Archives de Catégorie: Féminisme / Genre/ Rapports sociaux de sexe

À notre époque si révolutionnaire du genre…

À notre époque si révolutionnaire du genre, les gens semblent encore trouver plus facile d’accepter l’existence d’un « pénis féminin » que celle de petits garçons qui aiment les princesses et la couleur rose.

Je n’ai jamais tenté d’être un homme, mais la journaliste américaine Norah Vincent en a fait l’expérience durant un an pour son livre Dans la peau d’un homme (Plon, 2007). Elle a découvert deux choses. Tout d’abord, que les gens étaient étonnamment disposés à l’accepter en tant qu’homme sur la base d’une poitrine bandée, d’une coupe de cheveux en brosse, de vêtements masculins et d’une fausse barbe de quelques jours.

Deuxièmement, elle a constaté que s’il était facile de passer pour un homme, habiter cette catégorie signifiait être soumise à un examen constant : « Quelqu’un évalue toujours votre virilité […] tout le monde est constamment à l’affût de votre faiblesse ou de votre incompétence ». En fin de compte, Vincent a « craqué », issue qu’elle a attribuée aux pressions de son alter ego restrictif. Lire la suite

Je suis en colère. Nous devrions toustes être en colère

Féministe, un terme chargé « de connotations lourdes et négatives », un chef de classe qui ne saurait être une cheffe de classe, la soit-disant culture étrangère au féminisme, « La culture ne crée pas les gens. Les gens créent la culture », la poursuite de la chose qui en fait un fait normal, les qualités des individu-e-s, « les hormones ne jouent aucun rôle dans ces qualités », les lieux dont l’accès est interdit aux femmes non accompagnées, être élevée pour plaire, « nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement », l’estime de soi, « Nous apprenons aux filles à se diminuer, à se sous-estimer », l’assignation au mariage, le vocabulaire de possession, le double standard sexuel et la virginité, l’apprentissage de la honte, la détermination sexuelle qui « vous dicte ce que vous devez être au lieu de prendre en compte ce que vous êtes », désapprendre les intériorisations et les assignations, « Le regard de l’homme en tant qu’arbitre de mes choix est essentiellement anecdotique », la justice, « nous ne sommes pas des singes », question de genre et question de classe, « S’il est vrai que notre culture ne reconnaît pas l’humanité pleine et entière des femmes, nous pouvons et nous devons l’y introduire »… Lire la suite

Lettre ouverte sur les consultations récentes sur les violences sexuelles

Le 6 avril 2017

Nous formons des groupes et des associations qui défendent les droits étudiants et les personnes survivantes à travers le Québec. Nous reconnaissons que le problème de la violence sexuelle et la culture du viol nous affecte tous et toutes, et que des changements significatifs doivent être faits dans nos institutions scolaires, et dans la société en général, pour agir en amont et en aval contre ces violences et ainsi créer des espaces plus sécuritaires. Lire la suite

Printemps de l’économie au CNAM 22/03/2017


Sur 145 invités, 108 sont des hommes

88 des 113 intervenants sont des hommes

3 allocutions sur 4 sont faites par des hommes

16 des 27 animateurs sont des hommes

1 dessinateur, 1 H

Cela méritait bien des félicitations en personne !

Mercredi 22 Mars 2017. Printemps de l’Economie, que les hommes bourgeonnent !

Vous vous êtes donné la haute et noble tâche pendant ce Printemps de l’Economie de relever 20 défis. Pour la plus grande joie de La Barbe, vous n’y avez pas inclus, celui de lutter contre le triomphe masculin qui s’exprime en vos murs depuis quatre jours. Lire la suite

Dans le monde du travail, les femmes sont tout sauf une « minorité »

Dans son avant-propos, avant-propos-et-table-des-matieres-de-louvrage-toutes-a-y-gagner-vingt-ans-de-feminisme-intersyndical/, publié avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Annick Coupé revient sur vingt ans de Journées féministes intersyndicales, les liens entre inégalités sociales et inégalités de genre, les droits des femmes – « toujours le fruit des mobilisations et des luttes des premières concernées » -, le souci de croiser des analyses « universitaires » avec les réflexions de syndicalistes…

Les textes sont regroupés en sous-parties : Femmes et travail, Domesticité et services à la personne, Le temps des femmes, Politiques familiales et politiques publiques, Les enjeux de la mixité, Femmes et santé, Femmes dans la crise, Les femmes et les enjeux européens, Mondialisation et enjeux pour les femmes, Femmes et syndicalisme, Les enjeux d’un langage égalitaire, Femmes et création, Femmes et extrême droite, Lesbophobie et féminisme, Le corps des femmes et ses enjeux, La question des violences, Les enjeux féministes. Lire la suite

Les revendications des Glorieuses pour l’élection présidentielle 2017

« Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action ». A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, les mots de Simone de Beauvoir sont plus que jamais d’actualité. C’est le moment que nous avons choisi pour interpeller les candidats, elles et eux qui revendiquent si soudainement leur attachement aux droits des femmes (voir les actions qu’elles et ils ont portés dans leurs mandats précédents).

Cher•e•s candidat•e•s,

Nous ne vous demandons pas d’être les plus inventi•f•ve•s en matière de droits des femmes. Les concerné•e•s sont là pour cela. Des initiatives des cinq continents ont fait leurs preuves et ont permis, chacune à la mesure, de faire évoluer la condition des femmes dans le bon sens. Cela a fonctionné : qu’attendons-nous pour le faire en France ? Lire la suite

« J’en suis à nettoyer les dégâts de l’industrie de la pornographie. Pourquoi nous demandons-nous encore si elle est violente ? »

Quand j’ai soutenu que la pornographie est intrinsèquement oppressive lors d’un débat récent à la Cambridge Union, honnêtement, je ne m’attendais pas à ce que mon équipe réussisse à gagner l’auditoire. Quoique je le souhaitais. Mais je savais aussi que ceux qui évoluent dans le monde pornographié actuel ont du mal à en voir les dégâts. Moi je vois les dommages et méfaits. Je suis une avocate exerçant aux États-Unis et au Royaume-Uni et je passe un certain nombre de mes journées – plus que je le voudrais – à nettoyer les dégâts de l’industrie de la pornographie. Lire la suite