they have tried to use the excuse of transphobie – something much more socially condemnable and that nobody can ignore, logically – to put an end to our reputation and therefore, to our page, that is very uncomfortable for the interests of sex mobs, johns, and the lobbies attempting to institutionalize prostitution and the rental of women’s wombs.

We will soon we publish a statement from this blog explaining in detail our position and the reason for the discrepancies that caused this and other conflicts both with our group and globally. We just want to say that this public scorn, the threats, the violence and the witch-hunt to which these people are subjecting us because of a mere conceptual discrepancy seem very unfair and disproportionate. For the moment, we leave you with some examples of our integration in the feminist struggle of PAP of the transsexual community during all these years.

WE WILL NOT BE DEFEATED, NEITHER WILL FEMINISM.

THANK YOU FOR CIRCULATING THIS MESSAGE AND FOR ALL YOUR SUPPORT »

(Original version, with numerous examples of PAP support for trans struggles:  https://plataformaantipatriarcado.wordpress.com/2017/02/06/pruebas-del-apoyo-de-la-plataforma-al-colectivo-trans/)

Traduction : TRADFEM, avec l’autorisation des administratrices de la PAP, à qui l’on peut adresser son soutien à plataforma.antipatriarcado@gmail.com

plataforma-antip-2

https://tradfem.wordpress.com/2017/02/11/une-nouvelle-chasse-aux-sorcieres-another-witch-hunt/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s