Archives de Catégorie: Féminisme / Genre/ Rapports sociaux de sexe

Ne plus forcer au chausse-pied des données pour restreindre la complexité et… les potentiels

Odile Fillod, dans une note sur la traduction, présente ses choix d’un « usage non sexiste du langage » pour éviter, entre autres, « une naturalisation de l’association entre universel et masculin » et propose sur chercheure et auteure « un compromis intéressant entre démasculination et relâchement à l’oral de l’emprise de la dichotomie de sexe obligatoire ». Elle précise les traductions des termes gay, homosexuel, lesbian, guinea pig, intersex, intersexed, gender difference, sex differentiation, sex hormones (expression scientifiquement incorrecte), race, transsexua(ity), transgender Lire la suite

Le projet de loi C-16 présente de graves problèmes auxquels n’ont pas encore réfléchi la plupart des Canadiennes et des Canadiens

Mercredi le 18 octobre dernier, la Chambre des communes a voté par une marge de 248 à 40 pour adopter le projet de loi C-16 en deuxième lecture. Si ce projet est adopté au Sénat (qui se penche présentement sur lui), la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel seront modifiés pour ajouter l’identité de genre et l’expression de genre à la liste des motifs de distinction illicite en loi. Ce développement semble à première vue très positif, mais certaines questions clés sont passées sous silence alors que des lois et des politiques sur l’identité de genre sont rapidement mises en place un peu partout au Canada.

Bien que les médias aient présenté le débat sur l’identité de genre comme un affrontement entre des positions de gauche et de droite, une perspective clé manque à cette conversation : le point de vue féministe. Lire la suite

Imaginez si les hommes étaient aussi dégoutés par le viol que par les règles

Camille Emmanuelle propose de « Ne plus jamais rougir de nos règles ». Avec beaucoup d’humour, elle analyse, entre autres, sa découverte d’un continent rouge, des traditions saugrenues ou farfelues, des mises à l’écart et des stigmatisations des femmes, le liquide bleu des publicités, l’endométriose, les corps féminins « vus comme faibles, impurs, sales, voire parfois même dangereux », les silences et les dénis, « TOUTES les femmes… TOUS LES MOIS ». A la pitié ou la compassion, elle oppose l’écoute, l’empathie.

« Je souhaite qu’on libère la parole sur les règles, mais cette parole sera d’autant plus forte si elle est libérée des images de l’éternel féminin, si elle est « sans fards », et si elle est drôle ». Lire la suite

Féminisme radical vs. transféminisme. Communiqué de la Plataforma Anti Patriarcado (PAP)

Nous sommes tout à fait habituées à voir défiler sur notre page des gens qui nous traitent de tous les noms parce que nous ne défendons ni la prostitution ni la pornographie, car nous les concevons comme nuisibles pour toutes les femmes, de par la violence et l’idéologie de subordination qu’elles comportent. Les adjectifs utilisés pour nous décrire vont de “puritaines” ou “prudes” jusqu’à “putophobes”, en passant par l’accusation d’être la cause de la violence dont souffrent les femmes qui exercent la prostitution (nous clarifions ici que, si nous devions nous définir, ce serait plutôt comme prostitueur-phobes, proxénètophobes ou patriarcaphobes). Malheureusement, nous sommes extrêmement habituées à cela et aux interventions des machistes de service. Lire la suite

L’Europe que nous voulons pour garantir le droit des femmes à l’IVG

Communiqué

En Europe, on assiste à une montée inquiétante des droites et des extrêmes droites. La remise en cause des droits des femmes fait partie de leurs programmes de régression des droits, des acquis et des libertés. Arrivés au pouvoir, ils essaient d’interdire ou de restreindre le droit à l’avortement dans de nombreux pays. Lire la suite

Manifeste pour la dignité et l’intégrité de la femme algérienne

Nous, soussignées, femmes algériennes, citoyennes accomplies, animées d’une force unificatrice qui rassemble par ses aptitudes, ses opinions, ses principes et ses prises de position, largement représentées dans ce manifeste.

Dignes héritières de nos ancêtres royales et princesses, contemporaines révolutionnaires et intellectuelles, telles que Dihya (Kahina), Tin Hinan, Roba la Berbère, Lalla Fatma N’Soumer, Hassiba Ben Bouali, Malika Gaïd, Louisette Ighilahriz, Lalla Hniya el hourra, Amrouche Taos, Djamila Bouhired, Assia Djebar, Katia Bengana, Naïma Hamouda, et bien d’autres qui ont écrit de leurs sacrifices, de leur habileté et de leurs capacités intrinsèques bien des légendes personnelles et la gloire de l’Algérie. Lire la suite

Petite réflexion sur l’appellation « femme » et son essentialisme

Je ne suis pas une femme parce que j’ai un vagin. Cela peut paraître étrange. Pourtant, j’appartiens au groupe « femme » parce que j’ai une expérience sociale particulière. C’est tout ce à quoi me sert cette appellation : à décrire la place que mon corps prend dans les interactions avec le monde extérieur. Celle d’être perçue comme un objet qui ne s’appartient pas, qui est disponible sexuellement, celle d’un utérus sur pattes, destiné à la (re)production et à la consommation, un corps docile, faible, privé de tête, privé de parole et de la faculté de réfléchir. Lire la suite