Archives de Catégorie: USA

Un cauchemar pour les droits humains est en train de se produire sous nos yeux

Dans son introduction, introduction-de-louvrage-de-michelle-alexander-la-couleur-de-la-justice/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Michelle Alexander souligne, entre autres, les « nouvelles tactiques ont été utilisées pour atteindre les mêmes objectifs, ceux que s’étaient déjà fixés les Pères fondateurs. Pour ces derniers, il était fondamental de refuser la citoyenneté aux Africains-Américains, alors que se constituait l’Union originelle. Deux siècles plus tard, l’Amérique n’est toujours pas une démocratie égalitaire », le pourcentage extraordinaire d’hommes noirs aux États-Unis légalement privés du droit de vote, les discriminations légalisées à l’embauche, au logement, à l’éducation, aux prestations sociales, au droit à être juré… « Nous n’avons pas mis fin aux castes raciales, nous les avons simplement remodelées ». Je ne vais pas ici discuter de la notion de caste (« Dans ce livre, j’utilise le terme de caste raciale de la façon dont il est communément utilisé pour désigner un groupe racial stigmatisé confiné dans une position inférieure par les lois et les coutumes. Jim Crow et l’esclavage étaient des systèmes de castes. Tout comme l’actuel système d’incarcération de masse. ») qui me semble inadéquate, ni du vocabulaire choisi par l’auteure – je signale que pour ma part je préfère parler de rapports sociaux et de leur imbrication. Lire la suite

La poussière nous recouvrait pareil, et la poussière était blanche

« Voici des routes à prendre », Virginie Occidentale, un chemin littéraire, poétique pour nommer un scandale industriel, Gauley Bridge, tunnel de Gauley…

« Mais, depuis toujours, l’eau :

la puissance vole en profondeur

les rivières vertes tranchent la roche

les rapides bouillonnants,

une scène puissante. » Lire la suite

Introduction de l’ouvrage de Michelle Alexander : La couleur de la justice

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Introduction1

Jarvious Cotton ne peut pas voter. Comme son père, son grand-père, son arrière-grand-père et son arrière-arrière-grand-père, on lui a refusé le droit de participer à notre démocratie électorale. L’arbre généalogique de la famille Cotton résume l’histoire de plusieurs générations de Noirs nés aux États-Unis mais à qui on dénie une des libertés les plus élémentaires que promet la démocratie, celle de choisir par le vote ceux qui édicteront les règles et les lois qui gouvernent notre vie. L’arrière-arrière-grand-père ne pouvait pas voter car il était esclave. Son arrière-grand-père fut battu à mort par le Ku Klux Klan pour avoir tenté de voter. Son grand-père en fut empêché par les menaces du Ku Klux Klan. Son père ne put le faire à cause des taxes électorales et des tests d’alphabétisation. Aujourd’hui, Jarvious Cotton ne peut pas voter parce que, comme de nombreux hommes noirs aux États-Unis, il a l’étiquette de « criminel » et se trouve en liberté conditionnelle2. Lire la suite

« We the people », la campagne anti-Trump de Shepard Fairey.


shepardfairey-wethepeople-itinerrance-06-2

La campagne de Barack Obama de 2008 a été étroitement associée à une image, l’affiche de Shepard Fairey. Elle reprenait une photographie de l’ancien président et déclinait en bleu, blanc et rouge (les couleurs du drapeau américain) le portrait du premier candidat noir à l’élection présidentielle américaine. Cette image traitée comme un pochoir illustrait le slogan de campagne : « Hope » (espoir). Deux autres mots-concepts sous-titraient également l’affiche : « Vote » et « Change ».

Ce « visuel » eut un succès planétaire à tel titre que son graphisme a été maintes fois repris, copié, détourné. Les candidats de cette manière créaient un lien avantageux entre eux-mêmes et le président Obama1. Le portrait tricolore devint ainsi une image-icône.

La récente élection de Donald Trump a provoqué dans de nombreux états américains des mobilisations de masse. Son élection n’est guère contestée sur des fondements juridiques2. Ce sont les idées qu’il a développées pendant sa campagne et les décrets qu’il a signés qui sont à l’origine de puissants mouvements sociaux. En regardant comme tout un chacun les images de ces manifestations, j’ai été frappé par le nombre des affiches qui reprenaient le graphisme du portrait d’Obama par Shepard Fairey. Il n’est pas courant qu’un street artist joue un rôle politique de cette importance et sa campagne valait qu’on s’y attarde. Lire la suite

#NoDAPL – Le Réseau environnemental Autochtone réagit à l’évacuation forcée des camps de résistance contre l’oléoduc DAPL


piece-jointe

Communiqué Indigenous Environmental Network (IEN) – 22 février 2017

Le réseau environnemental autochtone réagit a l’évacuation forcée des camps de résistance au DAPL Cannon ball, Dakota du nord

Le 22 février 2017, à 14h, heure locale, les protecteurs de l’eau du camp Oceti Sakowin ont été expulsés par le Corps des Ingénieurs de l’Armée. En dépit des demandes des dirigeants du camp de plus de temps pour nettoyer le camp, le Corps d’Armée n’a pas cédé et maintenu sa décision de vider le camp. Le Corps d’Armée prétend avoir juridiction sur le terrain où est situé le camp, bien que ce terrain soit compris dans les territoires non-cédés selon le Traité de Fort Laramie. Lire la suite

Trump à la Maison Blanche : Quand s’ouvre la plus cauchemardesque des boîtes de Pandore !

Un mois après son arrivée à la Maison Blanche, un premier bilan de la présidence de Trump est non seulement possible mais aussi extrêmement utile car plein de précieuses leçons. Et tout d’abord, en dépit de ce que se sont empressés de pronostiquer les vœux pieux des chancelleries et des médias internationaux qui voulaient qu’il « s’adapte aux réalités » et devient « plus large d’esprit », Trump fait ce qu’il dit, c’est à dire ce qu’il a promis de faire (sans que cela signifie qu’ils réussisse toujours ce qu’il fait). Et même en un temps record… Lire la suite

Comment l’union des travailleurs et des militants environnementaux peut vaincre Donald Trump

Le réseau pour le développement durable

Donald Trump et ses alliés républicains au Congrès ont pris le contrôle du gouvernement des Etats-Unis. Les conséquences risquent d’être dévastatrices aussi bien pour les travailleurs, les travailleuses que pour le climat; sans oublier les immigrés, les Africains-Américains, les femmes, les enfants, les personnes âgées, les handicapés, les personnes LGBTQ et beaucoup d’autres.

Le régime Trump est potentiellement vulnérable dans la mesure où il ne représente que les intérêts du 1% du 1% au sommet. Mais il a une stratégie potentiellement gagnante qui consiste à garder divisés et donc impuissants ceux qui pourraient se mobiliser dans l’intérêt des 99.9%. Trump joue les Noirs contre les Blancs, les Latinos contre les Anglo, les femmes contre les hommes, les gays contre les hétérosexuels, et exploite beaucoup d’autres divisions. Et son « atout » (trump card en anglais) pourrait bien être sa capacité à diviser les représentants des salarié·e·s et ceux qui défendent le climat. Lire la suite