Archives de Catégorie: USA

Trump, le mâle aux multiples cultes

Empêtré dans ses dogmes, Donald Trump en a fait campagne et compte aujourd’hui appliquer ce que ses évangiles dictent – la supériorité du mâle blanc – aux États qu’il dirige. Un infantilisme guide ses actes, vertèbre ses discours, nourrit le rôle messianique qu’il s’arroge. Ce trauma, pourrait-on dire, est bâti sur différents cultes : le culte du corps masculin bien fait, le culte de l’ordre, le culte de la réussite, le culte de l’argent, le culte de la blanchité. Il vaut à la population états-unienne et aux autres, un masculinisme d’État, à savoir un autre culte : la croyance érigée en système que les hommes (toutes classes confondues) sont les victimes d’offensives diverses de la part des féministes, des militants homosexuels, voire tout simplement des progressistes, en cela qu’elles remettent en cause leur virilité et leur capacité/rôle social de pourvoyeurs du foyer, d’être de « vrais hommes ». La défensive endosse alors tous les clichés et renforce les haines : xénophobe, raciste, sexiste, homophobe. Et elle s’assume complètement car elle est sincère. Certains grands supporters de l’actuel président des États-Unis (majoritairement des hommes blancs ruraux peu diplômés) considèrent par exemple que ce sont des femmes noires qui leur ont pris leur travail, ou « les réfugiés », travail qui leur revenait de plein droit, de façon immuable, et qui leur a été volé par les politiques d’Obama, le « Noir ». Cette victimisation volontaire révèle une ignorance, celle de la complexité de l’histoire contemporaine, et avec elle, le rejet de la responsabilité de sa propre situation sur l’Autre, cet inconnu. Lire la suite

Extraits de Karl Marx / Abraham Lincoln : Une révolution inachevée

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Le Capital

Livre 1, 3e section, chapitre 10

1Dès que des peuples, dont la production se meut encore dans les formes inférieures de l’esclavage et du servage, sont entraînés dans les transactions mondiales dominées par le mode de production capitaliste, et que la vente de leurs produits à l’étranger devient leur préoccupation principale, les horreurs barbares de l’esclavage, du servage, etc. se complètent par les horreurs civilisées du surtravail. C’est pour cette raison que, dans le Sud des Etats-Unis, le travail des Nègres conserva un certain caractère patriarcal, tant que la production envisagea surtout les besoins personnels immédiats. Mais à mesure que l’exportation du coton devint l’intérêt vital des États sudistes, le surmenage des Nègres et même l’usure de leur vie par sept années de travail devinrent un des facteurs d’un système calculé et calculateur. Il ne s’agissait plus de faire produire par le Nègre une certaine masse de produits utiles ; il s’agissait de la production de la plus-value. Lire la suite

Adresse de l’Association internationale des travailleurs à Abraham Lincoln

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

29 novembre 1864

À Abraham Lincoln,

Président des États-Unis d’Amérique

Monsieur,

1Nous félicitons le peuple américain qui vous a réélu à une forte majorité. Si la résistance au pouvoir esclavagiste avait été le mot d’ordre raisonné de votre première élection, le cri de guerre triomphal de votre réélection est : « Mort à l’esclavage ! »

Dès le début de la lutte titanesque qui se déroule en Amérique, les travailleurs d’Europe ont instinctivement ressenti que la bannière étoilée portait le sort de leur classe. Ayant inauguré la terrible épopée , la lutte pour les territoires ne devait-elle pas décider si les immenses étendues de terres vierges allaient être vouées au travail de l’émigrant ou si elles allaient être prostituées par le bruit du gardien d’esclaves ? Lire la suite

Trump est-il ou non fasciste ?… et fasciste ou non le régime qu’il compte créer ?

Trump est-il ou non fasciste ? Question pertinente qui – à juste titre – est en train de préoccuper par les temps – toujours plus barbares – qui courent. Sans vouloir sous-estimer l’importance de traits personnels de D. Trump, il nous serait pourtant plus utile qu’elle soit formulée ainsi : Fasciste ou non le régime que Trump et ses amis comptent établir aux États Unis ?

Évidemment, cette question n’est pas du tout académique et ne concerne en aucune façon… le sexe des anges. Au contraire, elle est déterminante pour la suite des événements planétaires et même pour notre propre présent et avenir. Ceci étant dit, qu’il nous soit permis une précision préliminaire : Contrairement à une habitude plutôt commune, il ne suffit pas de trouver quelqu’un antipathique pour qu’il soit… fasciste. Et encore plus, il ne suffit pas qu’un parti, régime ou mouvement soit réactionnaire, obscurantiste, raciste, violent ou va-t-en-guerre pour qu’il soit fasciste. Sur la base des leçons tirées des expériences (tragiques) du passé, est fasciste le parti ou le régime qui s’appuie sur un mouvement organisé de masse qu’il utilise pour attaquer les organisations de toute espèce des travailleurs avec comme objectif déclaré de les dissoudre et les écraser par la violence. Et tout ça afin d’atomiser les travailleurs pour les rendre incapables de résister à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs lieux de travail.  Lire la suite

Une déclaration de chercheuses, d’activistes et d’artistes féministes sur l’élection de Donald Trump comme président des Usa

Le mardi 8 novembre 2016, une importante minorité de l’électorat américain a choisi d’envoyer à la Maison Blanche le milliardaire Donald Trump, un sexiste avoué et un raciste impénitent, qui a passé près de quarante ans à s’en prendre aux personnes les plus vulnérables. Le fait d’asperger de sa haine les femmes, les personnes de couleur, les immigrant·e·s, les musulman·e·s et les personnes handicapées est la forme la plus cohérente et la plus documentée d’engagement public de Trump. Cet homme s’est vanté d’avoir agressé sexuellement des femmes parce que, comme il l’a avoué à la légère, sa célébrité lui a facilité la tâche. Nous pouvons seulement prendre pour acquis qu’un climat d’hostilité et une anxiété sur ce qui risquait d’arriver à ses victimes ont contribué à cette dynamique. Le changement politique auquel nous assistons maintenant, y compris la nomination au cabinet du président élu de personnes reconnues pour leur intolérance, réaffirme le mépris envers et la vulnérabilité structurelle de toute personne qui n’est pas blanche, mâle, droite, cisgenre, non handicapée et de classe moyenne ou supérieure. Lire la suite

États Unis : Le gigantesque affrontement de classe qui va décider de notre sort vient de commencer !…

Ça se peut que la chute de Renzi ou le suspens des élections présidentielles en Autriche aient fait dernièrement les grands titres des médias et aient dominé les débats mais là où notre sort est en train d’être joué n’est ni à Rome ou à Vienne, ni à Paris ou même à Berlin. C’est au Standing Rock de la lointaine Dakota du Nord des Etats Unis, dans le blizzard et le froid polaire !1

image Lire la suite

Pour que la tragédie des années ’30 ne se répète pas – mobilisation générale contre le monstre Trump !

Personne ne peut prévoir si Trump restera fidèle à ses effrayantes promesses électorales. Par contre, il est déjà plus que certain que son élection à la présidence des Etats Unis donnera des ailes à la pire extrême droite partout au monde, et naturellement en Europe et en Grèce. Alors, ne serait-ce que pour cette seule raison, la situation est suffisamment alarmante pour que soit qualifié d’irresponsable et même de criminel tout comportement et prise de position qui sous-estime le danger, fait preuve d’aveuglement et paralyse la réaction des citoyens. Lire la suite